Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

La Vendée (1881-1944) Inventaire complet (pdf)

  • Contenu ou introduction :

  • Le dimanche 5 juin 1881, Eugène Roulleaux, rédacteur en chef et directeur-gérant de 1882 à 1887, commence son édito par ces mots " Le journal "La Vendée", que nous présentons aujourd'hui à nos concitoyens, est un organe de conservation sociale. Son but est de concourir à la défense de la civilisation, menacée par les efforts incohérents et passionnés d'une secte radicale ardente à désorganiser, mais manifestement dépourvue de principes et de programme. […] Nous combattrons résolument toute atteinte à la liberté du père de famille, tout outrage à la religion, toute usurpation du pouvoir dans le domaine sacré de la Justice, tout affaiblissement de l'armée par l'esprit de système, et par l'intrusion de l'élément politique dans son organisme ; toute humiliation de l'Université par un protectorat cyniquement oppressif de la concurrence ; toute aventure économique livrant les restes de notre marine, notre commerce, notre agriculture et notre industrie à l'école de Manchester ; tout embrigadement des classes laborieuses sous l'hypocrite devise d'une liberté qui n'est qu'un honteux asservissement ; toute guerre offensive, toute tyrannie de la conscience, toute livrée révolutionnaire. Nous voulons : une armée forte ; une marine restaurée ; des impôts réduits ; une justice indépendante ; un suffrage libre ; une agriculture encouragée et honorée ; un culte respecté ; un budget économe et contrôlé ; une presse qui se respecte ; la morale publique protégée ; une politique extérieure sage et prévoyante ; un gouvernement sûr du lendemain : c'est assez dire que nous ne sommes pas républicains. […] Avec le concours, Dieu aidant, nous prouverons que la Vendée a gardé son courage et son patriotisme, et qu'elle restera le rempart inébranlable de la foi, de l'ordre et de la liberté. " Rarement un journal vendéen a affiché avec autant de détails sa ligne politique.

    Les bureaux de la rédaction sont installés à Fontenay-le-Comte. Le journal paraît trois fois par semaine (les mardi, jeudi et samedi) de 1881 à 1907, puis deux fois (les mercredi et samedi) de 1907 à 1912, puis le samedi seulement de 1912 à la déclaration de guerre. Il paraît alors avec la date du lendemain.

    Le 4 août 1914, paraît le premier numéro d'une édition spéciale - en petit format - consacrée à la guerre. La parution sera quotidienne jusqu'au 4 août 1917 (d'après la BNF) ; elle redevient ensuite hebdomadaire (11 août 1917-17 sept. 1944). Le premier numéro de cette édition de guerre s'enorgueillit en "Une" de " l'enthousiasme indescriptible " que produit l'annonce de la mobilisation et n'accorde qu'un article final à l'assassinat de Jaurès. Emile Marsac (1876-1948), Fontenaisien royaliste, maurassien et antisémite, est directeur du journal depuis 1911 ; il le restera jusqu'au 16 novembre 1941, date à laquelle il annonce son retrait pour finalement entrer dans la Résistance (il sera membre du comité local de Libération de Fontenay). Après la guerre, ayant échoué aux élections municipales, Marsac se consacre à des travaux littéraires. "La Parole républicaine", avec qui il eut souvent maille à partir, lui rend un bel hommage dans son édition du 15 mai 1948.

    "La Vendée" disparaît à la Libération. Tout au long de la vie du journal, le sous-titre varie. " Journal politique, agricole, commercial et d'annonces " de l'origine à 1911, il disparait quelques années pour devenir " Organe d'action et d'union vendéenne ".

  • Communicabilité :

  • La collection, entièrement numérisée, est accessible en ligne. Les originaux ne sont donc plus communiqués en salle de lecture.

  • Modalités de reproduction :

  • Reproduction numérique sur demande

  • Bibliographie :

  • Mémoire écrite de La Roche-sur-Yon : dictionnaire des écrivains, éditeurs, imprimeurs, journaux et journalistes, 1804-2004 / dir. Pierre Frustier, Françoise Nicol. - La Roche-sur-Yon : Siloë, 2004. - 145 p. [BIB B 2828]