Les archives de la Vendée

Critère(s) de recherche: 1 Num 384-3

1 réponse dans cet inventaire

Imprimer cette page

1 Num 384 - Fonds Joseph et Églantine Mady (1913-1919) Inventaire complet (pdf)

  • 1Num384/1-11. Correspondance envoyée par Joseph Mady à Églantine Bardin

    Présentation du contenu :

    Son état rassurant de " bonne santé ", sa foi et son espoir de permission - puis de paix lorsqu'il est dans les Balkans - sont mentionnés dans la plupart de ses lettres.


      • 1 Num 384/1 - 

        Cantonnement à Custines (Meurthe-et-Moselle) (19 mai - 27 septembre 1915). 13 lettres. 1915

        26 vues  - Cantonnement à Custines (Meurthe-et-Moselle) (19 mai - 27 septembre 1915). 13 lettres. (ouvre la visionneuse)

        26 vues

        Présentation du contenu :

        Cantonnement à Custines (Meurthe-et-Moselle) dans un secteur calme (19-05-1915, vue 2), loin du 114e régiment d'infanterie qui se trouve dans le nord de la France (17-09, vue 24). Joseph est discret sur son quotidien (03-07, vue 8), mais déplore la faible quantité des rations alimentaires et l'inconfort du couchage (23-07, vue 12). Visite dans les tranchées de Poincaré, Millerand, Albert Ier et Joffre (30-08, vue 20).


      • 1 Num 384/2 - 

        Champagne et camp de Mailly (Aube) (7 octobre 1915 - 9 février 1916). 23 lettres. 1915-1916

        46 vues  - Champagne et camp de Mailly (Aube) (7 octobre 1915 - 9 février 1916). 23 lettres. (ouvre la visionneuse)

        46 vues

        Présentation du contenu :

        Rejoint en Champagne la 11e compagnie du 35e régiment d'infanterie, décimée par la Seconde bataille de Champagne (15-10-1915, vue 3). Le régiment tient la position jusqu'à fin novembre. Travaux de terrassement (02-11, vue 10) : " On est comme des taupes " (18-11, vue 15). Joseph fabrique une bague pour Églantine (23-10, vue 5) et une semblable pour lui (02-11, vue 9) : " Il a fallut toute une préparation. D'abord faire fondre le métal, le couler, scier la bague et enfin la faire, et très souvent l'outillage manque comme à moi par exemple qui n'a rien du métier " (12-11, vue 14). Relevé le 25 novembre, le régiment va à l'arrière pour parfaire son entrainement (27-11, vue 20). Il quitte la Champagne à la mi-décembre (14 et 21-12, vues 24 et 25), cantonne au camp de Mailly (Aube) (22-01-1916, vue 36) après une première permission (10-01, vue 29), puis gagne la région de Bar-le-Duc (Meuse) (05-02, vue 43), où les rumeurs de départ pour le front se multiplient (09-02, vue 45).


      • 1 Num 384/3 - 

        Bataille de Verdun (16 février - 23 mai 1916). 30 lettres. 1916

        63 vues  - Bataille de Verdun (16 février - 23 mai 1916). 30 lettres. (ouvre la visionneuse)

        63 vues

        Présentation du contenu :

        Le régiment rejoint Verdun (16-02-1916, vue 2). Préparatifs de la bataille (20-02, vue 3). Difficultés du courrier (28-02, vue 6) et de l'approvisionnement (29-02, vue 7). Joseph prévient sa famille pour qu'elle sache où il se trouvait au cas où il lui arriverait malheur (04-03, vue 12). Le régiment est envoyé en repos dans les Vosges (14-03, vue 16), mais un contrordre le rappel sur la Meuse (14-03 bis, vue 18). Le drapeau du 35e régiment d'infanterie est décoré de la croix de guerre (24-03, vue 24). Joseph réprouve les films montrés à l'arrière (24-03, vue 24). Est nommé sergent le 8 avril (09-04, vue 33) et retourne à Verdun (14-04, vue 36). Le régiment est relevé dans la nuit du 18 au 19 mai (21-05, vue 61) et part en repos dans les Vosges (23-05, vue 63).


      • 1 Num 384/4 - 

        Repos dans les Vosges (26 mai - 16 juillet 1916). 13 lettres. 1916

        26 vues  - Repos dans les Vosges (26 mai - 16 juillet 1916). 13 lettres. (ouvre la visionneuse)

        26 vues

        Présentation du contenu :

        Secteur calme, Joseph en profite pour visiter. Les permissions, interrompues depuis plus de quatre mois, reprennent (26-05-1916, vue 2). Incompréhension de ce qui se vit à l'arrière : Joseph ne comprend ni les filles qui cherchent à parler aux prisonniers Allemands qui travaillent dans les fermes (11-06, vue 8), ni les couples qui profitent d'une permission pour se marier (28-06, vue 16). Description de son emploi du temps de la semaine (21-06, vue 12), et d'un fait d'armes (11-07, vue 24). Le régiment est relevé le 17 juillet (16-07, vue 26).


      • 1 Num 384/5 - 

        Bataille de la Somme (22 juillet - 21 septembre 1916). 19 lettres. 1916

        40 vues  - Bataille de la Somme (22 juillet - 21 septembre 1916). 19 lettres. (ouvre la visionneuse)

        40 vues

        Présentation du contenu :

        A la mi-juillet 1916, le régiment est débarqué près d'Amiens pour prendre part à l'offensive de la Somme. Ces transferts perturbent l'acheminement des courriers (22-07-1916, vue 1). Evolution de l'état d'esprit de Joseph depuis la mobilisation (31-07, vue 9). Permission fin août après l'attaque du 16 (04-09, vue 27). Violence des combats à la mi-septembre (21-09, vue 38).


      • 1 Num 384/6 - 

        Marne (25 septembre 1916 - 28 janvier 1917). 40 lettres. 1916-1917

        82 vues  - Marne (25 septembre 1916 - 28 janvier 1917). 40 lettres. (ouvre la visionneuse)

        82 vues

        Présentation du contenu :

        Après la relève, repos à Saint-Germain-la-Ville (Marne) (25-09-1916, vue 1). Arrivée de renforts du 150e régiment d'infanterie (27-09, vue 3). Messe anniversaire pour les morts de la Seconde bataille de Champagne (29-09, vue 6). Le 2 octobre, transfert pour Sainte-Menehould (Marne) (01-10, vue 7). Est affecté à un poste d'observation où il avoue : " Je n'ai rien à faire " (06-10, vue 12). En écho à l'appel des évêques de France, fait le vœu d'un pèlerinage à Lourdes s'il revient vivant (08-10, vue 14). La compagnie alterne les gardes dans les tranchées, où " de temps [en temps] un de ces rats qui sont gros comme des chiens de berger viennent [lui] passer sur la figure " (18-10, vue 22) et où " on enfonçait jusqu'aux genoux dans la boue et dans l'eau " (05-11, vue 34), et les temps de repos, où des pièces de théâtre sont jouées (16-11, vue 42). " Il ne faut pas trop se plaindre, et cependant je me trouve peu séparé de mes voisins "les Bôches", une huitaine de mètres environ, mais cela ne m'empêche guère de bien roupiller " (23-11, vue 46). Relevé le 31 décembre, le régiment gagne par étapes le camp de Mailly (Aube) [d'après historique du régiment] (03-01-1917, vue 66), qu'il quitte le 25 janvier 1917 (24-01, vue 79).


      • 1 Num 384/7 - 

        L'offensive du Chemin des dames (30 janvier - 14 avril 1917). 34 lettres. 1917

        68 vues  - L'offensive du Chemin des dames (30 janvier - 14 avril 1917). 34 lettres. (ouvre la visionneuse)

        68 vues

        Présentation du contenu :

        Le régiment arrive à Hermonville (Marne) [d'après historique du régiment], le 2 ou le 3 février 1917 (03-02, vue 5). " On parle d'une dame de Cherbourg qui a prédit que la guerre devait être terminée le 17 mars " (30-01, vue 1), et d'une " seconde Jeanne d'Arc " [Claire Ferchaud] (9, 11 et 28-02, vues 9, 12 et 25). Février est utilisé aux travaux (24-02, vue 22). Problèmes récurrents d'acheminement du courrier (12-03, vue 35). L'armée allemande recule (18 et 20-03, vues 41 et 44). Se demande si la censure de la correspondance qui se renforce touche ses lettres (24-03, vue 48). Déplacement de 30 km le 31 mars (01-04, vue 55), l'offensive approche (14-04, vue 67).


      • 1 Num 384/8 - 

        Hospitalisations, séjours dans le Doubs - au dépôt à Besançon et au camp du Valdahon -, puis à Andelot (Jura ?) (19 avril - 11 novembre 1917). 59 lettres. 1917

        123 vues  - Hospitalisations, séjours dans le Doubs - au dépôt à Besançon et au camp du Valdahon -, puis à Andelot (Jura ?) (19 avril - 11 novembre 1917). 59 lettres. (ouvre la visionneuse)

        123 vues

        Présentation du contenu :

        Durant cette période Joseph bénéficie de plusieurs permissions.
        Le 16 avril 1917, " [a] été blessé, par un éclat d'obus à la figure tout près de l'oreille gauche ", lors de la prise de Berméricourt (Marne) qu'il relate brièvement (19-04-17, vue 2). Est hospitalisé à l'hôpital auxiliaire n° 61 à Neuville-aux-Bois (Loiret), puis à l'hôpital temporaire n° 49 à Orléans (Loiret) (29-04, vue 14) et enfin à l'hôpital militaire Saint-Jacques à Besançon (Doubs) (26-05, vue 30). Est versé à la 25e compagnie, surnommée " Compagnie des inaptes " (26-05, vue 30). Rentre au dépôt le 9 juin (09-06, vue 45), et part quelques jours plus tard pour une permission agricole de 20 jours (07-06, vue 42). Passe à la 28e compagnie, une compagnie d'entrainement, le 31 juillet (16 et 30-07, 17-08, vues 50, 62 et 78). Rejoint le camp du Valdahon (Doubs) (01-08), où " on fait des baraquements pour y mettre les Américains, s'ils avaient donc restés chez eux encore ceux-là plutôt que de venir faire prolonger nos souffrances, et qui sait de combien ? " (03 et 05-08, vues 67 et 69). Arrive à Andelot (Jura ?) le 8 septembre (08-09, vue 80). Annonce son départ pour " la Serbie ", et rejoint Besançon (14-09, vue 86) : " J'ai quitté la tenue d'embusqué pour prendre celle du PCDF " [abréviation de " Pauvre couillon/con du front ", désignant le fantassin] (16-09, vue 88). Passe à la 54e compagnie (18-09, vue 90). Du 8 octobre au 15 novembre, dirige une coupe de bois de chauffage près de la ferme de La Vessoye-Dessus (Boujailles, Doubs), ce qui retarde son départ pour l'Orient (10-10, vue 102 et 11-11, vue 122).