Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

32 J - Chartrier du Landreau (1300-XIXe s.) Inventaire complet (pdf)

  • Notice/biographie :

  • Ce fonds a été constitué par la famille Jousbert du Landreau dont la dernière représentante a épousé le comte de Bermond d'Auriac en 1884 à Angers.

  • Contenu ou introduction :

  • Le fonds d'archives coté 32 J aux Archives départementales de la Vendée est connu sous le nom de chartrier du Landreau. Il comprend en fait les titres de plusieurs seigneuries situées sur les différentes paroisses des Herbiers, à Saint-Paul-en-Pareds, à Saint-Florent-des-Bois et à Luynes (Indre-et-Loire). Il comprend aussi les papiers des familles qui s'y sont succédées. L'ensemble du fonds contient 59 articles dont près de la moitié ont été numérisés. Les titres des seigneuries, à l'exception de celle des Noyers (Saint-Paul-en-Pareds), ont été vérifiés et quelques modifications apportées au classement d'origine des pièces non reliées. Les papiers des familles sont restés en l'état : ils comportent non seulement des pièces personnelles mais aussi des titres relatifs à la gestion de leurs biens après la Révolution.

    En 1710 une partie de la châtellenie des Herbiers, passe par mariage à la famille Jousbert du Landreau. C'est René Julien Jousbert, seigneur du Landreau, mais aussi du Plessis-Tesselin, de la Barette, de la moitié de la châtellenie des Herbiers, et ancien capitaine au régiment du roi, qui est à l'initiative du chartrier. Il en confie le classement au feudiste Jacques Moisgas dont le travail s'est vraisemblablement échelonné de 1777 à 1786. Il est à noter que les derniers volumes de titres ont souvent été préparés par Moisgas mais non reliés : ils sont donc souvent lacunaires et moins bien conservés.

  • Mode de classement :

  • On s'attachera surtout ici à donner des indications sur la forme matérielle du chartrier pour en faciliter la consultation.

    Les volumes dont certains possèdent toujours leur reliure du XVIIIe siècle complétée par des coins et des fermoirs de cuivre, suivent presque tous la même présentation. Tout d'abord, des armoiries accompagnent une page de titre où l'on peut lire la période chronologique traitée dans le recueil. Suit un avertissement où le feudiste est présenté tantôt comme " J. Moisgas avocat et feudiste à Mortagne Bas Poitou. 1780 " (t. II des titres de Rochethemer), ou tantôt comme " avocat en l'ancien conseil supérieur de Poitiers, résident à Mortagne, 1782 " (t. I des titres du Landreau). On sait, par ailleurs, qu'il travaille avec un clerc du nom de François Mongodin, et que tous deux sont originaires des environs d'Angers (t. I des titres de Rochethemer).

    Dans les avertissements, on trouve également des détails sur la méthode utilisée et la conception des recueils. Ainsi est-il précisé que deux tables ont été réalisées pour chaque volume : la première porte sur les noms de personnes, et la seconde sur les noms de lieux. On les retrouve, à la suite des avertissements, sous les intitulés de " table personnelle et alphabétique des noms de famille " et de " table réelle et alphabétique des noms de domaines ". Pour la seconde, " on voit d'un coup d'oeil, est-il écrit, la date, le titre, sa nature, par qui il a été consenti, le feuillet du volume, l'article du titre et le devoir auquel l'héritage est sujet " (t. I des titres de Rochethemer). Ces deux tables renvoient donc aux pièces originales et à leur analyse qui constituent, bien entendu, la partie essentielle des volumes. Les pièces sont présentées chronologiquement, l'ensemble étant folioté à partir de l'analyse de la première pièce de chaque recueil. Autrement dit, " tous les titres (...) sont mis par ordre de dates ; il y a une feuille de papier au devant de chaque titre sur laquelle en est le précis, afin d'éviter la peine de lire le titre qui est quelquefois difficile ", lit-on au tome I des titres de Rochethemer.

    Cependant, on observe ici et là quelques variantes dans la présentation, et parfois même des lacunes, en particulier dans les ensemble non reliés.

  • Historique de la conservation :

  • On notera que des ensembles de pièces sont en mauvais état et que d'autres ont été restaurés.

  • Voir les instruments de recherche :

  • Guy de Raigniac, Extraits du chartrier du Landreau : analyses et transcriptions, 1984, 84 p. (8 J 10)

  • Communicabilité :

  • La partie numérisée du fonds est accessible en ligne. Ces originaux ne sont donc plus communiqués en salle de lecture.

    Certains articles non numérisés sont, totalement ou en partie, incommunicables en raison de leur mauvais état de conservation.

    Il convient donc de s'assurer, par mail, quelques jours avant tout déplacement dans notre salle de lecture, de la communicabilité des articles que vous souhaitez consulter.

  • Modalités de reproduction :

  • Reproduction des originaux non numérisés sur autorisation du personnel de la salle

  • Sources complémentaires :

  • Aux Archives de la Vendée

    Jean Vincent, "Le château du Landreau : approche historique", 2001. - 95 p.

    Historique de la seigneurie et surtout du château suivi d'une bibliographie. (134 J 17)

    Jean Vincent, "Château de l'Etenduère, Les Herbiers : un bel ensemble non protégé", 1993. - 69 p.

    Destiné à sensibiliser à la protection du site de l'Etenduère, ce travail retrace l'histoire de la seigneurie et des familles qui l'ont tenue. Il présente aussi une bibliographie. (134 J 48)

    Gwendal Prud'Hom et Jessy Sauvêtre, sous la direction de Jean Vincent, "Lycée Jean XXIII : recherche historique", 2007. - 27 p.

    En présentant l'histoire de ce lycée, les auteurs retracent l'histoire de la seigneurie de l'Etenduère où fut construit le séminaire des Herbiers devenu lycée Jean XXIII. (134 J 24)

  • Bibliographie :

  • Articles de Jean Lagniau parus dans l'Annuaire de la SEV :

    "Les Herbiers : ses châtellenies, ses seigneuries et fiefs nobles", 1942-1949, p. 57-72

    "Le Landreau en Les Herbiers", 1981, p. 79-102

    "L'Etenduère", 1950, p. 52-59 ; 1951-1953, p. 71-84

    Article de Maurice Bedon paru dans l'Annuaire de la SEV :

    "Les Noyers", 1974, p. 127-140