Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

Feuille judiciaire, commerciale et littéraire du département de la Vendée (1816-1841) Inventaire complet (pdf)

  • Contenu ou introduction :

  • La " Feuille judiciaire, commerciale et littéraire du département de la Vendée " est un hebdomadaire de quatre à huit pages, qui paraît le dimanche de 1816 à 1841. Comme les " Affiches, annonces et avis divers du département de la Vendée " - annexées au " Journal du département de la Vendée " de Cavoleau [4 Num 285] - qu'elle remplace, elle est imprimée à La Roche-sur-Yon par Pierre Antoine Louis Allut.
    Ancien tailleur de pierre, installé comme imprimeur à Paris depuis la Révolution, Allut vit pauvrement avec son épouse Antoinette Léon lorsque le baron de Pommereul, directeur général de la Librairie, lui propose d'aller à Napoléon-Vendée, où il s'installe en juillet 1812. Malgré des rapports de police dénonçant ses moeurs, ses opinions contraires au gouvernement, et ses fréquentations, il devient l'imprimeur de la Préfecture. L'imprimeur ne semble pas avoir encouru d'autre sanction qu'une peine d'un mois d'emprisonnement et 200 francs d'amende, en mars 1823, pour avoir édité sans autorisation la " Feuille judiciaire, commerciale et littéraire du département de la Vendée ".
    La presse de l'époque est en effet étroitement surveillée. Le 17 mars 1829, le préfet envoie au ministère un " État des feuilles publiques qui sont publiées en Vendée " [Arch. nat., F/18/509]. Deux titres y figurent : la " Feuille judiciaire, commerciale et littéraire du département de la Vendée ", et la " Feuille d'annonces judiciaires, d'avis divers, de littérature, de commerce et d'agriculture de la ville et arrondissement de Fontenay-le-Comte, département de la Vendée " éditée par le Fontenaisien Petitot [4 Num 421].
    Dans le prospectus, Allut annonce que le périodique mentionnera les textes officiels, des informations d'intérêt général extraites du " Moniteur " ou de d'autres journaux, les séances parlementaires, et publiera des annonces judiciaires et des avis divers (ventes, mercuriales, etc.)
    Sous la Monarchie de Juillet, cette feuille d'annonces laisse sa place à un véritable journal : " Le Publicateur " (1846 ?).

  • Communicabilité :

  • La collection, entièrement numérisée, est accessible en ligne. Les originaux ne sont donc plus communiqués en salle de lecture.

  • Modalités de reproduction :

  • Reproduction numérique sur demande

  • Bibliographie :

  • Claude Guillon, " Pauline Léon, une républicaine révolutionnaire ", Annales historiques de la Révolution française. [En ligne], n° 344, avril-juin 2006, consulté le 18 mai 2016. URL : http://ahrf.revues.org/6213