Octobre 2020

SALLE DE LECTURE

En raison de la crise sanitaire, le fonctionnement de la salle de lecture est modifié. L'accès se fait sur réservation.  Lire la suite

Fermeture exceptionnelle le mercredi 21 octobre. 

      

Actualité à la Une (2 octobre)

La Cinémathèque au "Festival international du film de La Roche-sur-Yon"Images d'archives d'un paysage urbain en mutation 

    

Actualités précédentes

Du nouveau sur "Noms de Vendée" : Les mariages désormais tous indexés jusqu’en 1919

Paul, Marguerite, Ginette, François, Dominique et les autres… Le quotidien et les vacances de la famille Cros-Delabre, de l’Ile-de-France à la Bourgogne, et des plages du Pas-de-Calais à celles des Sables-d’Olonne (1931-1963). 

-  Les "Notes généalogiques" de Jean Maillaud

  • Bureau de l'Enregistrement de Moutiers-les-Mauxfaits (1791-1961)

    Un bureau de l'Enregistrement produit des instruments de recherche sous forme de tables, fichiers, répertoire ouvrant des registres de formalité (permettant d'inscrire tous les actes soumis à l'enregistrement).

    Il est à remarquer que certains instruments de recherche continuent à être tenus pour la circonscription après la fermeture du bureau de Moutiers-les-Mauxfaits en 1961 mais ils renvoient désormais aux actes du bureau des Sables-d'Olonne.

    Ce sont donc toute une série de registres et de sommiers qui, rédigés au sein de chaque bureau de l'Enregistrement, renseignent sur l'organisation interne de cette administration et constituent une source non négligeable de l'histoire sociale et économique de notre département.

  • Bureau de l'Enregistrement de Mortagne-sur-Sèvre (1873-1942)

    Un bureau d'Enregistrement produit des instruments de recherche sous forme de tables, fichiers, répertoire ouvrant des registres de formalité (permettant d'inscrire tous les actes soumis à l'Enregistrement).

    Il est à remarquer que le bureau de Mortagne-sur-Sèvre est créé en1873 mais que les tables sont ouvertes par anticipation en 1863. Elles renvoient au bureau des Herbiers pour tous les actes de 1863 au 30 avril 1873.
    Les instruments de recherches continuent à être tenus pour la circonscription après la fermeture du bureau de Mortagne-sur-Sèvre en 1942 mais ils renvoient désormais aux actes du bureau des Herbiers.

    Ce sont donc toute une série de registres et de sommiers qui, rédigés au sein de chaque bureau de l'Enregistrement, renseignent sur l'organisation interne de cette administration et constituent une source non négligeable de l'histoire sociale et économique de notre département.

  • Bureau de l'Enregistrement de Montaigu (an III-1961)

    Un bureau de l'Enregistrement produit des instruments de recherche sous forme de tables, fichiers, répertoire ouvrant des registres de formalité (permettant d'inscrire tous les actes soumis à l'enregistrement).

    Il est à remarquer que certains instruments de recherche continuent à être tenus pour la circonscription après la fermeture du bureau de Montaigu en 1961 mais ils renvoient désormais aux actes du bureau de La Roche-sur-Yon.

    Ce sont donc toute une série de registres et de sommiers qui, rédigés au sein de chaque bureau de l'Enregistrement, renseignent sur l'organisation interne de cette administration et constituent une source non négligeable de l'histoire sociale et économique de notre département.

  • Bureau de Maillezais : droits d'Enregistrement (1808-1942)

    Un bureau de l'Enregistrement produit des instruments de recherche sous forme de tables, fichiers, répertoire ouvrant des registres de formalité (permettant d'inscrire tous les actes soumis à l'Enregistrement).

    Il est à remarquer que le bureau de Maillezais est créé en 1808 mais que les tables sont ouvertes par anticipation en l'an VII. Elles renvoient aux actes enregistrés au bureau de Fontenay-le-Comte de l'an VII au 30 septembre 1808.

    Les instruments de recherche continuent à être tenus pour la circonscription après la fermeture du bureau de Maillezais en juillet 1942 mais ils renvoient désormais aux actes du bureau de Fontenay-le-Comte.

    Ce sont donc toute une série de registres et de sommiers qui, rédigés au sein de chaque bureau de l'Enregistrement, renseignent sur l'organisation interne de cette administration et constituent une source non négligeable de l'histoire sociale et économique de notre département.

  • Bureau de l'Enregistrement des Herbiers (an IV-)

    Un bureau de l'Enregistrement produit des instruments de recherche sous forme de tables, fichiers, répertoire ouvrant des registres de formalité (permettant d'inscrire tous les actes soumis à l'Enregistrement).

    Ce sont donc toute une série de registres et de sommiers qui, rédigés au sein de chaque bureau de l'Enregistrement, renseignent sur l'organisation interne de cette administration et constituent une source non négligeable de l'histoire sociale et économique de notre département.

  • Bureau de l'Enregistrement des Essarts (1847-1957)

    Un bureau de l'Enregistrement produit des instruments de recherche sous forme de tables, fichiers, répertoire ouvrant des registres de formalité (permettant d'inscrire tous les actes soumis à l'Enregistrement).

    Il est à remarquer que le bureau des Essarts est créé en 1847 mais que les tables sont ouvertes par anticipation en 1842. Elles renvoient aux actes enregistrés au bureau de La Roche-sur-Yon de 1842 au 30 juin 1847.

    Les instruments de recherche continuent à être tenus pour la circonscription après la fermeture du bureau des Essarts en 1957 mais ils renvoient désormais aux actes du bureau de La Roche-sur-Yon.

    Ce sont donc toute une série de registres et de sommiers qui, rédigés au sein de chaque bureau de l'Enregistrement, renseignent sur l'organisation interne de cette administration et constituent une source non négligeable de l'histoire sociale et économique de notre département.

  • Bureau de l'Enregistrement de Chantonnay (an V-1959)

    Un bureau de l'Enregistrement produit des instruments de recherche sous forme de tables, fichiers, répertoire ouvrant des registres de formalité (permettant d'inscrire tous les actes soumis à l'enregistrement).

    Après 1959, des instruments de recherches continuent à être tenus pour la circonscription de l'ancien bureau de Chantonnay mais ils renvoient désormais aux actes du bureau de La Roche-sur-Yon.

    Ce sont donc toute une série de registres et de sommiers rédigés au sein de chaque bureau qui renseignent sur l'organisation interne de cette administration et constituent une source non négligeable de l'histoire sociale et économique de notre département.

  • Bureau de l'Enregistrement de La Châtaigneraie (1792-1960)

    Un bureau de l'Enregistrement produit des instruments de recherche sous forme de tables, fichiers, répertoire ouvrant des registres de formalité (permettant d'inscrire tous les actes soumis à l'Enregistrement).

    Les instruments de recherche continuent à être tenus pour la circonscription après la fermeture du bureau de La Châtaigneraie en 1960 mais ils renvoient désormais aux actes du bureau de Fontenay-le-Comte.

    Ce sont donc toute une série de registres et de sommiers qui, rédigés au sein de chaque bureau de l'Enregistrement, renseignent sur l'organisation interne de cette administration et constituent une source non négligeable de l'histoire sociale et économique de notre département.

  • Archives communales de Benet (1637-2007)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Benet aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 20. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune est chef-lieu de canton jusqu'en l'an X, date à laquelle elle est intégrée à celui de Maillezais. En 1972, les communes de Lesson et Sainte-Christine sont réunies à celle de Benet. A noter que la paroisse fit partie du diocèse de Maillezais puis de celui de La Rochelle.

  • Minutier ancien de Bourneau, Marsais, Mouzeuil, Nalliers, Petosse, Pouillé, Saint-Cyr-des-Gâts, Saint-Laurent-de-la-Salle, Saint-Martin-des-Fontaines, Saint-Martin-sous-Mouzeuil, Sainte-Radégonde-la-Vineuse, Saint-Valérien et Sérigné) : analyses d'un choix de pièces (1541-1808)

    La totalité du minutier d'Ancien régime du canton de L'Hermenault a été numérisée (notaires en résidence à Bourneau, Marsais, Mouzeuil, Nalliers, Petosse, Pouillé, Saint-Cyr-des-Gâts, Saint-Laurent-de-la-Salle, Saint-Martin-des-Fontaines, Saint-Martin-sous-Mouzeuil, Sainte-Radégonde-la-Vineuse, Saint-Valérien et Sérigné). Les analyses présentées ici sont celles que MM. Jaunet et Panisson ont rédigées. Le relevé concerne tous les contrats de mariage, les testaments, les inventaires de meubles et d'immeubles, les procès-verbaux des assemblées d'habitants ou de paroisse, ainsi qu'un certain nombre d'actes considérés comme remarquables par leur intérêt historique. Il est à noter que tous les actes de Laurent Appraillé, notaire à Mouzeuil, de 1757 à avril 1778 ont été entièrement analysés.

  • Album paléographique

    Parallèlement aux instruments de recherches électroniques (inventaires, répertoires, catalogues, etc.) publiés sur leur site, les Archives de la Vendée proposent dans l' " Album paléographique " un corpus d'éditions de textes qui est régulièrement enrichi.

    En août 2018, ce recueil contient une soixantaine de textes du XIe au XVIIIe siècle, interrogeables en plein texte. Il ne vise pas la publication d'une édition critique exhaustive, car cela nécessiterait un travail trop important pour pouvoir être réalisé rapidement. Les objectifs sont de proposer aux chercheurs, à des fins de recherche, un accès facile à des textes inédits, de permettre aux étudiants ou amateurs de s'exercer de façon autonome à la pratique de la paléographie et d'encourager des éditions critiques.

    Chaque pièce numérisée est accompagnée d'une transcription ligne à ligne, d'une notice descriptive ainsi que, le cas échéant, d'une traduction et d'observations sur les particularités paléographiques de l'acte. Les documents qui font l'objet d'un travail de transcription collaborative sur le L@boratoire des internautes, et pour lesquels quelques termes restent à transcrire, sont séparés de ceux dont la transcription est achevée.

    UN PROJET MARQUANT : LA PUBLICATION DE 40 CHARTES BÉNÉDICTINES DES XIe ET XIIe SIÈCLES

    Jusqu'au début du XIIe siècle, le corpus des chartes conservé aux Archives de la Vendée compte quelques dizaines de pièces. Certaines ont fait l'objet de transcription au XIXe siècle mais rarement de traduction, si bien qu'elles ont été peu, voire pas utilisées, alors qu'il s'agit de sources fondamentales pour l'histoire du peuplement, de l'aménagement des territoires, de la justice, ainsi que pour la toponymie.

    Avec la collaboration d'un éminent médiéviste, M. Robert Durand, qu'elles tiennent à remercier chaleureusement, les Archives de la Vendée ont remédié à cet obstacle en débutant l'édition de leurs chartes médiévales par celles relevant de l'abbaye bénédictine de Marmoutier (Tours) qui possédait plusieurs prieurés en Bas-Poitou.

    Concrètement, les actes ont été numérisés en couleur, traduits par M. Durand, puis analysés et pourvus par les Archives d'un appareil critique minimum portant sur la datation, l'identification des personnes et des lieux, la bibliographie utile, etc. Les traductions et analyses ont ensuite été rapprochées des transcriptions réalisées par l'Institut de recherche et d'histoire des textes vers 2010 (base TELMA) ou parfois par Paul Marchegay au XIXe siècle (Cartulaires du Bas-Poitou, BIB B 1366).

    LA CORRESPONDANCE DU PREFET MERLET A SA FEMME

    Les 171 lettres que le préfet Merlet a envoyé à son épouse pendant son affectation en Vendée de l'an IX à 1809 ont fait l'objet d'une transcription par Mme Anne Lorvoire dans le cadre de son master. Merci vivement à elle d'avoir autorisé la publication de ce travail.

  • 168 Ci - Congrégation des Fils de Marie Immaculée (F.M.I.) [1950-1970]

    La Congrégation des Fils de Marie Immaculée (FMI), appelés familièrement « Pères de Chavagnes », est installée à Chavagnes-en-Paillers. Cette société de prêtres a été fondée par Louis-Marie Baudouin (1765-1835), sous le nom de « Société des Enfants de Marie Immaculée ». Supprimée en 1818 par Mgr Paillou, évêque de La Rochelle, elle a été restaurée par le Père Baizé en 1841, toujours sous le nom de « Société des Enfants de Marie Immaculée ». La dévotion à Marie Immaculée était chère au fondateur et à ses disciples et vénérée bien avant la définition du dogme de l'Immaculée-Conception (bulle "Ineffabilis", 8 décembre 1854). Le 22 juillet 1857, la congrégation devient de droit pontifical sous le nom de « Congrégation des Enfants de Marie Immaculée » dont le but était « les missions et l’éducation de la jeunesse, surtout dans les petits séminaires ». C’est en 1898 que la Congrégation adopta définitivement le nom de « Fils de Marie Immaculée ».

    La maison Sainte-Marie, à Chavagnes, accueillit des générations successives de jeunes pour  leur « juvénat » géré par les Pères de Chavagnes, et certains d’entre eux demandaient ensuite à entrer dans la Congrégation. Dans les années 1960, le juvénat accueillait environ une centaine d’élèves, de la 7e à la 1re (seule la philosophie n’y était pas enseignée).

    Au fil du temps, la Congrégation s’était implantée en France, à La Roche-sur-Yon, Saumur, Niort, Castelnègre, Limoux… mais également aux Antilles, en Angleterre, au Canada, au Venezuela et en Afrique, pour la formation de jeunes dans des petits séminaires en Tunisie, au Maroc et à Alger, puis au Cameroun et au Togo.

    Les 26 films confiés par la Congrégation des Pères FMI se répartissent en trois catégories : 1) les établissements et ses membres, 2) les activités de la Congrégation, 3) des films documentaires tournés par un Père muni d’une caméra, au fil de ses déplacements.

    L'inventaire sera donc composé de trois parties :

    La première porte sur des ordinations de prêtres et la construction du Petit Séminaire de Rabat-Souissi au Maroc.

    La deuxième comprend principalement une dizaine de films sur les colonies de vacances de garçons organisées par les Pères de Chavagnes. Ces colonies étaient organisées en deux sessions de 3 semaines chacune, une en juillet et une en août, à la Parée du Jonc de Saint-Jean-de-Monts jusqu'au début des années 1970. Les enfants y étaient encadrés par des juvénistes et des jeunes de paroisses liées aux Pères FMI. Quelques films de communions et de kermesse viennent compléter l’ensemble.

    La troisième nous fait découvrir des sites patrimoniaux et la période des vendanges faites par les Pères FMI à Meslay (près de Montaigu, qui servira en 1960 de résidence aux « missionnaires de l’intérieur »).

  • Minutier ancien de Champagné-les-Marais, Le Gué-de-Velluire, Moreilles, Puyravault, Sainte-Radégonde-des-Noyers et Vouillé-les-Marais (1611-an IX)

    La totalité du minutier d'Ancien Régime du canton de Chaillé-les-Marais a été numérisée. Les analyses présentées ici sont celles que MM. Jaunet et Panisson ont rédigées. Le relevé concerne tous les contrats de mariage, les testaments, les inventaires de meubles et d'immeubles et les procès-verbaux des assemblées d'habitants ou de paroisse passés devant tous les notaires du canton, en résidence à Champagné-les-Marais, au Gué-de-Velluire, à Moreilles, à Puyravault, à Sainte-Radégonde-des-Noyers, à Vouillé-les-Marais. Ont également été analysés un certain nombre d'actes considérés comme remarquables par leur intérêt historique.

  • 2 C - Contrôle des actes et Insinuation (1693-1828)

    Tous les bureaux dont l'existence est avérée sont présentés ici, même si aucun document n'a été conservé. Une exception toutefois, L'Ile-d'Yeu, totalement exclue du Contrôle mais mentionnée pour répondre aux éventuelles interrogations.

    Pour chaque bureau, les tables existantes, accompagnée d'une description, ont été placées en tête. Les registres de formalité, eux aussi présentés succinctement, sont ensuite listés ; puis viennent les sommiers et registres d'ordre, outils des receveurs pour repérer les impayés.

    Les ressorts des bureaux étant flous, il convient de se reporter à la liste des communes dressée à partir du dépouillement des registres et du minutier (liste commune au Contrôle des actes et à l'Enregistrement)

    *****

    De nombreuses lacunes sont à déplorer parmi les registres du Contrôle des actes des notaires et des actes sous-seing privé comme dans ceux de l'insinuation et du centième denier. Créées tardivement, les tables ouvrant à ces différents registres ne sont également conservées que très partiellement, à l'exception de celles des bureaux de Fontenay-le-Comte, Luçon et Sainte-Hermine.

    ****

    La consultation de cet ensemble permet un accès rapide au minutier, qui ne propose que très peu de répertoires chronologiques pour l'Ancien Régime.

    Les tables de sépultures, de testaments, de successions, de partages, de contrats de mariage, … sont complémentaires des registres paroissiaux et ainsi très utiles aux généalogistes. Les tables des vendeurs, acquéreurs ou bien encore des baux ainsi que les registres du Centième denier sont indispensables à qui fait l'histoire d'une propriété ou à l'histoire foncière plus généralement.

    Outre les actes passés devant notaire, le contrôle touche également ceux passés sous-seing privé (actes d'assemblées, copies de titres,…)

    ****

    Quelques dépouillements de registres du contrôle des actes des bureaux de Bouin (2 C 53-54) et de Challans (2 C 72-102) ont pu être récupérés et sont intégrés aux notices correspondantes.

  • 153 Ci - Fonds Croizé (1960-1972)

    Les films portent principalement la famille Croizé et leurs voyages, sur Le Gois et la construction du pont de Noirmoutier (1969-1971), le port du Bec à l'Epoids de Bouin, l'école de la Proutière à Challans, les paysages du marais breton et ses moulins, ainsi que sur les équipes challandaises de football ou de volley-ball.

  • Minutier ancien des Essarts (1686-1808)

    Les analyses présentées ici sont celles que M. Jaunet a rédigées en consultant le minutier. Ce relevé concerne tous les contrats de mariage, les testaments, les inventaires de meubles et d'immeubles et les procès-verbaux des assemblées d'habitants ou de paroisse passés devant les notaires en résidence aux Essarts. Ont également été analysés un certain nombre d'actes considérés comme remarquables par leur intérêt historique.

  • Minutier ancien de L'Hermenault (1608-1808)

    Les analyses présentées ici sont celles que MM. Jaunet et Panisson ont rédigées en consultant le minutier. Ce relevé concerne tous les contrats de mariage, les testaments, les inventaires de meubles et d'immeubles et les procès-verbaux des assemblées d'habitants ou de paroisse passés devant les notaires en résidence à L'Hermenault. Ont également été analysés un certain nombre d'actes considérés comme remarquables par leur intérêt historique.

  • Congrégation des Filles de la Sagesse - Administration, membres de la Congrégation et historique des établissements tenus par les soeurs

    Les archives de la Congrégation sont en cours de classement.

    La mise à jour de ce mois (mars 2020) permet la mise en ligne des descriptions des dossiers concernant les œuvres de la Congrégation installées dans les villes de France commençant par les lettres B et C et fermées à ce jour (soit 84 communes) et les dossiers des oeuvres tenues à Madagascar (soit près d’une vingtaine d’œuvres, la première datant de 1934).

    Vous y trouverez également la suite des chroniques de la Congrégation (de 1893 à 1913) avec leurs tables des matières interrogeables en plein texte ainsi que les images du Bulletin trimestriel de 1905 à 1960 (elles-aussi interrogeables en plein texte) : ces deux sources permettent de connaitre les actions de la Congrégation pendant une très longue période et les différentes phases de son développement.

    L’accent est en outre mis sur les dossiers des Supérieures générales ainsi que sur le fonctionnement interne de la Congrégation, notamment celui des provinces de Haïti et de Madagascar.

    ****************
    Détail de ce que contient le présent inventaire :

    - Partie consacrée à l"Administration" : elle présente le texte des chroniques de Soeur Florence (chroniques primitives de Saint-Laurent), le texte de celles de Soeur Agathange (écrites milieu XIXe, couvrant la période 1701-1866), puis de celles qui concernent encore l’ensemble de la congrégation (1867-1913). Chaque volume présente une table des matières interrogeable en plein texte. On y trouve également les dossiers personnels des Supérieures générales (notamment leur correspondance, leurs écrits et des notices biographiques) ainsi que les publications internes à la congrégation (le Bulletin trimestriel de 1905 à 1965, avec reconnaissance optique de caractères).

    - Partie consacrée aux " Relations avec les autorités civiles" : elle comprend une série de registres où sont retranscrites les premières lettres officielles échangées entre la Supérieure Générale et les autorités civiles au début du XIXe s. pour favoriser l'installation des différentes oeuvres.

    - Partie consacrée aux relations à l’intérieur de la Congrégation : elles est pour l’instant consacrée au fonctionnement des provinces de Haïti et de Madagascar (décisions des conseils provinciaux, statistiques des provinces, axes pour la formation des sœurs).

    - Partie consacrée aux "Membres de la Congrégation" : réparties jusqu'en 1954 en soeurs de choeur et soeurs converses (ces dernières étaient employées aux travaux domestiques), les religieuses sont recensées dans plusieurs catégories de registres, ouverts par nom civil, par nom de religion - avec obédiences parfois, ou encore par matricules - avec ou sans obédiences. Pour chacune de ces catégories, plusieurs séries existent ; celle placée en tête d'inventaire est en général la plus complète et a été totalement ou en partie numérisée. Les registres par entrée au postulat, au noviciat ou bien par voeux temporaires indiquent parfois l'état civil complet des soeurs. Ces documents sont également indispensables pour retrouver les personnes sorties de la Congrégation avant de prononcer leurs voeux perpétuels.

    Cette partie est donc composée de registres du personnel, de dossiers individuels des soeurs de choeur et soeurs converses, de registres de décès et de sorties, et de statistiques sur l'activité de la Congrégation.

    - Partie consacrée aux "Activités de la Congrégation" : elle est composée de registres dressant l'historique des maisons fondées par la Congrégation de par le monde ouverts au début du XIXe siècle jusqu'aux années 1950. On y suit les différentes étapes de l'implantation des communautés et les vicissitudes dues notamment aux décisions politiques - fermetures et réouvertures d'écoles, perte de l'administration des établissements de santé, évolution des matières enseignées…. Ces registres sont complétés par des états sur la situation financière des établissements ou les travaux qu'ils ont pu connaitre.
    Les archives de ces établissements sont également conservées et réunies dans des dossiers qui représentent plus d'une centaine de ml. Elles permettent de retracer la vie des communautés (visites canoniques, chroniques, listes de soeurs, comptes et budgets...) et de connaitre leur situation administrative (traités, délibérations du Conseil général, décisions d'ouverture et de fermeture). De nombreuses photographies et des plans des lieux, en cas de travaux notamment, viennent illustrer l'ensemble. Pour certaines oeuvres, une volumineuse correspondance échangée en temps de guerre est à signaler. Il n'y a en revanche que peu de pièces administratives sur les structures dont les soeurs ont la charge (peu ou pas de listes d'élèves ou d'enfants secourus, peu ou pas de programmes scolaires).Ces dossiers sont très complémentaires des registres cités plus haut, voire la seule source de renseignements lorsque l'oeuvre est ouverte ou réouverte après les années 1950.

    ******************
    Historique de la mise en ligne de l’inventaire

    Après avoir mis en ligne en juillet 2016, les registres du personnel (avec matricules et obédiences) et la liste des dossiers individuels conservés pour les soeurs de choeurs et soeurs converses, en mars 2017, les notices sur les maisons fondées par la Congrégation à travers le monde (faits marquants, travaux, situation financière) ainsi que les transcriptions des lettres officielles qui ont favorisé leur implantation, puis en septembre 2017, le texte, accompagné de tables ou résumés, des chroniques de Soeur Agathange, cet inventaire présente désormais, outre les dossiers des établissements ouverts en France et plus particulièrement dans les communes commençant par la lettre A (22 communes), les dossiers des établissements fondés à Haïti depuis 1875, soit une quarantaine d'oeuvres au total (février 2018). 

  • Congrégation des Filles de la Sagesse - Documents iconographiques illustrant l'action et les oeuvres de la congrégation

    Ce catalogue est réalisé pour présenter photographies, cartes postales ou tout autre document iconographique illustrant la présence et l'action de la Congrégation de par le monde. Il sera enrichi au fur et à mesure des classements.

    En 2018, cet inventaire a été publié pour présenter photographies et cartes postales consacrées aux établissements fondés à Haïti depuis 1875 par les Filles de la Sagesse.
    Cette mise à jour (février 2020) propose une illustration des œuvres implantées à Madagascar depuis 1934 ainsi que de celles ouvertes en France dans les communes commençant par les lettres A et B (soit dans 26 communes)

    Retrouvez les dossiers d'archives relatifs à ces établissements dans l'inventaire "Congrégation des Filles de la Sagesse - Membres de la Congrégation et historique des établissements tenus par les soeurs" publié sur ce même site (voir bouton "Consulter", menu "Inventaires et catalogues en ligne", rubrique "Cultes", "Etablissements religieux")

  • Archives communales de Luçon : catalogue des plans et affiches (1825-1960)

    Les Archives historiques de la ville de Luçon déposées aux Archives de la Vendée (consultables sous la cote E Dépôt 128) sont particulièrement riches (59,5 ml), notamment pour leur importante collection de documents iconographiques et cartographiques. En effet, 977 affiches et 845 plans illustrent la mémoire écrite de ce chef-lieu du Sud-Vendée. C'est pour mettre en valeur une telle richesse qu'un inventaire particulier - complémentaire de celui des archives historiques - a été réalisé ; chaque pièce y est décrite en détails et 524 d'entre elles sont numérisées (soit 29 % du fonds).

    De l'affiche la plus ancienne (un arrêté préfectoral sur les droits de navigation sur le canal de Luçon en 1825, EE Dépôt 128 3 O 10/2) à la plus récente (annonçant l'ouverture du communal le 15 avril 1960, EE Dépôt 128 1 N 2/4), ce sont 135 années de l'histoire luçonnaise qui se racontent en images. Si les plans témoignent de l'évolution de l'aménagement urbain, les affiches reflètent davantage la vie quotidienne, à travers les réglementations mises en place sous les régimes successifs.

    Les sujets illustrés sont aussi variés que les compétences municipales : de l'agriculture à l'assistance publique, en passant par les affaires militaires, la police et les finances communales.

    Certains domaines d'activité engendrent cependant davantage de documents cartographiques que d'autres : les édifices communaux (série M) et les travaux publics et transports (série O) représentent, à eux seuls, plus de la moitié du fonds. Parmi les plans de bâtiments, près de 200 concernent des établissements scolaires, les autres représentent les nombreux édifices publics dont la ville se dote aux 19e et 20e siècles, comme l'hôtel de ville, la justice de paix, l'hôpital ou la poste. L'histoire des différents projets de halles, par exemple, se dessine au fil des plans extraits des dossiers d'archives cotés E Dépôt 128 1 M 14 et 1 M 15. Le minage (halle aux blés) de 1865 - une des premières réalisations luçonnaises de l'architecte Léon Ballereau (1823-1877) - sera ensuite réaménagé en Bains-douches à la fin des années 1920 (plans extraits du E Dépôt 128 1 M 19). L'émergence des loisirs dans la première moitié du 20e siècle se traduit aussi par la réalisation de l'hippodrome et de la piscine municipale (E Dépôt 128 5 M 1). L'empreinte de Pierre Hyacinthe Dumaine, légataire de l'actuelle mairie et du jardin contigu qui porte son nom, est également présente, à travers les plans d'aménagement de ces lieux, mais aussi avec ceux du cimetière que la ville devait édifier pour la famille du donateur (E Dépôt 128 2 M 4). Enfin, les chantiers de voirie, notamment les alignements de rues, l'arrivée du tramway et la fourniture de la ville en eau, électricité et gaz sont également illustrés. Tous ces plans font ressurgir les aménagements urbains successifs, sous les coups de crayons de plusieurs générations d'architectes, de Julien Ballereau à Jean-Baptiste Durand, en passant par Arsène Charier et Émile Bordelais (pour n'en citer que quelques-uns).

    De la même façon que pour les plans, certains domaines de compétences communales génèrent une forte production d'affiches. C'est le cas notamment des fêtes publiques (les célébrations du 14 juillet et des armistices revenant chaque année !), mais surtout des élections, qu'elles soient politiques ou professionnelles, à l'origine de quelque 230 affiches, sur une période allant de la Monarchie de Juillet à la Ve République. Par ailleurs, le fonds comporte une centaine d'affiches imprimées en temps de guerre, en 1870-1871 et pendant les deux conflits mondiaux. Le choix a été fait de toutes les numériser (exception faite de celles sur les taxations des denrées alimentaires) afin de mettre particulièrement en valeur ces témoignages du quotidien pendant le conflit armé ou pendant l'Occupation allemande.

    Enfin, au-delà de Luçon, ces documents iconographiques témoignent aussi de l'histoire de la Vendée. Les nombreuses affiches sorties des imprimeries yonnaises pour faire connaître et appliquer les arrêtés préfectoraux furent, en effet, placardées dans toutes les communes du département. La ville de Luçon conserve également des pièces relatives à d'autres communes vendéennes, comme ce règlement de police du port de Noirmoutier daté de 1857 ((Fi) E Dépôt 128 3 O 10/12), cette affiche annonçant la fermeture du tour d'exposition pour les enfants abandonnés de l'hospice de La Roche-sur-Yon en 1861 ((Fi) E Dépôt 128 5 Q 24/1) ou encore ce plan de l'hippodrome sablais de la Lande en 1921 (EE Dépôt 128 5 M 1/8).

  • Archives communales de Vix (1673-1989)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Vix aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 303. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton du Gué-de-Velluire jusqu'en l'an X, date à laquelle elle est intégrée à Maillezais.

  • Archives communales de Saint-Michel-en-l'Herm (1609-2001)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Michel-en-l'Herm aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 255. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune est chef-lieu de canton jusqu'en l'an X, date à laquelle elle est intégrée à celui de Luçon. Elle est renommée L'Union-sur-Mer pendant la période révolutionnaire.

  • Archives communales de Saint-Valérien (1602-1999)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Valérien aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 274. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton de L'Hermenault. A noter que la paroisse fit partie du diocèse de Maillezais puis de La Rochelle sous l'Ancien Régime.

  • Archives communales de Dissais (1650-1973)

    Cet inventaire décrit les dossiers et registres déposés par la commune de Dissais aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 79.


    Commune de l'arrondissement de Fontenay-le-Comte en 1801, Dissais est rattachée à celui de La Roche-sur-Yon en 1824. La commune est réunie à Mareuil-sur-Lay (chef-lieu de canton) par arrêté préfectoral du 20 décembre 1973. Le chef-lieu de la nouvelle commune Mareuil-sur-Lay-Dissais est fixé à Mareuil-sur-Lay. A noter cependant que l'état civil de Dissais est toujours tenu de manière distincte.



    Le fonds déposé concerne essentiellement le XXe siècle, état civil mis à part. Les documents portent surtout sur l'administration communale (délibérations, arrêtés, budgets et comptes annuels), le cadastre et les contributions directes, les élections (listes électorales et d'émargement, mais quelques rares procès-verbaux d'élection) et le recrutement militaire. A noter la présence de trois articles relatifs aux déclarations agricoles pendant la Deuxième Guerre mondiale. Les collections départementales permettront de compléter les lacunes du fonds (en matière de recensement de population et d'édifices communaux notamment).



    Ont été cependant aussi décrites sous leur cote propre AC les séries d'état civil, de délibérations, d'arrêtés municipaux et du cadastre demeurées à la mairie.



    L'inventaire présente donc l'ensemble des archives communales antérieures à 1973 (à noter que le registre de délibérations du bureau de bienfaisance court jusqu'en 1978), où qu'elles soient conservées.

  • Archives communales de Réaumur (1701-2007)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Réaumur aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 187. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton de Pouzauges.

  • Archives communales de Saint-Philbert-du-Pont-Charrault (1619-1974)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Philbert-du-Pont-Charrault aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 263. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte jusqu'en 1824 puis à celui de La Roche-sur-Yon, la commune faisait partie du canton de La Jaudonnière jusqu'en l'an X, date à laquelle elle intègre celui de Chantonnay. La commune est supprimée et réunie à celle de Chantonnay en 1972. Pendant la période révolutionnaire, Saint-Philbert-de-Pont-Charrault est renommé La Résolue.

  • Archives communales de Saint-Urbain (XVe siècle-2000)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Urbain aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 273. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement des Sables-d'Olonne, la commune fait partie du canton de Beauvoir-sur-Mer.

  • Archives communales de Thiré (1698-2007)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Thiré aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 290. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton de Sainte-Hermine.

  • Archives communales de Saint-Philbert-de-Bouaine (1561-1996)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Philbert-de-Bouaine aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 262. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Montaigu jusqu'en 1810 puis à celui de La Roche-sur-Yon, la commune fait partie du canton de Rocheservière.

  • Archives communales de Grosbreuil (1687-2000)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Grosbreuil aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 103. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée au canton du Poiroux jusqu'en l'an X puis à celui de Talmont-Saint-Hilaire, la commune fait partie de l'arrondissement des Sables-d'Olonne.

  • Archives communales de Saint-Gilles-sur-Vie (1545-1966)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Gilles-sur-Vie aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 222. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement des Sables-d'Olonne, la commune est chef-lieu de canton. En 1867, Saint-Gilles-sur-Vie acquiert une partie du territoire de Brétignolles-sur-Mer. La commune est réunie à celle de Croix-de-Vie en 1966 ; le chef-lieu est fixé à Croix-de-Vie et la nouvelle commune prend le nom de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Saint-Gilles-sur-Vie est renommée Port-Fidèle pendant la période révolutionnaire.

  • Archives communales de Saint-Nicolas-de-Brem (1703-1973)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Nicolas-de-Brem aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 258. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement des Sables-d'Olonne, la commune fait partie du canton de Landevieille jusqu'en l'an X, date à laquelle elle est intégrée à celui de Saint-Gilles-sur-Vie. Saint-Martin-de-Brem et Saint-Nicolas-de-Brem sont réunies en une seule commune en 1973 ; le chef-lieu est fixé à Saint-Martin-de-Brem et la nouvelle commune prend le nom de Brem-sur-Mer. Saint-Nicolas-de-Brem est renommé Bellevue pendant la période révolutionnaire.

  • Archives communales de Saint-Hilaire-de-Loulay (1692-2000)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Hilaire-de-Loulay aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 224. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Montaigu jusqu'en 1810 puis à celui de La Roche-sur-Yon, la commune fait partie du canton de Montaigu. En 1891 puis en 1961, une partie du territoire communal est rattachée à la commune de Montaigu.

  • Archives communales de Vairé (1743-2000)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Vairé aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 298. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement des Sables-d'Olonne, la commune fait partie du canton de La Mothe-Achard jusqu'en l'an XI, date à laquelle elle est intégrée à celui des Sables-d'Olonne.

  • Archives communales de Saint-Maixent-sur-Vie (1793-1991)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Maixent-sur-Vie aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 239. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement des Sables-d'Olonne, la commune fait partie du canton d'Apremont jusqu'à l'an X, date à laquelle elle est intégrée à celui de Saint-Gilles-sur-Vie.

  • Archives communales de Sainte-Foy (1793-2008)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Sainte-Foy aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 214. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement des Sables-d'Olonne, la commune fait partie du canton de La Mothe-Achard jusqu'en l'an X, date à laquelle elle est intégrée à celui des Sables-d'Olonne. Elle est renommée Le Désert pendant la période révolutionnaire.

  • Archives communales de Chassais-l'Eglise (1658-1827)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Chassais-l'Eglise aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 282A. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune faisait partie du canton de Chantonnay. En 1827, Chassais-L'Eglise est supprimée et réunie à la commune de Sigournais.

  • Archives communales de La Ferrière (1796-2001)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de La Ferrière aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 89. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Montaigu jusqu'en 1810 puis à celui de La Roche-sur-Yon, la commune fait partie du canton de La Chaize-le-Vicomte jusqu'en l'an X, date à laquelle elle est intégrée à celui des Essarts. Sous l'Ancien Régime, La Ferrière porte le nom des Chapelets (ou La Terre-des-Chapelets). En 1828, la commune de L'Airière est réunie à celle de La Ferrière.

  • Archives communales de Saint-Pierre-le-Vieux (1632-1993)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Pierre-le-Vieux aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 265. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton de Maillezais. En 1792, l'ancienne paroisse de Chalais est réunie à Saint-Pierre-le-Vieux. Une partie du territoire communal est rattachée à la commune de Nieul-sur-l'Autise en 1861.

  • Archives communales de La Chaize-le-Vicomte (1582-1998)

    Cet inventaire décrit les dossiers et registres déposés par la commune de La Chaize-le-Vicomte aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 46. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Sous l'Ancien Régime, La Chaize-le-Vicomte était constituée de deux paroisses qui deviennent deux communes distinctes en 1790 : Saint-Jean-de-la-Chaize et Saint-Nicolas-de-la-Chaize. Ce n'est qu'en l'an V que les deux communes sont réunies et le chef-lieu est fixé à Saint-Jean-de-la-Chaize. La commune restera chef-lieu de canton de 1790 à l'an X et est ensuite intégrée au canton de La Roche-sur-Yon.



    Le fonds déposé par la commune est extrêmement complet et représentatif de l'activité d'une commune pour la période : notamment l'administration communale, listes nominatives ou recensements de population, commerce et agriculture, affaires militaires et guerres mondiales, imposition et finances communales, police élections et personnel communal, édifices communaux, voirie ; assistance et prévoyance, instruction publique.


    Le fonds de la commune de La Limouzinière, qui a fusionné avec celle de La Chaize-le-Vicomte, a également été déposé aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E dépôt 124 et fait l'objet d'un autre inventaire.

  • Archives communales de Triaize (1666-1999)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Triaize aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 297. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton de Saint-Michel-en-l'Herm jusqu'en l'an XI, date à laquelle elle est intégrée à celui de Luçon.

  • Archives communales de Vendrennes (1681-2001)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Vendrennes aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 301. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Montaigu jusqu'en 1810 puis à celui de La Roche-sur-Yon, la commune fait partie du canton de Mouchamps jusqu'en l'an XI, date à laquelle elle est intégrée à celui des Herbiers.

  • Archives communales de Saint-Vincent-sur-Jard (1620-2008)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Vincent-sur-Jard aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 278. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement des Sables-d'Olonne, la commune fait partie du canton de Talmont-Saint-Hilaire. Pendant la période révolutionnaire, la commune est renommée Le Goulet.

  • Archives communales de Saint-Malô-du-Bois (1796-2008)

    Cet inventaire décrit les dossiers et registres déposés par la commune de Saint-Malô-du-Bois aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 240. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Située dans le canton de Mortagne-sur-Sèvre, Saint-Malô-du-Bois fait d'abord partie de l'arrondissement de Montaigu en 1801, avant d'être rattaché à celui de La Roche-sur-Yon en 1810.



    Le fonds est très lacunaire : les archives concernant le XIXe siècle sont quasi inexistantes, les délibérations du conseil municipal ne commencent qu'en 1936 et les recensements de population en 1901 (avec des lacunes pour 1921 et 1926). Les collections départementales permettent en partie de combler certaines lacunes (registres paroissiaux, recensements de population, recrutement militaire, élections).

  • Archives communales de La Tardière (1617-2000)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de La Tardière aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 289. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton de La Châtaigneraie. A noter que la paroisse fit partie du diocèse de Maillezais puis de La Rochelle sous l'Ancien Régime.

  • Archives communales de Saint-Michel-Mont-Mercure (1668-2001)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Michel-Mont-Mercure aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 257. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton de La Flocellière jusqu'en l'an X, date à laquelle elle est intégrée à celui de Pouzauges. Elle est renommée Le Mont-Mercure pendant la période révolutionnaire.

  • Archives communales de Saint-Michel-le-Cloucq (1621-1993)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Michel-le-Cloucq aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 256. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Fontenay-le-Comte, la commune fait partie du canton de Saint-Hilaire-des-Loges. A noter que la paroisse fit partie du diocèse de Maillezais puis de La Rochelle sous l'Ancien Régime.

  • Archives communales de Châteauneuf (1634-1999)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Châteauneuf aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 62. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée au canton de La Garnache jusqu'en l'an X avant d'être intégrée à celui de Challans, la commune fait partie de l'arrondissement des Sables-d'Olonne.

  • Archives communales de La Chapelle-Achard (1646-2011)

    Cet inventaire décrit les dossiers et registres déposés par la commune de La Chapelle-Achard aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 52. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement des Sables-d'Olonne, la commune fait partie du canton de La Mothe-Achard. Pendant la période révolutionnaire, elle est renommée Belle-Chasse.


    Le fonds est lacunaire : les archives concernant le XIXe siècle sont peu nombreuses, notamment en ce qui concerne les arrêtés municipaux, le recensement militaire, les listes électorales, les finances communales. Les collections départementales permettent en partie de combler certaines lacunes. A noter la présence dans le fonds du carnet de guerre de Séraphin Haham (cote 2 S 1), volontaire engagé dans les chasseurs parachutistes qui fit la guerre d'Indochine entre 1945 et 1948. Ce carnet contient des récits d'opérations, des photographies et diverses illustrations.

  • Archives communales de Saint-Sulpice-le-Verdon (1740-1995)

    Cet inventaire décrit les pièces isolées déposées par la commune de Saint-Sulpice-le-Verdon aux Archives départementales de la Vendée sous la cote E DEPOT 272. Il présente également, sans rendre compte de l'intégralité du fonds, les séries les plus facilement identifiables toujours conservées en mairie, comme les registres d'état civil, de délibérations, d'arrêtés, ainsi que les documents cadastraux dits primitifs et napoléoniens.


    Rattachée à l'arrondissement de Montaigu jusqu'en 1810 puis à celui de La Roche-sur-Yon, la commune fait partie du canton des Brouzils jusqu'en l'an X, date à laquelle elle intègre celui de Rocheservière.

Voir par page : 10 20 50 100