Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

5 ETP - Fonds du haras de La Roche-sur-Yon (1807-2004) Inventaire complet (pdf)

  • Origine :

  • Haras national (La Roche-sur-Yon, Vendée)

  • Notice/biographie :

  • Le dépôt d'étalons de La Roche-sur-Yon est octroyé par Louis-Philippe en novembre 1842 et ouvre ses portes en 1846. Il ôte alors le territoire très productif de la Vendée au dépôt de Saint-Maixent, en Deux-Sèvres, qui datait de 1807 ; il contribue du reste à sa fermeture en 1863.
    Les bâtiments d'architecture néoclassique, conçus par l'architecte départemental Malet, sont construits à partir de 1843 sur un terrain cédé par la ville au département. Ce dernier cède gratuitement les bâtiments à l'Etat trois ans plus tard pour l'administration des haras. Outre la maison du directeur, on trouve alors une sellerie, une forge, une infirmerie et deux écuries ; d'autres sont construites en 1876 puis en 1904 pour accroitre la capacité d'accueil des étalons nationaux. Le dépôt est situé au sud-ouest de la ville créée par Napoléon et s'étend sur 4,5 hectares.

    La France est divisée en circonscriptions qui atteignent le nombre de 23 en 1999. Celle du dépôt d'étalons de La Roche-sur-Yon s'étend sur la Vendée et la Charente-Maritime à l'origine en 1846, puis également sur l'ensemble de la Loire-Atlantique en 1855. Dès 1851, la Charente-Maritime revient au dépôt de Saintes tout juste créé, excepté l'arrondissement de La Rochelle qui ne lui reviendra qu'en 1854. Après la fermeture du dépôt de Saint-Maixent en 1863, les Deux-Sèvres, placées sous la tutelle de l'inspection départementale de Poitiers, sont rattachées provisoirement à la circonscription de La Roche-sur-Yon en 1869 puis définitivement en 1872. Ainsi, dès la fin du XIXe siècle, cette circonscription est constituée des trois départements, Vendée, Loire-Atlantique et Deux-Sèvres.

    Le haras de La Roche-sur-Yon tire son nom du Service des Haras, parce que ce dernier l'a longtemps géré comme tous les dépôts d'étalons nationaux. Pourtant la dénomination de " haras " ne s'applique, à proprement parler, qu'à une structure disposant d'une jumenterie, ce qui n'est pas le cas à La Roche-sur-Yon. Seul le haras de Pompadour en est équipé.
    Le Service des Haras est lui-même rattaché au ministère de l'Agriculture à partir de 1881. Le directeur général des haras dirige l'administration centrale et supervise des inspecteurs généraux qui visitent au moins une fois par an les dépôts ou haras.
    A la tête d'un dépôt d'étalons, le directeur inspecte les stations, succursales du dépôt et il y organise la monte. Il assure également les relations avec les éleveurs et les associations et participe, souvent en tant que membre du jury, aux concours et courses hippiques. Il est assisté en Vendée d'un sous-directeur, qui dirige le dépôt lors de la tournée d'inspection des stations. Ces deux hommes sont des officiers des haras, de même que le vétérinaire et le surveillant.
    On trouve ensuite les brigadiers, puis les gagistes ou palefreniers, appelés plus tard agents des haras, qui s'occupent des chevaux ; ils assurent l'entretien et les sorties des étalons qu'ils entrainent régulièrement.
    Pendant la saison de monte, les palefreniers peuvent être nommés chef de station. Ils gèrent entièrement la station c'est-à-dire les relations avec les éleveurs, le soin des étalons, la monte et envoient un rapport régulier au directeur. Il y eut au XIXe siècle jusqu'à 65 palefreniers, au dépôt de La Roche-sur-Yon.
    Les maréchaux-ferrants, exercent également un métier essentiel puisqu'ils ferrent tous les étalons du haras et forgent les fers dans les bâtiments de la forge et la maréchalerie du haras. Ils assurent aussi la formation des maréchaux des haras de France. Le bourrelier-sellier fabrique et entretien des selles et harnais en cuir pour les 23 haras nationaux dans la bourrellerie-sellerie créée en 1973.
    Le personnel, exclusivement masculin, s'ouvre aux femmes dans les années 1990.

    Chaque dépôt d'étalons est chargé d'entretenir des " étalons nationaux " et de gérer leur reproduction. A La Roche-sur-Yon, leur nombre a été variable : entre 50 et 100 dans la première période, puis jusqu'à 220 dans le dernier quart du XIXe siècle. Ce nombre a ensuite décru progressivement à partir de 1914, la motorisation des armées ayant fait chuter le besoin usuel en chevaux. Les étalons sont choisis selon des critères physiques, de performance, de caractère et leur capacité de reproduction. On y trouve quelques pur-sang et des trotteurs, mais l'une des caractéristiques locales est le cheval demi-sang vendéen : l'une des trois principales races nationales ayant créé par fusion le Selle Français en 1958. A partir de 1912 les effectifs de demi-sang diminuent au profit des chevaux de trait délaissés jusqu'alors. Les chevaux lourds qui sont utilisés sont issus de races présentes à proximité de la circonscription : les cobs normands, les traits mulassiers et les traits bretons. Dans les Deux-Sèvres, la production des races mulassière et asine domine l'élevage.
    Lors de la saison de monte (la période de reproduction) qui s'étend plus ou moins de mars à fin juin, les étalons sont répartis dans des stations de la circonscription afin de saillir les juments des particuliers. Les stations ont atteint le nombre de 55 au tout début du XXe avant de décroître en nombre. Les propriétaires qui en ont fait la demande payent la saillie et obtiennent une carte de saillie d'un étalon pour leur jument. Si un poulain naît, il pourra par la suite être reconnu par le haras qui vérifie son signalement, ce qui permet de certifier les origines de l'animal et donc sa race. Le haras contrôle aussi l'étalonnage privé en délivrant des approbations de saillie. Seuls les produits (poulains) issus des étalons approuvés ou autorisés à la monte pourront avoir une origine paternelle reconnue. Le haras, en lien avec les livres généalogiques par race ou stud-books, est le garant de la race des chevaux de la circonscription. Depuis 1974, l'identification est faite au niveau national par le Système d'Identification Répertoriant les Equidés (SIRE) sur un fichier informatique.
    Cette activité a pour but d'améliorer les races en choisissant les étalons aux meilleures caractéristiques. L'amélioration des races passe aussi par les concours d'élevage où les mâles et les femelles des plus beaux modèles reçoivent des primes distribuées par le directeur du haras qui influence ainsi l'élevage privé.
    Dans le même souci de contrôle et de sélection, le haras exerce une tutelle sur les courses de chevaux en veillant au bon déroulement matériel et financier des épreuves qui ont lieu dans sa circonscription. Rappelons que les sociétés des courses sont subordonnées au ministère de l'Agriculture par une loi de 1891, et les Paris Mutuels sur les hippodromes sont les seuls autorisés.
    Par ailleurs, le haras de La Roche-sur-Yon assiste et contrôle les activités équestres sportives ou de tourisme. Il fournit aux établissements hippiques un appui technique et des encouragements financiers, que ce soit par l'agrément d'établissements, des subventions d'équipement, des primes à l'animation ou des aides financières pour les compétitions. La société hippique de La Baule a ainsi pris une importance telle qu'elle accueille des concours internationaux de sauts d'obstacles (CSIO).

    Les haras ont été créés en France en 1665, supprimés à la Révolution puis rétablis en 1806, par un décret de Napoléon pris à Saint-Cloud, qui découpe le pays en arrondissements. Les haras nationaux connaissent ensuite un certain nombre de réformes et de réorganisations, dépendant de différents ministères jusqu'à leur rattachement définitif au ministère de l'Agriculture en 1881.
    Les haras ont pour première finalité de produire des chevaux de qualité pour l'Armée. Avec l'apparition des véhicules blindés lors de la Première Guerre mondiale, le but de cette administration a dû être repensé pour se tourner vers l'utilisation agricole du cheval, bien vite dépassée par le développement du tracteur. Les années 1960 marquent une nouvelle orientation, cette fois vers l'équitation de sport et de loisir. Cependant la place des haras est remise en question dans les années 1990 et 2000. En 1999, l'administration est transformée en établissement public administratif, les Haras nationaux, ayant pour but de promouvoir la filière équine du point de vue économique et culturel. En 2010, l'organisme fusionne avec l'Ecole nationale d'équitation, formant un nouvel établissement public, l'Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE) sous la double tutelle des ministères des Sports et de l'Agriculture.

  • Contenu ou introduction :

  • Ce fonds donne une vision complète du fonctionnement et des activités du haras de La Roche-sur-Yon sur un siècle et demi.

    Les notes de service et les registres d'observations révèlent l'organisation de ce dépôt d'étalons situé au cœur de la ville, lieu de travail mais aussi lieu de vie du directeur, des officiers et des palefreniers. On conserve pour ces derniers les registres-contrôle de 1847 à 1933 ainsi que des dossiers de personnel, riches de renseignements multiples sur leur carrière, leur situation militaire et parfois leurs familles grâce aux attributions de logements de fonction. Les travaux réalisés au haras depuis 1879 sont également illustrés de plans.
    On suit la marche globale du dépôt d'étalons grâce aux rapports aux préfets et aux inspecteurs généraux, ou dans la correspondance au ministre de l'Agriculture. Les monographies sur l'élevage en Vendée, les préparations aux conférences et les articles de presse réunis par le directeur constituent également des éléments d'information sur les activités du haras.
    Les registres et dossiers d'étalons, agrémentés parfois de photos que complète la collection de photos des étalons du haras, permet l'étude des étalons nationaux. La collection de 184 ml de carnets à souche de saillies pourra aussi servir à constituer la généalogie des chevaux de la région. Ces documents additionnés à ceux des concours d'élevage sont une source formidable pour l'histoire locale du cheval. Ils rendent compte de l'évolution des races et des sélections effectuées dans la circonscription sous l'effet des primes d'encouragement à l'élevage. Quant aux dossiers des stations de monte, ils donnent une idée des pratiques d'élevage locales.

    On peut dresser une histoire des courses dans la circonscription grâce à la correspondance, aux déclarations et aux documents comptables des sociétés organisatrices. Des dossiers similaires pour les sociétés hippiques, les associations équestres, les établissements professionnels témoignent des utilisations locales du cheval. La pratique sportive et touristique est également bien illustrée, ainsi que l'organisation des compétitions ; signalons ici les programmes et résultats des concours internationaux de saut d'obstacles organisés à La Baule, ou encore les listes d'obtention des brevets d'équitation de la circonscription de 1962 à 1988.

  • Mode de classement :

  • Les fonds du haras de Saint-Maixent (1807-1870, 1,40 ml) et de l'Inspection départementale pour la gestion des Deux-Sèvres (1863-1870, 0,05 ml) ont été classés à la suite du fonds du haras de La Roche-sur-Yon. Ces archives ont probablement été récupérées par le dépôt d'étalons de La Roche-sur-Yon en 1872, lorsque le département des Deux-Sèvres passe dans sa circonscription.
    Le fonds du Syndicat Vendéen d'Elevage de Cheval de Trait (1967-1982, 0,10 ml), syndicat aujourd'hui disparu, a également été intégré à l'inventaire.

  • Historique de la conservation :

  • Les documents étaient conservés en différents lieux du haras jusqu'en 2005.

  • Tris et éliminations :

  • Des éliminations ont été proposées en 2005 et en 2014 (soit 45 ml), suivant la règlementation en vigueur.

  • Communicabilité :

  • Ces archives sont communicables selon les principes de la loi de juillet 2008 (les délais relatifs à la vie privée et aux dossiers individuels sont appliqués). Il est à noter que les documents en mauvais état et les documents numérisés ne sont pas communicables en salle de lecture.

  • Modalités de reproduction :

  • Se conformer au règlement sur la réutilisation des informations publiques

  • Sources complémentaires :

  • Aux Archives de la Vendée

    -La bibliothèque du haras de La Roche-sur-Yon a été versée en même temps que les archives. Le catalogue est publié sous "Inventaires et catalogues en ligne, Bibliothèque, Fonds d'imprimés".

    -Documents concernant les bâtiments du dépôt d'étalons et l'école de dressage de La Roche-sur-Yon :

    1 O 567 : dépôt d'étalons de La Roche-sur-Yon (1843-1844), école de dressage (1853-1873).
    4 N 134 : haras, construction, agrandissement (1842-1898), cession des bâtiments à l'Etat (1845-1846).
    10 Fi 171 : plan général de la ville de Bourbon approuvé par décret du 9 pluviôse an XIII, avec l'indication de l'emplacement du dépôt d'étalons, 10 mars 1843 (plan extrait du 1 Ø 567, numérisé et accessible en ligne).
    39 Fi 1289 : plan indiquant l'emplacement du dépôt d'étalons, annexé à une ordonnance royale du 9 janvier 1844, 6 mars 1844 et 39 Fi 1290 : plan d'ensemble indiquant la disposition générale des bâtiments en construction projetés par Malet, 28 juin 1844 (plans extraits du 4 N 134, numérisés et accessibles en ligne).
    10 Fi 172-177 : plans de l'école de dressage à La Roche-sur-Yon et affiches concernant les travaux, 1853-1859 (numérisés et accessibles en ligne).
    7 M 40 : école de dressage de La Roche-sur-Yon (1852-1920).
    23 W 355 : location d'un terrain pour le Haras à La Roche-sur-Yon (1940).

    - Documents concernant l'organisation générale :
    7 M 82-103 et 1844 W : administration du haras.
    2 W 118 : mouvements de personnel du haras 1941-1943.
    1 J 2321 : chrono des circulaires et règlements adressés aux directeurs et inspecteurs généraux des haras et sa table de 1866 à 1904 ; contrôle des étalons du Pin (Orne) de 1867 à 1869 (p. 332-338).
    6 M 1082 : états indicatifs de la population chevaline en Vendée (1836-1849).

    - Cartes postales du haras :
    1 Num 262/3-51 : le parc et la maison du directeur des haras, et l'ensemble des haras.
    176 J 107-2 : la maison du directeur (2 cartes), écuries (1 carte). 5 juin 1977.

    - Documents concernant les stations de monte :
    1 O 60 : location d'une écurie pour la station d'Angles (1915).
    1 O 189 : création d'une station à Challans en 1895.
    1 O 903 : station aux Essarts (1920) .
    1 O 960 : station à Maillé (1933).
    1 O 1000 et 23 W 326 : bail de la station du Perrier (1921-1938) et (1942-1945).
    1 O 1052 : station de Saint-Gilles-sur-Vie (1913-1933).
    23 W 102 : installation et bail de la station de Chantonnay (1952-1957).
    23 W 304 : rôle de la station de Nalliers (1956-1957).
    E DEPOT 46 3 F 29, archives communales de La Chaize-le-Vicomte : station de La Chaize-le-Vicomte : pièces de transmission, 1893-1894. - Concours régional hippique : encouragement pour la race chevaline vendéenne (lettre du préfet), 1881.
    E DEPOT 47 3 F 1, archives communales de Challans : correspondance relative aux haras (an X-1823, 1891) .
    E DEPOT 128 3 F 22, archives communales de Luçon : élevage chevalin : liste d'éleveurs de chevaux de gros trait, adhésion à une société pour l'établissement d'une station, correspondance avec les dépôts d'étalons, affiches pour la monte, les achats, les ventes, les concours, les primes, les courses, cartes de saillie (1841-1959)
    (Fi) 1 O 397-3 : plan de la station de Luçon (1881).
    (Fi) 1 O 1052-4 : plans pour la construction d'une écurie pour la station et logement du palefrenier de Saint-Gilles-sur-Vie (1913).
    134 J 21 : ouvrage de Jean VINCENT sur le haras communal des Herbiers, 2003, 8 p.
    1 J 2655 : carnet de monte de la station de Maillezais [1820-1872]

  • En dehors des Archives de la Vendée

    Aux Archives nationales :

    Archives concernant les Haras dans la sous-série F/10 (Agriculture) (1665-1954)

    et concernant plus spécifiquement le haras de La Roche-sur-Yon :
    F/10/1756 : inspection générale des haras à La Roche-sur-Yon (1882-1894)
    F/10/5829 : Projet d'école primaire des haras à Bourbon-Vendée [La Roche-sur-Yon] (1844)
    F/10/5837 : Concours-épreuves de chevaux à La Roche-sur-Yon (1937)
    760037 : Service des haras : archives, organisation, fonctionnement ; subventions à l'élevage, l'équitation, les sociétés de courses, 1934-1972 (201 art.).
    850377 : Tutelle des courses et contrôle du pari-mutuel, 1805-1984 (1 239 art.).
    860663 : Service des haras : courses et élevage, PMU, réforme des haras, 1980-1982 (art. 26 à 28).
    860663 : Haras, 1983 (art. 49).
    900334 : Service des haras, équitation, courses, 1908-1982 (64 art.).
    900484 : Service des haras et de l'équitation : affaires générales, 1877-1986 (129 art.).
    920332 : Service des haras, bureau des affaires générales : réglementation, contentieux, organisation du service, 1899-1990 (11 art.).
    940318 : Achats de chevaux par l'administration des haras, pièces comptables, 1964-1992 (15 art.).

    et plus spécifiquement sur le personnel des haras :
    800474 : Dossiers de carrière des agents des haras nés entre 1810 et 1929 (82 art.).
    800475 : Dossiers de carrière des agents des services vétérinaires, des services d'agronomie, de la protection des végétaux et des haras nés entre 1870 et 1956 (700 art.).
    810603 : Dossiers de carrière des agents des haras nés entre 1860 et 1960 (37 art.).
    850372 : Dossiers de carrière des personnels de service des haras et d'inspecteurs nés entre 1918 et 1962 (14 art.).
    880394 : Dossiers de carrière des personnels des haras nés entre 1890 et 1961 (11 art.).
    880398 : Dossiers de carrière des agents des personnels des haras […] ayant cessé leurs fonctions en 1973 ou entre 1981 et 1987 (13 art.).

    Aux Archives départementales des Deux-Sèvres :
    quelques articles sur le haras de Saint-Maixent

    Les archives des autres haras nationaux sont consultables dans les archives départementales concernées.

  • Bibliographie :

  • -Martial CAILLAUD, Haras de La Roche-sur-Yon : deux siècles de passion du cheval, Le Château d'Olonne, d'Orbestier, 1999, 31 p. (BIB B 1023-3).

    -Martial CAILLAUD, Le dépôt d'étalons de La Roche-sur-Yon : création, mission et fonctionnement d'une administration (1846-1914), mémoire de Maîtrise d'histoire contemporaine, Institut catholique d'études supérieures, Département d'histoire, La Roche-sur-Yon, juin 1997, dir. N. PIETRI, J. VALETTE, 219 p. (BIB MEM 494).

    -Les sources de l'histoire du cheval dans les Archives publiques françaises / guide conçu par Bruno GALLAND ; avant-propos Jean FAVIER, Paris, Archives nationales, 1993, 182 p. (BIB B 837).

    -H. de La MARTINIERE, " Le dépôt d'étalons de La Roche-sur-Yon ", dans L'Illustration économique et financière, 22 mars 1930, n° spécial, supplément, 34 p. (BIB C 108-1).

    -GUILLOTEL Gérard, Les haras nationaux, T1 à 3, Paris Lavauzelle, 1985-1986, 987 p.