Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

Archives militaires de la guerre de Vendée conservées au Service historique de la Défense (Vincennes) Inventaire complet (pdf)

        • SHD B 5/12-13 - 

          16 août :
          - Nantes : le général Canclaux° prévient le Comité de salut public de la distribution par Charette de toutes les armes et munitions reçues des Anglais et de la dispersion de ses hommes ; l'armée de l'Ouest reste de fait sur la défensive et ne pourra pas attaquer Charette sans les renforts promis (6 pages).

          - Saint-Gilles : les membres du conseil général de la commune écrivent au Comité de salut public que " l'indiscipline est à son comble, les commandants et les officiers ne peuvent plus retenir le soldat qui se porte à tous les excès, pillages, viols, assassinats " (12 signatures).

          - Montaigu : la commission administrative du district avertit le Comité de salut public que son pouvoir est nul en dehors de la ville. 1795

        • SHD B 5/12-14 - 

          17 août :
          - Paris (bulletin analytique de la correspondance active du Comité de salut public) : le Comité écrit au général Canclaux pour l'engager à poursuivre la guerre de la manière la plus active (texte complet dans le registre de correspondance SHD B 5/104, seconde partie, p. 68-69).

          - Angers : le président du tribunal du district de Montglonne indique au Comité de salut public que la garde rapprochée de Stofflet et de l'abbé Bernier se réduit comme une peau de chagrin.

          - Nantes : le général Canclaux fournit au Comité de salut public de nouveaux détails sur les armes et munitions débarquées par les Anglais ; il déplore que l'armée des Côtes de Brest détourne des renforts qui lui étaient destinés (bulletin analytique seul).

          - Montaigu : les administrateurs du district font savoir au Comité de salut public que la ville manque de subsistances et qu'il faudra évacuer la place si le ravitaillement tarde (cachet). 1795

        • SHD B 5/12-15 - 

          17 août :
          - Les Sables-d'Olonne : le général Grouchy sollicite un destinataire inconnu afin de faciliter sa mutation dans une autre armée, car il ne veut pas " associer [son] nom à de telles horreurs " ; il joint une lettre du commandant de la place de Saint-Gilles signalant des meurtres et des pillages commis par les chasseurs de Cassel et il juge ainsi les troupes : " elles regardent le pillage comme leur patrimoine, et comme des traîtres ceux qui veulent qu'on ménage le Vendéen non armé ".

          Il donne au général Beauregard des informations sur des mouvements de troupes et sur la situation de Luçon (copie du XIXe s.).

          - Neuvy-en-Mauges : l'abbé Bernier° et Stofflet° écrivent à la Convention qu'ils s'inquiètent de l'absence des envoyés Scépeaux et Béjarry depuis leur arrivée à Paris ; ils demandent la suspension des hostilités dans les " départements réinsurgés ", l'ouverture de négociations et proposent leur médiation. 1795

        • SHD B 5/12-16 - 

          18 août :
          - Paris (bulletin analytique de la correspondance active du Comité de salut public) : le Comité demande aux représentants du peuple près de l'armée de l'Ouest de sévir contre les exactions commises par les soldats (texte complet dans le registre de correspondance SHD B 5/104, seconde partie, p. 76).

          - Nantes : les membres du tribunal criminel du 2e arrondissement de l'armée de l'Ouest reprochent aux généraux et commandants à Nantes leur passivité pendant que des soldats de l'armée du Nord se livraient à des exactions et massacraient des rebelles prisonniers les 28, 29 et 30 thermidor (15-17 août 1795) (affiche imprimée).

          Le général Canclaux° signale au Comité de salut public que des soldats de la demi-brigade de l'Allier, " mal vêtus, mal chaussés, mal armés ", en transit à Nantes, ont semé le trouble dans la ville, pourchassé des " muscadins " et massacré 11 brigands arrêtés à la campagne (2 exemplaires).

          - Angers : le citoyen Trotouin informe les administrateurs de Maine-et-Loire qu'il a assisté récemment à une assemblée de chefs chouans au château de Bourmont, près de Candé ; la plupart d'entre eux approuvaient la pacification et reprochaient aux prêtres amnistiés de pousser à la révolte.

          - Niort : le représentant Jard-Panvillier° signale au Comité de salut public la poursuite du brigandage dans le district de Saint-Maixent ; il faut y envoyer 500 à 600 hommes.

        • SHD B 5/12-17 - 

          18 août :
          - Sans lieu : " Notes sur l'armée de l'Ouest au 1er fructidor an 3e " par le général Grouchy ; l'armée compte 27 000 à 28 000 hommes répartis entre les 6 divisions de Machecoul, La Châtaigneraie, Chemillé, Tours, La Rochelle et Les Sables ; le secteur de Stofflet est calme, la guerre concerne essentiellement le territoire de Charette ; les renforts qui proviennent de l'armée du Nord se limitent à 5790 hommes (2 exemplaires de 11 et 9 pages, le second est une copie du XIXe s.).

          " Tableau par ordre numérique des troupes qui composent l'armée de l'Ouest " ; réparties en infanterie de ligne, bataillons d'Orléans, infanterie légère, volontaires nationaux, artillerie, sapeurs et cavaleries, ces troupes regroupent officiellement 81 830 hommes, dont 56 758 présents ; ces chiffres semblent toutefois correspondre à une période antérieure au 18 août 1795 (copie du XIXe s. de 12 pages).

        • SHD B 5/12-18 - 

          18-19 août, 14-21 décembre 1795 :
          - Vienne (Autriche) et Bretagne : recueil factice de lettres adressées à Charette, du 18 août au 21 décembre 1795, par le duc de Polignac, Monseigneur de La Farre, le comte de Gélin, le comte de Puysaye et d'autres chefs royalistes (8 pages).

        • SHD B 5/12-19 - 

          19 août :
          - Nantes : le général Grouchy fournit à l'adjudant général Thouron des informations sur des mesures de service (copie du XIXe s.).

          20 août :
          - Nantes : le citoyen Algrand, ancien marin, relate au Comité de salut public les violences commises à Nantes les 28, 29 et 30 thermidor (bulletin analytique seul).

          L'adjudant général Chaillou, commandant de la place, annonce aux habitants et à la garnison qu'il va sévir suite aux troubles des 28, 29 et 30 thermidor (affiche imprimée). 1795

        • SHD B 5/12-20 - 

          21 août :
          - Paris (4 bulletins analytiques de la correspondance active du Comité de salut public) : le Comité fait savoir aux administrateurs des Deux-Sèvres qu'il a donné des instructions aux généraux de l'armée de l'Ouest pour qu'ils interviennent contre les brigandages ; il annonce aux administrateurs du district de Vihiers la prise de mesures pour pacifier leur district ; il attire l'attention des représentants Cochon et Jard-Panvillier sur le district de Vihiers et leur demande de prendre des mesures contre les métayers qui obtempèrent aux réquisitions des Chouans (texte complet dans le registre de correspondance SHD B 5/104, seconde partie, p. 79-84).

          - Sans lieu (2 copies du XIXe s.) : le général Grouchy ordonne au commissaire des guerres de Fontenay d'envoyer des tentes et des rations de pain aux troupes de Sainte-Hermine ; il demande au commissaire des guerres à Niort des effets de campement pour 2000 hommes. 1795

        • SHD B 5/12-21 - 

          22 août :
          - Nantes : le général Canclaux° écrit à la Commission des armées de terre qu'il attend des informations sur l'arrivée de renforts de l'armée des Pyrénées-Occidentales.

          - Fontenay : les administrateurs de la Vendée apprennent au Comité de salut public que les brigands poursuivent leurs vols et assassinats dans le district de Challans et que les troupes font toujours preuve d'indiscipline ; ils joignent la copie de deux lettres.

          23 août :
          - Sans lieu : l'adjudant général Thouron fournit au général Beauregard des mesures à prendre pour le camp de Sainte-Hermine (copie du XIXe s.).

          - Fontenay : le citoyen Merson°, juge au tribunal du district, réclame au Comité de salut public " des forces imposantes, des troupes aguerries et disciplinées " pour exterminer les brigands et finir la guerre de Vendée. 1795

        • SHD B 5/12-22 - 

          24 août :
          - Paris (3 bulletins analytiques de la correspondance active du Comité de salut public) : le Comité prévient le procureur-syndic du district de Montglonne que des instructions ont été données pour réprimer les désordres commis par les révoltés ; il donne aux représentants Cochon et Jard-Panvillier des informations sur la situation de la rive gauche de la Loire ; il annonce au général Canclaux que les administrateurs du district de Loches demandent 150 cavaliers et 200 hommes d'infanterie (texte complet dans le registre de correspondance SHD B 5/104, seconde partie, p. 85-88).

          - Saint-Gilles-sur-Vie : Genet, le commandant de la place, indique au général Descloseaux que des bâtiments anglais sont signalés et il se demande si un débarquement n'est pas en préparation.
          Dans une autre lettre, il lui écrit avoir la certitude d'un débarquement prochain et réclame des renforts. 1795

        • SHD B 5/12-23 - 

          25 août :
          - Nantes : le général Canclaux confirme au Comité de salut public que le représentant Blad a mis à sa disposition 3000 livres en numéraire pour " frais d'espionnage et autres dépenses ".

          - Angers : le procureur-général-syndic de Maine-et-Loire transmet au Comité de salut public la copie de deux arrêtés de l'armée de Scépeaux édictant les mesures à prendre, le 15 août, pour la proclamation de Louis XVIII, roi de France.

          - Les Sables-d'Olonne : les administrateurs du district avertissent le Comité de salut public de la préparation d'un débarquement anglais à partir du port de Saint-Gilles-sur-Vie ; il faut envoyer des renforts et écraser Charette (2 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-24 - 

          25 août :
          - Sans lieu (2 copies du XIXe s.) : le général Grouchy ordonne au chef de brigade du 7e Régiment de chasseurs à cheval d'envoyer 20 chasseurs à Sainte-Hermine, et au dépôt du 14e bataillon de la République de s'installer à Parthenay.

          - Sans lieu : " Coup d'œil sur la guerre dite de la Vendée et des Chouans " par un général inconnu ; il n'y a pas de fatalité à la révolte de la Vendée et de la Bretagne ; il faut ramener la discipline dans les troupes, prêcher la modération et isoler les meneurs (5 pages).

          26 août :
          - Paris : le Comité de salut public annonce au général Canclaux que des informations convergentes laissent présager un débarquement anglais sur les côtes (bulletin analytique seul).

          - Montaigu : les administrateurs du district réaffirment au Comité de sûreté générale le blocage de leur ville par les brigands et leur problème de ravitaillement. 1795

        • SHD B 5/12-25 - 

          27 août :
          - Saumur : rapport de l'inspecteur général Beaudesson° sur le service des vivres à l'armée de l'Ouest ; son territoire couvre les départements du Loir-et-Cher, d'Eure-et-Loir, du Loiret, d'Indre-et-Loire, de Maine-et-Loire et de la Loire-Inférieure ; il fournit la répartition des magasins, l'évaluation des récoltes, l'état des réquisitions faites et expose les problèmes posés par l'état de guerre (19 pages et une pièce isolée).

          - Montaigu : le procureur-syndic du district informe le Comité de salut public que les brigands tendent régulièrement des embuscades aux convois venant de Nantes. 1795

        • SHD B 5/12-26 - 

          28 août :
          - Angers : les administrateurs de Maine-et-Loire annoncent au Comité de salut public le retour de Paris des ex-rebelles Scépeaux et Béjarry ; ils demandent que faire d'eux (2 pièces).

          30 août :
          - Paris : le Comité de salut public félicite le général Grouchy pour ses informations et son activité inlassable (copie du XIXe s.).

          31 août :
          - Paris : la Commission des armées de terre transmet un arrêté du Comité de salut public du 12 fructidor (29 août 1795) ; le général Hoche est nommé général en chef de l'armée de l'Ouest, en remplacement du général Canclaux, malade et invité à se rétablir.

          - Angers : le général Canclaux° signale au Comité de salut public qu'une conférence de coordination a eu lieu à Nantes avec les généraux des trois armées de l'Ouest et les représentants en mission ; il se rend à Saumur pour des problèmes de santé ; il a pris des dispositions pour protéger le littoral ; seuls 6000 hommes de l'armée du Nord lui sont parvenus.

        • SHD B 5/12-27 - 

          Bulletin analytique résumant la situation de l'armée de l'Ouest en septembre 1795, sous le commandement du général Canclaux jusqu'au 6 du mois, puis du général Hoche (tableau Clerget).

          3 septembre :
          - Saumur : le général Canclaux° fait savoir au Comité de salut public qu'il a sévi contre l'indiscipline, notamment en déplaçant les chasseurs de Cassel (cachet).

          - Cholet : le procureur-syndic du district informe le procureur-général-syndic de Maine-et-Loire qu'une attaque contre Mortagne a été repoussée ; il signale une pénurie de vivres pour les soldats et la population et l'utilisation par l'ex-rebelle Sapinaud du château de Beaurepaire comme dépôt de munitions.

          4 septembre :
          - Tours : le procureur-général-syndic d'Indre-et-Loire donne au Comité de sûreté générale des informations sur les problèmes d'organisation de la garde nationale à Tours et dans les campagnes ; il signale des troubles en raison de la cherté du pain.

        • SHD B 5/12-28 - 

          5 septembre :
          - Paris : le Comité de sûreté générale fait part au Comité de salut public des craintes du procureur-général-syndic du Morbihan sur le manque de troupes et sur la faible protection des côtes.

          - Sans lieu (2 copies du XIXe s.) : le général Grouchy fournit au général Descloseaux des informations de service ; il demande au général Caffin l'acte de décès de l'adjudant général Bardon, tué en germinal an III.

          - Montaigu : les administrateurs du district préviennent le Comité de salut public que les convois de ravitaillement en provenance de Nantes sont systématiquement attaqués à l'aller ou au retour (cachet). 1795

        • SHD B 5/12-29 - 

          5 septembre :
          - Angers : le représentant Jard-Panvillier° écrit au Comité de salut public pour approuver ses arrêtés ordonnant la reprise de l'offensive contre Charette.
          Il lui réécrit pour transmettre des informations sur l'éloignement des volontaires originaires de l'Ouest et sur des négociations avec Stofflet et l'abbé Bernier pour l'administration de la rive gauche de la Loire ; il attend l'arrivée du général Hoche.

          Le procureur-général-syndic de Maine-et-Loire rend compte au Comité de salut public d'une visite faite par le commandant de la gendarmerie d'Angers à Stofflet, dans son château de La Morousière (Neuvy-en-Mauges) ; on y trouve la description de sa garde et de son entourage (2 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-30 - 

          6 septembre :
          - Montaigu : le procureur-syndic du district apprend au Comité de salut public qu'un convoi de ravitaillement a été attaqué en retournant à Nantes, et que les habitants des villages voisins se réfugient dans la forêt de Grasla.

          - Luçon et Fontenay : déclarations faites par Mathurin-Louis Barrion, marchand, à l'adjudant général Delaage, puis devant le tribunal criminel de la Vendée ; ancien combattant de Charette, il livre des informations sur les armes et munitions reçues des Anglais, sur le camp de Belleville-sur-Vie, sur les forces du général vendéen et sur les informateurs dont il dispose en Vendée (3 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-31 - 

          7 septembre :
          - Saint-Servant (Morbihan) : le général Hoche demande au général Grouchy de le rencontrer à Saumur pour faire le point sur l'armée de l'Ouest (copie du XIXe s.).

          - Angers : le représentant Cochon° fournit au Comité de salut public de nouvelles informations sur le débarquement anglais et prévient en craindre un autre ; il approuve l'ordre d'attaquer Charette, mais signale que les renforts promis sont retenus au nord de la Loire ; l'armée de l'Ouest oeuvre dans une désorganisation permanente ; il faut sévir avec force contre les vols et assassinats que commettent les troupes (6 pages).

          - Fontenay : le procureur-général-syndic de la Vendée fait savoir au Comité de salut public que les informations recueillies auprès de l'ex-rebelle Barrion (cf. SHD B 5/12-30) laissent présager une attaque de Charette sur Luçon et Fontenay (2 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-32 - 

          9 septembre :
          - Paris : le ministère de la Guerre transmet au général en chef de l'armée de l'Ouest des informations de service.

          - Sans lieu : le général Grouchy ordonne aux généraux de division de donner la plus grande publicité à une proclamation des représentants en mission dans le pays réinsurgé (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-33 - 

          10 septembre :
          - Château-du-Loir (Sarthe) : le procureur-syndic du district indique au Comité de sûreté générale que les autorités sont impuissantes face aux attaques des Chouans et qu'elles réclament des troupes.

          - Angers : les administrateurs de Maine-et-Loire dénoncent au Comité de salut public le pouvoir prépondérant de Stofflet et de l'abbé Bernier dans le district de Vihiers et joignent trois copies de lettres à l'appui ; " Nous savons qu'un grand nombre de cultivateurs sont las de cette guerre désastreuse et désirent ardemment la paix, mais les chefs conservent sur ces hommes faibles et égarés un pouvoir si absolu qu'il leur sera facile de les entraîner de nouveau dans le précipice " (4 pièces).

          - Machecoul : le général Canuel° expose au Comité de salut public son impuissance à réprimer les vols et les exactions de ses troupes ; il demande des mesures plus sévères, car les tribunaux militaires acquittent les coupables le plus souvent.

          - Sans lieu : l'adjudant général Thouron signale à l'adjudant général Delaage l'impossibilité de lui envoyer de la cavalerie pour le moment (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-34 - 

          12 septembre :
          - Nantes : le général Hoche donne rendez-vous au général Grouchy à Angers pour conférer avec les représentants du peuple (copie du XIXe s.).

          - Niort : les administrateurs des Deux-Sèvres adressent au Comité de sûreté générale la copie des déclarations de l'ex-rebelle Barrion (cf. SHD B 5/12-30) et signalent des exactions de brigands dans le district de Parthenay.

          - Vannes : le procureur-général-syndic du Morbihan fait savoir au Comité de salut public que les méfaits des Chouans se poursuivent et qu'une flotte anglaise de 120 voiles s'apprête à débarquer 22 000 hommes ; il sollicite des renforts (2 pièces).

          - Venise (Italie) : le comte d'Antraigues demande à Charette de confirmer qu'il a bien reçu une lettre de Louis XVIII (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-35 - 

          13 septembre :
          - Sans lieu : rapport d'un volontaire du 1er bataillon des chasseurs de Maine-et-Loire adressé au général Gratien ; fait prisonnier par l'armée de Charette, il a réussi à s'en évader ; il livre des informations sur le débarquement de Saint-Hilaire-de-Riez et sur le camp de Belleville-sur-Vie.

          Le général Grouchy demande à l'adjudant général Delaage des renseignements sur un chef rebelle de la famille Béjarry (copie du XIXe s.).

          Extraits de lettres sur des attaques de rebelles dans les districts de Vihiers et de Segré. 1795

        • SHD B 5/12-36 - 

          14 septembre :
          - Paris : la Commission des armées de terre transmet au Comité de salut public des mesures à prendre pour embarquer à Rochefort un bataillon complet d'infanterie et une compagnie d'artillerie, à destination des îles de France et de la Réunion (8 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-37 - 

          14 septembre :
          - Paris : le ministère de la Guerre envoie au général Hoche des lettres venant de la Commission de la marine qui font craindre un débarquement ennemi à Noirmoutier ou près de Saint-Gilles-sur-Vie (5 pièces).

          - Angers : le chef de brigade Laroche° demande au général Bonnaud le déplacement du dépôt du 6e Régiment de hussards de Cambrai à Saumur. 1795

        • SHD B 5/12-38 - 

          15 septembre :
          - Angers : les administrateurs de Maine-et-Loire adressent au Comité de salut public un manifeste de Charette (manquant) et une " proposition des Chouans " aux habitants des villes ; selon celle-ci, la guerre a repris à cause des exactions des troupes républicaines ; si les citadins prennent fait et cause pour les Chouans, les convois de ravitaillement passeront librement (2 pièces).

          Le général Bonnaud° demande à la Commission des armées de terre que le déplacement du dépôt du 6e Régiment de hussards soit accepté (cf. SHD B 5/12-37).

          16 septembre :
          - Sans lieu : le général Grouchy rappelle à l'ordre le général Canuel pour ses états de situation (copie du XIXe s.).

          - Montaigu : les administrateurs du district informent le Comité de salut public qu'ils sont toujours bloqués et qu'ils attendent une offensive contre les rebelles (cachet). 1795

          15 vues  - 15 septembre : - Angers : les administrateurs de Maine-et-Loire adressent au Comité de salut public un manifeste de Charette (manquant) et une ' proposition des Chouans ' aux habitants des villes ; selon celle-ci, la guerre a repris à cause des exactions des troupes républicaines ; si les citadins prennent fait et cause pour les Chouans, les convois de ravitaillement passeront librement (2 pièces).  Le général Bonnaud° demande à la Commission des armées de terre que le déplacement du dépôt du 6e Régiment de hussards soit accepté (cf. SHD B 5/12-37).  16 septembre : - Sans lieu : le général Grouchy rappelle à l'ordre le général Canuel pour ses états de situation (copie du XIXe s.).   - Montaigu : les administrateurs du district informent le Comité de salut public qu'ils sont toujours bloqués et qu'ils attendent une offensive contre les rebelles (cachet). (ouvre la visionneuse)

          15 vues


        • SHD B 5/12-39 - 

          18 septembre :
          - Angers (trois copies du XIXe s.) : le général Hoche envoie au général Grouchy son plan de campagne contre Charette pour qu'il mette au point les détails ; il lui demande de prendre trois officiers généraux avec lui pour l'expédition dont il est chargé.
          Il écrit aux généraux Grouchy et Canuel que trois colonnes totalisant 20 000 hommes vont attaquer le territoire de Charette, soit celles des généraux Grouchy (depuis Sainte-Hermine), Canuel (depuis Challans) et Hoche (depuis Clisson) ; chaque colonne sera dédoublée pour un appui mutuel, la discipline la plus stricte sera exigée et chaque soldat disposera de 30 cartouches et de rations de pain pour quatre jours (5 pages). 1795

        • SHD B 5/12-40 - 

          18 septembre :
          - La Pommeraye (Maine-et-Loire) : l'officier de santé Henri Martin° fait savoir au représentant Delaunay, membre du Comité de sûreté générale, que sa contrée est tranquille, que la foire de Chalonnes fonctionne à nouveau après trois ans d'interruption, et que Stofflet n'a pas les moyens de reprendre la guerre ; quant à Charette, il n'a plus d'autre choix que de se battre.

          - Segré : extrait d'une lettre des administrateurs du district au sujet de massacre de métayers entre Segré et Candé.

          - Vannes : le représentant Mathieu° fournit au Comité de salut public des informations sur les mouvements de la flotte anglaise et sur des coups de main des Chouans dans le golfe du Morbihan. 1795

        • SHD B 5/12-41 - 

          20 septembre :
          - Paris : ordre de la Commission des armées de terre pour installer un service d'étapes à Loudun.

          - Angers (2 copies du XIXe s.) : le général Hoche transmet au général Grouchy diverses informations dont l'état des troupes fournies par l'armée des Côtes de Cherbourg, soit 6140 hommes ; il lui signale que la marche sur Charette est retardée, mais qu'il faut en profiter pour dégager les routes.

          - Fontenay : le général Grouchy demande aux généraux de division de reprendre les anciennes appellations des villes et des bourgs dans la correspondance, telles qu'elles figurent sur les cartes utilisées (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-42 - 

          21 septembre :
          - Paris : " Observations sur la position du service des fourrages aux armées de l'Ouest, des Côtes de Brest et des Côtes de Cherbourg " ; l'armée de l'Ouest compte environ 20 000 chevaux ravitaillés par 17 départements ; les 7000 à 8000 chevaux de l'armée des Côtes de Brest sont nourris à partir des fourrages du Finistère, du Morbihan, des Côtes-du-Nord et de l'Ille-et-Vilaine ; les 10 000 chevaux de l'armée des Côtes de Cherbourg sont ravitaillés par les départements de l'Orne, de la Manche, de l'Eure et de la Seine-Inférieure (5 pages).

          - Angers : le général Hoche° prévient le Comité de salut public qu'il a dû modifier ses plans à cause de la menace de débarquement, mais qu'il n'oublie pas son offensive contre Charette.

          Le général Hoche écrit au général Grouchy d'arrêter la " petite guerre " contre Charette et de l'attaquer vigoureusement ; il lui indique une possible descente d'émigrés (copie du XIXe s.).

          22 septembre :
          - Lorient : le général Rey° avertit le Comité de salut public que les Anglais s'apprêteraient à débarquer 3000 émigrés ; il réclame le renforcement de la protection de la presqu'île de Quiberon. 1795

        • SHD B 5/12-43 - 

          23 septembre :
          - Paris : le Comité de salut public informe le général Canuel du vote par la Convention d'une loi sur les conseils de guerre qui va remédier à l'indiscipline.

          - Angers : le représentant Cochon° annonce au Comité de salut public qu'il s'est concerté avec le général Hoche, mais que l'offensive est retardée à cause des réticences des armées des Côtes de Brest et de Cherbourg à envoyer les renforts promis ; seuls 4000 hommes de l'armée des Pyrénées-Occidentales sont en route, alors qu'elle en compte officiellement près de 20 000.

          Le général Hoche transmet au général Grouchy de nouveaux ordres de marche pour la colonne qu'il commande (copie du XIXe s.).

          - Rennes : rapport du chef d'état-major Quantin° sur les mouvements de l'armée des Côtes de Brest pendant la 1ère décade de vendémiaire an IV ; il n'y a pas eu de débarquement en Bretagne ; des escarmouches et événements divers sont signalés dans les Côtes-du-Nord, le Finistère, le Morbihan et la Loire-Inférieure (10 pages). 1795

        • SHD B 5/12-44 - 

          24 septembre :
          - Nantes : le général Hoche prévient le général Grouchy que le débarquement ennemi aura peut-être lieu en Vendée ; il l'informe qu'il va aux Sables-d'Olonne et il lui demande de tenir ses positions (copie du XIXe s.).

          - Fontenay (deux copies du XIXe s.) : le général Grouchy ordonne aux généraux de division de sélectionner leurs meilleurs hommes, soit 100 fantassins et 30 cavaliers, pour leur intégration dans la légion de police de Paris ; il indique à l'adjudant major Davau, du 4e bataillon de Maine-et-Loire, en poste à Montglonne, qu'il doit s'adresser au général dont il relève directement pour sa demande d'avancement. 1795

        • SHD B 5/12-45 - 

          25 septembre :
          - Nantes : le général Hoche° annonce au Comité de salut public que la flotte anglaise mouille dans la baie de Bourgneuf ; il rassemble tout ce qu'il peut et demande de hâter l'arrivée des renforts.
          Il avertit le général Grouchy qu'il se charge du débarquement ennemi et il lui demande d'opérer une diversion sur le territoire de Charette (copie du XIXe s.).

          - Fontenay (3 copies du XIXe s.) : le général Grouchy écrit aux administrateurs de la Vendée qu'il a besoin de leur aide pour appliquer les mesures édictées contre le pillage des troupes ; il signifie au chef de la 157e demi-brigade, Domey, qu'il doit s'adresser à la 9e commission pour être muté dans une garnison ; il échange avec le général Guyot-Durepaire, à Rochefort, sur son état de santé, la garnison du port et la répression du pillage.

          - Luçon : l'adjudant général Delaage apprend au général Hoche sa victoire sur les brigands à Saint-Vincent-sur-Graon et la prise de 1500 paquets de cartouches.

          25 septembre-29 octobre :
          - Extraits de la correspondance entre le général Hoche et l'adjudant général Delaage du 3 vendémiaire au 7 brumaire an IV comprenant notamment le récit de la bataille de Saint-Cyr (8 pages). 1795

        • SHD B 5/12-46 - 

          26 septembre :
          - Paris : le Comité de salut public demande au Comité d'inspection d'envoyer 60 carabines à l'armée de l'Ouest.

          - Bourgneuf : le général Hoche° annonce au Comité de salut public que l'ennemi attaque l'île de Noirmoutier défendue par le général Cambrai, et que Charette va tenter une diversion, mais il s'y est préparé.
          Il fait savoir au général Grouchy qu'il ne doit pas perdre de temps pour la diversion demandée (copie du XIXe s.).

          - Port de La Claye : le général Grouchy transmet au général Hoche les renseignements suivants : l'adjudant général Delaage a repoussé les brigands à Saint-Vincent-sur-Graon ; le 3 vendémiaire (25 septembre), Charette a attaqué Saint-Cyr-en-Talmondais, défendu par un détachement de la 157e demi-brigade ; il a été repoussé avec pertes, grâce aux tireurs embusqués dans le clocher ; son lieutenant Guérin figurerait parmi les morts (2 exemplaires dont une copie du XIXe s.).
          Extrait d'une lettre du général Grouchy sur la défaite de Charette à Saint-Cyr. 1795

        • SHD B 5/12-47 - 

          27 septembre :
          - Nantes : le représentant Cochon° signale au Comité de salut public que le débarquement n'a pas encore eu lieu, et qu'il va accompagner la colonne qui marche sur le quartier général de Charette.

          - Noirmoutier : correspondance active et passive du général Cambray assiégé par les Anglais dans l'île de Noirmoutier ; y figurent notamment une sommation anglaise, à bord de la Pomone, et la réponse du général (7 pages).

          - Sans lieu : le général Grouchy demande au commissaire des guerres Santrat d'envoyer 50 000 cartouches de Niort à Luçon (copie du XIXe s.).

          28 septembre :
          - Paris : le représentant Le Tourneur°, membre du Comité de salut public, avise le général Hoche de l'expédition de 200 carabines qu'il affectera aux meilleurs tireurs de son armée.

          - Sans lieu : le général Grouchy demande au commissaire des guerres Santrat d'envoyer à Luçon les 200 000 cartouches qu'il va recevoir (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-48 - 

          29 septembre :
          - Niort : le commissaire des guerres Santrat notifie au général Grouchy qu'il fait le maximum pour envoyer des rations de pain à Luçon (copie du XIXe s.).

          - Saumur : le citoyen Gibert° expose au citoyen Tousselain les démarches à suivre pour que ses effets lui soient restitués par le district d'Angers.

          - Fontenay (deux copies du XIXe s.) : le général Grouchy ordonne au général Vimeux, à La Rochelle, de mettre une centaine d'artilleurs à la disposition de la Marine ; il transmet aux généraux de division des mesures à prendre pour la sécurité des convois militaires. 1795

        • SHD B 5/12-49 - 

          30 septembre :
          - Paris : la Commission des armées de terre signifie au Comité de salut public son accord pour l'envoi de 1000 obus au directeur de l'artillerie à Nantes.

          - La Rochelle : le général Dessein informe le général Hoche que 46 bataillons de l'armée des Pyrénées-Occidentales doivent rejoindre l'armée de l'Ouest, mais qu'ils traversent les départements où ils ont été recrutés, ce qui laisse présager une importante désertion.

          - Belleville-sur-Vie : le général Hoche demande au général Grouchy d'envoyer des troupes au général Canuel pour empêcher la jonction Charette-Stofflet, et de superviser l'accueil des renforts venus de l'armée des Pyrénées-Occidentales (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-50 - 

          Bulletin analytique résumant la situation de l'armée de l'Ouest en octobre 1795, sous le commandement du général Hoche (tableau Clerget).

          1er octobre :
          - Paris : le représentant Pottier sollicite le Comité de salut public pour réprimer des contre-révolutionnaires qui s'agitent autour de Loches.

          - Sans lieu : un officier inconnu avertit le général Grouchy de l'arrivée à Niort du général Willot avec les renforts venus de l'armée des Pyrénées-Occidentales ; les 10 955 hommes annoncés sont réduits à 4000 par suite des désertions (copie du XIXe s.).

          - Machecoul : le général Hoche° fait savoir au Comité de salut public que Charette n'était pas à Belleville-sur-Vie, mais qu'il a été battu à Saint-Cyr, et que la flotte anglaise a disparu de la baie de Bourgneuf.

        • SHD B 5/12-51 - 

          1er octobre :
          - Fontenay : le général Willot° notifie au Comité de salut public son arrivée en Vendée avec l'armée des Pyrénées-Occidentales, et il lui apprend que la désertion a fait perdre les trois quarts des renforts annoncés.
          Il prévient le général Hoche que les trois quarts des renforts de l'armée des Pyrénées-Occidentales ont déserté en traversant leurs départements de réquisition.

          - Varsovie (Pologne) : témoignage d'admiration du général Souvarov à Charette, tel que transcrit et traduit par le " Morning Chronicle " à Londres, le 12 janvier 1796. 1795

        • SHD B 5/12-52 - 

          2 octobre :
          - Paris : le Comité de salut public informe le général Bonnaud de la prise de mesures pour régler ses problèmes de subsistances.

          - Nantes : le général Bonnaud° demande au Comité de salut public un congé provisoire ; il propose par ailleurs de pacifier d'abord la rive droite de la Loire et de s'occuper de Charette après l'hiver avec de nouvelles forces.

          - Machecoul : le général Hoche° envoie au Comité de salut public la lettre du général Grouchy relatant la défaite de Charette à Saint-Cyr.

          - Montaigu : le procureur-syndic du district annonce au Comité de salut public que Charette a évacué Belleville-sur-Vie avant d'y être attaqué ; il déplore que la garnison de Montaigu se réduise à 400 hommes (cachet). 1795

        • SHD B 5/12-53 - 

          3 octobre :
          - Paris : le ministère de la Guerre demande aux généraux Hoche et Pérignon de prendre des dispositions pour le port de Lorient bloqué au large par les Anglais et en périphérie par les Chouans.
          Le même ministère sollicite les commissaires ordonnateurs des trois armées de l'Ouest pour garantir les subsistances des troupes qui vont secourir Lorient.

          - Nantes : le commandant Le Coat-Saint-Haouen° fait savoir au Comité de salut public que la flotte anglaise a évacué la baie de Bourgneuf ; il joint divers témoignages sur le siège de Noirmoutier par la flotte anglaise, du 6e jour complémentaire de l'an III au 7 vendémiaire an IV (du 22 au 29 septembre 1795) (4 pièces).

        • SHD B 5/12-54 - 

          3 octobre :
          - Sans lieu : " Dispositions générales de l'armée " par le général Hoche ; les généraux Canuel et Gratien établiront deux camps à Soullans et à Machecoul ; le général Bonnaud occupera le pays du Loroux ; les renforts venus des Pyrénées occuperont une ligne de sécurité allant de La Pommeraye sur la Sèvre, à Avrillé près des Sables, via Pouzauges et Le Pont-Charrault (copie du XIXe s.).

          - Machecoul : le général Hoche confirme au général Grouchy sa mission de répartition des troupes venues des Pyrénées (copie du XIXe s.).

          - Fontenay : un officier inconnu fournit au général Grouchy des informations sur diverses unités et quelques officiers (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-55 - 

          4 octobre :
          - Paris : le Comité de salut public notifie au représentant Mathieu que les 6000 hommes de l'armée des Côtes de Cherbourg doivent être affectés au général Hoche, car un débarquement se prépare en Poitou et non en Bretagne.

          Le ministère de la Guerre informe le général Hoche de la demande de la commission de la Marine pour l'obtention de 1200 hommes à Rochefort.

          - Nantes : le citoyen Guimberteau, inspecteur général des transports militaires, livre au Comité de salut public ses réflexions sur la guerre de Vendée et les moyens proposés pour la terminer (pièce incomplète).

          - Angers : le représentant Bodin informe le Comité de salut public qu'il a appris par l'adjudant général Savary la prise de Mortagne par les brigands ; 200 soldats ont été tués, la ville de Cholet est menacée ; il soupçonne Sapinaud (2 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-56 - 

          4 octobre :
          - Machecoul : le général Hoche° écrit au Comité de salut public qu'il surveille le littoral, en attendant un débarquement du comte d'Artois et des émigrés, mais que ses hommes manquent de vivres ; " Croyez bien que quiconque débarquera ne tardera pas à s'en repentir ; mais du pain, je ne vous demande que cela ".

          - Machecoul (deux copies du XIXe s.) : le général Hoche demande au général Grouchy d'accourir avec ses troupes si une descente ennemie se produit ; il lui réécrit pour se plaindre de l'absence de nouvelles du général Descloseaux et du manque de farine.

          - Sans lieu : " Marche de l'armée républicaine pour entrer le 12 vendémiaire 4e année dans le pays insurgé par Charette " par le général Hoche (copie du XIXe s., 10 pages). Ce plan a plutôt été rédigé entre les 15 et 20 septembre 1795, puis annulé en raison de l'arrivée de la flotte anglaise.

        • SHD B 5/12-57 - 

          4 octobre :
          - Fontenay (trois copies du XIXe s.) : le général Grouchy donne aux généraux de division des instructions de service pour former leur état-major ; un officier inconnu fait savoir au général Chalbos que la copie du procès-verbal de la prise de l'île d'Yeu par les Anglais a bien été reçue ; un correspondant inconnu signifie à Duport, commandant de l'artillerie à Metz, que l'armée de l'Ouest ne comprend aucune compagnie d'artillerie de Metz ou de la Moselle.

          - Sans lieu : un correspondant inconnu annonce à l'adjudant général Thouron l'arrivée prochaine à Luçon de quatre bataillons (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-58 - 

          5 octobre :
          - Machecoul : le général Hoche envoie au général Grouchy son plan de réorganisation de l'armée et lui demande de l'améliorer (copie du XIXe s.).

          " Nouvelles divisions de l'armée de l'Ouest, suivant celle des anciens districts " par le général Hoche ; la 1ère division est commandée par le général Canuel (à Machecoul), la 2e par le général Caffin (à Beaupréau), la 3e par le général Willot (à Fontenay), la 4e par le général Chalbos (aux Sables), la 5e par le général Dessein (à Noirmoutier), la 6e par le général Vimeux (à La Rochelle), la 7e par le général Beauregard (à Poitiers) et la 8e par le général Bournet (à Tours) ; le général Grouchy commande l'état-major (copie du XIXe s.).

          Le représentant Cochon° relate au Comité de salut public qu'il vient de compter 86 bâtiments anglais dans la baie de Bourgneuf, et que la flotte ne bouge pas pour le moment. 1795

        • SHD B 5/12-59 - 

          5 octobre :
          - Cholet : le général Caffin° apprend au représentant Bodin la prise de la place de Mortagne par 6000 à 8000 assaillants ; l'ennemi l'a évacuée, mais lui-même n'a pas assez de forces pour la réoccuper ; le secteur de Stofflet reste calme.

          - Fontenay (2 copies du XIXe s.) : un officier inconnu signale au général Bournet, à Tours, qu'il a reçu les procès-verbaux d'acceptation de la Constitution des troupes de Loches et de Vendôme ; un officier inconnu notifie à l'adjudant général Thouron, à Luçon, la demande du général Willot pour la constitution d'un conseil de guerre chargé de juger les nombreux prisonniers militaires de Fontenay. 1795

        • SHD B 5/12-60 - 

          6 octobre :
          - Machecoul : le général Hoche° fait savoir au Comité de salut public qu'il renforce Noirmoutier ; il lui demande que l'armée des Côtes de Brest assure la défense de la Loire-Inférieure et de Nantes.
          Il lui réécrit que seuls 7000 à 8000 hommes de l'armée des Pyrénées-Occidentales lui parviendront du fait des désertions, il n'a pas besoin d'autres renforts, car il a du mal à nourrir les troupes en place ; il demande un effort pour Nantes qui manque de vivres et de bois ; " La République a perdu dans cette commune l'hiver dernier 899 chevaux, ils y sont morts de faim ; plusieurs personnes ont été trouvées mortes de faim et de froid ".

          - Machecoul (4 copies du XIXe s.) : le général Hoche ordonne au général Caffin de dégrader publiquement l'officier qui s'est laissé surprendre à Montaigu (Mortagne, en réalité).
          Il sollicite auprès du général Grouchy des renforts et notamment de la cavalerie ; il lui demande de laisser le secteur gauche de la Vendée au général Willot et d'opérer une diversion entre Bournezeau et La Roche-sur-Yon ; il lui réclame un ingénieur et quatre compagnies d'ouvriers pour fortifier Clisson. 1795

        • SHD B 5/12-61 - 

          6 octobre :
          - Niort : le représentant Auguis° notifie au Comité de salut public l'arrivée en trois colonnes de l'armée des Pyrénées-Occidentales, la première commandée par le général Dessein est parvenue à Luçon et la deuxième par le général Willot à Niort.

          - Fontenay : l'adjudant général Thouron fait savoir aux administrateurs de la Vendée que le général Grouchy lui annonce partout des succès des troupes de la République contre les rebelles (copie du XIXe s.).

          - Noirmoutier : le général Cambray informe le général Canuel qu'il a dénombré 102 voiles ennemies dans la baie de Bourgneuf ; il réclame des renforts.

          - Ancenis : l'adjudant général Watrin° demande au commandant d'Ingrandes de faire conduire à Ancenis un officier de la 50e demi-brigade, prisonnier à Ingrandes. 1795

        • SHD B 5/12-62 - 

          7 octobre :
          - Paris : la Commission de la marine renseigne la Commission des armées de terre sur les 96 navires anglais qui ont menacé Lorient les 2e et 5e jours complémentaires de l'an III (18 et 21 septembre 1795) ; il faut renforcer la garnison, assurer ses subsistances et repousser les Chouans.

          - Machecoul : le général Hoche veut que le général Grouchy prenne des initiatives, sans lui en référer systématiquement (copie du XIXe s.).

        • SHD B 5/12-63 - 

          8 octobre :
          - Paris : le Comité de salut public exige du général Hoche qu'il rende les renforts empruntés aux armées des Côtes de Brest et de Cherbourg, lorsqu'il aura reçu ceux de l'armée des Pyrénées-Occidentales.

          - Machecoul : le général Hoche° avertit le Comité de salut public que la flotte anglaise a évacué la baie de Bourgneuf et qu'elle se dirige vers la Bretagne ; il organise une sortie massive de ses troupes pour faire " un fourrage général sur toute la lisière du pays insurgé ".
          Il prévient le général Grouchy qu'il n'a plus besoin de ses renforts et qu'il va se rendre aux Sables-d'Olonne (copie du XIXe s.).

          - Noirmoutier : le général Cambray informe le général Hoche que l'escadre anglaise est repartie et qu'elle aurait débarqué 5000 émigrés à l'île d'Yeu.

          - Cholet : déclaration de la citoyenne Marquis, femme d'un capitaine du 10e bataillon de la Meurthe, faite prisonnière à Mortagne, puis relâchée ; elle a été interrogée aux Herbiers par le " général " Béjarry, adjoint de Sapinaud. 1795

        • SHD B 5/12-64 - 

          9 octobre :
          - Machecoul : le général Hoche° annonce au Comité de salut public ne pas croire au débarquement de 5000 émigrés à l'île d'Yeu en raison des problèmes d'approvisionnement ; il est obligé de se procurer du pain, de la viande et des fourrages en les prélevant sur le pays insurgé.
          Il réclame au général Grouchy l'envoi des procès-verbaux d'acceptation de la Constitution par les troupes (copie du XIXe s.).

          - Nantes : le général Bonnaud° fait savoir au Comité de salut public que ses troupes manquent de rations normales et d'équipements ; les commissaires des guerres invoquent des ordres supérieurs, alors que leurs magasins sont pleins.

          - Fontenay (3 copies du XIXe s.) : le général Grouchy envoie aux adjudants généraux des états-majors un rappel à l'ordre pour les états de situation à fournir au général en chef.
          Le général Grigny informe le général Beauregard de son affectation au département de la Vienne et du passage de son commandement au général Willot. Il ordonne au citoyen Lagrave, commissaire ordonnateur en chef à Saumur, de se rendre à Niort où le général Hoche a décidé de regrouper les services de son quartier général. 1795

        • SHD B 5/12-65 - 

          10 octobre :
          - Machecoul (3 copies du XIXe s.) : deux ordres du général Hoche, le premier pour prévenir et réprimer la désertion, le second pour réprimer le trafic des grains pratiqué par certains cavaliers.
          Il écrit au général Grouchy pour l'engager à agir avec vigueur, il peut s'appuyer sur le général Grigny, il faut envoyer à Poitiers le général Beauregard " qui est un paperassier ".

          - Les Sables-d'Olonne : le représentant Jard-Panvillier relate au général Grouchy que Charette a évité le combat et qu'il s'est lancé sur Mortagne avec 10 000 hommes ; il faut renforcer la ligne La Châtaigneraie-Parthenay et surveiller les magasins de Niort et Fontenay qui alimentent Les Sables-d'Olonne (copie du XIXe s.).

          - Fontenay (3 copies du XIXe s.) : ordres du général Grigny, le premier au général Beauregard de s'installer à Poitiers, le deuxième au commissaire ordonnateur de Niort de fournir au commandant du parc d'artillerie six caissons bien couverts en prévision des déplacements pendant la mauvaise saison, le troisième au général Moncey, à Bordeaux, d'envoyer à Niort dans les meilleurs délais les chevaux d'artillerie et les caissons de son ancienne armée. 1795

        • SHD B 5/12-66 - 

          11 octobre :
          - Machecoul : le général Hoche° dresse au Comité de salut public un bilan de la situation ; son armée a fait une sortie générale en Vendée et en Loire-Inférieure, dont elle rapporte des grains et des bestiaux ; Sapinaud a pris Mortagne, mais il sera bientôt réduit ; le peuple aspire à la paix, mais les chefs rebelles le tiennent par la terreur ; " Je me propose de faire dans peu connaître à la France le code effrayant qui régit les Vendéens. Non, celui de St-Just, Robespierre et Couthon n'était pas plus révoltant ".

          - Machecoul (2 copies du XIXe s.) : le général Hoche annonce au général Grouchy qu'il va le retrouver bientôt à Fontenay, et qu'ils en sortiront ensuite pour n'y plus retourner et battre les brigands ; il apprend au général Grigny que le général Grouchy doit aller inspecter la division du général Caffin et la mettre en bon ordre.

          - Nantes : rapport d'origine inconnue adressé au Comité de salut public ; l'esprit public n'est bon qu'à Nantes et dans quelques chefs-lieux de district ou de canton ; la rive droite de la Loire est terrorisée par les Chouans qui répandent de faux assignats, attaquent les détachements militaires et interrompent les communications ; l'auteur espère que " la brave armée de l'Ouest " en viendra à bout.

          - Fontenay (3 copies du XIXe s.) : le général Grouchy transmet aux généraux de division la nouvelle organisation de l'armée de l'Ouest décidée par ordre du général Hoche : la 1ère Division commandée par le général Canuel à Machecoul, la 2e par le général Caffin à Beaupréau, la 3e par le général Willot à Fontenay, la 4e par le général Chalbos aux Sables, la 5e par le général Dessein à Noirmoutier, la 6e par le général Vimeux à La Rochelle, la 7e par le général Beauregard à Poitiers, et la 8e par le général Bournet à Tours (cf. SHD B 5/12-58).
          Le général Grouchy demande au général Willot de fournir 50 charretiers qui seront envoyés à Niort.
          Ordre de l'état-major au commandant de la place de Fontenay d'arrêter et de faire passer en conseil de guerre des sapeurs qui se sont soulevés à Luçon. 1795

        • SHD B 5/12-67 - 

          12 octobre :
          - Paris : le Comité de salut public notifie au général Hoche qu'il approuve ses mesures en lui rappelant deux priorités : contrer un débarquement anglais et protéger Nantes.

          - Machecoul : le représentant Cochon conseille au général Grouchy de mépriser les calomnies qui se répandent sur lui (copie du XIXe s.).

          - Nantes : le citoyen L. Vérité (sans doute un pseudonyme) dresse au représentant Legendre un tableau désespérant de la situation militaire en Vendée et dans la Loire-Inférieure ; " Quatre cents marchands de volailles assistés de quelques centaines de déserteurs et de paysans fanatiques et scélérats adonnés au massacre, au vol et à l'assassin[at] harcelle[nt] continuellement deux cent mille hommes de nos troupes ".

          - Les Sables-d'Olonne : les représentants Jard-Panvillier° et Auguis° écrivent au Comité de salut public qu'ils assurent la Convention de leur dévouement et se félicitent de l'échec du coup de force royaliste à Paris [fusillade du 13 vendémiaire an IV, 5 octobre 1795] (2 pièces).

          - Chemillé : le général Caffin fournit au général Grouchy de nouvelles précisions sur la prise de Mortagne, le 11 vendémiaire précédent, par 6000 à 7000 brigands ; il a organisé un repli en bon ordre à Cholet qu'il conserve malgré ses faibles effectifs ; l'armée a eu 200 morts et une soixantaine de blessés.

        • SHD B 5/12-68 - 

          13 octobre :
          - Paris : le Comité de salut public exige du général Hoche qu'il se concentre sur les mouvements de la flotte anglaise et qu'il repousse aussitôt une descente ennemie.

          La Commission de la marine signifie à la Commission des armées de terre sa satisfaction de savoir que des ordres ont été donnés pour envoyer 1200 hommes à Rochefort.

          - Machecoul (4 copies du XIXe s.) : le général Hoche envoie au général Grouchy et aux généraux de division la circulaire ordonnant de compléter, suivant le principe de l'amalgame, les corps de troupes incomplets sous réserve que leur formation soit postérieure à août 1793, il demande son application de cette circulaire ; il transmet au général Grouchy divers ordres de service ; ordre général du général Hoche interdisant la sortie de France de tout bâtiment à destination de l'Angleterre. 1795

        • SHD B 5/12-69 - 

          13 octobre-11 novembre 1795 :
          - Recueil de correspondance entre le général Hoche et le général Tuncq du 21 vendémiaire au 20 brumaire an IV ; elle concerne essentiellement la région d'Ancenis avec des récits d'attaques de Chouans et des réquisitions de grains, fourrages et bestiaux (9 pièces totalisant 19 pages).

        • SHD B 5/12-70 - 

          14 octobre :
          - Machecoul : le représentant Cochon° écrit au Comité de salut public qu'il se réjouit de la victoire remportée sur les royalistes à Paris ; le comte d'Artois est à l'île d'Yeu avec 4000 à 5000 hommes, mais il ne pourra pas y rester jusqu'à l'hiver et encore moins débarquer sur le continent ; le général Hoche mène des expéditions pour réapprovisionner son armée, après quoi il mettra au point " son grand plan sur la Vendée ".

          - Machecoul (2 copies du XIXe s.) : le général Hoche prévient le général Grouchy qu'il s'occupe de Charette, et il lui demande de s'attacher à contenir Sapinaud ; il lui transmet divers ordres de service dont des mesures à prendre contre Charette qui veut favoriser un débarquement ennemi près de Moricq.

          - Fontenay (2 copies du XIXe s.) : le général Grouchy informe le général Vimeux sur des mesures diverses et lui demande d'acheter une carte de France divisée en départements et districts.
          Le général Grigny exige du citoyen Lagrave, commissaire ordonnateur en chef à Saumur, l'envoi à Nantes de tous les effets de campement disponibles à Tours et à Saumur ; tous les chefs d'administration de l'armée, lui compris, doivent se regrouper à Niort.

          - Alençon : le représentant Bodin° signale au Comité de salut public un problème de subsistances militaires et se demande où sont passés les 62 millions qui lui étaient promis. 1795

        • SHD B 5/12-71 - 

          15 octobre :
          - Paris : note interne de la Commission des armées de terre stipulant que les volontaires de l'Aube revenus de Saint-Domingue et partis en convalescence seront dirigés ultérieurement sur l'armée de l'Ouest.

          - Sans lieu : le général Grouchy réclame au citoyen Gonnet, commissaire des guerres faisant fonction de commissaire ordonnateur à Niort, des informations sur les lois régissant la police administrative (copie du XIXe s.).

          - Fontenay (3 copies du XIXe s.) : le général Grigny demande au commissaire ordonnateur Lagrave de prévoir des convois pour alimenter les principales divisions de l'armée à partir de Niort, Fontenay, Luçon, Les Sables et Machecoul, et d'envoyer un commissaire des guerres au camp de Soullans qui compte 6000 à 7000 hommes ; il sollicite le Comité de santé de l'armée pour l'envoi d'un directeur d'ambulance, de médicaments et de voitures au camp de Soullans. 1795

        • SHD B 5/12-72 - 

          15 octobre :
          - Sans lieu : " Instructions pour les officiers commandant les colonnes mobiles " par le général Hoche ; chaque colonne comprendra autour de 2500 hommes ; Hoche encourage l'espionnage et signale à ses officiers généraux les quartiers généraux et lieux de retraite possibles de Charette, de Sapinaud et de leurs lieutenants ; " Les principaux objets de votre importante mission sont de désarmer absolument le pays, d'habituer l'habitant à voir, sans frayeur, le soldat de la République, de prévenir ou dissoudre les rassemblements, et enfin de vous emparer des chefs des rebelles " (copie du XIXe s., 9 pages).

          Le général Hoche expose au Comité de salut public son organisation en 4 colonnes mobiles regroupant 2500 fantassins, 50 cavaliers et 6 guides, la première sur Les Sables-d'Olonne et Challans (adjudant général Travot), la deuxième sur La Roche-sur-Yon (adjudant général Delaage), la troisième sur Montaigu et La Châtaigneraie et la quatrième sur Machecoul et Clisson ; il va y associer deux autres colonnes mobiles, l'une de 600 hommes, opérant au sud de Nantes, et l'autre d'un millier d'hommes, ratissant le pays du Loroux (adjudant général Watrin) (copie XIXe s., 5 pages). 1795

        • SHD B 5/12-73 - 

          16 octobre :
          - Le Rétail, près de Legé : le général Hoche° avertit le Comité de salut public que l'armée souffre d'un manque criant de subsistances ; " Je suis absolument contraint de faire la guerre pour avoir du grain ".

          - Fontenay : le général Grigny exige du commissaire des guerres Gonnet la prise de mesures pour approvisionner Fontenay, Luçon, Les Sables, Saint-Gilles et Machecoul (copie du XIXe s.).

          17 octobre :
          - Machecoul : le général Hoche fournit au général Grouchy des explications sur des ordres de service (copie du XIXe s.).

          - Fontenay (2 copies du XIXe s.) : ordre du général Grigny pour que le 15e Régiment de dragons se rende de Fontenay à Sainte-Hermine ; le général Grigny fournit à l'adjudant général Cardenau des consignes pour installer des troupes à Sainte-Hermine. 1795

        • SHD B 5/12-74 - 

          18 octobre :
          - Paris : la Commission des armées de terre notifie au commandant de Saumur le déplacement du dépôt du 6e Régiment de hussards de Cambrai à Saumur.

          - Nantes : le général Hoche transmet au général Grouchy un ordre de service pour envoyer à Challans, Machecoul et Nantes des fourgons, des habits, des capotes et des souliers (copie du XIXe s.).

          19 octobre :
          - Fontenay : le général Grigny donne au commissaire ordonnateur en chef de l'armée de l'Ouest des informations sur les contrôles de troupes (copie du XIXe s.).

          - Cerizay : le général Willot° prévient le général Hoche qu'une sortie a été faite sur Châteaumur et La Flocellière, et que l'ennemi avait évacué les lieux ; les soldats y ont trouvé du vin, de l'eau de vie, des cuirs, des farines et des fourrages, mais il a fallu en détruire une partie, faute de voitures pour les emporter. 1795

        • SHD B 5/12-75 - 

          20 octobre :
          - Paris : le Comité de salut public demande au général Hoche de renvoyer les troupes qu'il a empruntées aux armées des Côtes de Brest et de Cherbourg, maintenant qu'il a reçu les renforts de l'armée des Pyrénées-Occidentales ; il l'informe des mesures prises pour améliorer le service des subsistances (minute signée de Le Tourneur°).

          21 octobre :
          - Nantes : le général Hoche transmet au général Grouchy un ordre de service pour remplacer les généraux Canuel, Cambray et Chalbos, malades ou souffrant d'infirmités (copie du XIXe s.).

          - Montaigu : les administrateurs du district explique au Comité de salut public que l'étreinte se desserre autour de la ville, mais qu'elle souffre de disette alors que des bonnes terres restent incultivées.

          - Saumur : le commissaire ordonnateur en chef de l'armée de l'Ouest signale à la Commission des armées de terre qu'il s'occupe de l'installation d'un service d'étapes à Loudun (2 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-76 - 

          22 octobre :
          - Montaigu : le procureur-syndic du district écrit au Comité de salut public en reprenant les informations déjà transmises la veille (cf. SHD B 5/12-75).

          24 octobre :
          - Angers : les administrateurs de Maine-et-Loire transmettent au Comité de salut public des informations sur une réunion de chefs royalistes au château de La Mazure, près du Bourg d'Iré (district de Segré) ; Scépeaux y participait. 1795

        • SHD B 5/12-77 - 

          26 octobre :
          - Paris : le Comité de salut public demande à nouveau au général Hoche de rendre les troupes empruntées à l'armée des Côtes de Cherbourg et de hâter la défaite de Charette.

          - Nantes : le général Hoche° prévient le Comité de salut public que des Chouans et des émigrés se dirigent vers Paris.
          Il écrit au général Grouchy pour critiquer la petite expédition du général Willot et l'état déplorable de l'armée des Pyrénées-Occidentales ; " Maudite boutique ! " (copie du XIXe s.).

          - Angers : le représentant Bodin° indique au Comité de salut public que le chef rebelle Béjarry s'est mis au service de Sapinaud alors que Scépeaux est reparti chez les Chouans, et que Stofflet doit réquisitionner des vivres pour nourrir sa garde et sa cour ce qui le rend impopulaire. 1795

        • SHD B 5/12-78 - 

          28 octobre :
          - Nantes : le général Hoche° attire l'attention de la Commission des armées de terre sur le dénuement et la désorganisation du 13e Régiment de dragons.

          - Machecoul : l'adjudant général Simon° explique au général Hoche que les paysans du district de Machecoul sont las de la guerre, et que des lieutenants de Charette veulent négocier leur reddition, il va discuter avec certains d'entre eux. 1795

        • SHD B 5/12-79 - 

          29 octobre :
          - Nantes : les administrateurs de la Loire-Inférieure signalent au Comité de salut public les menaces qui pèsent sur Ancenis.

          Le général Hoche avertit le Comité de salut public qu'il a envahi le pays du Loroux aidé par des réfugiés patriotes, mais qu'il a dû renvoyer la plupart d'entre eux à cause de " vengeances particulières " et de " pillages inouïs " (2 pièces).

          - Nantes (2 copies du XIXe s.) : le général Hoche transmet au général Grouchy des ordres de service et un état des renforts servant dans l'armée de l'Ouest : 3 unités de 3500 hommes de l'armée des Côtes de Brest et 5 unités de 5000 à 5500 hommes de l'armée des Côtes de Cherbourg.
          Il demande à l'adjudant général Mermet de voir si Charette ne se trouve pas du côté de Saint-Gilles-sur-Vie. 1795

        • SHD B 5/12-80 - 

          29 octobre :
          - Machecoul : l'adjudant général Simon° fait savoir au général Hoche que le canton de Saint-Philbert est en cours de pacification avec l'appui du curé Léauté ; le général Gratien a promis de donner à ce dernier " une soutane et un habit noir pour couvrir le mauvais gilet de siamoise qui lui reste ".

          - Angers : les administrateurs de Maine-et-Loire affirment au Comité de salut public que le brigandage continue dans le district de Vihiers en deçà du Layon ; pour preuve la maison du citoyen Delorme, receveur du district, a été pillée à Martigné, on lui a pris du linge, de l'argent en espèces, mais pas d'assignats (3 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-81 - 

          Bulletin analytique présentant la situation de l'armée de l'Ouest en novembre 1795, sous le commandement du général Hoche (tableau Clerget).

          1er novembre :
          - Paris : décret de la Convention sur les appointements dus aux officiers et sous-officiers prisonniers de guerre (bulletin analytique renvoyant au registre 9 du Comité de salut public, p. 22).

          2 novembre :
          - Paris : le Comité de salut public demande au général Hoche de renvoyer rapidement les troupes qu'il a empruntées aux armées des Côtes de Brest et de Cherbourg, afin qu'elles combattent les Chouans.

          - Nantes : le général Hoche informe le général Grouchy que le général Raoul ira commander à Noirmoutier (copie du XIXe s.).

          - Fontenay : le général Willot° transmet au général Hoche les informations suivantes : il a organisé une expédition passant par Les Herbiers, Pouzauges et Le Pont-Charrault ; l'ennemi s'est dérobé ou n'a pas résisté longtemps ; ses troupes ont fait quelques prisonniers, détruit des réserves de poudre et saisi des munitions et des vivres.

        • SHD B 5/12-82 - 

          3 novembre :
          - Saumur : le chef de brigade Poché°, commandant à Saumur, annonce à la Commission des armées de terre l'arrivée à Saumur du dépôt du 6e Régiment de hussards en provenance de Cambrai.

          Le commissaire des guerres Barbier° avertit la Commission des armées de terre qu'une fois arrivé à Saumur, le dépôt du 6e Régiment de hussards se dirigera vers Angers.

          4 novembre :
          - Nantes : ordre général de Hoche sur la destitution par le gouvernement du général Raoul pour n'avoir pas réprimé le pillage (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-83 - 

          5 novembre :
          - Nantes : le général Hoche transmet au général Grouchy un ordre de réorganisation de l'état-major : trois généraux viennent d'être destitués, dont le général Raoul, il faut le remplacer à Noirmoutier par le général Desroques (copie du XIXe s.).

          - Fontenay (2 copies du XIXe s.) : le général Grouchy sollicite le commissaire ordonnateur Gonnet pour l'envoi sans délai de capotes et de sabots de Niort à Fontenay ; il fournit à un officier des mesures à prendre pour les postes de Parthenay et de Bressuire.

          - Fontenay : le général Willot° relate au général Hoche l'expédition faite par le général Meyer sur Le Champ-Saint-Père et le château de La Mothe-Frelon, et sa prise de grains et de vin emportés ensuite à Luçon. 1795

        • SHD B 5/12-84 - 

          6 novembre-18 décembre :
          - Paris : cahier de correspondance du Directoire exécutif avec le général en chef de l'armée de l'Ouest et le commissaire du gouvernement près cette armée, du 15 brumaire au 27 frimaire an IV ; y figurent notamment des instructions pour les généraux en chef des trois armées de l'Ouest et une convocation de Hoche à Paris en vue de lui confier une " mission importante " (9 pages). 1795

        • SHD B 5/12-85 - 

          6 novembre :
          - Paris (bulletin analytique) : le Directoire exécutif demande au général Hoche des informations sur les prisonniers français de Quiberon qui avaient été incorporés de force chez les émigrés (se reporter au cahier de correspondance du Directoire avec le général Hoche, SHD B 5/12-84, p. 1).

          7 novembre :
          - Nantes : le général Hoche° prévient le général Pille, à la Commission des armées de terre, qu'il est prêt à déloger les émigrés de l'île d'Yeu si on lui fournit des bateaux.
          Il demande au général Grouchy d'annoncer la destitution par le gouvernement du général Latour pour " mauvaise conduite " (copie du XIXe s.).

          - Nantes : le citoyen Baudry°, médecin à l'armée de l'Ouest, envoie au président du Conseil des Cinq-Cents un imprimé intitulé " Adresse des républicains nantais aux corps législatifs et au Directoire exécutif " ; ses auteurs veulent en finir avec la guerre de Vendée, récusent les négociations, réclament la guerre à outrance, dénoncent les généraux temporisateurs, les profiteurs de guerre et font l'éloge des réfugiés patriotes (environ 160 noms imprimés). 1795

        • SHD B 5/12-86 - 

          8 novembre :
          - Fontenay (2 copies du XIXe s.) : le général Grouchy donne au chef de bataillon Dutot, à Niort, des informations de service ; il prévient le capitaine Durand, commandant le 31e bataillon de réserve, que son dépôt restera à Thouars.

          Le général Willot° relate au général Hoche l'expédition menée par le général Meyer autour de Mareuil-sur-Lay et la récupération de fourrage et de bétail effectuée à cette occasion.

          - La Roche-sur-Yon : le général Raoul informe le général Dessein qu'il a mené une offensive entre Le Poiré-sur-Vie et Mouilleron-le-Captif, qu'il a tué 25 brigands et fait quelques prisonniers, et que beaucoup de ses hommes sont malades.

          - Rennes : proclamation imprimée du général Rey, général en chef par intérim de l'armée des Côtes de Brest, en réponse à des libelles royalistes ; il proclame que les Vendéens et les Chouans sont battus partout ; " Non ! Royalistes, vous n'aurez jamais l'avantage sur les troupes républicaines ; toujours elles marcheront à la victoire, au nom de la Liberté et de la République ". 1795

        • SHD B 5/12-87 - 

          9 novembre :
          - Les Sables-d'Olonne : le dragon Darcis° adresse à un représentant du peuple ses observations sur la guerre de Vendée et les mesures qu'il propose pour la terminer, comprenant notamment un réquisitoire contre le pillage, l'indiscipline et les assassinats ; " Epurez les généraux, les états-majors de la Vendée. Ne laissez à la tête des phalanges républicaines que des hommes dignes de les commander. Ne confiez les forces de l'Etat qu'à des Républicains intelligents, punissez les traitres et les Brigands sont perdus et la France est libre ".

          - Fontenay : le général Willot° apprend au général Hoche que des attaques ennemies ont été repoussées près de Mouilleron-en-Pareds, et que les soldats ont pris " quelques chevaux et un curé dans un confessionnal ".

          Les administrateurs de la Vendée font savoir au Directoire exécutif que le général Willot fait désarmer les environs de Pouzauges et saisir, en cas de refus, les blés et le bétail ; ils s'insurgent contre cette mesure qui va rallumer la guerre et qui pénalise les réfugiés patriotes dont les biens sont occupés par les rebelles ; neuf pièces sont jointes. 1795

        • SHD B 5/12-88 - 

          10 novembre :
          - Sans lieu : le général Hoche° adresse un " Compte rendu au Gouvernement " ; l'armée de l'Ouest est passée récemment de 28 000 hommes à 44 000, il a fallu faire des rafles dans les campagnes pour l'approvisionner ; il expose l'organisation de ses colonnes mobiles, ses mesures de désarmement, recopie sa proclamation contre l'armée de Charette, explique la méthode de combat du chef rebelle et les raisons de son ascendant ; " Son ambition est de gouverner féodalement. Il n'a point d'amis pour être un chef de parti vraiment redoutable, il lui faudrait la loyauté de Bonchamps, les talents de Delbecq (sic) et la témérité de Stofflet. Il n'a ni l'un ni l'autre " (14 pages).

          - Rennes : autre proclamation imprimée du général Rey intitulée " Supplément aux paroles adressées aux royalistes et alarmistes le 17 brumaire " (cf. SHD B 5/12-86). 1795

        • SHD B 5/12-89 - 

          12 novembre :
          - Paris : le représentant Talot° attire l'attention du Directoire exécutif sur la situation affligeante de la ville d'Angers, menacée par les Chouans et frappée par une disette de subsistances.

          - Nantes : le général Hoche confirme au général Grouchy la suspension des généraux Descloseaux, Raoul et Latour (copie du XIXe s.).

          15 novembre :
          - Paris : la Commission des armées de terre réclame au général Hoche le renforcement des postes du Layon pour empêcher des incursions de l'armée de Charette.

          - Fontenay : le général Willot° apprend au général Hoche l'existence de réclamations de la part de patriotes réfugiés suite à la saisie par ses hommes de bétail à Saint-Germain et à Sigournais. 1795

        • SHD B 5/12-90 - 

          16 novembre :
          - La Mothe-Achard : l'adjudant général Travot écrit au général Dessein pour déplorer l'assassinat de deux civils par des soldats de la 85e demi-brigade ; il a mené des opérations contre Charette et ses lieutenants à Palluau, Legé, Landeronde et Apremont.

          - La Châtaigneraie : le général Willot° fait savoir au général Hoche qu'il a organisé une expédition dans le fief de Sapinaud avec l'appui du général Caffin, et qu'il a tué une centaine d'hommes, pris du bétail, des chevaux, des grains et des cartouches.

          17 novembre :
          - Sans lieu : le général Willot° informe le général Hoche qu'il va constituer une colonne mobile conformément à ses instructions, mais il s'interroge sur le maintien des camps du Pont-Charrault et de Pouzauges ; les renforts venus des Pyrénées-Occidentales ont trouvé une situation déplorable en Vendée, beaucoup de soldats sont malades.

          18 novembre :
          - Noirmoutier : déclaration de Mathurin Martineau fait prisonnier par les Anglais le 12 mai 1793, incorporé de force à l'armée des émigrés et évadé le 25 brumaire (16 novembre 1795) ; il livre des informations sur le débarquement de Saint-Jean-de-Monts et la situation de Charette (extrait du registre des délibérations de Noirmoutier).

          - Fontenay : le général Willot expose au représentant Jard-Panvillier que sa récente expédition l'a convaincu des bonnes dispositions de Sapinaud, Béjarry et Bossard pour négocier.

        • SHD B 5/12-91 - 

          19 novembre :
          - Nantes : le représentant Jard-Panvillier demande au général Willot de ne pas négocier avec Sapinaud et Béjarry ; s'ils veulent la paix, ils doivent se rendre sans conditions.

          - Nantes (2 copies du XIXe s.) : le général Hoche exposent aux administrateurs de la Vendée qu'il n'est pas question d'arrêter la saisie des bestiaux en Vendée contre la remise des armes ; il les informe que les cantons qu'il a fait désarmer, ne se sont pas soulevés pour l'instant.
          Il annonce au général Grouchy la poursuite des opérations de désarmement autour de Legé, Rocheservière et Montaigu.

          - Noirmoutier : les membres de la commune de Noirmoutier avertissent les législateurs de Paris de l'envoi de la déclaration du déserteur Mathurin Martinet (cf. SHD B 5/12-90). 1795

        • SHD B 5/12-92 - 

          20 novembre :
          - La Chapelle-Basse-Mer : le général Caffin° avise le général Hoche de l'arrestation, au château de Bois-Giraud, de quatre chefs vendéens qu'il a fait conduire à Nantes ; tous les quatre affirment appartenir à l'armée de Stofflet.

          21 novembre :
          - Nantes : le général Hoche transmet au général Grouchy des informations de service (copie du XIXe s.).

          - La Mothe-Achard : l'adjudant général Travot signale au général Dessein qu'il a poursuivi Charette du Poiré-sur-Vie à la forêt des Gâts et qu'il lui a pris du pain, de la viande et deux voitures contenant des médicaments.

          22 novembre :
          - Tours : délibérations des administrateurs d'Indre-et-Loire portant réquisition du général Chalbos et du commandant de la gendarmerie pour dissiper des attroupements proches de Tours et liés à la cherté des grains.

          - Nantes : le général Hoche prévient le nouveau ministre de la Guerre, le général Aubert-Dubayet, que les quatre chefs vendéens arrêtés seront jugés à Nantes ; d'après une informatrice, il sait que des pressions se font pour inciter Stofflet à se réinsurger. 1795

        • SHD B 5/12-93 - 

          23 novembre :
          - Tours : les administrateurs d'Indre-et-Loire réclament au ministre de la Guerre une cinquantaine de cavaliers pour disperser des attroupements nés à Veretz en raison de la pénurie en grains et de leur cherté.

          - Nantes : le général Hoche° expose au ministre de la Guerre la poursuite de ses opérations de désarmement en Vendée et en Loire-Inférieure ; Stofflet est toujours en paix et demande de surseoir au désarmement de la région du Loroux qui relevait de son commandement, Hoche propose de le rencontrer prochainement (2 copies de lettres sont jointes).
          Il avertit le ministre de la Guerre qu'il est prêt à reconquérir l'île d'Yeu et attend ses ordres. 1795

        • SHD B 5/12-94 - 

          24 novembre :
          - Nantes : le général Hoche écrit au général Grouchy qu'il renonce à constituer une 4e colonne mobile sous les ordres du général Willot et qu'il préfère le laisser en cantonnement ; il envoie le général Beauregard à Noirmoutier (copie du XIXe s.).

          - Fontenay : le général Willot° avertit le général Lacuée, représentant du peuple, qu'il lui envoie un chef de bataillon qui le renseignera sur la guerre de Vendée ; il soupçonne le général Hoche de vouloir " changer de place en jetant le chat aux jambes de ses successeurs ".

          25 novembre :
          - Treize-Septiers : l'adjudant général Watrin° notifie au général Hoche que le 3e bataillon des Vosges a repoussé une attaque de Sapinaud appuyé par des renforts de Charette, près des Landes-Génusson.
          Il lui réécrit qu'il a réussi son expédition sur Bazoges-en-Paillers qu'il va désarmer, et que Sapinaud est en fuite avec une cinquantaine d'hommes. 1795

        • SHD B 5/12-95 - 

          26 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre demande au général commandant la 2e Division de l'armée de l'Ouest de prendre des mesures pour assurer la protection et le ravitaillement de Montaigu.

          - Nantes (3 copies du XIXe s.) : le général Hoche transmet au général Grouchy des ordres de service notamment pour Luçon (2 copies) ; il ordonne au général Vandamme de prendre la succession du général Chabot à Ancenis.

          - Cholet : le général Caffin° indique au général Hoche qu'il a balayé le territoire de Sapinaud, de Beaurepaire à La Gaubretière, pris du bétail, mais qu'il a laissé des grains et des farines, faute de voitures ; ses troupes se conduisent toujours aussi mal. 1795

        • SHD B 5/12-96 - 

          27 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre nomme le général Grouchy général en chef de l'armée des Côtes de Brest (copie du XIXe s.).

          - Sans lieu (2 copies du XIXe s.) : le général Grouchy prévient le ministre de la Guerre qu'il ne peut pas accepter sa nomination à la tête de l'armée des Côtes de Brest.

          - Nantes : Claude Lory° jeune, négociant à Nantes, fait savoir au Directoire exécutif qu'il possède 70 arpents près de Clisson, mais que ses terres restent improductives depuis 1793 ; il s'insurge contre la saisie des bestiaux et des grains qui incite les jeunes gens à la révolte ; il demande que l'on arrête systématiquement les hommes en état de porter les armes, que l'on exécute les meneurs et que l'on envoie les autres dans les armées des frontières.

          - Lorient : le général en chef de l'armée navale, Villaret-Joyeuse, informe le général Hoche qu'il ne peut pas l'aider pour l'instant dans son projet de reprise de l'île d'Yeu. 1795

        • SHD B 5/12-97 - 

          29 novembre :
          - Paris : le Directoire exécutif notifie au général Hoche que toutes ses mesures sont approuvées, mais que les négociations avec certains chefs rebelles doivent être menées prudemment et officieusement ; on le demande à Paris pour approfondir sa stratégie (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance du Directoire avec le général Hoche, p. 3).

          Le ministère de la Guerre annonce à la municipalité de Nantes l'affectation à l'armée de l'Ouest du 2e bataillon de la Loire-Inférieure, fait prisonnier lors de la guerre avec l'Espagne.

          - Nantes : le général Hoche transmet au général Grouchy des ordres à suivre par les quatre brigades des généraux Drut, Gratien, Digonet et de l'adjudant général Watrin pour le désarment de cantons comprenant Vieillevigne, Le Rétail, La Copechagnière, Aigrefeuille, Saint-Fulgent, le carrefour des Quatre-Chemins, Les Herbiers, Chantonnay et Montaigu (copie du XIXe s. ).

          30 novembre :
          - Tours : les administrateurs d'Indre-et-Loire demandent au ministre de la Guerre 50 cavaliers pour réprimer les troubles de la région de Tours (2 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-98 - 

          Bulletin analytique résumant la situation de l'armée de l'Ouest en décembre 1795, sous le commandement du général Hoche (tableau Clerget).

          1er décembre :
          - Ile de Ré : l'adjudant général Tristan-Brision°, inspecteur des côtes de l'Ouest, envoie au Directoire exécutif la déclaration du capitaine américain Deleno, retenu deux semaines à l'île d'Yeu par les Anglais, on y trouve des informations sur l'occupation de l'île (2 pièces).

          2 décembre :
          - Sans lieu : " Projet de descente à l'île d'Yeu " par l'adjudant général Paul Valete° et le capitaine Jacquelin° ; les auteurs proposent de réunir 6000 hommes et de les embarquer dans des chaloupes et des chasse-marée protégés par des canonnières ; l'expédition partirait de nuit de Saint-Gilles et des Sables-d'Olonne.

        • SHD B 5/12-99 - 

          3 décembre :
          - Paris : le Directoire exécutif fait savoir au général Hoche qu'il est demandé à Paris, le général Willot assurant l'intérim (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance du Directoire avec le général Hoche, p. 8).

          - Montaigu : le général Hoche écrit au général Grouchy que les canonniers du 5e Régiment doivent passer de La Rochelle à Nantes, et qu'il faut poursuivre plus que jamais le désarmement des communes ; " Le pays insurgé doit au contraire nourrir l'armée jusqu'à ce qu'il soit soumis " (copie du XIXe s.).

          - Fontenay : le citoyen Coyaud°, commissaire exécutif, critique auprès du ministre de la Guerre les colonnes mobiles et la politique de désarmement de Hoche ; d'après lui, cette stratégie va rallumer la guerre, comme l'avait fait le général Turreau ; il préconise d'occuper le pays par des cantonnements, de ramener la confiance et d'isoler les chefs rebelles (5 pages). 1795

        • SHD B 5/12-100 - 

          5 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre prévient les administrateurs de Maine-et-Loire de l'envoi de nouvelles troupes pour combattre les Chouans.

          - Nantes : le commissaire Paul Valete° indique au Directoire exécutif l'organisation d'une expédition pour l'île d'Yeu, l'existence d'un gros problème de subsistances à Nantes, et la nécessité de disposer de 12 000 paires de souliers par mois pour l'armée alors qu'il y en a moins de 1000 en magasin.

          Le citoyen Jacquelin°, commissaire du Directoire près de l'armée de l'Ouest, signale au Directoire exécutif qu'il s'active pour l'expédition de reprise de l'île d'Yeu.

          - Montaigu : le général Hoche° livre au Directoire exécutif ses réflexions sur les moyens à mettre en oeuvre pour terminer la guerre de Vendée et la Chouannerie ; 30 000 hommes suffiront en Vendée, il faudra affecter le surplus de 15 000 au nord de la Loire ; il faut faire une guerre implacable aux chefs rebelles et apporter la paix à la population ; " Il eut été à désirer qu'on ne crie pas sans cesse contre les prêtres. La masse des campagnes les veut, les ôter tous c'est vouloir éterniser la guerre " (7 pages). 1795

        • SHD B 5/12-101 - 

          6 décembre :
          - Nantes : le citoyen Jacquelin°, commissaire du Directoire près de l'armée de l'Ouest, écrit à Carnot, membre du Directoire exécutif, qu'il s'occupe du projet de reprise de l'île d'Yeu, et que la Loire-Inférieure et le Morbihan sont dans une désorganisation militaire totale.

          Le citoyen Aubusson°, inspecteur principal des fourrages, réclame à Paul Valete, commissaire du Directoire exécutif, 40 millions par mois pour assurer les besoins en fourrages, chauffage et éclairage de Nantes et de sa région.

          - Montaigu : le général Hoche demande au général Grouchy l'envoi de 50 cavaliers pour lui servir d'escorte et autant pour le chef de brigade Spithal (copie du XIXe s.). 1795

        • SHD B 5/12-102 - 

          9 décembre :
          - Montaigu : le général Hoche, chargé d'arbitrer un conflit entre les généraux Tuncq et Josnet, demande au ministre de la Guerre de pensionner le premier, " un complet ignorant ", et d'expulser de l'armée le second qui " dénonce ses chefs et persécute ses subordonnés ".
          Il lui réécrit qu'il faut basculer 12 000 hommes et non 7000 sur la rive droite de la Loire, que Charette et Sapinaud sont de plus en plus isolés, et qu'il va rencontrer Stofflet, désireux de faire la paix.

          10 décembre :
          - Paris : le ministre de la Marine réitère auprès du ministre de la Guerre sa demande de 1200 hommes pour la garnison de Rochefort.

          - Sans lieu : un chef vendéen reproche à Stofflet de peupler le " gouvernement vendéen " d'émigrés et d'en écarter ses officiers historiques ; " Les émigrés viennent en foule à votre quartier parce que vous êtes en paix ; ferez-vous la guerre, ils fuiront tous ". 1795

        • SHD B 5/12-103 - 

          12 décembre :
          - Nantes : Paul Valete°, commissaire du Directoire, signale au Directoire exécutif des attaques de Chouans vers Muzillac et La Roche-Bernard ; il prend des mesures pour faire face à un débarquement anglais (3 pièces). 1795

        • SHD B 5/12-104 - 

          14 décembre :
          - Saumur : entre les 19 et 23 frimaire (10-14 décembre 1795), le général Hoche° transmet au général Willot des instructions en vue de son intérim ; il lui donne un état de l'armée de l'Ouest, lui demande de poursuivre la politique de désarmement et de saisie des bestiaux, de déposer toutes les armes saisies dans les arsenaux de la République, de maintenir Charette isolé, d'achever de désagréger l'armée de Sapinaud et de laisser Stofflet en paix (14 pages).

          - Cholet : " Conditions exigées par le Gouvernement français " par le général Willot ; reprise d'un argumentaire en 12 articles fixant, à l'intention des insurgés, les conditions du retour à la paix (copie du XIXe s.).

          16 décembre :
          - Saumur : le général Hoche ordonne au général Grouchy de se concerter avec le général Willot pour assurer l'intérim du commandement (copie du XIXe s.).

        • SHD B 5/12-105 - 

          17 décembre :
          - Paris : instructions du Directoire exécutif aux généraux des trois armées de l'Ouest pour arrêter les progrès de l'insurrection (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance du Directoire avec le général Hoche, p. 5).

          Le ministre de la Guerre annonce au général Hoche le transfert de Douai à Saumur du dépôt du 13e Régiment de dragons (2 pièces).

          - Sans lieu : le général Hoche indique au ministre de la Guerre les dispositions prises pour protéger le Marais qui a été désarmé et qui fournit des subsistances à l'armée. 1795

        • SHD B 5/12-106 - 

          17 décembre :
          - Nantes : le citoyen Andrieux°, résidant place Graslin, dénonce à un correspondant inconnu le faux désarmement de la Vendée, les exactions de l'armée de l'Ouest et la situation difficile de Nantes, du fait de la vie chère et de la dévaluation des assignats ; " Le découragement s'empare des vrais patriotes, des patriotes de quatre-vingt-neuf ".

          Le citoyen Lory° jeune s'étonne auprès du Directoire exécutif de la poursuite de la guerre de Vendée qu'il met sur le compte de l'incompétence des militaires, de l'indiscipline et de la mansuétude vis-à-vis de certains rebelles (8 pages) (cf. SHD B 5/12-96).

          - Noirmoutier : les agents de la commune font savoir au Directoire exécutif qu'ils viennent d'apprendre que l'amiral Doyle a évacué l'île d'Yeu la veille, le 25 frimaire en matinée (16 décembre), et que le comte d'Artois en était parti un mois auparavant. 1795

        • SHD B 5/12-107 - 

          19 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre demande au général Grouchy de se rendre à Paris dans les meilleurs délais (copie du XIXe s.).

          - Nantes : déclaration de Pierre Drain, capitaine de la Zélia, aux administrateurs de la Loire-Inférieure ; pris le 25 juin par les Anglais, conduit à Quiberon, puis à l'île d'Yeu, il en est parti le 26 frimaire, le lendemain de l'évacuation des Anglais ; récit de l'occupation de l'île par 3000 Anglais et 2000 émigrés et dénonciation de divers émissaires chouans (2 pièces).

          Paul Valete°, commissaire du Directoire, annonce au Directoire exécutif l'évacuation par les Anglais de l'île d'Yeu le 25 frimaire et leur départ vers le Morbihan ; il s'active pour faire réoccuper l'île. 1795

        • SHD B 5/12-108 - 

          19 décembre :
          - Saint-Gilles-sur-Vie : les administrateurs de la municipalité fournissent au commissaire du pouvoir exécutif, à Rochefort, des informations sur l'évacuation de l'île d'Yeu et sur le chef rebelle Savin.

          - Neuvy : Stofflet écrit au général Caffin pour protester contre l'arrestation du chef chouan Duplanty qui était venu négocier librement.

          21 décembre :
          - La Rochelle : le commissaire du Directoire Jacquelin° avertit le citoyen Carnot, membre du Directoire exécutif, que les assignats ne valent plus rien, que les caisses sont vides et que l'armée manque de subsistances et de bois de chauffage. 1795

        • SHD B 5/12-109 - 

          22 décembre :
          - Paris : le général Hoche° adresse au Directoire exécutif un rapport sur sa politique de pacification et notamment sur son entrevue avec Stofflet, l'abbé Bernier et leur entourage le 21 frimaire (12 décembre 1795) ; il livre ses réflexions sur la stratégie future consistant à isoler, puis exécuter les assassins et à faire preuve d'indulgence pour les autres ; il expose les problèmes posés par l'approvisionnement des armées de l'Ouest et les solutions à mettre en oeuvre (19 pages).

        • SHD B 5/12-110 - 

          22 décembre :
          - Marans : le commissaire du Directoire Jacquelin° notifie au Directoire exécutif qu'un courrier de Saint-Gilles-sur-Vie vient de lui apprendre l'évacuation de l'île d'Yeu par les Anglais (3 pièces) (cf. SHD B 5/12-108).

          24 décembre :
          - Fontenay : le général Willot° indique au ministre de la Guerre les mesures à prendre pour le 13e Régiment de dragons.

          27 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre informe celui de l'Intérieur de l'envoi de 50 cavaliers à Tours.
          Le ministre de la Guerre écrit au conseil d'administration du 15e Régiment de chasseurs à cheval, à Niort, d'adresser au général en chef leur demande de changement de garnison. 1795

        • SHD B 5/12-111 - 

          28 décembre :
          - Paris : le Directoire exécutif adresse au général Hoche des instructions secrètes pour terminer la guerre de Vendée détaillées en 22 articles : l'état de siège sera proclamé dans les principales villes de l'Ouest, le pays insurgé devra supporter les frais de sa rébellion et nourrir l'armée, des otages seront pris pour accélérer la restitution des armes, des passeports seront octroyés aux chefs rebelles qui voudront émigrer, les rebelles et émigrés pris les armes à la main seront jugés selon les lois en vigueur, les déserteurs et anciens requis trouvés non armés iront servir dans les îles de l'Ouest, les officiers généraux seront rendus responsables des excès commis par leurs troupes, etc. (8 pages).

          29 décembre :
          - Saumur : les officiers municipaux dénoncent au représentant du peuple Savary la mauvaise gestion de l'approvisionnement en fourrages qui provoque les pertes des chevaux de l'armée (7 signatures).

          31 décembre :
          - Sans lieu : défaite de quelques bandes de Chouans près d'Ancenis (bulletin analytique seul). 1795

    • B 5/13. Armée des Côtes

      • B 5/13. Octobre 1792-avril 1793

        • SHD B 5/13-1 - 

          25 octobre 1792 :
          - Paris : " Mémoire sur l'armée décrétée pour protéger les côtes de l'océan ", par le lieutenant-général Canclaux° ; il faut couvrir le littoral entre Rouen et Bordeaux ; il y a actuellement 13 bataillons de troupes de ligne et 4 bataillons de volontaires nationaux ; on peut les renforcer en mobilisant les anciens canonniers de la Marine, une partie des anciens gardes-côtes et une partie des gardes nationaux (7 pages).

        • SHD B 5/13-2 - 

          2 novembre :
          - Paris : " 3e mémoire relatif à la formation de l'armée destinée à protéger les côtes de l'océan et de la Manche ", par le lieutenant-général Canclaux° ; pour renforcer cette armée il faut mobiliser les canonniers marins qui se trouvent dans les gardes nationales du littoral et organiser les anciens douaniers en compagnies franches (11 pages).

          5 novembre :
          - Paris : " Supplément aux 2e et 3e mémoires relatifs à l'armée décrétée pour protéger les côtes de l'océan et de la Manche ", par le lieutenant-général Canclaux° ; il faut donner des pouvoirs à un général en chef, afin de réorganiser la défense des places et des ports et d'éviter des disparités dans les systèmes de défense (7 pages).

          18 novembre :
          - Paris : " Armée de l'Intérieur. Etat approximatif des troupes à l'époque du 18 9bre 1792 " ; il y a 16 426 hommes à Paris et dans les environs, dont 11 947 fantassins et 4479 cavaliers, répartis dans 45 unités.

        • SHD B 5/13-3 - 

          Bulletin analytique résumant la situation de l'armée des Côtes en février 1793, sous le commandement du général La Bourdonnaye ; l'armée des Côtes a été créée le 31 janvier 1793 (tableau Clerget).

          1er février :
          - Brest : le lieutenant-général Canclaux° demande au ministre de la Guerre un supplément d'informations pour l'embarquement du 77e Régiment d'infanterie.

          2 février :
          - Paris : résumé d'une lettre envoyée au ministre de la Guerre par le capitaine Bardon, commandant d'une compagnie franche recrutée autour de Baugé (Maine-et-Loire) ; il doit retarder son départ par manque d'effets d'habillement.

          - Rochefort : l'officier Tronnelin, commandant à Rochefort, fait savoir au ministre de la Marine qu'il n'a pas assez de troupes pour garder la place et les bateaux.

        • SHD B 5/13-4 - 

          3 février :
          - Paris (4 lettres du ministre de la Guerre) : il informe le président de la Convention que 300 hommes armés et équipés du Finistère vont être dirigés sur Le Havre, au lieu de Paris ; il annonce aux administrateurs du Finistère que les 300 hommes envoyés par leur département à Paris vont être déroutés sur Le Havre ; il notifie au commandant de la 3e division des Fédérés du Finistère que les 300 volontaires destinés à Paris seront plus utiles au Havre ; il ordonne au 8e bataillon du Calvados de se préparer à quitter Paris pour Saint-Denis, puis pour Cherbourg.

          - Nantes : le lieutenant-général Marcé° indique au ministre de la Guerre que le 14e Régiment d'infanterie et le 3e bataillon de l'Aisne ont débarqué à Nantes, de retour des Antilles, et qu'ils doivent rejoindre Brest ; le régiment est en bon état, mais le bataillon de l'Aisne est rempli de malades. 1793

        • SHD B 5/13-5 - 

          5 février :
          - Paris (2 lettres du ministre de la Guerre) : il signale au lieutenant-général Verteuil, à La Rochelle, les plaintes des administrateurs de la Vendée parce que leurs côtes ne sont pas mises en état de défense, il réclame que des mesures soient prises pour y remédier ; il demande au sous-directeur de l'artillerie, Lespinay, de renforcer la défense du littoral vendéen.

          - Ernée : le procureur-syndic du district prévient le procureur-général-syndic de la Mayenne que la cherté des grains provoque des remous, et que des gardes nationaux ont refusé de se mobiliser pour sévir contre des agitateurs. 1793

        • SHD B 5/13-6 - 

          6 février :
          - Paris : le ministre de la Marine, Monge°, avise le ministre de la Guerre que les troupes rassemblées à Brest doivent assurer le service de garde des vaisseaux en attendant leur future affectation.

          - Belle-Ile : état des pièces d'artillerie nécessaires pour défendre Belle-Ile, de l'île de Groix et du littoral de Quimper à la Vilaine.

          - Coutances : les administrateurs de la Manche attirent l'attention du ministre de la Guerre sur la nécessité de renforcer la défense de Granville (8 signatures).

          7 février :
          - Saint-Malo : les administrateurs du district demandent au représentant Chaumont trois compagnies d'artillerie et une demi-compagnie d'anciens bombardiers pour renforcer la défense de leurs côtes contre une descente ennemie. 1793

        • SHD B 5/13-7 - 

          8 février :
          - Paris (4 lettres du ministre de la Guerre) : il donne au ministre de la Marine son accord pour garder à Brest les troupes destinées aux îles du Vent ; il réclame au lieutenant-général Chevigné le maintien à Vannes du 1er bataillon du 109e Régiment d'infanterie, tant qu'il ne sera pas remplacé ; il informe le lieutenant-général Canclaux que les troupes destinées aux îles du Vent restent à Brest pour l'instant ; il signale aux administrateurs de la Manche qu'un détachement du 7e Régiment d'artillerie part à Cherbourg pour instruire les compagnies volontaires de canonniers.

          - La Rochelle : le lieutenant-général Verteuil écrit à la commune de Saint-Martin-de-Ré qu'il comprend et appuie leur demande, mais qu'il n'a pas les moyens de renforcer leurs défenses pour l'instant.

          9 février :
          - Caen : les administrateurs du Calvados avertissent le ministre de la Guerre que le 7e Régiment d'artillerie, le 8e bataillon du Calvados, le 1er bataillon de la Somme, les 8e et 9e bataillons de la Seine-Inférieure et le 4e bataillon de la Seine-et-Marne seront dirigés sur Saint-Lô, conformément aux ordres (5 signatures). 1793

        • SHD B 5/13-8 - 

          10 février :
          - Paris : le ministre de la Marine, Monge°, sollicite le ministre de la Guerre pour renforcer la garnison de Rochefort.

          Le ministre de la Guerre notifie au directoire des Côtes-du-Nord son approbation pour le maintien sur place de trois compagnies de grenadiers et chasseurs affectées à Saint-Brieuc.

          Rapport adressé au ministre de la Guerre sur la nécessité de diriger sur Le Havre ou Saint-Lô les 300 hommes du Finistère envoyés à la Convention.

          - La Rochelle : le lieutenant-général Verteuil adresse au ministre de la Guerre une demande en 19 points pour assurer la défense des côtes de la Charente-Inférieure ; il faudrait 10 000 hommes, un régiment d'artillerie, 20 pièces d'artillerie et des armes, munitions et effets correspondants (7 pages). 1793

        • SHD B 5/13-9 - 

          11 février :
          - Paris : le ministre de la Marine remercie le ministre de la Guerre pour avoir assuré la défense de Brest.

          Le ministre de la Guerre annonce au général La Morlière que le 1er bataillon de la Dordogne va quitter Paris pour Le Havre.

          - Saint-Martin-de-Ré : la commune demande à la Convention des hommes, des armes et de l'artillerie pour assurer la défense de l'île de Ré (13 signatures). 1793

        • SHD B 5/13-10 - 

          13 février :
          - La Rochelle : le lieutenant-général Verteuil sollicite le citoyen Lasserre, commissaire ordonnateur, pour assurer le ravitaillement des 400 hommes de la garde nationale qui vont se charger de la défense de l'île d'Aix.

          - Brest : les commissaires de la Convention Rochegude°, Defermon° et Prieur° de la Côte d'Or exposent à la Convention les mesures prises pour la défense du port de Brest. 1793

        • SHD B 5/13-11 - 

          15 février :
          - Paris : note interne du ministère de la Guerre pour envoyer à Brest une compagnie de canonniers de Besançon.

          - Belle-Ile : le colonel du 9e Régiment d'infanterie avertit le ministre de la Guerre que la garnison de l'île compte 1750 hommes, mais qu'il y a de gros problèmes de subsistances.

          - Quimper : les administrateurs du Finistère demandent à la Commune de Paris d'accueillir une force armée de Quimper chargée de défendre la Convention (copie d'une lettre originale du 19 janvier précédent). 1793

        • SHD B 5/13-12 - 

          16 février :
          - Paris : la Commune de Paris envoie au ministre de la Guerre la lettre des administrateurs du Finistère et lui demande de statuer (cf. SHD B 5/13-11, 15 février 1793).

          - Rennes : les administrateurs d'Ille-et-Vilaine sollicitent le ministre de la Guerre pour conserver le 39e Régiment d'infanterie afin de protéger la ville et le département (5 signatures).

          - Coutances : le directoire de la Manche réclame au ministre de la Guerre des troupes pour protéger le littoral (6 signatures).

          - Sans lieu : le représentant Le Carpentier demande à la Convention l'envoi de troupes et de munitions dans la Manche pour prévenir un risque d'invasion.

          - Rouen : Alexis Lamorlière°, commandant de la 15e Division, demande au ministre de la Guerre deux bataillons pour Rouen.

        • SHD B 5/13-13 - 

          17 février :
          - Paris (3 lettres du ministre de la Guerre) : il fait savoir au président de la Convention que les gardes nationaux du Finistère seront plus utiles dans les Côtes-du-Nord qu'à Paris ; il informe le procureur-général-syndic de Paris de sa démarche auprès de la Convention pour renvoyer dans l'Ouest les gardes nationaux du Finistère ; il annonce aux commissaires des guerres de Brest et Besançon qu'une compagnie d'artillerie de Besançon est affectée à Brest.

          18 février :
          - Lorient : Duboys°, commandant en second du 3e bataillon de Maine-et-Loire, expose au ministre de la Guerre les problèmes rencontrés lors de l'accueil de son unité, les autorités n'ayant pas été prévenues à temps.

          - Sans lieu : rapport sur l'état de défense du littoral du district de Pont-Croix (Finistère) par les officiers commis à l'inspection des côtes ; état détaillé des corps de troupes et des batteries qu'il faudrait installer (11 pages). 1793

        • SHD B 5/13-14 - 

          19 février :
          - La Rochelle : le commissaire ordonnateur Lasserre° rend compte au ministre de la Guerre de son activité pour l'approvisionnement de la garnison de 400 gardes nationaux qui va aller à l'île d'Aix.

          - Belle-Ile : La Servinière°, commandant du génie, indique au ministre de la Guerre que la garnison va passer de 1696 hommes à près de 4000, et que des problèmes d'approvisionnement se posent.

          20 février :
          - Brest : le général Canclaux° avertit le ministre de la Guerre que deux détachements rentrés des colonies se trouvent dans un grand dénuement et souffrent de la gale.

          21 février :
          - Cherbourg : le maréchal de camp Foucy° annonce au ministre de la Guerre les dispositions prises pour répartir au mieux les unités qui lui sont envoyées. 1793

        • SHD B 5/13-15 - 

          23 février :
          - Paris : le ministère de la Guerre transmet au général Crussol d'Amboise des informations sur des mouvements de troupes à Caen et à Granville.

          - Rennes : le lieutenant-général Chevigné° prévient l'état-major de l'armée des Côtes qu'on lui envoie des troupes pour le littoral, mais qu'il manque de fonds, de vivres et d'armes.

          24 février :
          - Caen : les administrateurs du Calvados demandent au ministre de la Guerre un bataillon de volontaires pour Bayeux (7 signatures).

          - Amiens : rapport fait au conseil général de la Somme sur la défense des côtes du département ; il y a peu de risques d'invasion anglaise, mais on peut craindre des descentes destinées à dévaster des villes et villages ; mesures préconisées pour la mise en défense (5 pages). 1793

        • SHD B 5/13-16 - 

          25 février :
          - Paris : Monge°, ministre de la Marine, transmet au ministre de la Guerre des informations sur la situation des côtes du département de la Manche.

          Le ministère de la Guerre signale aux généraux La Bourdonnaye et Chevigné que la compagnie des chasseurs nationaux de la Charente ira de Paris à Saint-Malo (3 pièces).

          26 février :
          - Paris (2 lettres du ministère de la Guerre) : il adresse au général La Bourdonnaye des informations de service ; il fait savoir aux administrateurs de la Manche que des mesures sont prises pour renforcer Coutances. 1793

        • SHD B 5/13-17 - 

          27 février :
          - Paris (3 lettres du ministre de la Guerre) : il informe le ministre de la Marine qu'il prend en considération les demandes reçues pour la protection des côtes de la Manche ; il signifie à la commission d'inspection des côtes de Lorient à Rochefort que des mesures seront prises pour renforcer la défense de Belle-Ile ; il annonce au commandant de la garnison de Belle-Ile l'affectation d'une somme de 50 000 livres à la défense de l'île.

          28 février :
          - Paris (2 lettres du ministère de la Guerre) : il transmet au général La Bourdonnaye l'ordre d'envoyer d'Angers à La Rochelle trois compagnies de volontaires à cheval (2 pièces) ; il indique aux officiers municipaux de Lamballe que des mesures sont prises pour qu'ils soient prévenus des passages de troupes.

          - Sans lieu, ni date : serment du général Grouchy pour l'union des défenseurs de la patrie et des membres des sociétés populaires (copie du XIXe s.).

          Février ou mars :
          - Paris : le ministre de la Guerre annonce aux administrateurs de la Manche que le général La Bourdonnaye va leur envoyer des troupes. 1793

        • SHD B 5/13-18 - 

          Bulletin analytique présentant la situation de l'armée des Côtes en mars 1793, sous le commandement du général La Bourdonnay ; son territoire va de l'embouchure de la Gironde à celle de la Somme (tableau clerget).

          1er mars :
          - Paris : " Observations sur la défense générale des côtes de la République présentées au Conseil exécutif par le général Bourdonnay° " (sic) ; mesures à prendre face à quatre types de menaces : actions de corsaires contre le cabotage ou les villes du littoral, bombardement des ports par une flotte ennemie, descente ennemie dans une île ou un port et débarquement visant à s'emparer d'un port ou à le détruire ; 70 bataillons ont été promis par la Convention, il faut en rajouter une trentaine, ainsi que de l'artillerie et des effets de campement (10 pages).

          - Quimper : les administrateurs du Finistère transmettent au ministre de la Guerre des informations sur l'ordre de marche d'une compagnie d'artillerie (2 signatures).

        • SHD B 5/13-19 - 

          4 mars :
          - Paris : le général La Bourdonnaye° rend compte au ministre de la Guerre des mesures prises pour répartir les troupes et assurer la défense des côtes.

          5 mars :
          - Paris : le représentant Philippe-Delleville° demande au ministre de la Guerre que soient recrutés des chasseurs à cheval pour défendre les côtes de la Normandie.

          6 mars :
          - Paris : Monge°, ministre de la Marine, réclame au ministre de la Guerre des troupes à Rochefort pour protéger le port et les bateaux. 1793

        • SHD B 5/13-20 - 

          7 mars :
          - La Rochelle : le lieutenant-général Verteuil° propose au ministre de la Guerre des mesures pour défendre l'île d'Aix.

          8 mars :
          - Paris : le ministère de la Guerre transmet au maréchal de camp Soucy son approbation des mesures prises pour Cherbourg.

          11 mars :
          - Paris : le général La Bourdonnaye ordonne au maréchal de camp Grouchy d'aller à Caen pour prendre le commandement des forces qui s'y trouvent (copie du XIXe s.).

          12 mars :
          - Paris : le ministre de la Guerre informe les administrateurs du Calvados que le général La Bourdonnaye va s'occuper de la répartition des 70 bataillons promis pour la défense des côtes. 1793

        • SHD B 5/13-21 - 

          13 mars :
          - Paris : le ministère de la Guerre annonce au général La Bourdonnaye que le 4e bataillon de l'Hérault est dirigé sur La Rochelle, et au commissaire des guerres de Rouen que le 16e bataillon du Calvados ira de Caen à Dieppe.

          - Rochefort : le lieutenant-général Marcé° fait savoir au ministre de la Guerre qu'il rassemble les gardes nationales et troupes disponibles pour marcher sur Nantes et " combattre une insurrection menaçante " ; " Mon projet est d'en imposer aux malveillants, ou de les réduire par la force à rentrer dans le devoir ".

          - Les Sables-d'Olonne : le receveur des domaines de Challans prévient le directeur de l'Enregistrement à Nantes qu'il a dû quitter son poste et se réfugier aux Sables-d'Olonne avec 300 habitants face aux " rebelles ". 1793

        • SHD B 5/13-22 - 

          13 mars :
          - Nantes : les administrateurs de la Loire-Inférieure écrivent au Conseil exécutif provisoire que " toutes les municipalités de notre département sont révoltées, plusieurs chefs-lieux de district sont incendiés, et Nantes est bloqué par les rebelles " ; pour faire face à " quarante mille révoltés ", ils ont décidé d'unir les divers corps administratifs, de mobiliser les gardes nationales, d'accueillir les réfugiés dans les maisons des Pénitents et des Cordeliers et de créer un " tribunal criminel extraordinaire " (2 pièces, 5 signatures).

          - Nantes : Fidière, directeur des Domaines, fait à ses régisseurs le récit de la mobilisation réalisée contre " l'insurrection des paysans ", de la fuite des receveurs du Loroux et de Bouguenais, de la prise du chef rebelle Bernard Grandmaison et de l'installation de la guillotine. 1793

        • SHD B 5/13-23 - 

          14 mars :
          - Paris : le ministre de la Guerre demande au ministre de la Marine deux vaisseaux et deux brûlots pour défendre l'île d'Aix ; il informe le général Verteuil de sa démarche auprès du ministre de la Marine.

          Le général La Bourdonnaye° adresse au ministre de la Guerre des informations sur l'affectation de régiments de chasseurs à Hennebont et Vire.

          - Nantes : Fidière, directeur des Domaines, annonce à ses régisseurs la mobilisation générale dans la ville ; il leur écrit que des détachements de gardes nationaux partent sur les routes de Paris et de Rennes pour dégager les abords, et qu'il a vu passer une " troupe de paysans, faits prisonniers ".

          - La Rochelle : le lieutenant-général Verteuil° signale au ministre de la Guerre un soulèvement général dans le district de Challans le 11 mars ; il a mobilisé des gardes nationaux et des détachements d'infanterie qui ont rejoint le général Marcé à Marans ; il a écrit au directoire des Deux-Sèvres pour qu'il envoie des renforts au général Marcé via Saint-Hermand ; un navire suspect ayant été aperçu au large des Sables-d'Olonne, il se demande s'il y a un lien avec le soulèvement en cours. 1793

        • SHD B 5/13-24 - 

          14 mars :
          - Rennes : le lieutenant-général Chevigné° envoie au ministère de la Guerre des informations de service.

          - Vannes : les administrateurs du Morbihan apprennent au Comité de sûreté générale le soulèvement d'une partie de leurs campagnes ; une entrevue pacifique aux portes de Vannes a été refoulée aux cris de " Vive le Roi ! Rendez nous nos prêtres. Nous ne tirerons pas pour le recrutement ! " ; un assaut sur la ville a été repoussé par la garde nationale ; les administrateurs demandent des secours (7 signatures).

          - Lorient : la société populaire de Lorient réclame au ministre de l'Intérieur la formation d'un camp aux environs de la ville pour éviter une descente anglaise qui serait aidée par " le fanatisme d'une partie des habitants de nos campagnes " (3 signatures). 1793

        • SHD B 5/13-25 - 

          15 mars :
          - Paris (2 lettres du ministère de la Guerre) : il signifie au général La Bourdonnaye l'envoi à Rochefort de la compagnie de fédérés chasseurs de la Gironde actuellement à Paris ; il apprend la nouvelle au commandant de la place de Rochefort.

          - Nantes : Fidière, directeur des Domaines, informe ses régisseurs des faits suivants : les notables de Machecoul ont été pris en otage par " les paysans " ; Savenay est tombé, Ancenis menacé, le détachement de gardes nationaux envoyé à Clisson a dû se replier et la ville de Nantes est assiégée.

          - Rennes : le lieutenant-général Chevigné° prévient le ministre de la Guerre qu'il a mobilisé les gardes nationales pour " dissiper un rassemblement considérable d'ennemis de la chose publique " qui occupent les routes de Rennes à Nantes et de Nantes à Châteaubriant.
          Il écrit au commandant de Saint-Malo qu'il faut envoyer de la poudre et des munitions à Rennes.

          - Vannes : le directoire du Morbihan apprend au Comité de sûreté générale la prise de Pontivy et de La Roche-Bernard par les " révoltés " (5 signatures). 1793

        • SHD B 5/13-26 - 

          16 mars :
          - Paris : le ministère de la Guerre annonce au commandant de Cherbourg qu'il va recevoir prochainement une compagnie de canonniers de Paris.

          - Les Sables-d'Olonne : le sous-chef des classes écrit au ministre de la Marine qu'" une troupe de brigands " a massacré une partie des administrateurs de Machecoul, qu'un autre rassemblement a pris Challans, dont une partie des habitants a fui, et que lui-même a bloqué dans le port trois bateaux remplis de grains à destination de Bordeaux.

          Le receveur de la Régie fait savoir au directeur de l'Enregistrement, à Nantes, qu'une insurrection s'est produite à Palluau le 11 mars après-midi et que les autorités ont dû l'évacuer le lendemain, face à la masse des insurgés.

          - Rennes : arrêté du directoire d'Ille-et-Vilaine destiné à assurer la solde des troupes présentes à Rennes.

          - Pontivy : les administrateurs du district signalent aux administrateurs du Morbihan qu'un détachement envoyé à Plumeliau a été écrasé le 13 mars, et que Pontivy a subi une attaque de " brigands " le vendredi 15 mars, laquelle a été repoussée par les gardes nationaux, des gendarmes et un détachement d'infanterie. 1793

        • SHD B 5/13-27 - 

          16 mars :
          - La Rochelle : le lieutenant-général Verteuil° informe le ministre de la Guerre que le général Marcé est au Pont-Charrault avec 1200 hommes et 3 canons, et que d'autres troupes vont le rejoindre avec le représentant Trullard ; le département des Deux-Sèvres lui a appris que les rebelles avaient pris Cholet et sept pièces de canon.

          - Angoulême : bulletin d'information des 16, 17 et 18 mars 1793 affiché par le Conseil général de la Charente, suite aux " troubles élevés dans les départements de la Loire-Inférieure, de la Vendée, Mayenne-et-Loire et des Deux-Sèvres " ; mobilisation des gardes nationales, mise en état de surveillance des corps administratifs, arrestation des suspects, correspondance avec les départements voisins, etc. (imprimé).

          - Bordeaux : réquisition du représentant Mazade pour envoyer à La Rochelle deux bataillons de gardes nationaux équipés, un détachement de cavalerie et quatre canons (imprimé).

        • SHD B 5/13-28 - 

          17 mars :
          - Rennes : les administrateurs d'Ille-et-Vilaine demandent au ministre de la Guerre des secours ; " le peuple des campagnes est fanatisé à un point qui ne peut se définir " (9 signatures).

          17-30 mars :
          - Fontenay : les administrateurs de la Vendée transmettent aux commissaires de la Convention la correspondance des rebelles saisie à La Mothe-Achard, soit 23 pièces allant du 17 au 30 mars 1793, dont la proclamation du peuple du pays de Retz, des lettres d'insurgés de Saint-Hilaire-de-Riez, et des ordres émanant de Guerry du Cloudy, Joly, Coulon, etc. (15 pages).

        • SHD B 5/13-29 - 

          18 mars :
          - Paris (3 lettres du ministère de la Guerre) : il ordonne au lieutenant-général Chevigné de se concerter avec le général Canclaux pour des embarquements de troupes à Brest et à Lorient. Il signale au général La Bourdonnaye un grave soulèvement dans les départements du Morbihan, de Maine-et-Loire, de la Loire-Inférieure et de la Vendée, il faut d'abord dégager la rive droite de la Loire, de Vannes à Nantes et de Nantes à Angers, avec 3000 à 4000 hommes, il faut en faire autant sur la rive gauche, également avec 3000 à 4000 hommes, le général La Bourdonnaye doit se concerter avec les généraux Marcé et Chevigné, il va recevoir une vingtaine de bataillons tirés de l'armée du Rhin. Il adresse au général Canclaux des ordres à suivre pour des embarquements à Brest et à Lorient.

          - Sans lieu : le général Wimpfen écrit au Comité de salut public qu'il préconise de scinder en trois l'armée des Côtes ; il demande également des renforts en hommes, équipements, canons et munitions (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 158). 1793

        • SHD B 5/13-30 - 

          18 mars :
          - Saint-Malo : procès-verbal de recrutement des volontaires effectué conformément à la loi du 23 février 1793.

          - Vannes : le directeur des Domaines apprend à ses administrateurs la mobilisation générale des gardes nationaux et des troupes, et il leur écrit que la ville de Nantes serait sur le point de tomber ; " on porte le nombre des révoltés à 15 000 qui pillent et incendient tous les endroits où ils passent ".

          Déclaration faite au département du Morbihan par Jean-Baptiste Ballois, roulier ; le 13 mars, près de Pontchâteau, il a entendu parler d'un attroupement ; le 15 mars, près de La Roche-Bernard, il rencontre 300 hommes qui lui font porter une cocarde blanche ; il fournit la description de deux chefs.

        • SHD B 5/13-31 - 

          19 mars :
          - Paris : le ministre de la Guerre écrit au général Verteuil qu'il approuve ses mesures et il lui demande de se concerter avec le général La Bourdonnaye ; il annonce au général La Bourdonnaye l'arrivée à Brest du 1er bataillon de piquiers de Paris et à La Rochelle du 5e bataillon de la Marne (deux bulletins analytiques).

          - Paris (3 lettres du ministre de la Guerre) : il informe le commissaire des guerres à Vire que le dépôt du 21e Régiment de chasseurs doit être placé dans sa ville ; il donne au lieutenant-général Chevigné son approbation pour les mesures prises contre l'insurrection, et il lui apprend qu'il est mis sous les ordres du général La Bourdonnaye ; il signale au général Canclaux l'arrivée du général La Bourdonnaye à Rennes et il lui demande de se concerter avec lui pour lui fournir des renforts.

          - Rouen : le général La Bourdonnaye fait savoir au maréchal des camps Grouchy qu'il est envoyé au Havre et qu'il doit se concerter avec les commissaires de la Convention envoyés dans la Somme (copie du XIXe s.).

          - Saint-Pierre-Eglise (Manche) : la société populaire expose au ministre de la Guerre que les côtes ne sont pas protégées contre des débarquements anglais, et qu'il faut les mettre en état de défense, réarmer d'anciens forts et fournir des armes aux gardes nationaux (une soixantaine de signatures et marques). 1793

        • SHD B 5/13-32 - 

          19 mars :
          - Rennes : les administrateurs d'Ille-et-Vilaine avertissent la Convention de la généralisation de l'insurrection et sollicitent des secours ; " mais le nombre des patriotes est trop faible auprès de la masse immense de ces infâmes conspirateurs " (5 signatures).

          - Vannes : les membres du Conseil général réclament au ministre de la Guerre des secours pour faire face à une révolte dont le point central se trouve dans la commune de Rochefort ; " L'insurrection est générale, les individus qui la composent sont en très grande partie armés de fusils et de piques, les autres ont des instruments aratoires et tranchants ; on y a même aperçu du canon " (11 signatures).

          Les administrateurs du Morbihan rendent compte aux députés de la Convention des progrès de l'insurrection dans leur département ; " Cette insurrection paraît savamment combinée, puisqu'elle a éclaté en même temps dans tous les points du département " ; " L'ennemi est actuellement maître de tout le pays depuis Muzillac et Rochefort jusqu'à Nantes et peut-être plus loin " (18 signatures).

          - Morlaix : réquisition adressée au général Canclaux par les commissaires de la Convention chargés du recrutement ; il faut envoyer 500 hommes de Brest à Saint-Pol-de-Léon.

          - Périgueux, Vannes et Rennes : extraits de lettres sur une agitation à Bergerac et sur des attaques de brigands dans le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine. 1793

        • SHD B 5/13-33 - 

          20 mars :
          - Paris (3 lettres du ministre de la Guerre) : il écrit au général Marcé qu'il approuve ses mesures et lui demande de se concerter avec le général La Bourdonnaye qui va arriver à Rennes ; il signale au ministre de la Justice qu'il a reçu le décret de la Convention rendu sur les troubles de l'Ille-et-Vilaine ; il fait savoir au général Chevigné qu'il approuve les mesures prises et il lui demande de transférer à Paris les prisonniers détenus à Rennes.

          Le ministre de l'Intérieur, Garat°, écrit au ministre de la Guerre qu'il approuve les patriotes de Lorient qui demandent la formation d'un camp près de leur ville.

          - Cherbourg : procès-verbal relatant le recrutement de quatre garçons de la famille Delaunay à Gonneville (Manche). 1793

        • SHD B 5/13-34 - 

          20 mars :
          - Brest : Redon, ordonnateur de la Marine, signale au ministre de la Marine des soulèvements à Plabennec, Lannilis, Gouesnou et Saint-Pol-de-Léon ; " Tout le monde est commandé (mobilisé), et la ville est presque déserte. C'est la guerre civile ".

          - Saint-Pol-de-Léon : arrêté de la municipalité organisant la force armée de la ville, suite à une attaque de la veille et en prévision d'un nouvel assaut.
          Arrêté des commissaires de la Convention pour le recrutement chargeant le juge de paix du canton d'engager des informations et poursuites, à la suite d'un attroupement de " brigands et de scélérats et forcenés ". 1793

        • SHD B 5/13-35 - 

          21 mars :
          - Paris : le ministre de la Guerre rend compte au Comité de salut public des fusils envoyés à Caen, Rennes, Cherbourg et au Havre (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 153).
          Il approuve les mesures prises par les administrateurs d'Ille-et-Vilaine pour assurer la solde des troupes (bulletin analytique renvoyant au registre 4 de correspondance du ministre de la Guerre, folio 32, n° 5).

          - Rennes : le directeur de la Régie nationale apprend à la Régie nationale que le département est assailli par des " hordes de brigands ", et que " tout est en armes, fonctionnaires publics et autres ".

          - La Rochelle et Rennes : le général Verteuil annonce au ministre de la Guerre la défaite du Pont-Charrault, et le général La Bourdonnaye l'informe des premiers succès contre les rebelles du Morbihan.

          - La Rochelle : les représentants Niou° et Trullard° font la Convention le récit de la défaite du 19 mars au Pont-Charrault ; les 2000 hommes de troupes se sont retrouvés bloqués dans un fond, sans que le général Marcé accepte de se replier dans la plaine ; en fin d'après-midi, l'ennemi a attaqué en force, a enfoncé l'aile gauche, tenue par des gardes nationaux, ce qui a provoqué une déroute générale ; l'artillerie a été sauvée par le colonel Boulard et le lieutenant-colonel Baudry ; un semblant de regroupement a eu lieu à Saint-Hermand ; le général Marcé a été mis en état d'arrestation (6 pages).

          Les représentants Carra° et Auguis° adressent à la Convention le récit de la défaite du Pont-Charrault et de la déroute républicaine, vues depuis Saint-Hermand ; les troupes se sont disloquées, les unes retournant dans les Deux-Sèvres, les autres à Fontenay ; les deux représentants ont suivi les blessés et l'artillerie qui repartaient à La Rochelle ; le général Marcé a été destitué et arrêté ; ils se proposent de destituer le général Verteuil et ils vont lancer des proclamations pour mobiliser 30 000 hommes dans les départements voisins.

          Extrait d'une lettre sur le quiproquo qui a provoqué la défaite du 19 mars contre les rebelles. 1793

        • SHD B 5/13-36 - 

          22 mars :
          - Angers : les représentants Choudieu° et Richard° annoncent à la Convention l'organisation d'une offensive contre les rebelles ; " Nous pouvons vous assurer que cette tentative contre-révolutionnaire, méditée depuis longtemps, n'aura pas plus de succès que les autres. Elle ne servira qu'à prouver à tous nos ennemis qu'il est impossible de renverser la République ".

          - Nantes : Fidière, directeur des Domaines, informe ses supérieurs que la ville essaie de se dégager, qu'un quatrième rebelle emprisonné a été guillotiné, et que la plupart du personnel de la Régie est mobilisée dans la garde nationale.

          - Rennes : le directeur des Domaines fait savoir à ses supérieurs que l'insurrection s'accroît en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan ; " Les insurrections ne font qu'augmenter chaque jour. Les brigands se portent en nombre de tous les côtés, pillent les villes et les campagnes et emmènent avec eux tout le monde de force en menaçant de tuer quiconque refusera de les suivre ".

          - Auray : le receveur de l'Enregistrement signale à ses supérieurs qu'une attaque de rebelles a été repoussée le 19 mars, et que des détachements vont dans les villages des environs pour descendre les cloches et les briser.

          - Marans : le citoyen Baudry° indique au général Boulard qu'un détachement a repoussé des rebelles à La Châtaigneraie. 1793

        • SHD B 5/13-37 - 

          23 mars :
          - Paris (6 lettres du ministère de la Guerre) : il transmet au général Chevigné des informations sur des mouvements de troupes ; il informe les administrateurs du district de Lamballe qu'ils vont recevoir le 4e bataillon de l'Orne ; il apprend au commissaire des guerres de Saint-Brieuc le passage prochain du 5e bataillon de l'Orne et du 7e bataillon de la Somme ; il annonce au commandant de la place de Saint-Malo qu'il va recevoir le 2e bataillon de la Seine-Inférieure ; il prévient le commandant de la place de Saint-Brieuc de l'arrivée prochaine du 6e bataillon du Calvados ; il fait savoir au commandant de la place de Saint-Servan (Ille-et-Vilaine) qu'il va recevoir bientôt le 3e bataillon de l'Orne, la 2e compagnie de chasseurs du Finistère et le 5e bataillon de l'Eure.
          Note interne du ministère de la Guerre demandant le départ pour Rennes de deux compagnies de canonniers de Paris, celles des sections de Beaurepaire et des Quinze-Vingt. 1793

        • SHD B 5/13-38 - 

          23 mars :
          - Rennes : le général La Bourdonnaye° avise le ministre de la Guerre de son arrivée à Rennes ; il constate que l'armée des Côtes n'a pas la moitié des 70 bataillons prévus à l'origine ; il approuve les mesures prises par le général Chevigné et l'adjudant général Beysser ; il demande des renforts en troupes, de l'artillerie et des officiers généraux.

          Le lieutenant-général Chevigné° signale au ministre de la Guerre qu'il concentre ses efforts sur l'Ille-et-Vilaine en direction de Redon et du château de Rochefort tenu par les rebelles.

          - Saint-Brieuc : arrêté du directoire des Côtes-du-Nord sur l'exécution des rebelles (bulletin analytique seul).

          - Sans lieu : extrait d'une lettre sur les 500 gardes nationaux de Domfront (Orne) qui ont secouru les départements limitrophes.

          - Fontenay : le directeur de l'Enregistrement indique à ses supérieurs que des forces arrivent de toutes parts, mais que le département de la Vendée est majoritairement soumis au brigandage (bulletin analytique seul).

          - Noirmoutier : Guerry de La Fortinière, " commandant pour le roi ", somme les officiers municipaux de l'île d'Yeu de se rendre et de faire flotter un drapeau blanc sur le point le plus élevé de leur île. 1793

        • SHD B 5/13-39 - 

          23 mars :
          - La Rochelle : le lieutenant-général Verteuil° envoie au ministre de la Guerre un plan de défense de l'île d'Aix pour faire face à un risque de descente anglaise (2 pièces).

          - Niort : les représentants Auguis° et Carra° demandent au général Boulard, commandant de l'armée de la Vendée, de se rendre à Fontenay.

          - Saintes : Dumas°, commandant de la force armée de la Gironde, prévient le commandant de l'armée de Vendée qu'il se porte à son secours, mais qu'une partie de ses troupes est destinée à La Rochelle.

          - Bordeaux : le représentant Mazade° informe la Convention qu'il organise la mobilisation et la surveillance de la Gironde et des départements limitrophes ; " Il est évident que les rebelles avaient partout des conspirateurs pour complices qui cherchaient à se réunir pour que le mouvement contre-révolutionnaire fût général ". 1793

        • SHD B 5/13-40 - 

          24 mars :
          - Paris (deux lettres du ministre de la Guerre) : il demande au ministre de la Marine d'appuyer le général Verteuil en envoyant des bâtiments patrouiller le long des côtes ; il approuve les mesures prises par le lieutenant-général Verteuil et lui annonce que la Marine va faire patrouiller le long des côtes.

          - Les Sables-d'Olonne : le représentant Gaudin° réclame aux commissaires de la Convention des secours pour sa ville assiégée par 3000 hommes.

          - La Rochelle : le lieutenant-général Verteuil° annonce au général Boulard l'arrivée de renforts en provenance de la Gironde.

          - Niort : les représentants Carra° et Auguis° préviennent la Convention du regroupement à Fontenay des forces qui vont se monter à 6000 hommes ; ils réclament un général énergique ; " Le meilleur plan suivant nous est de brûler les villages des insurgés et les bois où ils se retirent à mesure que nous avancerons vers les côtes ". 1793

        • SHD B 5/13-41 - 

          25 mars :
          - Paris (3 lettres du ministre de la Guerre) : il transmet au capitaine des canonniers de la section Beaurepaire un ordre de route pour Rennes ; il charge le lieutenant-général La Bourdonnaye de dégager la rive droite de la Loire tandis que le général Berruyer, à la tête de l'armée de Réserve, part dégager la rive gauche et la Vendée ; il écrit aux commissaires de la Convention, à Angers, qu'il approuve l'embargo mis sur les bateaux descendant la Loire, et il leur annonce l'arrivée de l'armée de Réserve, sous le commandement du général Berruyer.

          Il félicite les administrateurs du Morbihan et d'Ille-et-Vilaine pour les mesures prises contre l'insurrection qui a éclaté dans leurs départements (bulletin analytique renvoyant au registre 4 de correspondance du ministre de la Guerre, folio 35, n° 8).

          - Cherbourg : le général Wimpfen donne aux administrateurs du district de Cherbourg son accord pour renforcer les défenses de Cherbourg, de Granville et des forts, mais il manque de ressources.

          - Les Sables-d'Olonne : les autorités constituées relatent aux commissaires de la Convention que la veille, 24 mars, 3000 à 4000 brigands ont attaqué la ville sur ses trois portes ; l'artillerie les a fait refluer, mais ils peuvent revenir ; ils demandent des secours. 1793

        • SHD B 5/13-42 - 

          25 mars :
          - Rennes : le général La Bourdonnaye° fait savoir à Dumas-Létang, commandant de Saint-Malo, que le 4e bataillon de la Seine-et-Marne quittera Saint-Malo pour Rennes (deux pièces).

          - Vannes : Antoine Lauzer°, administrateur de l'hospice, relate au représentant Gillet les faits suivants : les brigands se battent partout, une expédition est partie avec des canons pour prendre le château de Rochefort ; le chef de la rébellion de la région s'appelle Guérin La Rivière ; il demande également au représentant d'accélérer l'attribution de fonds que l'Etat doit verser aux hôpitaux.

          - Saint-Pol-de-Léon : le général Canclaux° apprend aux représentants du peuple dans l'Ouest qu'il a réuni des forces qui ont permis de battre et disperser un rassemblement entre Saint-Pol et Lesvenen (au pont de Kerguidu) ; " J'ai fait quelques prisonniers qui ont déjà été interrogés ; ils nient tous un complot trop bien marqué " (7 pages).

          Il transmet au ministre de la Guerre des informations sur les problèmes d'embarquement d'une force à Lorient.

          - Saint-Malo : le commandant Dumas-Létang° indique aux commissaires envoyés par la Convention qu'il va exécuter l'ordre reçu d'envoyer 200 hommes et de la poudre à Rennes (3 pièces). 1793

        • SHD B 5/13-43 - 

          26 mars :
          - Paris : le ministre de la Guerre signale aux administrateurs d'Ille-et-Vilaine que le général La Bourdonnaye va rassembler les forces disponibles et anéantir les brigands.

          - Vannes et Fontenay : extraits de lettres des directeurs de l'Enregistrement à leurs supérieurs ; des receveurs ont été tués, la plupart des autres s'est enfuie, les caisses ont été pillées en Ille-et-Vilaine et en Vendée ; " Tous les habitants des campagnes voisines portent la cocarde blanche. Le pavillon blanc est arboré au haut des clochers ".

          - Saint-Pol-de-Léon : convention passée entre les commissaires de la Convention, les administrateurs du Finistère et du district de Morlaix et les députations des paroisses de Plougoulm, Sibiril et Cléder pour le désarmement des habitants, l'enrôlement de recrues, le paiement d'une contribution, la désignation des chefs rebelles, la descente des cloches et la livraison de quatre otages par commune.

          - Brest : arrêté des autorités constituées demandant à la Convention de légiférer sur un " tribunal organisé " pour découvrir " les chefs de complots " et les punir ; la ville réclame aussi une force armée de 10 000 hommes et des secours en subsistances (une quinzaine de signatures).

          - Les Sables-d'Olonne : les administrateurs des districts des Sables-d'Olonne et de Challans demandent au ministre de la Guerre et aux commissaires de la Convention des secours contre les rebelles qui ont pris Noirmoutier et l'île d'Yeu (3 pièces, 13 signatures).

          - Sans lieu : ordre donné au commandant du bataillon de La Rochelle de l'organiser et de l'équiper (bulletin analytique seul). 1793

        • SHD B 5/13-44 - 

          27 mars :
          - Paris : Monge°, ministre de la Marine, transmet au ministre de l'Intérieur des informations sur Les Sables-d'Olonne et sur des bateaux chargés de blé mis sous embargo.

          - Rennes : les administrateurs d'Ille-et-Vilaine réclament à la Convention des secours pour défendre la ville de Dol.

          Extrait d'un courrier du directeur de l'Enregistrement à ses supérieurs ; " Tout est ici dans la plus grande insurrection ".

          - Sans lieu : extraits de lettres sur la défense de Redon et sur le reflux des insurgés des Côtes-du-Nord. 1793

        • SHD B 5/13-45 - 

          27 mars :
          - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche fait savoir au ministre de la Guerre que le plus gros des troupes a été envoyé contre l'insurrection de l'Ille-et-Vilaine, et que le département de la Manche a besoin de renforts (cachet).

          - Caen : le Comité de sûreté générale du Calvados informe le Conseil exécutif provisoire qu'il a mobilisé 400 gardes nationaux et des canonniers pour escorter un convoi d'artillerie destiné à Rennes (5 signatures).

          - La Rochelle : les représentants Niou° et Trullard° préviennent la Convention qu'il faut envoyer des secours aux Sables-d'Olonne, car les rebelles ont pris Noirmoutier, Bouin, l'île d'Yeu et veulent s'emparer du littoral. 1793

        • SHD B 5/13-46 - 

          28 mars :
          - Paris : le ministre de l'Intérieur indique au ministre de la Guerre la propagation de l'insurrection à l'ouest de l'Ille-et-Vilaine.

          Le ministre de la Guerre expose au général La Bourdonnaye que les besoins de la défense aux frontières ont retardé l'envoi des forces prévues à l'armée des Côtes, et qu'en conséquence il faut redoubler d'énergie avec les troupes disponibles, en attendant l'arrivée des renforts.

          - Rennes : le général en chef La Bourdonnaye° apprend au ministre de la Guerre que les environs de Rennes ont été dégagés, que le château de Rochefort-en-Terre a été repris aux insurgés, et qu'il attend les nouvelles troupes.

          - Vannes : les administrateurs du Morbihan informent les députés de la Convention de la reprise du château de Rochefort le 26 mars, 150 à 200 brigands ayant été tués et 17 emprisonnés ; les troupes se dirigent sur La Roche-Bernard ; une guillotine a été envoyée à Pontivy, et on en fait fabriquer une autre (6 signatures).

          - Lamballe : les administrateurs du district demandent au ministre de la Guerre des secours pour protéger leurs côtes (bulletin analytique seul).

          - Paimboeuf : Charles Mourain°, commandant de l'armée du district, annonce au ministre de la Guerre que la ville de Pornic a été reprise le 27 mars par près de 8000 rebelles, qu'elle est ravagée par des incendies, et que Paimboeuf est menacé ; il demande des secours.

          - Bordeaux : le représentant Mazade° écrit au Comité de défense générale qu'il s'active à défendre Bordeaux et l'embouchure de la Gironde, qu'il s'occupe aussi de Blaye et qu'il va pousser jusqu'à Bayonne ; il demande le remplacement du directeur des fortifications, atteint par " des maux de nerfs et des vapeurs ". 1793

        • SHD B 5/13-47 - 

          29 mars :
          - Paris (3 lettres du ministre de la Guerre) : il transmet au général La Bourdonnaye la lettre de Saint-Pierre-Eglise en lui demandant de rassurer la société populaire (cf. SHD 5/13-31, 19 mars 1793). Il fait savoir au général La Bourdonnaye que le général Wimpfen va commander sous ses ordres dans le département de la Manche. Il notifie au général Wimpfen qu'il va commander un corps d'armée dans la Manche, sous les ordres du général La Bourdonnaye, il est incité à réquisitionner des gardes nationales pour renforcer ses troupes.

          - Saint-Pol-de-Léon : les officiers municipaux font aux représentants du peuple le récit de l'insurrection survenue dans leur région ; la levée des recrues s'est bien déroulée dans leur ville le 14 mars, mais elle a dégénéré en refus et rébellion dans la campagne ; une attaque contre la ville a été difficilement repoussée le 19 mars, le maire a même été grièvement blessé par des volontaires du Calvados pris de panique ; un nouveau rassemblement de rebelles a été battu le 24 mars, sur la route de Lesvenen, grâce aux renforts emmenés par le général Canclaux ; 150 rebelles ont été tués (9 pages, cf. SHD B 5/13-42, 25 mars 1793).

        • SHD B 5/13-48 - 

          29 mars :
          - La Rochelle : Dumas, commandant de la force armée de la Gironde, prévient le commandant de l'armée de la Vendée que ses troupes vont partir pour Les Sables-d'Olonne.

          Les représentants Niou° et Trullard° annoncent au général Boulard que Trullard va se rendre aux Sables par la route, tandis que Niou conduira les renforts de Bordeaux par la mer.

          Le commandant de la place de La Rochelle signale à Nouvion, chef d'état-major de l'armée de la Vendée, le départ pour Les Sables de deux bataillons de Bordeaux et d'un autre de La Rochelle, et pour Marans d'un détachement de canonniers.

          - Les Sables-d'Olonne : le capitaine de cavalerie Frappier informe les administrateurs des Deux-Sèvres que 6000 brigands ont été repoussés la veille, alors qu'ils attaquaient la place ; ils ont laissé 200 morts et leurs canons (imprimé). 1793

        • SHD B 5/13-49 - 

          30 mars :
          - Saint-Malo : la commune fait savoir aux commissaires de la Convention que leur ville compte 11 000 âmes, dont 1306 citoyens mobilisés, et qu'elle est prête à en fournir d'autres pour le salut de la Patrie (18 signatures).

          - Saint-Brieuc : les administrateurs des Côtes-du-Nord renseignent le Comité de salut public sur les mesures prises pour repousser les rebelles (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 275).

          - Vannes : les officiers, sous-officiers et volontaires du 3e bataillon de Maine-et-Loire demandent à la Convention des armes d'un calibre uniforme et des canons pour améliorer leur capacité de combat ; ils signalent que les arsenaux sont vides (7 signatures).

          Lucas° fils ainé fait au représentant Gillet le récit de la prise de Rochefort-en-Terre et de son château par 4000 paysans le 15 mars, d'une contre-attaque infructueuse le 17 mars et de sa reprise effective le 26 mars ; des membres de sa famille ont été massacrés ; " Ah, quel horrible spectacle, mon cher ami, la ville de Rochefort était couverte de cadavres ; les soldats qui auraient dû protéger ce malheureux pays se sont livrés au pillage, ils ont eux-mêmes enlevé ce que les brigands avaient épargné ".

          - Caen : les représentants Bonnet° de Meautry et Du Roy° s'étonnent auprès du ministre de la Guerre de la faiblesse des effectifs pour défendre les côtes de la Manche et du Calvados. 1793

        • SHD B 5/13-50 - 

          30 mars :
          - La Rochelle : le général Verteuil° réclame au ministère de la Guerre des renforts pour la défense des côtes et des îles. Il lui réécrit pour annoncer une victoire aux Sables-d'Olonne et signaler que les canons promis au général Beaufranchet d'Ayat restent pour l'instant à La Rochelle. Il prévient le général Boulard que l'envoi de canons à son armée est suspendu.

          Le commissaire ordonnateur Lasserre° informe le général Boulard qu'il a pourvu à la subsistance des 3000 hommes envoyés aux Sables-d'Olonne, et qu'il va lui envoyer des vivres pour Marans.

          - Saint-Martin-de-Ré : la commune apprend au général Verteuil que les gardes nationaux de leur île ont contribué à repousser les rebelles qui attaquaient Les Sables-d'Olonne.

          - Sans lieu (bulletin analytique de la correspondance du général Boulard) : il donne au commissaire ordonnateur Lasserre des renseignements sur l'état de ses troupes et de ses besoins (texte complet dans le registre de correspondance SHD B 5/3-33, p. 11). 1793

        • SHD B 5/13-51 - 

          31 mars :
          - Paris : le ministre de la Marine expose au Comité de salut public les mesures prises à Brest et à Rochefort pour assurer la protection des côtes (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 50).

          - Paris (2 lettres du ministre de la Guerre) : il fait savoir au général La Bourdonnaye qu'il a appris les succès remportés près de Redon et à Rochefort ; il avertit le ministre de la Marine qu'il appuie la demande du général Verteuil visant à disposer de vaisseaux hors service pour défendre l'île d'Aix.

          - Saint-Malo : les représentants Prieur-Duvernois, Rochegude et Defermon écrivent à la Convention qu'ils appuient la demande de construction d'une digue pour protéger le port de Saint-Malo dont le coût se monterait à 690 000 livres.

          - Vannes : délibération des officiers de la garnison de Vannes demandant la démolition du château de Rochefort et le maintien de celui de La Bretèche (9 signatures dont celle du général Du Petit-Bois). 1793

        • SHD B 5/13-52 - 

          31 mars :
          - Rochefort-en-Terre : déclaration du lieutenant de gendarmerie Guérin aux administrateurs du Morbihan ; récit de l'attaque de la ville de Rochefort par les révoltés, de sa résistance désespérée, de sa reddition, des mauvais traitements qu'il a subis et de son emprisonnement ; handicapé par des blessures, il parvient à s'évader et se réfugie de cachette en cachette jusqu'au 29 mars (15 pages ; cf. SHD B 5/13-49, 30 mars 1793).

          - Quimper : extrait d'une délibération du directoire du Finistère ; mobilisation momentanée des anciens canonniers gardes-côtes et inspection des batteries disponibles ; il y aura 16 canonniers pour 2 canons, 32 canonniers pour 4 canons, etc. ; les canonniers mobilisés seront soldés et assureront la formation de compagnies de canonniers apprentis.

          - Nantes : extraits de lettres du directeur de l'Enregistrement à ses supérieurs du 31 mars au 4 avril ; les troupes dégagent les abords de la ville ; Guérande et Le Croisic ont été libérés des rebelles ; la reprise de Machecoul a échoué ; des renforts arrivent (6 pages).

        • SHD B 5/13-53 - 

          Bulletin analytique résumant la situation de l'armée des Côtes en avril 1793, sous le commandement du général La Bourdonnaye, puis du général Canclaux par intérim (tableau Clerget).

          1er avril :
          - Brest : les autorités constituées de Brest avertissent le Comité de salut public que devant la faiblesse de leurs défenses, ils ont dû suspendre et arrêter le citoyen Varennes, directeur de l'artillerie ; ils ont nommé un commissaire à sa place et recruté des canonniers pour servir les batteries.

          - Saint-Pol-de-Léon : le général Canclaux° écrit au ministre de la Guerre que le calme est revenu dans le Finistère, que les rebelles pris les armes à la main seront jugés par le tribunal criminel du département ou par une éventuelle commission militaire ; il regroupe ses forces à Brest et va se consacrer à la défense des côtes.

          - Vannes : deux délibérations du Conseil général du Morbihan ; la première décidant de faire démolir le château de Rochefort et de faire inspecter celui de La Bretèche, la seconde approuvant la délibération du district de Ploërmel et décidant la démolition du château du Bois de la Roche, commune de Guilliers.

          - Sans lieu : rapport sur les hôpitaux militaires de l'armée des Côtes et de l'armée de l'Intérieur, soit ceux de Bretagne, Normandie et Ile-de-France ; renseignements succincts sur une quinzaine d'établissements, dont la capacité théorique, le nombre d'officiers de santé nécessaires et les coûts (5 pages).

        • SHD B 5/13-54 - 

          2 avril :
          - Paris (4 lettres du ministre de la Guerre) : il annonce au général Wimpfen l'arrivée prochaine à Cherbourg de la compagnie des canonniers parisiens de la section du Contrat social. Il informe le général La Bourdonnaye de l'arrivée prochaine du 4e bataillon de l'Hérault à La Rochelle, de la compagnie d'artillerie du Contrat Social et d'un détachement du 39e Régiment d'infanterie à Cherbourg. Il lui réécrit pour signifier l'arrivée prochaine à Rennes de quatre compagnies du 12e bataillon de la République. Il prévient le commandant de la place de Rennes que la ville recevra prochainement quatre compagnies du 12e bataillon de la République.

          - Lamballe : les administrateurs du district adressent aux représentants du peuple un état de la situation ; des insurrections ont eu lieu dans une dizaine de communes de leur région et ont provoqué un regroupement de 3000 à 4000 hommes à Pommeret ; des affrontements se sont produits les 23 et 26 mars ; ils sont dirigés par Bras de Forge-Boishardy ; plusieurs dizaines de prisonniers sont envoyés au tribunal criminel des Côtes-du-Nord ; les autorités restent en état d'alerte (4 signatures).

          - Nantes : courrier d'origine indéterminée notifiant que les rebelles évacuent Guérande, Le Croisic et La Roche-Bernard (bulletin analytique seul). 1793

        • SHD B 5/13-55 - 

          2 avril :
          - Brest : rapports des quatre commissions déléguées par les autorités civiles et militaires de Brest pour inspecter les défenses des côtes ; inspection complète des forts et ouvrages de défense du Finistère, côté Manche et côté Atlantique ; état détaillé des batteries, des calibres, des magasins de poudre, des gardiens et des servants disponibles (5 pièces). 1793

        • SHD B 5/13-56 - 

          3 avril :
          - Paris (2 lettres du ministère de la Guerre) : il indique aux commissaires de la Convention envoyés dans l'Eure et le Calvados que les troupes disponibles seront envoyées dans les deux départements. Il fait savoir au Comité de défense générale que 14 bataillons se dirigent vers les côtes, et que d'autres forces suivront.

          Garat°, ministre de l'Intérieur, demande au ministre de la Guerre l'envoi de troupes dans le district de Dol (Ille-et-Vilaine).

          - Vannes : le directeur de l'Enregistrement informe ses supérieurs que les rebelles ont évacué Muzillac le 30 mars, mais qu'ils ont pillé les caisses (bulletin analytique seul).

          - Lorient : la municipalité écrit au général Du Petit-Bois pour mettre en cause Camart, directeur de l'artillerie, et Dubourg, directeur du génie au Port de la Liberté (Port-Louis), en raison de l'état déplorable des fortifications et des batteries ; les réfutations du général figurent en marge. 1793

        • SHD B 5/13-57 - 

          4 avril :
          - Rennes : le directeur de l'Enregistrement apprend à ses supérieurs la poursuite des troubles et l'arrivée de renforts (bulletin analytique seul).

          - Vannes : les représentants Guermeur° et Le Malliaud° affirment aux députés du Morbihan et du Finistère à la Convention leur volonté d'accélérer les procédures pour juger les chefs des rebelles ; ils demandent 2000 fusils en attendant les renforts.

          Ils écrivent à la Convention pour rendre compte de leur impression comme quoi la représentation nationale a oublié le Morbihan et le Finistère ; ils demandent des renforts et signalent qu'une commission militaire a fait exécuter six condamnés la veille.

          Le Conseil général du Morbihan transmet aux députés du département les informations suivantes : La Roche-Bernard a été reprise le 30 mars, puis Guérande, 40 brigands ont été tués et le général Beysser a fait exécuter 3 à 4 prisonniers, un détachement a été envoyé au district de Pontivy, des secours sont demandés (6 signatures).

          Lucas° fils ainé relate à un ami que le calme paraît rétabli, mais que les patriotes vivent dans la terreur et craignent une reprise des rassemblements ; il joint une lettre des administrateurs du Morbihan relatant une attaque de Vannes par les paysans révoltés, le 14 mars, et leur mise en fuite (2 pièces ; cf. SHD B 5/13-49, 30 mars). 1793

        • SHD B 5/13-58 - 

          5 avril :
          - Paris : le ministre de la Guerre avise le commandant de la place de Dol que le 12e bataillon de la République n'ira pas à Dol, comme initialement annoncé.

          - Rennes : le lieutenant-général Chevigné annonce au général Du Petit-Bois qu'il ne peut pas lui envoyer de secours pour l'instant.

          Le chef d'état-major de l'armée des Côtes fait savoir au ministre de la Guerre que les renforts promis ne sont pas encore arrivés ; il demande l'envoi des officiers généraux pris à l'armée de Belgique (2 exemplaires).

          - Quimper : les administrateurs du Finistère demandent au ministre de la Guerre 6000 hommes de renfort pour la défense des côtes (7 signatures). 1793

        • SHD B 5/13-59 - 

          6 avril :
          - Paris : le ministère de la Guerre informe le ministre de l'Intérieur de la marche de 12 bataillons vers les côtes pour " dissiper les révoltés ".

          - Port-de la-Liberté (Port-Louis) : la municipalité adresse aux citoyens législateurs un état détaillé des forces disponibles dans la garnison : 931 hommes, des casernements, des subsistances, des armes, des munitions, des défenses extérieures et des défenses de l'île de Groix ; elle demande un renforcement de la garnison et de l'artillerie (8 pages).

          Etat des bouches à feu et des munitions nécessaires à Belle-Ile et aux îles d'Houat et d'Hoedic ; inventaire détaillé des canons, de leurs calibres, des affûts, bombes, grenades, cartouches à canon, voitures et cordages indispensables à la défense des trois îles (5 pages). 1793

        • SHD B 5/13-60 - 

          6 avril :
          - Lorient : Etat des fusils, soit 657, et des sabres, soit 224, disponibles dans les bâtiments de guerre.

          - Vannes : le représentant Guermeur° réclame à la Convention des secours en hommes, armes et munitions pour le Morbihan.

          Lucas° fils relate à un ami que le pays reste dans une situation critique ; il dénonce des chefs d'insurgés, dont Larivière qui reste caché (cf. SHD B 5/13-49, 30 mars 1793 et SHD B 5/13-57, 4 avril 1793).

        • SHD B 5/13-61 - 

          7 avril :
          - Paris (2 lettres du ministère de la Guerre) : il expose au ministre de la Marine que compte tenu des circonstances il n'est pas possible de distraire des hommes pour les embarquer à Brest ou à Rochefort. Il avertit les administrateurs du district de Brest de l'impossibilité d'envoyer davantage de troupes pour l'instant, il compte sur leur fermeté pour pourvoir à tout.

          Le représentant Gillet° se plaint aux représentants du peuple délégués dans le Morbihan du manque d'énergie du général Du Petit-Bois et demande son remplacement. 1793

        • SHD B 5/13-62 - 

          8 avril :
          - Paris : le ministère de la Guerre transmet au général La Bourdonnaye la lettre des officiers municipaux de Lorient du 27 mars demandant l'établissement d'un camp près de leur ville (2 pièces).

          9 avril :
          - Vannes : les représentants Guermeur° et Le Malliaud° envoient à la Convention la copie de différents arrêtés sur la destruction de deux châteaux, sur le recrutement des volontaires et la nomination d'un nouveau capitaine de l'artillerie au Port-de-la-Liberté ; ils condamnent " la lâche trahison de l'infâme Dumouriez " et demandent à nouveau des secours. 1793

        • SHD B 5/13-63 - 

          10 avril :
          - Paris : le ministre de la Marine, Monge°, transmet au ministre de la Guerre un arrêté des autorités constituées de Brest daté du 26 mars et demandant 10 000 hommes pour leur défense.

          Le ministre de la Guerre adresse au général La Bourdonnaye des informations sur des mouvements de troupes.

          - Rennes : le général La Bourdonnaye propose aux commissaires de la Convention qu'on l'autorise à organiser provisoirement 15 000 à 20 000 recrues disponibles dans l'Ouest, pour palier au manque de troupes.
          Il lui réécrit que la rive droite de la Loire " est soumise à la République ", et il lui demande la nomination de l'adjudant général Beysser comme général de brigade.

          - Port-de-la-Liberté (Port-Louis) : " Etat de situation où se trouve la place à l'époque du 10 avril 1793 relativement à la défense intérieure ", par le capitaine Marcilly° ; inventaire des ouvrages, batteries, canons et mortiers de la ville et de la citadelle et améliorations à réaliser.

        • SHD B 5/13-64 - 

          10 avril :
          - Sans lieu : rapport du capitaine Deniaud sur la croisière effectuée de Belle-Ile à l'île d'Yeu, entre les 2 et 10 avril ; informations sur Le Croisic, l'île d'Yeu et surtout la baie de Bourgneuf et Noirmoutier ; cette dernière est aux mains des insurgés, le drapeau blanc y flotte et le capitaine ébauche un plan pour la reconquérir (7 pages).

          - Cherbourg : propositions du général Wimpfen pour la défense de la Manche et du Calvados ; il réclame 6000 à 8000 fantassins, 600 à 800 cavaliers avec des magasins et hôpitaux correspondant à leurs besoins.

          - Caen : le procureur-général-syndic du Calvados demande au Comité de salut public des secours pour assurer la défense intérieure et extérieure de son département (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 279). 1793

        • SHD B 5/13-65 - 

          11 avril :
          - Rennes : l'adjudant général Beysser fait au général La Bourdonnaye le récit de sa campagne au nord de la Loire, depuis le 29 mars : reprise de Vitré, Redon, rétablissement du passage de la Vilaine, reconquête de Nozay, La Roche-Bernard, Guérande, Pontchâteau et Savenay ; il a fait descendre et briser des cloches, il a exécuté des rebelles pris les armes à la main et, à Campbon, il a incendié le clocher et les maisons des chefs de brigands (12 pages). 1793

        • SHD B 5/13-66 - 

          11 avril :
          - Brest : état des armes du château de Brest ; on dénombre 2059 fusils, 861 mousquetons, 560 pistolets et 362 sabres et briquets utilisables.

          - Sans lieu (à bord du " Trajan ") : l'amiral Villaret-Joyeuse prévient les administrateurs du Morbihan qu'il se dirige vers Quiberon, mais que des vents contraires le retardent.

          - Les Sables-d'Olonne : les autorités réunies exposent au commandant de l'armée de la Vendée que les prisons se remplissent de suspects, mais que les soldats qui les ont arrêtés n'ont signé aucun document officiel justifiant les motifs d'arrestation (4 signatures). 1793

        • SHD B 5/13-67 - 

          12 avril :
          - Paris (2 lettres du ministre de la Guerre) : il fait savoir aux administrateurs du Finistère qu'il ne peut pas satisfaire leur demande de renforts pour l'instant, en raison des besoins des autres départements ; il prévient le chef d'état-major de l'armée des Côtes qu'il n'est pas présentement possible d'attribuer 70 bataillons à son armée, compte tenu des besoins des autres armées.

          - Rennes : le général La Bourdonnaye fournit au Comité de salut public un état de situation de son armée (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 61).
          Il lui adresse également la copie de deux lettres concernant la demande de 10 000 fusils et de fonds pour la solde des troupes (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 42).

          - Vannes : les administrateurs du Morbihan demandent aux commissaires de la Convention le remplacement du général Du Petit-Bois ; on ne suspecte pas son patriotisme, mais on doute de ses capacités.

          - Rade de Quiberon : le capitaine Blavet transmet aux administrateurs du Morbihan des informations sur le retour de mission du capitaine Deniaud, sur l'occupation de Noirmoutier par les rebelles et sur divers mouvements de vaisseaux près des côtes. 1793

        • SHD B 5/13-68 - 

          12 avril :
          - Cherbourg : le général Wimpfen réclame aux commissaires de la Convention l'instauration d'un conseil d'administration civil et militaire coiffant les départements de la Manche et du Calvados, afin qu'il dispose des hommes, armes, habillements et subsistances nécessaires à la réussite de sa mission (6 pages).

          - Rouen : l'adjudant général Amabert envoie au général Grouchy, au Havre, une instruction officielle destinée aux chefs de légion et fixant des règles pour les postes et fonctions, les troupes, les armes et munitions (copie du XIXe s., 16 pages). 1793

        • SHD B 5/13-69 - 

          13 avril :
          - Rennes : le chef d'état-major de l'armée des Côtes attire l'attention du Comité de salut public sur les problèmes de subsistances des troupes.

          - Lorient : extrait d'une délibération du conseil général de la commune maintenant la suspension des payeurs Camas et Dubourg, fixant les modalités à respecter pour le service de la place et s'interrogeant à propos d'un détenu contre-révolutionnaire à remettre au tribunal criminel du département (6 pages). 1793

        • SHD B 5/13-70 - 

          13 avril :
          - Cherbourg : les représentants Rochegude°, Defermon° et Prieur° appuient auprès du Comité de salut public les demandes du général Wimpfen, notamment celles d'une force de 6000 à 8000 hommes, car une grande partie de la Manche et du Calvados n'est pas défendue (2 pièces).

          Arrêté des représentants Rochegude, Defermon et Prieur organisant la défense des côtes de la 14e Division ; fixation des travaux, officiers et troupes nécessaires pour le fort de Roche-Gautier, Granville, Cherbourg, La Hougue, Saint-Vaast et l'île de Tatihou (7 pages). 1793

        • SHD B 5/13-71 - 

          14 avril :
          - Nantes : le chef d'administration Even rend compte au ministre de la Marine du dégagement de la rive droite de la Loire, de la poursuite des troubles en Vendée, et des perturbations des communications entre Nantes et Angers.

          - Quimperlé : extrait des délibérations des autorités constituées exposant des demandes adressées aux commissaires de la Convention à propos de la défense de la ville et du service de l'hôpital ; les représentants Guermeur et Le Malliaud répondent en cours de débat aux diverses sollicitations.

          - Hennebont : procès-verbal de visite de la côte ouest du district d'Hennebont ; visite de la redoute du Pouldu, du pont et du fort du Loc, de l'île et du fort de Kagan, des forts du Talud, de Querpape et de Loquelta ; état des fortifications, des corps de garde, des magasins, des poudrières, des pièces de canon et des hommes disponibles (5 pages, 6 signatures).

          15 avril :
          - Paris : le ministre de la Guerre fait savoir au général La Bourdonnaye qu'il ne peut pas satisfaire les demandes du général Verteuil pour La Rochelle et les îles ; il lui demande ce qu'il peut faire de son côté. 1793

        • SHD B 5/13-72 - 

          16 avril :
          - Paris : le président du Conseil exécutif provisoire signale au président de la Convention que le général Berruyer a attaqué les rebelles du sud de la Loire à Chemillé et à La Jumellière, et que le département d'Ille-et-Vilaine est calme.

          Compte-rendu du général La Bourdonnaye° au Comité de salut public ; la rive droite de la Loire est pratiquement pacifiée, grâce notamment à l'adjudant général Beysser ; le général Berruyer va se charger de la rive gauche ; la révolte en Vendée, Loire-Inférieure, Morbihan et Ille-et-Vilaine vient " d'un débarquement ou de l'arrivée de plusieurs émigrés " et " de la tolérance déplacée de quelques administrateurs ".

          - Saint-Brieuc : les représentants Sevestre° et Billaud-Varenne° écrivent au Comité de salut public pour déplorer une pénurie d'armes, de munitions et de subsistances militaires en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes-du-Nord ; ils font l'éloge des gardes nationales qui ont combattu les insurgés. 1793

        • SHD B 5/13-73 - 

          17 avril :
          - Paris : le ministre de la Guerre engage le général La Bourdonnaye à s'entendre avec le général Berruyer pour faire passer des troupes à Brest.

          Le général La Bourdonnaye transmet au ministre de la Guerre des informations sur des mouvements de troupes.

          - Quimper : les représentants Le Malliaud° et Guermeur° indiquent au Comité de salut public qu'ils ne savent que penser des demandes de remplacement du général Du Petit-Bois ; ils signalent le manque d'hommes, d'armes, de munitions et de subsistances dans le Morbihan et le Finistère.

          - Sans lieu : Villaret-Joyeuse, commandant de la division des côtes de la Vendée et du Morbihan, adresse au président du Morbihan des informations sur divers mouvements de navires ; il annonce qu'il se prépare à reprendre Noirmoutier (bulletin analytique seul). 1793

        • SHD B 5/13-74 - 

          18 avril :
          - Vannes : un citoyen inconnu transmet au représentant Gillet des informations sur la situation du département (bulletin analytique seul).

          Les administrateurs du Morbihan annoncent aux commissaires de la Convention qu'un gros convoi hollandais venant du Cap va bientôt passer en vue des côtes de l'Ouest (bulletin analytique seul).

          - Lisieux : le conseil général de la commune écrit au ministre de la Guerre pour déplorer le retour du 5e bataillon du Calvados à l'armée du général Custine expliquant que la défense des côtes lui paraît aussi importante que celle du Rhin (18 signatures).

          - Sans lieu : le représentant Laurence°, député de la Manche, demande au ministre de la Guerre le retour dans son département du 1er bataillon de la Manche. 1793

        • SHD B 5/13-75 - 

          19 avril :
          - Paris : le ministre de la Guerre fait savoir au général La Bourdonnaye qu'il appuie la demande du ministre de la Marine pour la défense de l'île d'Aix et de Rochefort.

          - Sans lieu : l'adjudant général Beysser informe le général La Bourdonnaye qu'il part reprendre Noirmoutier (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 166).

          - Port-de-la-Liberté (Port-Louis) : rapport sur l'armement des côtes par Cordin°, directeur des fortifications ; inspection d'une grande partie du littoral, dont Port-Liberté, Lorient, Belle-Ile et les îles de Groix, Houat et Hoedic ; état des fortifications, des batteries, des travaux à réaliser et du nombre d'hommes nécessaires.

          - Quimper : les représentants Guermeur et Le Malliaud requièrent au commandant d'armes à Brest d'essayer de s'emparer d'un riche convoi hollandais venant du Cap (bulletin analytique seul). 1793

        • SHD B 5/13-76 - 

          20 avril :
          - Paris : le général La Bourdonnaye informe le général Verteuil qu'il ne peut pas envoyer de renforts à La Rochelle pour l'instant.

          - Rennes : les administrateurs d'Ille-et-Vilaine envoient au ministre de la Guerre un état de la situation de leur département ; le calme est revenu, mais ils sont menacés d'une " invasion prochaine " ; le recrutement s'est bien déroulé, mais les volontaires refusent l'armée de ligne et veulent s'incorporer en bataillons ; le département manque de troupes, d'armes et de subsistances (7 pages, 7 signatures).

          - Brest : les membres des autorités constituées avertissent les représentants Guermeur et Le Malliaud qu'ils font préparer deux vaisseaux pour intercepter un convoi hollandais (bulletin analytique seul).

          21 avril :
          - Saint-Nazaire : rapport des citoyens Levieux et Boirot sur les batteries des côtes de la Loire-Inférieure ; inspection opérée de l'embouchure de la Loire à celle de la Vilaine, dont Saint-Nazaire, Le Croisic, Beaulieu et Pénestin ; état des pièces, des servants et mesures proposées.

          17-21 avril :
          Copies de lettres adressées par les représentants Guermeur et Le Malliaud au Comité de salut public ; elles concernent des échanges avec Villaret-Joyeuse, les autorités de Brest et les administrateurs du Morbihan (6 pages). 1793

        • SHD B 5/13-77 - 

          22 avril :
          - Paris : le ministre de la Marine informe le ministre de la Guerre de la nécessité de prendre des mesures pour assurer les subsistances de Brest et pour combattre les rebelles qui perturbent le trafic de la Loire entre Nantes et Paimboeuf.

          - Lorient : la municipalité prévient les représentants Le Malliaud et Guermeur qu'un incendie a ravagé la veille une partie des installations du port ; ils soupçonnent " la coalition générale de nos ennemis " d'en être responsable.

          - Quimper (trois lettres des représentants Guermeur° et Le Malliaud° au Comité de salut public) : ils lui transmettent des informations sur un projet de reprise de Noirmoutier, sur un convoi hollandais revenant du Cap et sur le général Berneron ; ils lui apprennent la levée décrétée de 30 000 hommes de troupes à cheval et demandent qu'une somme de 150 à 200 livres soit promise à chaque recrue, sinon l'insurrection peut reprendre dans leurs départements ; ils l'informent de l'envoi de neuf rapports sur l'état de défense des ports et forts du Finistère, du Morbihan et de leurs îles. 1793

        • SHD B 5/13-78 - 

          23 avril :
          - Quimperlé : procès-verbal de visite des batteries des côtes du district de Quimperlé, émanant des commissaires délégués par les autorités constituées ; visites de Poulduc, Doëlan, Brignon, Rice et Trévignon effectuées du 21 au 23 avril ; état détaillé des pièces, poudrières, magasins, corps de garde, servants et mesures préconisées (7 pages).

          - Belle-Ile : reçu signé de Le Bescond Kermaquer°, payeur particulier à Belle-Ile, de 60 000 et 50 000 livres pour travail aux fortifications de l'île.

          - Nantes : les représentants Fouché° et Villers° réclament au Comité de salut public des secours, les côtes de la Loire-Inférieure étant très mal défendues.

          - Saintes : les représentants Bernard° et Guimberteau° transmettent au Comité de salut public des informations sur la fabrique de poudre de Saint-Jean d'Angély, le bon déroulement du recrutement, la collusion entre les émigrés et les Anglais, en vue d'un débarquement en Vendée, et les besoins en fusils (5 pages).

          - Sans lieu : rapport sur les manœuvres du vaisseau " L'Expériment " aux environs de Belle-Ile, du 21 au 23 avril ; poursuite d'un bateau suspect qui s'avère être le corsaire marseillais " Le Sans-Culotte ". 1793

        • SHD B 5/13-79 - 

          24 avril :
          - Quimperlé : les représentants Guermeur° et Le Malliaud° signalent au Comité de salut public que l'incendie survenu à Lorient est dû à " un attentat " ; ils font également savoir que le Finistère est calme et que le recrutement est en bonne voie dans le Morbihan.

          - Port-de-la-Liberté (Port-Louis) : procès-verbal de visite du fort de Gâvres ; état des fortifications, des batteries, des corps de garde et des améliorations demandées (8 signatures).

          - Saint-Brieuc : le Conseil général des Côtes-du-Nord demande au ministre de la Guerre que soit appliquée l'installation de camps-volants proposée par le général Canclaux près des côtes (7 signatures).

          - Rouen : le Conseil général de la Seine-Inférieure signale au Comité de salut public une petite agitation dans deux de ses districts (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 292). 1793

        • SHD B 5/13-80 - 

          25 avril :
          - Port-de-la-liberté (Port-Louis) : procès-verbal de visite de l'île de Groix ; état des batteries et corps de garde de 17 sites, et réparations à y faire (6 pages, 6 signatures).

          - Valognes : les représentants Le Carpentier° et Bourdon° de l'Oise adressent à la Convention un état de la situation ; il n'y a pas de bateaux pour défendre les côtes de la Manche ; le recrutement s'est bien passé, mais les volontaires manquent de cadres, d'armes et de subsistances ; ils ont décrété une taxation " contre les riches " pour enrayer la cherté des grains. 1793

        • SHD B 5/13-81 - 

          26 avril :
          - Paris (2 lettres du ministère de la Guerre) : il informe le général La Bourdonnaye et le commandant de la place de Rennes que 100 gendarmes vont partir de Paris pour Rennes.

          - Rennes : le général Canclaux° prévient le ministre de la Guerre qu'il se rend à Nantes pour réorganiser les troupes disponibles et appuyer le général Berruyer.

          27 avril :
          - Paris : le général La Bourdonnaye° transmet au ministre de la Guerre une lettre du général Du Petit-Bois sur l'incendie du port de Lorient.

          - Rouen : les administrateurs de la Seine-Inférieure écrivent au général Grouchy qu'ils se félicitent de son arrivée et ils lui témoignent leur confiance (copie du XIXe s.). 1793

        • SHD B 5/13-82 - 

          28 avril :
          - Paris : le ministre de la Guerre transmet au Comité de salut public une lettre du général Canclaux annonçant qu'il va appuyer le général Berruyer et l'adjudant général Beysser sur la rive gauche de la Loire (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 437).

          Le général La Bourdonnaye° adresse au ministre de la Guerre la transcription de la lettre de l'adjudant général Beysser relatant la reprise de Port-Saint-Père, le 20 avril, et de Machecoul, le 23 avril ; " J'ai aussi fait couper la tête à un brigand qui jugeait les patriotes et les faisait fusiller ou assommer par chapelet de 56 " (5 pages).

          - Le Havre : arrêté des représentants Prieur de la Côte d'Or, Defermon et Rochegude sur le service de défense des côtes (imprimé, 8 pages).

          - Bayeux : le général Wimpfen° se plaint au Comité de salut public de l'indiscipline des bataillons de volontaires, notamment du 6e bataillon de la Manche en garnison à Granville ; il préconise de regrouper les meilleurs d'entre eux dans des compagnies franches et de renvoyer les autres ; il demande que soient nommés de nouveaux généraux et propose trois noms. 1793

        • SHD B 5/13-83 - 

          29 avril :
          - Paris : le ministre de la Guerre informe le Comité de salut public qu'il va s'occuper de pourvoir aux besoins de l'armée des Côtes (bulletin analytique renvoyant au registre B du Comité de salut public, n° 455).

          - Nantes (3 lettres du général Canclaux° au ministre de la Guerre) : il inspecte la ville et ses abords, et il va se concerter avec le général Berruyer et l'adjudant général Beysser ; il propose d'établir un camp près de Brest qui ne nécessitera pas les 10 000 hommes réclamés par le département ; il préconise de créer neuf camps au nord de la Loire, dont quatre dans le Morbihan, trois dans le Finistère et deux dans les Côtes-du-Nord, il fournit des développements et détails sur leur position (trois pièces). 1793

        • SHD B 5/13-84 - 

          29 avril :
          - Port-de-la-Liberté (Port-Louis) : Dubourg°, lieutenant-colonel du génie, écrit aux représentants Guermeur et Le Malliaud pour réfuter les accusations lancées contre lui au sujet des travaux à réaliser sur le pont du Loc et à la citadelle du Port-de-la-Liberté (deux pièces).

          - Belle-Ile : le colonel Desdorides, commandant à Belle-Ile, adresse à Villaret-Joyeuse un rapport sur la mise en défense de l'île et sur les fonds, approvisionnements et hommes nécessaires (5 pages).

          - Bayeux : le général Wimpfen° rend compte au ministre de la Guerre des mesures prises avec les commissaires de la Convention pour la mise en défense de la Manche et du Calvados ; il demande des troupes (5 pages).

          - Le Havre : arrêté des représentants Defermon, Prieur de la Côte-d'Or et Rochegude organisant la défense de Dieppe, avec réquisition de gardes nationaux soldés et inventaire des travaux à réaliser (5 pages). 1793

        • SHD B 5/13-85 - 

          30 avril :
          - Paris : le ministre de la Guerre demande aux citoyens Burgubru et Viala de se rendre au Havre pour y prendre 1900 fusils à destination de l'armée de la Vendée (cachet).

          Les députés extraordinaires de Brest, Gesnouin° et Bangevin°, annoncent au ministre de la Guerre que les autorités constituées ont destitué pour manque de zèle le citoyen Varennes, directeur de l'artillerie à Brest ; il n'a pas mis la côte en défense et a été remplacé par le capitaine d'artillerie Richoux ; il a été arrêté et les scellés ont été mis sur sa correspondance (deux pièces) (cf. SHD B 5/13-53, 1er avril 1793).

        • SHD B 5/13-86 - 

          30 avril :
          - Vannes : rapport de l'ingénieur Laumailler° sur les côtes du Morbihan, de Port-Navalo jusqu'à la Vilaine ; il inventorie neuf postes, dont six dans la presqu'île de Rhuys ; état des fortifications, batteries, postes de garde et approvisionnements (12 pages).

          - Bayeux : le général Wimpfen° livre au ministre de la Guerre des informations sur l'organisation de l'armée de la Manche et des réflexions sur le journal des opérations qui ne peut pas être du ressort de l'état-major ; il propose d'affecter un historiographe dessinateur à chaque colonne, afin de rendre compte des marches et des combats (6 pages). 1793

        • SHD B 5/14-1 - 

          Bulletin analytique signalant la création des armées des Côtes de Brest et de Cherbourg, le 30 avril 1793, à partir de l'armée des Côtes. Commandée en intérim (dans un premier temps) par le général Canclaux, l'armée des Côtes de Brest couvre les territoires compris entre l'embouchure de la Loire et Saint-Malo inclusivement (tableau Clerget).

          1er mai :
          - Paris : note interne du ministère de la Guerre ; embarras provoqué par la destitution de Varennes, sous-directeur de l'artillerie à Brest, et son remplacement par le capitaine d'artillerie Richoux.
          Le ministre de la Guerre Bouchotte répond aux inquiétudes des représentants Fouché et Villers sur la position difficile de Nantes, en annonçant l'arrivée de renforts en hommes et en armes.

          - Quiberon : le commandant de la flotte Villaret-Joyeuse fait au représentant Niou le récit de la reprise de Noirmoutier par la Marine, les 27 et 28 avril.
          Il annonce aux administrateurs du Morbihan la reprise de Noirmoutier (deux copies).

          - Lorient : le maire et les officiers municipaux demandent aux représentants Guermeur et Le Malliaud si les notables de la commune peuvent cumuler leur fonction avec celle de garde national (signatures du maire et des officiers).

          - Sans lieu : le représentant Gillet°, député du Morbihan, réclame au Comité de salut public 5 bataillons et 2000 fusils, en plus des 4000 hommes affectés au Morbihan.

        • SHD B 5/14-2 - 

          2 mai :
          - Paris : extrait du procès-verbal de la séance de la Convention ; l'assemblée applaudit au zèle de la Loire-Inférieure et demande une enquête sur l'armée de la Vendée ; des bataillons qui lui étaient destinés ont été détournés en cours de route (cachet sec).

          - Machecoul : le général Canclaux° fait savoir au général Boulard qu'il a appris la prise de Palluau et la déroute de Legé ; il lui demande de se coordonner avec lui pour reprendre Legé.

          - Vannes : Lucas° fils annonce au représentant Gillet que l'île de Noirmoutier a été reconquise, mais que l'insurrection reprend en Loire-Inférieure ; il craint une descente des Anglais. 1793

        • SHD B 5/14-3 - 

          3 mai :
          - Paris : le ministre de la Guerre transmet au général Canclaux des informations sur des mouvements de troupes.
          Il signale au commissaire des guerres à Tours le passage de la Légion germanique en route pour Brest.

          - Chartres : les administrateurs d'Eure-et-Loir font savoir au ministre de la Guerre que le bataillon de 800 volontaires de leur département a été écrasé à Beaupréau par 10 000 à 12 000 brigands ; ils ont voté des secours pour les blessés et demandent le retour des survivants. (13 signatures).

          - Nantes : le chef d'état-major Vergnes° indique au Comité de salut public que l'armée des Côtes comprend 43 000 hommes au 3 mai, soit 47 bataillons ; il y a un problème d'intégration des recrues ; il faut basculer les troupes les plus aguerries en Loire-Inférieure ; il présente un état des opérations projetées (6 pages).
          Il fait savoir au ministre de la Guerre que les généraux Canclaux et Boulard se concertent pour reprendre Legé aux insurgés.

          - Quimperlé : les représentants Guermeur° et Le Malliaud° avertissent la Convention de la que Machecoul et Noirmoutier ont été repris ; ils exposent les mesures prises pour la défense du Morbihan et du Finistère ; ils ont suspendu Georgelin, administrateur du Morbihan et juge au tribunal de district d'Hennebont, parce que suspecté d'incivisme.
          Ils annoncent au Comité de salut public la reprise de Noirmoutier. 1793

        • SHD B 5/14-4 - 

          4 mai :
          - Quiberon : le commandant de la flotte Villaret-Joyeuse indique à la municipalité de Lorient la libération de toutes les îles ; il déplore que des frégates aient quitté sa flotte sans autorisation.

          5 mai :
          - Machecoul : ordre d'attaque du général Canclaux° ; il veut reprendre Legé avec l'aide du général Boulard (depuis Palluau), de l'adjudant général Beysser (depuis Machecoul) et du chef de bataillon Labouée (depuis Saint-Colombin).
          Ordre du jour du général Canclaux°: nouvelles dispositions, suite à l'évacuation de Legé par les rebelles.

          - Quimperlé : les représentants Le Malliaud° et Guermeur° font savoir à la Convention que 26 vaisseaux anglais auraient été aperçus ; ils organisent la défense des côtes à partir de Lorient et avec l'appui de Villaret-Joyeuse ; ils demandent 10 000 fusils et 5000 sabres. 1793

        • SHD B 5/14-5 - 

          6 mai :
          - Paris : le Conseil exécutif provisoire affirme à la Convention que le trafic se rétablit sur la Loire, que des renforts arrivent, mais que les rebelles se maintiennent au sud de la Loire ; le département de la Vienne paraît menacé.
          Le ministère de la Guerre annonce au commandant de la place et au commissaire des guerres de Rennes l'arrivée de 6 bataillons (deux copies).

          - Nantes : le général Canclaux° signale au ministre de la Guerre qu'il a reçu l'appui du représentant Goupilleau, qui connaît le théâtre des opérations ; l'attaque sur Legé a réussi, mais l'ennemi avait évacué les lieux à l'arrivée des troupes (7 pages).

          - Quimperlé : deux lettres des représentants Guermeur° et Le Malliaud° au Comité de salut public ; la première pour indiquer les mesures à prendre contre l'insubordination de certains équipages ; la seconde annonçant l'envoi de pièces concernant Camard, directeur de l'artillerie, et Dubourg, directeur du génie au Port-de-la-Liberté [Port-Louis], tous deux suspendus ; pour les représentants, ils ne sont peut-être pas suspects mais au moins coupables de négligence. 1793

        • SHD B 5/14-6 - 

          7 mai :
          - Paris : le ministre de la Guerre affirme aux administrateurs de l'Ille-et-Vilaine qu'on s'active pour leur envoyer des renforts.

          - Nantes : le général Canclaux° fait savoir au ministre de la Guerre qu'il se concerte avec le général Verteuil pour armer les vaisseaux de Rochefort.

          - Quimper : extrait des délibérations du Conseil général du Finistère ; ratification d'un accord passé avec le citoyen Petit, fondeur, pour fabriquer des canons ; les cloches des paroisses rebelles seront envoyées à la fonte. 1793

        • SHD B 5/14-7 - 

          8 mai :
          - Paris : arrêté du Comité de salut public, extrait du procès-verbal de séance : ordre de réquisition des gardes nationaux des départements environnant les districts révoltés de l'Ouest.

          - Saint-Pol-de-Léon : le citoyen Guillier, membre du directoire du Finistère, avertit les administrateurs du département que le prix des grains augmente et que des accapareurs en profitent ; l'agitation menace à nouveau le district de Morlaix.

          - Rennes : les commissaires Burguburu° et Brutus Viala° annoncent au ministre de la Guerre l'arrivée à Rennes du convoi d'armes qu'ils escortaient ; ils demandent des mesures pour stimuler les manufactures d'armes (7 pages).

          - Nantes : le général Canclaux° avertit le général Boulard que la pression ennemie l'oblige à évacuer Legé et à se replier sur Machecoul ; il va envoyer les troupes de l'adjudant général Beysser.

          9 mai :
          - Nantes : le général Canclaux° fait savoir au ministre de la Guerre que 300 hommes du 4e Régiment d'infanterie se sont débandés lors d'une attaque ennemie à Saint-Colombin ; ils se sont réfugiés à Machecoul, certains ont été arrêtés ; il faut en conclure qu'un regroupement des forces est nécessaire face aux attaques des rebelles. 1793

        • SHD B 5/14-8 - 

          10 mai :
          - Nantes : état des unités de l'armée des Côtes de Brest à compléter par les nouvelles recrues ; inventaire d'une quarantaine d'unités avec leur localisation dans le Morbihan, la Loire-Inférieure, le Finistère, l'Ille-et-Vilaine, les Côtes-du-Nord et le nombre d'hommes à fournir en complément, soit environ 12 500 (8 pages).

          - Lorient : extrait de la correspondance du commandant de la flotte Villaret-Joyeuse ; informations diverses, dont liste des 12 frégates de la flotte avec leur situation.

          - Quimperlé : les représentants Le Malliaud° et Guermeur° affirment à la Convention que le Finistère est calme et se met en défense, mais que le recrutement n'est pas encore terminé dans le Morbihan ; ils signalent les arrêtés qu'ils ont dû prendre.

          - Quimper : extrait des délibérations du Conseil général du Finistère ; arrêté interdisant l'exportation des grains et réapprovisionnant des communes du district de Morlaix.

          - Brest : le général Serre de Gras se plaint au ministre de la Guerre qu'il n'a que 3389 hommes à sa disposition, dont des malades ; il demande des renforts, d'autant que le général Canclaux doit se renforcer à Nantes. 1793

        • SHD B 5/14-9 - 

          11 mai :
          - Paris : le ministre de la Guerre transmet au général Canclaux des informations sur l'arrêté du Comité de salut public mobilisant les gardes nationaux contre les rebelles de l'Ouest. Il fait de même pour les administrateurs de l'Ille-et-Vilaine (deux bulletins analytiques renvoyant au registre 4 de la correspondance du ministre de la Guerre, fol. 110-111, n°53-54).

          - Nantes : le général Canclaux° affirme au ministre de la Guerre ne pas connaître la raison du contrordre qui a renvoyé hors de Vendée différentes unités des gardes nationaux ; il a été lui-même victime de cet état de fait.

          - Quimperlé : les administrateurs du Finistère récapitulent pour le ministre de la Guerre les différents recrutements opérés dans leur département et exposent leurs besoins pour la défense des côtes. 1793

        • SHD B 5/14-10 - 

          12 mai :
          - Paris : le ministre de la Guerre adresse à la Société populaire de Morlaix le décret de la Convention qui répartit la défense des côtes entre trois armées (bulletin analytique renvoyant au registre 4 de la correspondance du ministre de la Guerre, fol.79, n°38).
          Le ministre de la Marine transmet au ministre de la Guerre la demande en renforts du commandant de Belle-Ile.

          - Nantes : le général Canclaux annonce au ministre de la Guerre qu'une violente attaque des brigands à Port-Saint-Père a été repoussée ; il se propose d'emmener les femmes, enfants et bestiaux d'une paroisse, " repaire des rassemblements ".

          - Auray : les administrateurs du district d'Auray demandent à l'ingénieur Lemailler de réparer une erreur commise dans la disposition des signaux de la côte de Quiberon.

          - Quimperlé : Dubon° (ou Dudon), inspecteur des fourrages, se plaint auprès des commissaires du gouvernement, de la cherté des fourrages dans le Finistère et le Morbihan ; il demande des mesures coercitives pour acheter des subsistances militaires à un prix raisonnable. 1793

        • SHD B 5/14-11 - 

          13 mai :
          - Paris : le général La Bourdonnaye° annonce à la Convention que le général Canclaux a repris Legé ; il se défend d'avoir détourné des forces destinées à la Vendée.

          - Rennes : les représentants Merlin°, Gillet° et Sevestre° affirment au Comité de salut public qu'il y a un gros problème pour l'organisation des recrues ; les volontaires sans armes seraient mieux employés à la réparation des chemins qui sont en très mauvais état.

          -Vannes : les représentants Guermeur° et Le Malliaud° font savoir à la Convention que les opérations de recrutement du Morbihan sont terminées, mais que l'esprit public est mauvais dans les campagnes ; ils poursuivent leur mission jusqu'à ce qu'on les rappelle.

          - Quimperlé : Dubon° (ou Dudon), inspecteur des fourrages militaires, se plaint aux commissaires de la Convention du coût excessif des foins, pailles et avoines ; il demande à les acheter à des prix fixés par les autorités.

          - Nantes : extrait d'une lettre du commissaire national de Paimboeuf à un destinataire inconnu ; l'attaque de Charette sur Port-Saint-Père a été repoussée ; " Nos ennemis s'aguerrissent de plus en plus et se battent avec plus de méthode que jamais ".

          - Port-Saint-Père : le général Canclaux° signale au général Boulard une attaque de Charette sur Port-Saint-Père, qui a été repoussée ; il se demande ce que fait le général Beaufranchet d'Ayat dans le sud de la Vendée. 1793

        • SHD B 5/14-12 - 

          14 mai :
          - Paris : le ministère de la Guerre fait savoir au général Canclaux qu'il approuve les mesures prises pour la défense de l'île d'Aix.
          Il transmet ses instructions aux commissaires Espéron, Michel et Vérony ; ceux-ci sont chargés d'une mission d'inspection dans l'Ouest : ils doivent s'informer de l'esprit public, dénombrer les chevaux de luxe, surveiller les autorités civiles et militaires, dresser des listes de rebelles, nobles et suspects, vérifier les magasins de subsistances, etc. ; ils rendront compte au ministre de leurs découvertes.

          - Vannes : les représentants Le Malliaud° et Guermeur° affirment au Comité de salut public que les côtes se renforcent, mais qu'elles manquent encore de troupes ; l'esprit public est mauvais partout, sauf dans quelques villes ; " On nous a encore rapporté qu'on a vu des rebelles marcher avec joie au supplice, en récitant à haute voix des prières et des invocations à la vierge ".

          - Brest : le capitaine Kerguelen signale au ministre de la Marine que la ville a besoin de 8000 hommes pour sa défense, alors qu'elle en a moins de 1000 ; l'esprit public est mauvais dans la campagne.

          - Saint-Brieuc : les administrateurs des Côtes-du-Nord annoncent au ministre de la Guerre qu'ils vont mettre 500 hommes de leur département à la disposition du général Canclaux (11 signatures). 1793