Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

EDépôt 92 1II - Archives historiques de la ville de Fontenay-le-Comte (ensemble de pièces réunies par Benjamin Fillon) Inventaire complet (pdf)

  • Notice/biographie :

  • Benjamin Fillon est né le 15 mars 1819 à Grues et mort le 23 mai 1881 à Saint-Cyr-en-Talmondais.

    Il fut tout : archéologue, numismate, historien, amateur d'oeuvres d'art, collectionneur (avant tout collectionneur !), en particulier d'autographes. C'est en 1847 que parut son livre : Recherches historiques et archéologiques sur Fontenay-Vendée. C'était la première contribution à la célébration de ce qui allait devenir l'objet d'une véritable passion amoureuse, la ville de Fontenay, passion au service de laquelle il mobilisa son infatigable soif de collectionner. Il accumula les documents, écuma les ventes, cherchant partout les traces d'un passé qu'il voulait exceptionnel. Dès 1847, il annonçait la découverte, à Saint-Médard-des-Prés, aux portes de la ville, de "la villa et du tombeau d'une femme artiste gallo-romaine". Déjà apparaissait la manière dont le grand érudit, car il fut un grand érudit, devait traiter ses découvertes. La "boîte à couleurs" recueillie dans la sépulture était en réalité une boîte à fards. L'exhumation de ce très bel objet de bronze avait en soi une valeur remarquable, mais pour donner plus de lustre à sa petite patrie, que l'on pouvait ainsi associer à Pompéi et ses peintures, l'archéologue lui avait donné une destination autre que la sienne.

  • Document(s) numérisé(s) :10 vues  - présentation des Archives historiques de Fontenay-le-Comte (ouvre la visionneuse)

    10 vues

  • Légende du(des) document(s) numérisé(s) :

    présentation des Archives historiques de Fontenay-le-Comte

  • Contenu ou introduction :

  • Recueil chronologique manuscrit de 1300 pièces, actes, cartes, inscriptions lapidaires et portraits réunis par Benjamin Fillon, calligraphiées ou reproduites par Alexandre Bitton, en réponse à une commande de la ville de Fontenay-le-Comte en 1866.

    Les Archives historiques de Fontenay-le-Comte sont composées de neuf recueils de documents classés dans un ordre chronologique strict. Chaque pièce est précédée d'un titre sous forme d'une brève analyse suivie d'une date et d'une référence au document original. Il a semblé pratique de proposer au lecteur de les parcourir sous forme d'une liste, dactylographiée ci-après, constituant un sommaire général qui, à lui seul, fait une centaine de pages. Les renvois correspondent à la pagination adoptée par l'auteur. Celle-ci semble parfois fantaisiste, sans doute en raison du mode de confection des volumes qui visait à calligraphier les textes à la suite pour ne les réunir, dans l'ordre chronologique, que dans un second temps.

    Ces sommaires ne se substituent aucunement aux diverses tables du volume 10, qui comportent par ailleurs quelques imprécisions. Plusieurs thèmes renvoient aux derniers tomes avant d'être signalés dans les volumes les plus anciens. D'autres, au contraire, ne font l'objet d'aucune mention : volonté délibérée ou simple omission ?

    C'est avec la même approximation qu'ont été notées l'origine et la localisation des documents. Les mentions de "copie " ou " d'original ", parfois non précisées, semblent assez peu significatives et la quantité imposante de références complique le travail de vérification. La liste des collections qui ont été dépouillées est dressée à la fin du tome 9. Citons, en plus des fonds privés indiqués plus haut, quelques institutions publiques fréquentées, telles que les Archives nationales, la Bibliothèque nationale, les Archives départementales de la Vendée, de la Vienne, de la Charente-Inférieure, les bibliothèques municipales de Niort, La Rochelle, Nantes, sans oublier bien sûr les archives de la ville de Fontenay-le-Comte.

    Si la plupart des documents choisis par Fillon appellent une exégèse sévère, il n'en reste pas moins que les Archives historiques constituent un ensemble exceptionnel par sa qualité artistique (planches aquarellées, reproductions soignées d'inscriptions et de plans) et par la masse des pièces offertes. Trois volumes (tome VI, 1789-1792, tome VII, 1793, tome VIII, 1794-1805) sont consacrés à la période révolutionnaire, ce qui ne peut étonner, Fontenay, ancienne capitale du Bas-Poitou, étant devenue le chef-lieu du département de la Vendée, qui donna son nom à l'insurrection contre-révolutionnaire, et Benjamin Fillon s'étant toujours montré partisan du régime républicain et jaloux des conquêtes de la Révolution française.

    Les Archives historiques de la ville de Fontenay-le-Comte, "cette belle et riche collection qui restera comme un monument de patience et de savoir ", grâce à leur diffusion, ne seront plus, ainsi que le redoutait Eugène Louis dans l'article nécrologique qu'il consacra à Benjamin Fillon (Annuaire de la Société d'Émulation de la Vendée, 1881, p. 195), "condamnées à attendre des visiteurs sérieux". Les voilà accessibles au grand nombre et confirmant la certitude locale qu'aucune ville du département ne possède une histoire aussi riche et aussi documentée. Cette résurrection ne peut que susciter l'intérêt et le travail des étudiants et des chercheurs pour Fontenay, qui fut l'objet de la passion de Benjamin Fillon.

  • Mots-clés :

  • Lieu(x)

    Fontenay-le-Comte

  • Communicabilité :

  • Cette collection, entièrement numérisée, est accessible en ligne. Les originaux ne sont donc plus communiqués en salle de lecture.

  • Modalités de reproduction :

  • Reproduction numérique sur demande