• 8 J - Travaux de Guy de Raigniac (généalogie et archives seigneuriales)

    Ce fonds est constitué de travaux de Guy de Raigniac composés essentiellement de généalogies de familles anciennes du Bas-Poitou, objet de la première partie de cet inventaire, et de notes et transcriptions tirées d'archives seigneuriales à des fins généalogiques, constituant la seconde partie.

    Ces travaux ont parfois été menés en collaboration. C'est le cas des archives de Beaumarchais que Guy de Raigniac a dépouillées avec Gilles de Maupeou. Ces relevés concernent aussi bien des fonds conservés dans des dépôts publics (chartrier de Thouars aux Archives nationales, chartrier de la Rabatelière et fonds Pailloux aux Archives départementales de la Vendée) que des fonds appartenant à des particuliers. Ces inventaires sont partiels et portent sur les documents jugés les plus intéressants par les auteurs. Les pièces peuvent, selon leur intérêt, faire l'objet d'une analyse ou d'une transcription. L'auteur reconnaît que la saisie de ces travaux mériterait des vérifications notamment pour les noms de famille et les noms de lieux. Il n'en reste pas moins que ces présentations facilitent l'approche des fonds concernés.

    En 2011, M. Jean de Raigniac a confié l'intégralité des travaux de son père, ce qui double ce qui était déjà là, en le complétant entre autres par les analyses des archives des seigneuries de la Barette (Les Essarts), et de Salidieu (Bessay). La partie sur les familles est également enrichie de plusieurs généalogies et de 17 volumes de dépouillements d'archives publiques et privées.

  • Archives des clarisses du monastère de La Roche-sur-Yon
  • 24 Fi - Fonds de cartes et plans (XVIe-XXe siècles) - Dépôt de la ville de Luçon.

    Le fonds 24 Fi est constitué de 133 documents, principalement cartographiques, déposés aux Archives de la Vendée par la ville de Luçon.
    Le dépôt s'est effectué en plusieurs étapes. Le premier versement, d'une centaine de pièces (24 Fi 1-97), provient des Archives municipales de la ville. Le versement suivant, effectué en 1998, se compose de 6 cartes conservées à la Bibliothèque municipale, parmi lesquelles une stupéfiante feuille aquarellée (24 Fi 98) qui se présente comme l'une des cartes de l'atlas de Masse, dressée en 1703 par cet ingénieur pour le roi. Il semble probable que les cartes conservées à la bibliothèque proviennent de la même collection que celles découvertes aux archives de la mairie (collection privée dont le propriétaire, M. Chartron (voir 24 Fi 42), aurait fait don à la ville ?). Dans le courant de l'année 2003, la copie d'un plan de Luçon rejoint le fonds, sous la cote 24 Fi 104, après avoir été récemment restituée à la ville. Enfin, en février 2008, ce sont 28 pièces plus récentes qui font l'objet d'un ultime versement.

    L'intérêt de ce fonds réside dans le fait qu'il couvre cinq siècles de l'histoire de la cartographie, des cartes d'Europe de Belleforest et Mercator au XVIe siècle, aux plans du cadastre rénové de Luçon en 1971.
    A côté d'un important fonds de cartes représentant les continents, dont certaines sont fort anciennes, se trouve une série de cartes marines très intéressantes, comme celles, par exemple, de Cuba et de Saint-Domingue qui nous montrent l'importance du commerce triangulaire au XVIIIe siècle.
    Tous les cartes et plans des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles sont d'une qualité artistique évidente (qualité du papier et du trait de la gravure), ceux des XIXe et XXe siècles témoignent de qualités plus diverses, certains étant lithographiés ou imprimés.
    Cet ensemble de cartes nous montre l'évolution de la cartographie au fil des siècles. D'abord approximatives, les cartes furent largement copiées les unes sur les autres pour arriver à un tracé relativement exact au XVIIIe siècle. Aux Flamands (Mercator, Hondius, Blaeu, ...), précurseurs dans le domaine de la cartographie au XVIe siècle, succédèrent, à partir de la fin du XVIIe siècle, les cartographes français (Cassini, Jaillot, de Fer, Bellin, ...), plus rigoureux dans la mise à jour des informations topographiques.
    Pour les cartes marines, les procédés étaient rudimentaires, le tracé du littoral fantaisiste. Ce n'est qu'à la fin du XVIIe siècle que les sondages furent effectués sur les côtes, bien souvent avec peu de moyens. Deux oeuvres ont particulièrement marqué l'histoire de l'hydrographie des côtes de notre région : celle de l'ingénieur La Favolière qui effectua le relevé des côtes du Poitou et de Saintonge de 1670 à 1677, et celle de l'hydrographe Beautemps-Beaupré qui oeuvra à la réfection complète de l'hydrographie des côtes de France au milieu du XIXe siècle.

    Des informations lacunaires sur les cartes, telles que la date ou l'auteur, ont pu être renseignées grâce aux indications du catalogue de la Bibliothèque nationale de France, ainsi que de plusieurs ouvrages dont celui d'Alain Gaudillat, "Cartes de l'île de Ré : cartes géographiques anciennes de l'île de Ré, Poitou, Aunis et Saintonge" (consultable aux Archives de la Vendée sous la cote BIB B 3603).

    Seuls les ingénieurs et les géographes, à l'origine du tracé des cartes, sont indexés en tant qu'auteurs. Le nom d'un graveur ou d'un éditeur peut être retrouvé par le biais d'une recherche simple.

  • Plans et affiches relatifs aux établissements classés

    Le présent catalogue dresse l'inventaire de plus de 2800 plans, cartes et affiches conservés dans les dossiers des établissements classés (cotés 5 M 78-327) et couvrant la période de 1830 à 1954. Cette appellation d' "établissement classé" désigne les ateliers et usines considérés comme dangereux, insalubres ou incommodes, et donc sources de pollutions ou de nuisances pour leur voisinage. Ces établissements - comme les abattoirs (ou tueries), conserveries, dépôts d'essence, garages, fabriques d'engrais, fours à chaux, porcheries et tanneries, pour ne citer que les plus nombreux - faisaient donc l'objet d'une réglementation particulière dont le suivi était assuré par les services de la préfecture.

    Le catalogue est organisé par ordre alphabétique des communes, puis par ordre chronologique des pièces.

    La plupart de ces pièces consistent en plans sommaires, manuscrits ou imprimés, indiquant l'aménagement de l'établissement ou sa situation dans son environnement proche. Certains plans plus soignés, parfois aquarellés, offrent des représentations détaillées d'une papeterie ou d'une manufacture de chandelles, ou permettent d'appréhender le maillage économique local à une époque où ce dernier était bien plus dense qu'aujourd'hui.

    Un petit échantillon de ces documents (57 plans et 1 affiche) a été numérisé pour illustrer la grande diversité de ces établissements classés, reflets d'une partie de l'industrie et de l'artisanat vendéens des 19e et 20e siècles. En effet, dans cet inventaire se côtoient aussi bien des établissements renommés (la conserverie Saupiquet, le magasin yonnais des Galeries Modernes) que les innombrables dépôts d'essence et tueries, ou encore des fabriques plus insolites comme celles de tapis en caoutchouc ou d'huile de pieds de boeufs.

    Les documents cartographiques et iconographiques présentés dans ce catalogue font partie intégrante des dossiers de la sous-série 5 M (hygiène et santé publique) qu'elles illustrent et complètent. Ces dossiers ont été versés aux Archives départementales par la préfecture de la Vendée et sont librement consultables en salle de lecture.

  • Plans et affiches relatifs aux routes nationales

    Le catalogue des routes nationales dresse l'inventaire d'environ 2200 documents iconographiques (affiches) et cartographiques (plans). D'une grande diversité, ces pièces vont de l'anodine vente de terrains au plan de la " place royale de Bourbon-Vendée " - l'actuelle Place Napoléon - dressé en 1823 par l'ingénieur Viollet. L'utilisateur curieux pourra également y découvrir des plans de bourgs, de routes, de gués ou de ponts qui se révèlent être de magnifiques plans aquarellés.

    41 pièces remarquables, autant d'un point de vue technique qu'esthétique, ont été numérisées et sont ainsi consultables en ligne. Elles font également l'objet d'une description plus détaillée. Les plans non numérisés peuvent être communiqués en salle de lecture, après demande motivée.

    Les pièces iconographiques et cartographiques présentées dans ce catalogue font partie intégrante des dossiers de la série S relatifs aux routes nationales (S 333-408, S 1077-1078), qu'elles illustrent et complètent. Ces dossiers ont été versés aux Archives départementales par les services des Domaines, de la préfecture et des Ponts et Chaussées.
    La Direction Départementale de l'Equipement a également effectué un versement postérieur concernant les routes nationales, consultable sous les cotes 10 S 1-13, 10 S 15-26 et 10 S 28. Un inventaire de la sous-série 10 S est accessible en salle de lecture et 19 plans particulièrement intéressants, comptabilisés sur le total des 41, sont analysés et numérisés dans ce catalogue.

  • Plans et affiches relatifs aux routes départementales

    Le catalogue des routes départementales dresse l'inventaire de plus de 1400 documents iconographiques (affiches) et cartographiques (plans).
    86 pièces remarquables, autant d'un point de vue technique qu'esthétique, ont été numérisées et sont ainsi consultables en ligne ; elles font également l'objet d'une description plus détaillée. La plupart d'entre elles représente des plans d'ouvrages d'art ou de portions de routes souvent joliment aquarellés.
    Les plans non numérisés peuvent être communiqués en salle de lecture, après demande motivée.

    Les pièces iconographiques et cartographiques présentées dans ce catalogue font partie intégrante des dossiers de la série S relatifs aux routes départementales (S 227-332, S 409, S 460-461), qu'elles illustrent et complètent. Ces dossiers ont été versés aux Archives départementales par les services des Domaines, de la préfecture et des Ponts et Chaussées.
    La Direction départementale de l'équipement a également effectué un versement postérieur concernant les routes départementales, consultable sous la cote 10 S 14. Un inventaire de la sous-série 10 S est accessible en salle de lecture et 8 plans particulièrement intéressants, comptabilisés sur le total des 86, sont analysés et numérisés dans ce catalogue.

  • Plans et affiches de La Roche-sur-Yon conservés aux Archives nationales et de la Vendée

    Le présent inventaire contient près de 500 plans et affiches relatifs à la ville de La Roche-sur-Yon aux 19e et 20e siècles. Une partie de ces documents est conservée aux Archives nationales, à Paris, et a été numérisée dans le cadre de l'élaboration du CD-Rom intitulé "Plans et archives d'une ville nouvelle, La Roche-sur-Yon, 1804-1870". Les autres plans et affiches sont issues des collections des Archives départementales de la Vendée.
    Un autre instrument de recherche, consultable dans la salle de lecture des Archives de la Vendée, présente les plans et affiches conservés aux Archives municipales de La Roche-sur-Yon et retenus pour ce même CD-Rom. Ces deux inventaires offrent un important ensemble de documents graphiques illustrant les premières décennies de la toute nouvelle préfecture de la Vendée. Cet ensemble n'a cependant pas la prétention d'être exhaustif, il s'agit d'une sélection parmi de très nombreux documents iconographiques.

  • Plans d'édifices (Rochetrejoux à Xanton-Chassenon)

    Le catalogue des plans d'édifices des communes de Rochetrejoux à Xanton-Chassenon offre une sélection de documents cartographiques représentant des monuments et des lieux publics, privés ou de culte des 115 dernières communes vendéennes, par ordre alphabétique. Près de 700 plans, tirages d'architecte et photographies sont ainsi analysés, datés et numérisés dans le but de rendre plus accessibles ces intéressants témoins de l'évolution de notre patrimoine bâti. Ces documents sont issus des dossiers administratifs ou de fonds privés conservés aux Archives départementales dans différentes séries (principalement la sous-série 1 O - Affaires communales et la série T - Instruction publique, sciences et arts) mais regroupés ici par commune.

    Les écoles, les églises, les presbytères et les mairies (souvent situées dans l'école des garçons) sont les édifices les plus représentés mais on trouve également de nombreux plans relatifs aux casernes de gendarmerie, aux halles, aux cimetières ou aux monuments aux morts de la 1ère guerre mondiale. Plus rares sont les représentations de bâtiments privés, comme cette maison à Saint-Gilles-sur-Vie ou cette ancienne forge à Saint-Fulgent.
    Les documents cartographiques ne consistent pas toujours en des plans, coupes ou élévations d'édifices mais aussi en vues d'ensemble du quartier ou du bourg, moins détaillées mais très pratiques pour situer des bâtiments qui ont régulièrement changé de situation. La sélection des plans s'opère en fonction de leur intérêt historique et esthétique ainsi que dans un souci de représentativité pour chaque commune et chaque édifice. Ce catalogue offre ainsi une sorte de " vitrine " - que nous espérons alléchante - de ce que le lecteur intéressé par l'histoire de sa commune peut trouver pour illustrer ses recherches ; c'est à la fois une piste et une invitation à venir consulter nos fonds !

    Ce catalogue se révèle également une source intéressante pour l'histoire des personnes, notamment des instituteurs et des propriétaires immobiliers des communes du département. En effet, de nombreux instituteurs et institutrices, aussi bien dans l'enseignement public que privé, sont à l'origine des plans d'écoles, le plus souvent en tant que demandeurs pour l'ouverture d'une classe. Leur nom est alors mentionné dans la description du document cartographique et peut être retrouvé rapidement par le biais d'une recherche simple. Il est tout aussi aisé de rechercher en plein texte le nom des propriétaires d'immeubles achetés par la commune pour être transformés en bâtiments publics (écoles ou casernes par exemple).

  • Plans d'édifices (Le Givre à Rocheservière)

    Le catalogue des plans d'édifices des communes du Givre à Rocheservière offre une sélection de documents cartographiques représentant des monuments et des lieux publics, privés ou religieux de 90 communes vendéennes, par ordre alphabétique. Plus de 670 plans, tirages d'architecte et photographies sont ainsi analysés, datés et numérisés dans le but de rendre plus accessibles ces intéressants témoins de l'évolution de notre patrimoine bâti. Ces documents sont issus des dossiers administratifs ou de fonds privés conservés aux Archives départementales dans différentes séries (principalement la sous-série 1 O - Affaires communales et la série T - Instruction publique, sciences et arts) mais regroupés ici par commune.

    Les écoles, les églises, les presbytères et les mairies (souvent situées dans l'école des garçons) sont les édifices les plus représentés mais on trouve également de nombreux plans relatifs aux casernes de gendarmerie, aux halles, aux cimetières ou aux monuments aux morts de la 1re guerre mondiale. Plus rares sont les représentations de bâtiments privés, comme la chapelle funéraire de Monsieur Dumaine à Luçon dont le plan vient étayer un acte notarié.
    A ces plans, coupes ou élévations d'édifices, s'ajoutent des documents cartographiques, vues d'ensemble de quartier ou de bourg, moins détaillés mais très pratiques pour situer des bâtiments qui ont régulièrement changé de situation. La sélection des plans s'est opérée en fonction de leur intérêt historique et esthétique ainsi que dans un souci de représentativité pour chaque commune et chaque édifice. Ce catalogue offre ainsi une sorte de "vitrine" - que nous espérons alléchante - de ce que le lecteur intéressé par l'histoire de sa commune peut trouver pour illustrer ses recherches ; c'est à la fois une piste et une invitation à venir consulter nos fonds !

    Ce catalogue se révèle également une source intéressante pour l'histoire des personnes, notamment des instituteurs et des propriétaires immobiliers des communes du département. En effet, de nombreux instituteurs et institutrices, aussi bien dans l'enseignement public que privé, sont à l'origine des plans d'écoles, le plus souvent en tant que demandeurs pour l'ouverture d'une classe. Leur nom est alors mentionné dans la description du document cartographique et peut être retrouvé rapidement par le biais d'une recherche simple. Il est tout aussi aisé de rechercher en plein texte le nom des propriétaires d'immeubles achetés par la commune pour être transformés en bâtiments publics (écoles ou casernes par exemple).

  • Administration des Douanes (1792-1994)

    Le fonds reflète l'activité de l'administration des douanes sur le territoire vendéen. En effet, on y retrouve l'exercice des bureaux et des brigades.

    Les bureaux lèvent les taxes, nombreuses, comme en attestent les registres finanicers ainsi que les dossiers de reçus de taxes.

    Au XIXème siècle, le bureau des Sables-d'Olonne était aussi un bureau d'inspection, qui rendait compte, par des rapports mensuels et trimestriels, de l'activité des bureaux et des brigades de sa circonscription à la Direction de La Rochelle.

    Les brigades, quant à elles (branche armée de l'administration des douanes), avaient, pour l'essentiel, mission de contrôle et de surveillance du territoire de leur circonscription, dans un esprit de lutte contre la fraude et la contrebande.

    Ainsi, surtout pour le XIXème siècle, elles surveillaient et contrôlaient les marais salants et le transit du sel, denrée très importante, comme l'attestent les différentes instructions relatives au sel et l'établissement de statistiques concernant le sel de Noirmoutier (1839-1896).

    De même, elles étaient chargées de la surveillance et du contrôle de l'activité des ports auxquels elles étaient attachées. La surveillance s'exerçait sur l'environnement du port, quant au contrôle il se concentrait sur la navigation et les marchandises. Les navires étaient francisés (immatriculés) et répertoriés, chacun ayant son dossier individuel, dans lequel se trouve acte de francisation, certificat de jauge, actes de vente ou de cession, quittances de taxes, laisser-passer. Ces dossiers composent la majeure partie du fonds (14 ml). Des manifestes étaient aussi rédigés à chaque entrée et sortie des navires dans un port (document obligatoire donnant un état général du chargement composant la cargaison d'un navire). Donc, le transit des marchandises faisait l'objet d'un contrôle, tout comme leur stockage dans les entrepôts, pour lesquels toutes les entrées et sorties étaient consignées dans les sommiers des entrepôts.

  • Plans d'édifices (L'Aiguillon-sur-Mer à Givrand)

    Le catalogue des plans d'édifices des communes de L'Aiguillon-sur-Mer à Givrand offre une sélection de documents cartographiques représentant des monuments et des lieux publics, privés ou de culte des 100 premières communes vendéennes, par ordre alphabétique. Plus de 750 plans, tirages d'architecte et photographies sont ainsi analysés, datés et numérisés dans le but de rendre plus accessibles ces intéressants témoins de l'évolution de notre patrimoine bâti. Ces documents sont issus des dossiers administratifs ou de fonds privés conservés aux Archives départementales dans différentes séries (principalement la sous-série 1 O - Affaires communales et la série T - Instruction publique, sciences et arts) mais regroupés ici par commune.

    Les écoles, les églises, les presbytères et les mairies (souvent situées dans l'école des garçons) sont les édifices les plus représentés mais on trouve également de nombreux plans relatifs aux casernes de gendarmerie, aux halles, aux cimetières ou aux monuments aux morts de la 1re guerre mondiale. Plus rares sont les représentations de bâtiments privés, comme cette maison de La Châtaigneraie dont la coupe vient étayer un procès-verbal d'audience de cour d'assises.
    A ces plans, coupes ou élévations d'édifices, s'ajoutent des documents cartographiques, vues d'ensemble de quartier ou de bourg, moins détaillés mais très pratiques pour situer des bâtiments qui ont régulièrement changé de situation. La sélection des plans s'est opérée en fonction de leur intérêt historique et esthétique ainsi que dans un souci de représentativité pour chaque commune et chaque édifice. Ce catalogue offre ainsi une sorte de "vitrine" - que nous espérons alléchante - de ce que le lecteur intéressé par l'histoire de sa commune peut trouver pour illustrer ses recherches ; c'est à la fois une piste et une invitation à venir consulter nos fonds !

    Ce catalogue se révèle également une source intéressante pour l'histoire des personnes, notamment des instituteurs et des propriétaires immobiliers des communes du département. En effet, de nombreux instituteurs et institutrices, aussi bien dans l'enseignement public que privé, sont à l'origine des plans d'écoles, le plus souvent en tant que demandeurs pour l'ouverture d'une classe. Leur nom est alors mentionné dans la description du document cartographique et peut être retrouvé rapidement par le biais d'une recherche simple. Il est tout aussi aisé de rechercher en plein texte le nom des propriétaires d'immeubles achetés par la commune pour être transformés en bâtiments publics (écoles ou casernes par exemple).

  • Minutier ancien des Sables-d'Olonne (1552-1737)

    Les analyses présentées ici sont celles que M. Jaunet a rédigées en consultant le minutier. Ce relevé concerne tous les contrats de mariage, les testaments, les inventaires de meubles et d'immeubles et les procès-verbaux des assemblées d'habitants ou de paroisse passés devant les notaires en résidence aux Sables-d'Olonne de 1552 à 1737. Ont également été analysés un certain nombre d'actes considérés comme remarquables par leur intérêt historique.

  • Minutier ancien de Chaillé-les-Marais (1605-1806)

    Les analyses des minutes des notaires Pierre Thoumanceau, Charles Jousseaulme, Michel Pimparé (étude A) et Nicolas Gazeau (étude F), sont celles que M. Dominique Chamorin a rédigées à partir du relevé initial réalisé par M. Jaunet, en ajoutant notamment les témoins, les professions et des éléments de contenu.

    Les autres analyses sont celles que M. Jaunet a rédigées en consultant le minutier. Ce relevé concerne tous les contrats de mariage, les testaments, les inventaires de meubles et d'immeubles et les procès-verbaux des assemblées d'habitants ou de paroisse passés devant les notaires en résidence à Chaillé-les-Marais de 1605 à 1819. Ont également été analysés un certain nombre d'actes considérés comme remarquables par leur intérêt historique.

  • Bibliothèque du Haras national de La Roche-sur-Yon

    La bibliothèque du Haras national de La Roche-sur-Yon complète le fonds d'archives coté 5 ETP.

    Comprenant 163 monographies et plus de soixante titres de périodiques, elle permet d'appréhender de manière globale le monde du cheval : les revues et ouvrages généralistes constituent une porte d'entrée dans l'univers équin ; le développement de l'élevage est abordé à travers des manuels, des ouvrages sur les différentes races et, plus spécifiquement, sur ce qui constitue la raison d'être des Haras, à savoir la définition et la mise en oeuvre de la politique d'orientation de l'élevage des équidés (génétique, reproduction, identification, généalogie, avec entre autres des stud-books) ; enfin une troisième partie traite des sports équestres et des courses hippiques, avec, principalement, des calendriers, programmes et comptes rendus des événenements. À noter pour ses très belles gravures, dont certaines en couleurs, l'ouvrage du baron Faverot de Kerbrech, général de division et écuyer de Napoléon III, intitulé "L'art de conduire et d'atteler, autrefois, aujourd'hui", paru en 1903 (BIB ATLAS 47).

    La partie locale, bien que peu importante, présente cependant des pièces intéressantes. À signaler par exemple : un numéro spécial (n° XXIX, 2e trim. 1991) de la revue "303" (BIB C 1148), consacré au cheval dans les Pays-de-la-Loire ; quelques ouvrages sur les races mulassières poitevines (baudet et autres) et sur le Haras de La Roche-sur-Yon, en particulier le mémoire universitaire de Martial Caillaud "Le dépôt d'étalons de La Roche-sur-Yon : création, mission et fonctionnement d'une administration (1846-1914)" (BIB MEM 831) ; et enfin un bel album consacré aux "Chevaux vendéens" daté du début du XXe siècle (BIB D 668/2) et un "Stud-book vendéen et charentais", illustré, de 1913 (BIB ADM C 151).

  • 5 ETP - Fonds du haras de La Roche-sur-Yon (1807-2004)

    Ce fonds donne une vision complète du fonctionnement et des activités du haras de La Roche-sur-Yon sur un siècle et demi.

    Les notes de service et les registres d'observations révèlent l'organisation de ce dépôt d'étalons situé au cœur de la ville, lieu de travail mais aussi lieu de vie du directeur, des officiers et des palefreniers. On conserve pour ces derniers les registres-contrôle de 1847 à 1933 ainsi que des dossiers de personnel, riches de renseignements multiples sur leur carrière, leur situation militaire et parfois leurs familles grâce aux attributions de logements de fonction. Les travaux réalisés au haras depuis 1879 sont également illustrés de plans.
    On suit la marche globale du dépôt d'étalons grâce aux rapports aux préfets et aux inspecteurs généraux, ou dans la correspondance au ministre de l'Agriculture. Les monographies sur l'élevage en Vendée, les préparations aux conférences et les articles de presse réunis par le directeur constituent également des éléments d'information sur les activités du haras.
    Les registres et dossiers d'étalons, agrémentés parfois de photos que complète la collection de photos des étalons du haras, permet l'étude des étalons nationaux. La collection de 184 ml de carnets à souche de saillies pourra aussi servir à constituer la généalogie des chevaux de la région. Ces documents additionnés à ceux des concours d'élevage sont une source formidable pour l'histoire locale du cheval. Ils rendent compte de l'évolution des races et des sélections effectuées dans la circonscription sous l'effet des primes d'encouragement à l'élevage. Quant aux dossiers des stations de monte, ils donnent une idée des pratiques d'élevage locales.

    On peut dresser une histoire des courses dans la circonscription grâce à la correspondance, aux déclarations et aux documents comptables des sociétés organisatrices. Des dossiers similaires pour les sociétés hippiques, les associations équestres, les établissements professionnels témoignent des utilisations locales du cheval. La pratique sportive et touristique est également bien illustrée, ainsi que l'organisation des compétitions ; signalons ici les programmes et résultats des concours internationaux de saut d'obstacles organisés à La Baule, ou encore les listes d'obtention des brevets d'équitation de la circonscription de 1962 à 1988.

  • Collection de périodiques catholiques du Père Joseph Boisseau (1951-2012)

    L'intérêt de ce fonds provient de son caractère homogène (des collections quasi complètes de revues de référence) et de la période couverte. Il est ainsi possible de suivre l'évolution de l'Église catholique au cours de la seconde moitié du XXe siècle. La "Documentation catholique" traduit et publie les textes essentiels du Saint-Siège, de l'Église en France et dans le monde. Chaque numéro comporte en outre un dossier thématique. La revue "Lumière et vie", fondée par les Dominicains de la Province de Lyon, se fait l'écho des questions posées au christianisme en cette période charnière pour l'Église que constituent les années 60 et 70. Quant au journal "La Croix", il permet de suivre au jour le jour les travaux du Concile Vatican II.

  • Fonds Rigoir (imprimés)

    Ce fonds se compose de quatre sous-ensembles.

    Premièrement, les rapports présentés annuellement aux assemblées générales des actionnaires du Crédit foncier de France (1852 à 2004), complétés de quelques ouvrages sur la banque. Cette collection a été réunie par le donateur dans le cadre de son activité professionnelle. Créée en 1852 sous le nom de Banque foncière de Paris, cette société de crédit foncier prend rapidement le nom de Crédit foncier de France. En quelques années, le Crédit foncier de France devient un partenaire essentiel de l'Etat : il participe à la modernisation du secteur agricole, en proposant des prêts à long terme, et des villes, en finançant les collectivités territoriales ; il contribue à organiser l'épargne des particuliers ; il soutient activement la reconstruction au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. L'analyse de ses rapports ouvre des perspectives de recherche. Par exemple, les bilans économiques, les chiffres financiers et les statistiques présentés de manière homogène, autorisent une étude quantitative et la liste complète des administrateurs et des dirigeants permet d'engager une analyse prosopographique des responsables de la banque.

    Deuxièmement, les revues et ouvrages publiées par l'Action française ou relevant de sa mouvance, dont le donateur était le dépositaire. L'Action française est un mouvement politique royaliste et nationaliste. Par le caractère éminemment provocateur de ses publications, l'Action Française entretient une agitation politique permanente, tout en apparaissant comme le seul groupe conservateur proposant une doctrine cohérente. Dans l'Entre-deux-guerres, elle dispose d'un certain nombre d'organes pour diffuser ses idées :
    - Le quotidien "L'Action française", le journal officiel du mouvement, et son almanach ;
    - "L'Action française du dimanche" destiné aux milieux agricoles et son almanach ;
    - "Pampres et lys", le bulletin des Méridionaux de l'Action française ;
    - "L'Ordre provençal", la version méridionale de "L'Action française du dimanche" ;
    - L'Institut d'Action française, fondé en février 1906 pour étudier les grands problèmes politiques, sociaux, religieux. Ses cours sont publiés à partir de 1923 dans les "Cours et conférences d'Action française".
    Deux autres titres sont étroitement liés à l'Action française et animés par le même objectif de propagande intellectuelle :
    - La "Revue des causes célèbres, politiques et criminelles" donnant le compte rendu et les croquis d'audience des procès relatifs à la défense nationale (pacifistes, espions, etc.) qui ont suivi la Grande Guerre ;
    - Les "Cahiers du Cercle Fustel de Coulanges et de l'Ecole française" sur la question scolaire.
    Ces périodiques témoignent de l'influence intellectuelle du mouvement au cours de la première moitié du XXe siècle. Les oeuvres de Charles Maurras, de Georges Valois et de d'autres écrivains nationalistes sont rattachées à cette partie.

    La troisième partie réunit des ouvrages et des périodiques qui s'inscrivent dans la mouvance du régionalisme occitan, principalement dans l'Entre-deux-guerres.

    Enfin, viennent des titres de presse édités en France ou à l'étranger au XXe siècle principalement : des quotidiens ou des mensuels d'information parus seulement quelques mois, et des journaux satiriques. A quoi s'ajoutent divers imprimés sur les sciences sociales, la littérature, l'histoire et la géographie.

  • Bibliothèque Maurice Maupilier

    La bibliothèque reflète les centres d'intérêt et abrite les publications du Père Maupilier. Il existe bien des manières de la découvrir.

    Les ouvrages religieux, traitant de l'histoire de l'Eglise, des missions d'évangélisation, des pèlerinages, de spiritualité et de mystique chrétienne, forment une part importante du fonds. L'histoire, spécialement l'histoire locale, l'onomastique, la linguistique, la philosophie, la littérature et les sciences sont des thèmes également présents ; ces études contribuent à la richesse des collections. Citons aussi, parmi les outils de travail, la "Biographie universelle ancienne et moderne" de Michaud.

    Le fonds aborde en profondeur l'histoire des Etats latins d'Orient du XIe au XIVe siècle. Les Lusignan, Mélusine, et surtout Baudouin IV de Jérusalem invitent à en savoir plus sur les croisades.

    Comme pour varier les plaisirs et réveiller les curiosités, la bibliothèque est une référence sur l'Inde, le Tibet, l'hindouisme et le bouddhisme. De nombreux ouvrages sur l'Asie orientale et l'islam enrichissent l'ensemble.

  • Bibliothèque du château de la Jordronnière : périodiques
  • Bibliothèque de théologie pastorale et d'histoire religieuse

    La bibliothèque du grand séminaire est spécialisée en sciences philosophiques et théologiques.
    Le lot donné aux Archives de Vendée comporte 113 volumes, tant anciens que modernes, de théologie, d'histoire et de belles-lettres, ainsi que 4 titres de périodiques. Parmi cette collection figure le "Manuale sacrarum caeremoniarum" (1646) du grand prieur de Maillezais, dom Baudry, le bréviaire édité en 1767 par Mgr Gaultier d'Ancyse, le "Recueil de fables..." satiriques de l'abbé Lamontagne (1883), des pièces littéraires en vers ou en prose écrites par des prêtres vendéens et plusieurs ouvrages rares sur l'histoire religieuse du diocèse.
    Les lettres pastorales, circulaires et mandements imprimés des évêques de Luçon (1821-1933) forment l'ensemble documentaire le plus intéressant du fonds. Ils ont été numérisés puis océrisés, avant d'être mis à la disposition des chercheurs.

Voir par page : 10 20 50 100