Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

1 Num 412 - Carnets de guerre illustrés de Louis Edouard Café (1914-1941) Inventaire complet (pdf)

  • Notice/biographie :

  • Louis Edouard Café naît le 18 août 1883 à Paris dans le 9e arrondissement. Son père François Café y tient un commerce d'horlogerie dans la rue Saint-Denis. Edouard de son nom usuel, effectue son service militaire à Paris puis embrasse la carrière militaire. Le 23 octobre 1911, il épouse Antoinette Marie Gontard à Saint-Dizier (Haute-Marne) et aura deux fils Henry, né en 1913, et Philippe, né en 1918.

    En 1914, il habite à Boulogne-sur-Seine (Boulogne-Billancourt aujourd'hui) et est officier dans l'armée ; il donne des cours aux jeunes gens de la société de préparation militaire " le jeune soldat ".

    Mobilisé dès le début du conflit, il part aussitôt au front où son grade de lieutenant le place à la tête du 2e peloton, de la 23e compagnie du 204e régiment d'infanterie. Montant rapidement en grade, il commande dès septembre 1914, la 23e compagnie qui regroupe jusqu'à 250 soldats ; il est nommé capitaine en avril 1916 par le général de Laporte. Essayant d'être toujours exemplaire vis-à-vis de ses soldats, il est souvent navré de constater que ce n'est pas le cas de tous les officiers, qui en plus de rester à l'arrière, s'attribuent des faits de guerre (30 septembre 1918). Après la dissolution du 204e RI, il se trouve affecté au 43e RI et prend le commandement de la 10e compagnie jusqu'à la fin de la guerre.

    Son récit de la Première guerre mondiale prend fin en juillet 1919, à Lille, où il intègre le conseil de guerre pendant deux ans, faisant venir sa famille dans le Nord. Il reprend par la suite le commandement de la 10e compagnie partant en Allemagne dans la Rhur. De retour à Lille, il est nommé substitut au conseil de guerre, puis part à Fez au Maroc pendant deux années jusqu'à la réforme des conseils de guerre (transformés en tribunaux militaires), abandonnant la justice militaire pour intégrer le 2e régiment de zouaves. De retour en France, il est affecté au 153e RI à Bitche, en Moselle, jusqu'à la fin de sa carrière active.

    Il se retire en Vendée à Saint-Jean-de-Monts où il décède le 7 juin 1954 à l'âge de 71 ans.

  • Contenu ou introduction :

  • Le carnet de guerre écrit par Louis Edouard Café est composé de cinq cahiers couvrant la totalité de la première guerre mondiale et une partie de la seconde (1939-1941). Les quatre premiers volumes, consacrés à la guerre 1914-1918, ont été rédigés postérieurement, à partir de notes rigoureusement "exactes" de toutes ses journées de guerre, notes prises chaque jour dans des conditions très difficiles : " Mon carnet de route n'a qu'un seul but, le souvenir de ces années terribles puis aussi intéresser mes fils afin qu'ils se rendent compte de ce que fut l'endurance et le courage du poilu de France."

    Edouard Café livre un récit extrêmement complet, quasi-journalier, regroupant toutefois certaines périodes présentant peu d'intérêt (permission, cantonnement, repos). Il ne relate que sa vie militaire, évoquant très peu sa vie personnelle.

    Ses cahiers sont illustrés de photographies et de cartes géographiques expliquant et décrivant les opérations militaires, les déplacements de troupes et ses choix tactiques. A partir de l'année 1915, Edouard semble disposer d'un appareil photographique personnel (mais il n'en fait pas mention dans ses écrits). Les nombreux clichés pris sont ajoutés de manière ordonnée dans ses cahiers et complètent visuellement son récit. Nous pouvons y voir : ses camarades officiers, les soldats de sa compagnie (vues 2e et 3e cahiers, au 26 décembre 1915, 1er juillet 1916, 28 juillet et 24 décembre 1917), la vie quotidienne de sa troupe... Il apparaît également très régulièrement, souvent seul ou en compagnie d'autres gradés.

    Se trouvent également dans les cahiers 2 et 3 (période 1916-1918), un grand nombre de photographies aériennes dont l'origine n'est pas spécifiée.

    Une partie du quatrième cahier et le cinquième sont consacrés au début de la seconde guerre mondiale et illustrés de documents et dessins de cette époque.

  • Communicabilité :

  • Libre accès

  • Modalités de reproduction :

  • Toute publication est soumise à l'autorisation préalable du prêteur

  • Sources complémentaires :

  • Aux Archives de la Vendée

    253 J : Les carnets de guerre d'Edouard Café photocopiés (Don Café, 2014).