Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

Archives militaires de la reconquête du Midi après les Cent Jours Inventaire complet (pdf)

    • 10e division militaire confiée au gouvernement du maréchal Pérignon à Toulouse

      Présentation du contenu :

      (Aude, Pyrénées Orientales, Ariège, Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne. Le Gers et les Hautes-Pyrénées, qui font partie de la 10e Division, sont de fait sous l'influence du comte de Damas-Crux, soit de la 11e Division)


        • 1 Num 124 5/93 - 

          Ralliements progressifs, régiment des chasseurs d'Angoulême. 1815

          19 vues  - Ralliements progressifs, régiment des chasseurs d'Angoulême. (ouvre la visionneuse)

          19 vues

          Présentation du contenu :

          - (Narbonne, [vers le 15 juillet]) D'Auderic, sous-préfet de Narbonne nommé par le roi sous la première Restauration, signale qu'il a repris de lui-même ses fonctions depuis deux jours dans sa ville en état de siège, et qu'il espère y être maintenu (vues 1-2).

          - (Carcassonne, [16 ou 17 juillet]) Rapport du marquis de Sabran, griffonné à la hâte pour être confié à M. de Genestous qui est de passage, et signalant que l'on arbore la cocarde blanche presque partout mais qu'il temporise avec celui qu'il appelle le général " Tricolore ", à défaut d'en connaître le nom, lequel accepte tout de même que d'Auderic, sous-préfet rétabli, organise des patrouilles de garde bourgeoise pour prévenir pillage et attaque des fédérés (vues 3-4).

          - (Carcassonne, 20 juillet) Deux lettres du baron Pouget, général commandant le département de l'Aude, signalant au maréchal Pérignon que le drapeau blanc a été arboré solennellement dans tout le département le 18 juillet, mais que les troupes y sont trop nombreuses, que le Trésor lui refuse de les solder et que, si on ne les licencie pas promptement, les désertions qui se multiplient favoriseront la dispersion des armes (vues 5-8).

          - (Narbonne et Carcassonne, 24 et 26 juillet) Protestation de fidélité de 85 officiers, sous-officiers et soldats du 10e régiment d'infanterie, ex Colonel Général, et demande d'indulgence pour la conduite du 69e, formulée par Verdun, son ancien colonel rétabli récemment (vues 9-12).

          - (Carcassonne, 26 juillet) Protestation du baron Pouget, général destitué justifiant sa conduite durant les Cent Jours (vues 13-14).

          - (Carcassonne, 31 juillet et 2 août) Courriers du préfet de l'Aude et du marquis de Castelbajac, colonel du régiment des chasseurs d'Angoulême, concernant la formation de ce dernier, en particulier le détail des uniformes (vues 15-19).


        • 1 Num 124 5/94 - 

          Correspondance du vicomte de Champagny, commissaire extraordinaire pour l'Aude, expédiée de Carcassonne. 1815

          11 vues  - Correspondance du vicomte de Champagny, commissaire extraordinaire pour l'Aude, expédiée de Carcassonne. (ouvre la visionneuse)

          11 vues

          Présentation du contenu :

          - (26 juillet) État des différentes nominations auxquelles il a procédé (vues 1-3).

          - (29 juillet) Pensant être compris dans la mesure générale de révocation des commissaires extraordinaires, il demande à rejoindre le duc d'Angoulême (vue 4).

          - (4 août) Il plaide pour l'emploi du capitaine de chasseurs à cheval Grivaux, bien conscient qu'on ne sait que faire des militaires (vue 5).

          - (7 août) Il se plaint qu'on le maintienne à Carcassonne sans toutefois confirmer les nominations qu'il a faites, ni même le sort du 10e régiment dont les soldats, las d'attendre, disparaissent (vues 6-7).

          - (8 août) Même sujet et transmission de l'offre d'un lieutenant-colonel du régiment de Bourbon Cavalerie espagnol, Castillo, qui propose d'utiliser une créance qu'il a sur l'État pour équiper cent officiers et leurs chevaux au service du duc d'Angoulême (vues 8-9).

          - (10 août) Il se plaint du passage de deux régiments de l'armée de la Loire qu'on l'oblige à supporter, alors qu'ils risquent de réveiller le mauvais esprit d'un parti qui ne désespère pas ; il a reçu les miquelets de Pujol et les emploie à panser les chevaux des chasseurs d'Angoulême, avant de les faire conduire en Espagne (vues 10-11).