Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

La Gazette vendéenne (1849-1882) Inventaire complet (pdf)

  • Contenu ou introduction :

  • En octobre 1851, "La Gazette vendéenne, journal de Fontenay" salue l'arrivée d'un nouveau confrère "Le Sablais", connu plus tard sous le nom de "Journal des Sables", qui vient en effet d'imprimer son premier numéro. "La Gazette vendéenne", qui en est déjà à sa troisième année de parution, se définit comme une "feuille non politique, littéraire, d'annonces et de nouvelles locales et extérieures". Les numéros paraissent tous les samedis, et les lecteurs vendéens peuvent s'abonner chez Fillon, imprimeur libraire bien connu de Fontenay-le-Comte.

    Les colonnes de "La Gazette vendéenne" sont souvent composées de reprises d'articles parus dans des journaux nationaux et locaux, comme "La Gazette de France", "Le Publicateur de Vendée", "L'Étoile de l'Ouest", ou moins fréquemment "Le Journal d'Alger". Les nouvelles locales prennent aussi la forme d'avis des naissances, mariages et décès de Fontenay, de comptes rendus du bureau de bienfaisance de la ville, de bulletins commerciaux des marchés, d'informations sur les opérations de recrutement de l'armée, ou d'extraits des arrêtés du préfet. N'oublions pas non plus de mentionner le feuilleton imprimé en bas des deux premières pages, ainsi que les annonces (vente, location...) et les publicités en dernière page.

    À partir du 7 décembre 1867, on remarque un changement dans le titre, "La Gazette vendéenne" devient dès lors une "feuille politique". Toutefois on lit à cette date dans un avis aux lecteurs : "La route que nous avons l'intention et que nous nous efforcerons toujours de suivre est celle de la modération et de l'impartialité". Des bulletins que l'on peut considérer comme des éditoriaux, sont dès alors signés Charles Caurit. Le régime en place, c'est-à-dire le Second Empire, y trouve un écho favorable. À partir de 1870, les éditoriaux disparaissent, et au fil des colonnes et des articles, les républicains ne trouvent pas, semble-t-il, les faveurs du journal. Finalement, le 28 janvier 1882, "La Gazette vendéenne" annonce à ses abonnés qu'il s'agit là de son dernier numéro, des raisons de santé et la cession de l'imprimerie sont notamment invoquées.

    Le journal a été numérisé à partir de la collection des Archives de la Vendée, complétée de numéros manquants aimablement prêtés par la médiathèque Benjamin Rabier (La Roche-sur-Yon).

  • Mode de classement :

  • Chronologique

  • Communicabilité :

  • La collection, entièrement numérisée, est accessible en ligne. Les originaux ne sont donc plus communiqués en salle de lecture.

  • Modalités de reproduction :

  • Reproduction numérique sur demande