Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

AAIN - Papiers de la famille Jacobsen Inventaire complet (pdf)

  • Notice/biographie :

  • De 1737, date de l'arrivée de Cornil-Guislain dans l'île de Noirmoutier, au milieu du XIXe siècle, la famille Jacobs ou Jacobsen connaît une ascension fulgurante. D'abord négociant, Cornil-Guislain se crée très rapidement un réseau social, notamment par son mariage avec Suzanne-Elisabeth Cormery, fille du major de la capitainerie. Il souhaite agrandir les terres cultivables de l'île en suivant les techniques utilisées par les insulaires, et s'associe pour cela avec les familles Joubert des Ouches et Joly du Berceau. La réussite du dessèchement de la Crosnière, érigée en paroisse en 1772, renforce la position des Jacobsen dans l'île. La famille est annoblie en 1787, au moment de la mort de Cornil-Guislain. Son successeur prend alors le titre de seigneur de la Crosnière. Fermier de l'abbaye de la Blanche au moment de la Révolution, Jean-Corneille Jacobsen de La Crosnière voit s'ouvrir une période douloureuse : ses biens échappent à la saisie mais son hôtel de Noirmoutier est réquisitionné et sa soeur Elisabeth, mariée à Mourain de L'Herbaudière, est exécutée en 1794. Jean-Corneille et son épouse sont arrêtés, emprisonnés à Nantes le 25 mars 1793 puis assignés à résidence à Blois, ils ne reviennent que le 24 mai 1799. Loin d'être anéantie par cette épreuve, la famille repart dans la même voie avec les dessèchements du Petit et du Grand Müllembourg, achevés en 1815, et ceux de la Nouvelle-Brille et de la Tresson, à l'initiative d'Auguste Jacobsen, achevés en 1834.
    Le déclin s'amorce avec la séparation d'Alexandre Jacobsen, le frère d'Auguste, et de son épouse Virginie Baussan. Celle-ci fait saisir et vendre les biens de son mari. Auguste est contraint d'abandonner ses fonctions de maire de Noirmoutier en 1865. Son fils Henri continue de gérer les biens familiaux dans l'île, mais préfère s'installer sur le continent, au château des Granits, à Beaufou. C'est dans cette commune qu'il choisit d'être maire (1875-1913). Ses deux fils, Henri (1865-vers 1943) et Raphaël (1873-1962), poursuivent le retrait de la famille de l'île de Noirmoutier. Le premier, receveur de l'Enregistrement, est contraint de se déplacer régulièrement pour raisons professionnelles, tandis que le second choisit de se fixer à Nantes, où il dirige la filiale locale d'une compagnie d'assurances. Les propriétés noirmoutrines sont progressivement vendues.

  • Contenu ou introduction :

  • Les archives présentées ici proviennent de deux dépôts réalisés par les descendants d'une seule branche de la famille Jacobsen, celle de Raphaël Jacobsen (1873-1962) mais elles concernent l'intégralité de la lignée sur l'île de Noirmoutier, depuis Cornil-Guislain qui s'y installe à la fin des années 1730, jusqu'à son arrière-petit-fils Henri, décédé en 1913.
    Le démembrement des archives est le fruit de l'histoire familiale : lors de la succession d'Auguste, Henri et Ludovic s'opposent à leur frère Antonin qui, comme aîné, avait souhaité, en vain, les conserver toutes. La complexité des partages explique nombre de lacunes, mais ce fonds permet tout de même de comprendre la saga Jacobsen et les liens étroits que cette famille entretient avec l'île de Noirmoutier.

    Les documents liés à la vie personnelle et officielle des Jacobsen ne font que suggérer l'implication de cette famille dans la vie sociale et politique de l'île. Pourtant Jean-Corneille est député de l'île en 1775 puis maire de Noirmoutier (1805-1830) et conseiller général de la Vendée (1805-1830), Auguste maire de Noirmoutier (1847-1865), sans oublier les activités de négociant exercées sur plusieurs générations.
    Les archives relatives à la gestion des biens sont les plus riches et les plus homogènes. Cette homogénéité est le fruit du fonctionnement familial : Auguste d'abord, puis son fils Henri, sont désignés pour gérer en leur nom et au nom de leurs frères et soeurs, la plus grande partie des biens restés en indivis. Auguste gère non seulement les biens de la famille Jacobsen, mais aussi ceux de familles alliées, les Vallée et les Lamandé, et les biens du comte de Vatimesnil, au nombre desquels on compte l'abbaye de la Blanche. Il tient pour cela différentes séries de registres comptables. Son fils Henri et après lui ses petit-fils Henri et Raphaël constituent des dossiers thématiques relatifs à la gestion des propriétés familiales, aussi bien sur l'île que sur le continent. On y découvre la stratégie familiale d'implantation foncière au sein de l'île, puis l'amorce d'un retrait progressif de Noirmoutier, à travers la vente des terrains du Bois de la Chaise, mais surtout le morcellement des propriétés, dû en grande partie aux litiges survenus suite à la séparation d'Alexandre Jacobsen et de Virginie Baussan.

    Les dessèchements forment un ensemble à part, caractéristique de ces archives familiales. L'importance de ces documents est toutefois très inégale selon les dessèchements. Ce fonds ne contient aucune trace des travaux entrepris par Cornil-Guislain Jacobsen à la Lyde, première entreprise de dessèchement réalisée par la famille à partir de 1745, alors qu'un certain nombre de documents viennent expliquer les circonstances du dessèchement de la Crosnière initié dans les années 1760. Cette concession a fait l'objet d'une attention particulière de la part de Cornil-Guislain, puisqu'il y fonde une paroisse et demande à y être inhumé. Plusieurs dossiers concernent également l'importante concession obtenue par Joubert des Ouches et Cornil-Guislain sur des terrains à dessécher à Noirmoutier (Luzan et la Tresson notamment), mais aussi sur le continent (les Rouches à Notre-Dame-de-Monts). Seules quelques traces subsistent dans les archives familiales des travaux effectués dans les années 1810 par Jean-Corneille au Petit et au Grand Müllembourg.
    Les archives les plus complètes sont celles d'Auguste pour la Nouvelle-Brille et la Tresson, dessèchements réalisés de 1829 à 1834. Après ce qui ressemble à de vaines tentatives de dessécher par elle-même ces terrains, la famille Jacobsen fait appel à des actionnaires, par le biais de sociétés de dessèchement, mais elle garde la main avec un nombre plus important d'actions et la fonction de gérant. A la fin des travaux, les terrains nouvellement desséchés sont partagés entre les actionnaires, ces sociétés dissoutes et remplacées par des syndicats chargés de gérer les parties en indivis et d'entretenir les digues. Plusieurs dossiers concernent également les Ilots, terrain qui a sans doute représenté la dernière entreprise de dessèchement tentée par les Jacobsen à partir des années 1860.

    Enfin, la partie "Documentation et imprimés" permet d'avoir un aperçu de l'étendue de la bibliothèque de la famille Jacobsen, à travers les ouvrages et les catalogues qui sont parvenus jusqu'à nous, tout en offrant plusieurs dossiers relatifs à l'histoire familiale.

  • Mode de classement :

  • Le fonds des archives de la famille Jacobsen est, en partie, intellectuellement reconstitué dans cet inventaire grâce aux dépôts faits par des descendants à l'association des Amis de l'Ile de Noirmoutier. Malheureusement, les différents partages intervenus dans la famille depuis le XIXe siècle ont irrémédiablement cassé la structure de ce fonds d'archives.

  • Mots-clés :

  • Lieu(x)

    Noirmoutier, île de

  • Personne(s)

    Jacobsen (famille)

  • Communicabilité :

  • Ces fonds sont consultables au siège de l'Association des Amis de l'Ile de Noirmoutier (place d'Armes, 85330 Noirmoutier-en-l'Ile), sur rendez-vous (tél. 02.51.39.54.54).

  • Sources complémentaires :

  • Aux Archives de la Vendée

    89 J - Fonds Mourain de Sourdeval

    C 11-13 - Subdélégation de Bouin et de Noirmoutier (confirmation des privilèges, déclarations de chargement de navires, demandes de concessions...)

  • Bibliographie :

  • H. Beauchet-Filleau (dir.), Ch. de Chergé (dir.), "Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou", 1891-1979 (BIB 1530/1-7)
    Pierre Lavigne et François Ganachaud, "De Noirmoutier... vieilles maisons et vieilles familles", in Lettre aux Amis, 1968, n° 1, p.14-18 (BIB PC 180)
    Claude Bouhier, " Le don de Lamotte-Jacobsen aux Amis de Noirmoutier ", in Lettre aux Amis, 1976, n°23, p.5-9 (BIB PC 180)
    François Pelletier, "La maison Jacobsen", in Lettre aux Amis, 1981, n°43, p. 11-14 (BIB PC 180)
    Claude Bouhier, "Noirmoutier à travers les siècles : 200 000 ans de préhistoire, 2 000 ans d'histoire", 1998, 99 p. (BIB B 2901/6)
    William Luret, "Les Jacobsen, conquérants de Noirmoutier", Iles magazine, 2000, n°72, p. 14-19 (BIB C 865-4)
    Yvonnick de Chaillé, Les Jacobsen à Noirmoutier, Éditions régionales de l'Ouest, 2010 (BIB B 4757)
    Jean-Claude Guillard, Charles Jacobsen, marin (Noirmoutier, 1791-1838), Editions régionales de l'Ouest, 2011, 79 p. (BIB B 3895-1)
    Claude Bouhier, Marina Bossard, Vincent Cristofoli (et al.), Les Jacobsen à Noirmoutier, Actes du colloque "Une dynastie d'entrepreneurs : les Jacobsen (Noirmoutier, 1740-1873)", Editions Les Amis de l'île de Noirmoutier, 2011, 96 p. (BIB C 1006-5)