Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

Archives militaires de la guerre de Vendée conservées au Service historique de la Défense (Vincennes) Inventaire complet (pdf)

        • SHD B 5/20-3 - 

          3 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre annonce aux représentants du peuple dans l'Orne l'arrivée prochaine à Alençon de deux compagnies de canonniers (bulletin analytique renvoyant au registre A de correspondance générale, f° 14, n° 22).

          - Avranches : les administrateurs du district demandent à la commission administrative de la Manche des secours, dont les 1010 fusils arrivés à Coutances.

          Les autorités réunies d'Avranches préviennent le Comité de salut public que les rebelles ont pris Laval, Ernée, Domfront et qu'ils menacent Fougères ; ils demandent des secours (bulletin analytique seul).

          - Coutances : le représentant Garnier de Saintes réclament à ses collègues à Caen des canons, des fusils et des munitions, compte tenu du danger.

          La commission administrative de la Manche avertit le représentant Le Carpentier de la présence des rebelles à Mayenne et à Domfront ; elle lui demande de venir sur place pour diriger les opérations de résistance.

          - Valognes : le représentant Le Carpentier° relate au Comité de salut public que les rebelles sont à Mayenne et au Ribay ; il mobilise des hommes pour défendre les côtes et il ira à Coutances pour diriger les opérations de défense.

          - Caen : les représentants Laplanche et Oudot avisent le Comité de salut public qu'ils ont retenu à Caen 25 milliers de poudre destinés à Rennes (bulletin analytique seul).

          Le représentant Laplanche° expose au Comité de salut public que les rebelles seraient à Alençon et menaceraient le Calvados ; il va les combattre avec les troupes disponibles. 1793

          17 vues  - 3 novembre : - Paris : le ministre de la Guerre annonce aux représentants du peuple dans l'Orne l'arrivée prochaine à Alençon de deux compagnies de canonniers (bulletin analytique renvoyant au registre A de correspondance générale, f° 14, n° 22).  - Avranches : les administrateurs du district demandent à la commission administrative de la Manche des secours, dont les 1010 fusils arrivés à Coutances.  Les autorités réunies d'Avranches préviennent le Comité de salut public que les rebelles ont pris Laval, Ernée, Domfront et qu'ils menacent Fougères ; ils demandent des secours (bulletin analytique seul).  - Coutances : le représentant Garnier de Saintes réclament à ses collègues à Caen des canons, des fusils et des munitions, compte tenu du danger.  La commission administrative de la Manche avertit le représentant Le Carpentier de la présence des rebelles à Mayenne et à Domfront ; elle lui demande de venir sur place pour diriger les opérations de résistance.  - Valognes : le représentant Le Carpentier° relate au Comité de salut public que les rebelles sont à Mayenne et au Ribay ; il mobilise des hommes pour défendre les côtes et il ira à Coutances pour diriger les opérations de défense.  - Caen : les représentants Laplanche et Oudot avisent le Comité de salut public qu'ils ont retenu à Caen 25 milliers de poudre destinés à Rennes (bulletin analytique seul).  Le représentant Laplanche° expose au Comité de salut public que les rebelles seraient à Alençon et menaceraient le Calvados ; il va les combattre avec les troupes disponibles. (ouvre la visionneuse)

          17 vues


        • SHD B 5/20-4 - 

          4 novembre :
          - Cherbourg : Buhot, commissaire du pouvoir exécutif, signale au Comité de salut public que les côtes de son secteur paraissent en bon état de défense (bulletin analytique seul).

          5 novembre :
          - Paris : note interne du ministère de la Guerre relative à la réquisition du 10e bataillon de Paris par les autorités constituées de Bernay pour défendre Alençon.

          - Caen : le représentant Laplanche° décrit la situation à la Convention ; il va vers Falaise avec les forces qu'il a réunies ; les rebelles ont pris Fougères et menacent la Manche, ils seraient 9000 à 10 000 " suivis d'une troupe de femmes abusées et de prêtres scélérats ".

          - Verneuil (Mayenne) : les corps constitués préviennent le Comité de salut public que les rebelles, au nombre de 25 000, ont pris Laval et Mayenne, et que l'Orne demande des secours (bulletin analytique seul). 1793

          7 vues  - 4 novembre : - Cherbourg : Buhot, commissaire du pouvoir exécutif, signale au Comité de salut public que les côtes de son secteur paraissent en bon état de défense (bulletin analytique seul).  5 novembre : - Paris : note interne du ministère de la Guerre relative à la réquisition du 10e bataillon de Paris par les autorités constituées de Bernay pour défendre Alençon.  - Caen : le représentant Laplanche° décrit la situation à la Convention ; il va vers Falaise avec les forces qu'il a réunies ; les rebelles ont pris Fougères et menacent la Manche, ils seraient 9000 à 10 000 ' suivis d'une troupe de femmes abusées et de prêtres scélérats '.  - Verneuil (Mayenne) : les corps constitués préviennent le Comité de salut public que les rebelles, au nombre de 25 000, ont pris Laval et Mayenne, et que l'Orne demande des secours (bulletin analytique seul). (ouvre la visionneuse)

          7 vues


        • SHD B 5/20-5 - 

          6 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre reproche au général Peyre de ne pas informer le général Sepher de ses mouvements (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance n° 3, pièce 28, f° 10).

          Le ministre de la Guerre fait savoir au général Sepher que les autorités constituées de Bernay ont réquisitionné le 10e bataillon de Paris pour marcher sur Alençon.

          - Coutances : le représentant Le Carpentier° expose au général Peyre qu'il a appris la déroute et la dispersion des troupes de la Manche entre Ernée et Fougères ; il lui reproche son mode de commandement et lui demande combien d'hommes sont encore disponibles (trois pièces).

          - Cherbourg : l'adjudant général Regnault signale au ministre de la Guerre une pénurie générale des moyens de défense.

          - Caen : le représentant Laplanche° annonce au ministre de la Guerre qu'il marche sur Falaise avec les généraux Sepher et Tilly. 1793

          14 vues  - 6 novembre : - Paris : le ministre de la Guerre reproche au général Peyre de ne pas informer le général Sepher de ses mouvements (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance n° 3, pièce 28, f° 10).  Le ministre de la Guerre fait savoir au général Sepher que les autorités constituées de Bernay ont réquisitionné le 10e bataillon de Paris pour marcher sur Alençon.  - Coutances : le représentant Le Carpentier° expose au général Peyre qu'il a appris la déroute et la dispersion des troupes de la Manche entre Ernée et Fougères ; il lui reproche son mode de commandement et lui demande combien d'hommes sont encore disponibles (trois pièces).   - Cherbourg : l'adjudant général Regnault signale au ministre de la Guerre une pénurie générale des moyens de défense.  - Caen : le représentant Laplanche° annonce au ministre de la Guerre qu'il marche sur Falaise avec les généraux Sepher et Tilly. (ouvre la visionneuse)

          14 vues


        • SHD B 5/20-6 - 

          7 novembre :
          - Fougères : réquisition signée de Putod, " général de l'armée catholique et royale ", auprès des officiers municipaux d'Avranches, de toutes les armes de la ville dans les 48 heures.

          - Caen : la Société populaire de Caen demande au Comité de salut public que soit jugé rapidement le citoyen Demarne, commandant temporaire de Querqueville, afin qu'il serve contre les brigands si son innocence est reconnue (bulletin analytique seul)

          8 novembre :
          - Evreux : le commissaire du district annonce au Comité de salut public que deux commissaires sont partis à Paris pour acheter des équipements aux citoyens qui défendent l'Orne (bulletin analytique seul).

          - Vire : le chef d'état-major Magallon° signale au ministre de la Guerre le renvoi à Paris, comme c'était exigé, des 350 gendarmes à pied de la 33e division.

          9 novembre :
          - Paris : le ministère de la Guerre annonce au commandant militaire de Dieppe l'arrivée prochaine du 18e bataillon de Paris dit de l'Unité (bulletin analytique renvoyant au registre A de correspondance générale, f° 22, n° 39).

          - Avranches : les administrateurs du district prévient le Comité de salut public que les communications sont coupées entre Rennes et Saint-Malo (bulletin analytique seul). 1793

          9 vues  - 7 novembre : - Fougères : réquisition signée de Putod, ' général de l'armée catholique et royale ', auprès des officiers municipaux d'Avranches, de toutes les armes de la ville dans les 48 heures.  - Caen : la Société populaire de Caen demande au Comité de salut public que soit jugé rapidement le citoyen Demarne, commandant temporaire de Querqueville, afin qu'il serve contre les brigands si son innocence est reconnue (bulletin analytique seul)  8 novembre : - Evreux : le commissaire du district annonce au Comité de salut public que deux commissaires sont partis à Paris pour acheter des équipements aux citoyens qui défendent l'Orne (bulletin analytique seul).  - Vire : le chef d'état-major Magallon° signale au ministre de la Guerre le renvoi à Paris, comme c'était exigé, des 350 gendarmes à pied de la 33e division.   9 novembre : - Paris : le ministère de la Guerre annonce au commandant militaire de Dieppe l'arrivée prochaine du 18e bataillon de Paris dit de l'Unité (bulletin analytique renvoyant au registre A de correspondance générale, f° 22, n° 39).  - Avranches : les administrateurs du district prévient le Comité de salut public que les communications sont coupées entre Rennes et Saint-Malo (bulletin analytique seul). (ouvre la visionneuse)

          9 vues


        • SHD B 5/20-7 - 

          10 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre envoie au général Sepher à Saint-Malo les bataillons parisiens dits de Bonne-Nouvelle et du Théâtre-Français.

          - Alençon : le représentant Le Tourneur se plaint au Comité de salut public qu'on le rappelle à Paris (bulletin analytique seul).

          - Cherbourg : proclamation du conseil de guerre assemblé à Cherbourg sur la mise en état de siège de Granville et de Cherbourg.

          23 arrêtés du conseil de guerre de Cherbourg pris en six séances du 10 au 14 novembre pour la mise en défense de la place, la mobilisation des forces et leur approvisionnement en armes et subsistances (11 pages). 1793

          12 vues  - 10 novembre : - Paris : le ministre de la Guerre envoie au général Sepher à Saint-Malo les bataillons parisiens dits de Bonne-Nouvelle et du Théâtre-Français.  - Alençon : le représentant Le Tourneur se plaint au Comité de salut public qu'on le rappelle à Paris (bulletin analytique seul).  - Cherbourg : proclamation du conseil de guerre assemblé à Cherbourg sur la mise en état de siège de Granville et de Cherbourg.  23 arrêtés du conseil de guerre de Cherbourg pris en six séances du 10 au 14 novembre pour la mise en défense de la place, la mobilisation des forces et leur approvisionnement en armes et subsistances (11 pages). (ouvre la visionneuse)

          12 vues


        • SHD B 5/20-8 - 

          10 novembre :
          - Caen : le procureur-général-syndic du Calvados Courville° informe le ministre de la Guerre que les brigands ont fait une sommation à Saint-Hilaire-du-Harcouët.

          - Vire : le représentant Laplanche° fait savoir à la Convention que les brigands occupent Fougères, qu'ils se dirigent vers Dol, Saint-Malo et Avranches et qu'ils renvoient leurs prisonniers ; il les évalue à 80 000 ; " Une vérité généralement reconnue, c'est qu'ils meurent de faim, et que pour la satisfaire, ils pillent indistinctement et patriotes et aristocrates ; ceux-ci ne sont pas plus épargnés que les premiers (…). J'ajouterai encore que les rebelles ont une artillerie si formidable et si nombreuse qu'ils brisent les canons qu'ils nous prennent, de crainte qu'ils ne les embarrassent ".

          Le représentant Laplanche° avertit le Comité de salut public que les rebelles menacent Avranches et Saint-Malo ; il se concerte avec son collègue Le Carpentier pour envoyer des troupes défendre Saint-Hilaire-du-Harcouët et Mortain ; il a envoyé " un officier brave et intelligent " espionner les mouvements des rebelles (2 pièces). 1793

          10 vues  - 10 novembre : - Caen : le procureur-général-syndic du Calvados Courville° informe le ministre de la Guerre que les brigands ont fait une sommation à Saint-Hilaire-du-Harcouët.  - Vire : le représentant Laplanche° fait savoir à la Convention que les brigands occupent Fougères, qu'ils se dirigent vers Dol, Saint-Malo et Avranches et qu'ils renvoient leurs prisonniers ; il les évalue à 80 000 ; ' Une vérité généralement reconnue, c'est qu'ils meurent de faim, et que pour la satisfaire, ils pillent indistinctement et patriotes et aristocrates ; ceux-ci ne sont pas plus épargnés que les premiers (…). J'ajouterai encore que les rebelles ont une artillerie si formidable et si nombreuse qu'ils brisent les canons qu'ils nous prennent, de crainte qu'ils ne les embarrassent '.  Le représentant Laplanche° avertit le Comité de salut public que les rebelles menacent Avranches et Saint-Malo ; il se concerte avec son collègue Le Carpentier pour envoyer des troupes défendre Saint-Hilaire-du-Harcouët et Mortain ; il a envoyé ' un officier brave et intelligent ' espionner les mouvements des rebelles (2 pièces). (ouvre la visionneuse)

          10 vues


        • SHD B 5/20-9 - 

          11 novembre :
          - Granville : le représentant Le Carpentier° expose au Comité de salut public les mesures prises pour défendre la Manche ; " J'ai su encore qu'à Fougères les habitants du lieu même ont jeté par les fenêtres des pots sur la tête de nos soldats. Les brigands ont fusillé dans cette ville le peu de patriotes qu'il y avait et beaucoup de gardes nationaux et de chasseurs entre leurs mains ".

          Boulley, agent du Comité de salut public, signale à ce dernier la défaite d'Avranches et la réunion des armés de Rennes et de Mayence (bulletin analytique seul).

          - Vire : le général Sepher° dit au ministre de la Guerre se conformer scrupuleusement aux ordres du Comité de salut public ; il voit arriver des volontaires faits prisonniers à Fougères.

          - Pontivy : le représentant Guermeur indique au Comité de salut public que le général Tribout est arrivé à Rennes avec 3000 hommes (bulletin analytique seul). 1793

          8 vues  - 11 novembre : - Granville : le représentant Le Carpentier° expose au Comité de salut public les mesures prises pour défendre la Manche ; ' J'ai su encore qu'à Fougères les habitants du lieu même ont jeté par les fenêtres des pots sur la tête de nos soldats. Les brigands ont fusillé dans cette ville le peu de patriotes qu'il y avait et beaucoup de gardes nationaux et de chasseurs entre leurs mains '.  Boulley, agent du Comité de salut public, signale à ce dernier la défaite d'Avranches et la réunion des armés de Rennes et de Mayence (bulletin analytique seul).  - Vire : le général Sepher° dit au ministre de la Guerre se conformer scrupuleusement aux ordres du Comité de salut public ; il voit arriver des volontaires faits prisonniers à Fougères.  - Pontivy : le représentant Guermeur indique au Comité de salut public que le général Tribout est arrivé à Rennes avec 3000 hommes (bulletin analytique seul). (ouvre la visionneuse)

          8 vues


        • SHD B 5/20-10 - 

          12 novembre :
          - Granville : Boulley, agent du Comité de salut public, apprend à ce dernier que les rebelles ont pris Avranches abandonné par ses défenseurs (bulletin analytique seul).

          - Cherbourg : Buhot, commissaire du pouvoir exécutif, avise le Comité de salut public qu'il s'occupe de l'organisation des bataillons de la 1ère réquisition (bulletin analytique seul).

          Le général Vialle° rend compte à un destinataire inconnu des mouvements qu'il a effectués entre Rennes et Carentan du 14 au 21 brumaire (4 au 11 novembre).

          13 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre annonce au commandant militaire de Caen l'arrivée prochaine de 200 canonniers (bulletin analytique renvoyant au registre A de correspondance générale, f° 24, n° 44).

          - Fort national, près de Cherbourg : le commandant Potier° informe le Comité de salut public que ses canonniers sont sans instruction militaire et ses munitions insuffisantes ; 35 voiles anglaises ont été recensées entre Caen et Granville ; il s'attache également à renforcer La Hougue (11 pages). 1793

          12 vues  - 12 novembre : - Granville : Boulley, agent du Comité de salut public, apprend à ce dernier que les rebelles ont pris Avranches abandonné par ses défenseurs (bulletin analytique seul).  - Cherbourg : Buhot, commissaire du pouvoir exécutif, avise le Comité de salut public qu'il s'occupe de l'organisation des bataillons de la 1ère réquisition (bulletin analytique seul).  Le général Vialle° rend compte à un destinataire inconnu des mouvements qu'il a effectués entre Rennes et Carentan du 14 au 21 brumaire (4 au 11 novembre).  13 novembre : - Paris : le ministre de la Guerre annonce au commandant militaire de Caen l'arrivée prochaine de 200 canonniers (bulletin analytique renvoyant au registre A de correspondance générale, f° 24, n° 44).  - Fort national, près de Cherbourg : le commandant Potier° informe le Comité de salut public que ses canonniers sont sans instruction militaire et ses munitions insuffisantes ; 35 voiles anglaises ont été recensées entre Caen et Granville ; il s'attache également à renforcer La Hougue (11 pages). (ouvre la visionneuse)

          12 vues


        • SHD B 5/20-11 - 

          13 novembre :
          - Vire : le citoyen Lemoine° avise un destinataire inconnu que les rebelles ont pris Avranches et marchent sur Villedieu ; l'armée des rebelles compte 30 000 hommes ; il ne comprend pas les manœuvres des armées républicaines.

          Délibérations du conseil de guerre relatives aux troupes disponibles qui se porteront sur Saint-Lô et Carentan pour protéger Cherbourg (2 exemplaires avec 8 signatures). 1793

          10 vues  - 13 novembre : - Vire : le citoyen Lemoine° avise un destinataire inconnu que les rebelles ont pris Avranches et marchent sur Villedieu ; l'armée des rebelles compte 30 000 hommes ; il ne comprend pas les manœuvres des armées républicaines.  Délibérations du conseil de guerre relatives aux troupes disponibles qui se porteront sur Saint-Lô et Carentan pour protéger Cherbourg (2 exemplaires avec 8 signatures). (ouvre la visionneuse)

          10 vues


        • SHD B 5/20-12 - 

          14 novembre :
          - Granville : détails relatifs aux mouvements des Vendéens lors de l'attaque de Granville, avec un plan manuscrit de la ville (bulletin analytique seul).

          - Coutances : les administrateurs du district d'Avranches informent le Comité de salut public que les rebelles ont pris Avranches et marchent sur Granville (bulletin analytique seul).

          - Saint-Lô : le général Sepher envoie au Comité de salut public les délibérations du conseil de guerre organisant la défense de la Manche et du Calvados (bulletin analytique renvoyant au Comité de salut public, registre DC, n° 4579).

          - Torigni : le représentant Laplanche° prévient le Comité de salut public que le général Sepher et l'armée des Côtes de Cherbourg vont se porter sur Granville. 1793

          7 vues  - 14 novembre : - Granville : détails relatifs aux mouvements des Vendéens lors de l'attaque de Granville, avec un plan manuscrit de la ville (bulletin analytique seul).  - Coutances : les administrateurs du district d'Avranches informent le Comité de salut public que les rebelles ont pris Avranches et marchent sur Granville (bulletin analytique seul).  - Saint-Lô : le général Sepher envoie au Comité de salut public les délibérations du conseil de guerre organisant la défense de la Manche et du Calvados (bulletin analytique renvoyant au Comité de salut public, registre DC, n° 4579).  - Torigni : le représentant Laplanche° prévient le Comité de salut public que le général Sepher et l'armée des Côtes de Cherbourg vont se porter sur Granville. (ouvre la visionneuse)

          7 vues


        • SHD B 5/20-13 - 

          15 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre commande au général Sepher de se coordonner avec le général Rossignol pour prendre les rebelles en tenaille.

          Il demande au général Laronde de rester à Alençon pour commander les troupes de la Sarthe (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance n° 3, f° 7, pièce 18).

          - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche annonce au Comité de salut public que les rebelles assiègent Granville depuis la veille ; l'issue des combats est incertaine (bulletin analytique seul).

          - Granville : le représentant Le Carpentier° fait savoir au Comité de salut public que les brigands assiègent la place depuis la veille à midi ; les défenseurs risquent de manquer de munitions et de subsistances ; les faubourgs sont en flammes.

          Le représentant Le Carpentier écrit aux administrateurs de la Manche que les brigands assiègent la place, et que les faubourgs sont en flammes (contient aussi une copie du bulletin du département du 26 brumaire annonçant la retraite des assaillants).

          Rapport du chef d'état-major Coffy° sur le siège de Granville ; deux colonnes sont sorties à la rencontre des rebelles, la veille, mais ont dû se replier sous leur pression ; l'ennemi tente d'escalader les remparts, attaque par la grève, mais il est écrasé par l'artillerie de la place ; on incendie les faubourgs pour en débusquer les rebelles ; ces derniers se retirent après 28 heures de combat, en laissant 1500 morts (cf. SHD B 5/16-14, 14 novembre 1793).

          - Saint-Malo : Jullien, commissaire du Comité de salut public, prévient le représentant Le Carpentier qu'il a donné l'ordre au général Tribout de cerner l'ennemi en marchant sur Dol et Avranches.

          - Alençon : le directoire du département de l'Orne avertit le ministre de la Guerre que les archives du département ont été transportées à Mortain par précaution et n'en sont revenues que récemment.

          17 vues  - 15 novembre : - Paris : le ministre de la Guerre commande au général Sepher de se coordonner avec le général Rossignol pour prendre les rebelles en tenaille.  Il demande au général Laronde de rester à Alençon pour commander les troupes de la Sarthe (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance n° 3, f° 7, pièce 18).  - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche annonce au Comité de salut public que les rebelles assiègent Granville depuis la veille ; l'issue des combats est incertaine (bulletin analytique seul).  - Granville : le représentant Le Carpentier° fait savoir au Comité de salut public que les brigands assiègent la place depuis la veille à midi ; les défenseurs risquent de manquer de munitions et de subsistances ; les faubourgs sont en flammes.  Le représentant Le Carpentier écrit aux administrateurs de la Manche que les brigands assiègent la place, et que les faubourgs sont en flammes (contient aussi une copie du bulletin du département du 26 brumaire annonçant la retraite des assaillants).  Rapport du chef d'état-major Coffy° sur le siège de Granville ; deux colonnes sont sorties à la rencontre des rebelles, la veille, mais ont dû se replier sous leur pression ; l'ennemi tente d'escalader les remparts, attaque par la grève, mais il est écrasé par l'artillerie de la place ; on incendie les faubourgs pour en débusquer les rebelles ; ces derniers se retirent après 28 heures de combat, en laissant 1500 morts (cf. SHD B 5/16-14, 14 novembre 1793).   - Saint-Malo : Jullien, commissaire du Comité de salut public, prévient le représentant Le Carpentier qu'il a donné l'ordre au général Tribout de cerner l'ennemi en marchant sur Dol et Avranches.  - Alençon : le directoire du département de l'Orne avertit le ministre de la Guerre que les archives du département ont été transportées à Mortain par précaution et n'en sont revenues que récemment. (ouvre la visionneuse)

          17 vues


        • SHD B 5/20-14 - 

          16 novembre :
          - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche fait savoir au Comité de salut public que le général Sepher et le peuple du département levé en masse marchent contre les rebelles (bulletin analytique seul).

          Il apprend à la Convention que les rebelles ont perdu 3000 hommes au siège de Granville et que le représentant Le Carpentier est " l'âme " de la défense (3 pièces). 1793

          7 vues  - 16 novembre : - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche fait savoir au Comité de salut public que le général Sepher et le peuple du département levé en masse marchent contre les rebelles (bulletin analytique seul).  Il apprend à la Convention que les rebelles ont perdu 3000 hommes au siège de Granville et que le représentant Le Carpentier est ' l'âme ' de la défense (3 pièces). (ouvre la visionneuse)

          7 vues


        • SHD B 5/20-15 - 

          16 novembre :
          - Carentan : rapport d'une commission du Génie sur la mise en défense de la presqu'île du Cotentin ; inspection de Valognes, Montebourg, Carentan et du cours de la Douve ; état des fortifications, des pièces d'artillerie et des travaux à faire (11 pages).

          - Dinan : le représentant Jeanbon-Saint-André° informe le Comité de salut public que Granville est assiégé ; il s'étonne de l'inertie de l'armée de Rennes.

          - Alençon : le représentant Le Tourneur° fait part au Comité de salut public du nombre important de généraux à Alençon et d'une pénurie d'armes.

          - Le Havre : le général commandant la 15e division avertit le Comité de salut public qu'il met la place en état de défense ; les bataillons de 1ère réquisition sont sans armes et sans instruction (bulletin analytique seul). 1793

          13 vues  - 16 novembre : - Carentan : rapport d'une commission du Génie sur la mise en défense de la presqu'île du Cotentin ; inspection de Valognes, Montebourg, Carentan et du cours de la Douve ; état des fortifications, des pièces d'artillerie et des travaux à faire (11 pages).   - Dinan : le représentant Jeanbon-Saint-André° informe le Comité de salut public que Granville est assiégé ; il s'étonne de l'inertie de l'armée de Rennes.  - Alençon : le représentant Le Tourneur° fait part au Comité de salut public du nombre important de généraux à Alençon et d'une pénurie d'armes.  - Le Havre : le général commandant la 15e division avertit le Comité de salut public qu'il met la place en état de défense ; les bataillons de 1ère réquisition sont sans armes et sans instruction (bulletin analytique seul). (ouvre la visionneuse)

          13 vues


        • SHD B 5/20-16 - 

          17 novembre :
          - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche fait au Comité de salut public l'éloge des défenseurs de Granville qui n'ont pas hésité à incendier leurs faubourgs pour repousser les rebelles (bulletin analytique seul).

          Le représentant Laplanche° indique à la Convention que les brigands de la Vendée ont été repoussés de Granville et se sont repliés sur Avranches et Villedieu ; le général Sepher et lui-même, en accord avec le représentant Le Carpentier, attendent des nouvelles de l'armée de l'Ouest avant d'engager un mouvement.

          Il réécrit à la Convention que les Vendéens ont été battus à Granville, et qu'il a organisé la levée en masse pour les écraser ; " Toutes les campagnes sont levées en masse, et elles offrent l'aspect formidable de fléaux, de piques, de herses, de faux tranchantes ; en un mot nous ne pouvons manquer d'être bientôt vainqueurs, car on ne saurait tous nous exterminer à la fois ".

          - Mortain : les administrateurs du district apprennent au représentant Le Tourneur que 5000 à 6000 brigands ont péri à Granville ; ils demandent des renforts pour la défense de Mortain.

          - Alençon : le représentant Le Tourneur° informe le Comité de salut public qu'il y a 12 000 volontaires dans le département, mais seulement 1200 fusils ; il demande des armes. 1793

          13 vues  - 17 novembre : - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche fait au Comité de salut public l'éloge des défenseurs de Granville qui n'ont pas hésité à incendier leurs faubourgs pour repousser les rebelles (bulletin analytique seul).  Le représentant Laplanche° indique à la Convention que les brigands de la Vendée ont été repoussés de Granville et se sont repliés sur Avranches et Villedieu ; le général Sepher et lui-même, en accord avec le représentant Le Carpentier, attendent des nouvelles de l'armée de l'Ouest avant d'engager un mouvement.  Il réécrit à la Convention que les Vendéens ont été battus à Granville, et qu'il a organisé la levée en masse pour les écraser ; ' Toutes les campagnes sont levées en masse, et elles offrent l'aspect formidable de fléaux, de piques, de herses, de faux tranchantes ; en un mot nous ne pouvons manquer d'être bientôt vainqueurs, car on ne saurait tous nous exterminer à la fois '.  - Mortain : les administrateurs du district apprennent au représentant Le Tourneur que 5000 à 6000 brigands ont péri à Granville ; ils demandent des renforts pour la défense de Mortain.   - Alençon : le représentant Le Tourneur° informe le Comité de salut public qu'il y a 12 000 volontaires dans le département, mais seulement 1200 fusils ; il demande des armes. (ouvre la visionneuse)

          13 vues


        • SHD B 5/20-17 - 

          18 novembre :
          - Coutances : le représentant Jeanbon-Saint-André° prévient le Comité de salut public que la victoire de Granville n'a pas tout résolu ; les brigands restent puissants, alors que les armées républicaines sont dispersées à Granville, Saint-Lô et Rennes ; " Les hommes que vous avez à combattre sont de tous vos ennemis les plus dangereux par l'audace que leur donne le fanatisme. Il faudrait avoir à leur opposer des forces redoutables et unies ".

          Le général Sepher° expose au Comité de salut public ses mouvements avant, pendant et depuis le siège de Granville ; il attend la réunion des armées de l'Ouest et des Côtes de Brest pour attaquer les rebelles ; " Cette jonction sera le signal de leur anéantissement. Bientôt avec leur sang nous écrirons, il n'existe plus de Vendée ! ".

          - Alençon : le représentant Le Tourneur° affirme à la Convention qu'il rencontre de grosses difficultés pour organiser les 14 000 hommes levés dans l'Orne ; certains d'entre eux sont indispensables aux travaux des champs et aux forges du département.

          Le général Laronde° adresse au Comité de salut public le procès-verbal du conseil de guerre du 28 brumaire organisant une coordination avec le général Rossignol, mais signalant le manque de subsistances de l'Orne et de la Sarthe (2 pièces). 1793

          14 vues  - 18 novembre : - Coutances : le représentant Jeanbon-Saint-André° prévient le Comité de salut public que la victoire de Granville n'a pas tout résolu ; les brigands restent puissants, alors que les armées républicaines sont dispersées à Granville, Saint-Lô et Rennes ; ' Les hommes que vous avez à combattre sont de tous vos ennemis les plus dangereux par l'audace que leur donne le fanatisme. Il faudrait avoir à leur opposer des forces redoutables et unies '.   Le général Sepher° expose au Comité de salut public ses mouvements avant, pendant et depuis le siège de Granville ; il attend la réunion des armées de l'Ouest et des Côtes de Brest pour attaquer les rebelles ; ' Cette jonction sera le signal de leur anéantissement. Bientôt avec leur sang nous écrirons, il n'existe plus de Vendée ! '.  - Alençon : le représentant Le Tourneur° affirme à la Convention qu'il rencontre de grosses difficultés pour organiser les 14 000 hommes levés dans l'Orne ; certains d'entre eux sont indispensables aux travaux des champs et aux forges du département.  Le général Laronde° adresse au Comité de salut public le procès-verbal du conseil de guerre du 28 brumaire organisant une coordination avec le général Rossignol, mais signalant le manque de subsistances de l'Orne et de la Sarthe (2 pièces). (ouvre la visionneuse)

          14 vues


        • SHD B 5/20-18 - 

          19 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre ordonne au général Sepher de défendre la Manche à tout prix ; il lui signale qu'on va y envoyer des troupes tirées de l'Eure et de la Seine-Inférieure.
          Il lui réécrit en demandant de renforcer Cherbourg qui manque de troupes.

          Il avise les représentants du peuple et les généraux de l'armée des Côtes de Cherbourg de l'envoi de 15 000 hommes détachés de l'armée du Nord, dont 900 cavaliers (2 pièces).

          Il commande au général Lebley à Rouen d'envoyer les hommes et l'artillerie disponibles dans l'Eure et la Seine-Inférieure en avant de Saint-Lô et Coutances.

          - Granville : la municipalité demande au Comité de salut public des secours pour les incendiés des faubourgs dont le sacrifice a fait périr 1200 rebelles (bulletin analytique seul).

          - Coutances : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public que le général Tribout a été battu à Pontorson ; il dénonce le manque de coordination des généraux et n'a aucune nouvelle de l'armée de Rennes. 1793

          16 vues  - 19 novembre : - Paris : le ministre de la Guerre ordonne au général Sepher de défendre la Manche à tout prix ; il lui signale qu'on va y envoyer des troupes tirées de l'Eure et de la Seine-Inférieure. Il lui réécrit en demandant de renforcer Cherbourg qui manque de troupes.  Il avise les représentants du peuple et les généraux de l'armée des Côtes de Cherbourg de l'envoi de 15 000 hommes détachés de l'armée du Nord, dont 900 cavaliers (2 pièces).  Il commande au général Lebley à Rouen d'envoyer les hommes et l'artillerie disponibles dans l'Eure et la Seine-Inférieure en avant de Saint-Lô et Coutances.  - Granville : la municipalité demande au Comité de salut public des secours pour les incendiés des faubourgs dont le sacrifice a fait périr 1200 rebelles (bulletin analytique seul).  - Coutances : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public que le général Tribout a été battu à Pontorson ; il dénonce le manque de coordination des généraux et n'a aucune nouvelle de l'armée de Rennes. (ouvre la visionneuse)

          16 vues


        • SHD B 5/20-19 - 

          20 novembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre informe le général Sepher que les 10e et 11e bataillons de Paris, dits de la Halle-au-Blé et des Tuileries, quitteront Cherbourg pour Arras et Doullens (bulletin analytique renvoyant au registre A de correspondance générale, f° 32, n° 53).

          Ordre de route du ministère de la Guerre : les 10e et 11e bataillons de Paris quitteront Cherbourg et partiront pour Arras et Doullens.

          Le ministre de la Guerre autorise le général Vialle à retourner à l'armée des Côtes de Cherbourg (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance n° 3, f° 8, pièce 20).

          - Pontivy : le délégué du représentant Prieur de la Marne annonce au Comité de salut public que les troupes républicaines ont été battues à Pontorson par manque de munitions (bulletin analytique seul).

          - Mortain : le représentant Le Tourneur informe un destinataire inconnu que les rebelles ont évacué Avranches en y laissant des morts, des blessés et des malades, et que des combats ont eu lieu entre Pontorson et Antrain.

          - Coutances : le représentant Jeanbon Saint-André° indique au Comité de salut public que les rebelles menacent la Bretagne ; le siège de Granville les a peu affaiblis, et ils manquent de vivres et de munitions ; " Je pense que c'est par extinction qu'on doit terminer la guerre, et des exploits brillants qui résonnent à merveille dans les papiers publics seront d'un faible prix ".

          - Valognes : les administrateurs du district se plaignent au Comité de salut public qu'on leur envoie des bataillons dépourvus d'armes (bulletin analytique seul).

          - Saint-Côme, près de Carentan : la municipalité apprend au représentant Laplanche qu'une commission a établi un rapport sur la défense du Cotentin ; elle attire son attention sur un poste qui se trouve près de leur commune (cf. SHD B 5/20-15, 16 novembre 1793).

          16 vues  - 20 novembre : - Paris : le ministre de la Guerre informe le général Sepher que les 10e et 11e bataillons de Paris, dits de la Halle-au-Blé et des Tuileries, quitteront Cherbourg pour Arras et Doullens (bulletin analytique renvoyant au registre A de correspondance générale, f° 32, n° 53).  Ordre de route du ministère de la Guerre : les 10e et 11e bataillons de Paris quitteront Cherbourg et partiront pour Arras et Doullens.  Le ministre de la Guerre autorise le général Vialle à retourner à l'armée des Côtes de Cherbourg (bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance n° 3, f° 8, pièce 20).   - Pontivy : le délégué du représentant Prieur de la Marne annonce au Comité de salut public que les troupes républicaines ont été battues à Pontorson par manque de munitions (bulletin analytique seul).  - Mortain : le représentant Le Tourneur informe un destinataire inconnu que les rebelles ont évacué Avranches en y laissant des morts, des blessés et des malades, et que des combats ont eu lieu entre Pontorson et Antrain.  - Coutances : le représentant Jeanbon Saint-André° indique au Comité de salut public que les rebelles menacent la Bretagne ; le siège de Granville les a peu affaiblis, et ils manquent de vivres et de munitions ; ' Je pense que c'est par extinction qu'on doit terminer la guerre, et des exploits brillants qui résonnent à merveille dans les papiers publics seront d'un faible prix '.  - Valognes : les administrateurs du district se plaignent au Comité de salut public qu'on leur envoie des bataillons dépourvus d'armes (bulletin analytique seul).  - Saint-Côme, près de Carentan : la municipalité apprend au représentant Laplanche qu'une commission a établi un rapport sur la défense du Cotentin ; elle attire son attention sur un poste qui se trouve près de leur commune (cf. SHD B 5/20-15, 16 novembre 1793). (ouvre la visionneuse)

          16 vues


        • SHD B 5/20-20 - 

          20 novembre :
          - Granville : le général Peyre° fait son rapport au Comité de salut public et au ministre de la Guerre sur le siège de Granville, contenant le récit du chef d'état-major Coffy ; les rebelles attaquent le 24 brumaire à 11 heures du matin, deux colonnes sortent à leur rencontre et doivent se replier sous le nombre ; les combats durent 28 heures, les faubourgs sont incendiés et les rebelles profitent de la deuxième nuit pour se replier (6 pièces, 13 pages). 1793

          10 vues  - 20 novembre : - Granville : le général Peyre° fait son rapport au Comité de salut public et au ministre de la Guerre sur le siège de Granville, contenant le récit du chef d'état-major Coffy ; les rebelles attaquent le 24 brumaire à 11 heures du matin, deux colonnes sortent à leur rencontre et doivent se replier sous le nombre ; les combats durent 28 heures, les faubourgs sont incendiés et les rebelles profitent de la deuxième nuit pour se replier (6 pièces, 13 pages). (ouvre la visionneuse)

          10 vues


        • SHD B 5/20-21 - 

          20 novembre :
          - Granville : le général Peyre° annonce au président de la Convention que les brigands ont perdu plus de 1500 hommes à Granville ; un prince, qui pourrait être le comte d'Artois, a offert 10 000 livres pour disposer d'un bateau et passer dans les îles anglaises.

          Le chef d'état-major Coffy° fait transmettre au ministère de la Guerre son rapport sur le siège de Granville et fait l'éloge du général Peyre et de l'adjudant général Vachot (2 pièces, cf. SHD B 5/20-13 (15 novembre) et B 5/20-20).

          Extrait d'une lettre du général Peyre sur le siège de Granville. 1793

          8 vues  - 20 novembre : - Granville : le général Peyre° annonce au président de la Convention que les brigands ont perdu plus de 1500 hommes à Granville ; un prince, qui pourrait être le comte d'Artois, a offert 10 000 livres pour disposer d'un bateau et passer dans les îles anglaises.   Le chef d'état-major Coffy° fait transmettre au ministère de la Guerre son rapport sur le siège de Granville et fait l'éloge du général Peyre et de l'adjudant général Vachot (2 pièces, cf. SHD B 5/20-13 (15 novembre) et B 5/20-20).   Extrait d'une lettre du général Peyre sur le siège de Granville. (ouvre la visionneuse)

          8 vues


        • SHD B 5/20-22 - 

          21 novembre :
          - Alençon : les administrateurs de l'Orne annoncent au Comité de salut public l'organisation d'une armée de 10 000 hommes à Alençon, mais celle-ci manque de vivres (bulletin analytique seul).

          Le général commandant les troupes d'Alençon alerte le Comité de salut public sur le manque d'approvisionnement de ses troupes (bulletin analytique seul).

          - Dieppe : Lery°, commandant temporaire à Dieppe, indique au ministre de la Guerre que seuls 461 hommes du 18e bataillon de Paris sont arrivés, au lieu des 766 annoncés.

          22 novembre :
          - Avranches : les administrateurs du district signalent au Comité de salut public que leur ville ne disposait pas de canons et s'ils l'ont évacuée, c'était pour rallier des fuyards dans les environs (bulletin analytique seul).

          Le représentant Laplanche° informe le Comité de salut public et le ministre de la Guerre qu'il vient d'arriver avec le général Sepher ; une bataille est engagée près de Pontorson (2 pièces).

          Il apprend à la Convention qu'il vient d'arriver à Avranches avec le général Sepher ; leurs troupes se repositionnent ; une bataille est en cours près de Pontorson.

          Extrait de la correspondance de Laplanche, représentant du peuple à Avranches, sur le patriotisme des habitants de Saint-Lô. 1793

          14 vues  - 21 novembre : - Alençon : les administrateurs de l'Orne annoncent au Comité de salut public l'organisation d'une armée de 10 000 hommes à Alençon, mais celle-ci manque de vivres (bulletin analytique seul).  Le général commandant les troupes d'Alençon alerte le Comité de salut public sur le manque d'approvisionnement de ses troupes (bulletin analytique seul).  - Dieppe : Lery°, commandant temporaire à Dieppe, indique au ministre de la Guerre que seuls 461 hommes du 18e bataillon de Paris sont arrivés, au lieu des 766 annoncés.  22 novembre : - Avranches : les administrateurs du district signalent au Comité de salut public que leur ville ne disposait pas de canons et s'ils l'ont évacuée, c'était pour rallier des fuyards dans les environs (bulletin analytique seul).  Le représentant Laplanche° informe le Comité de salut public et le ministre de la Guerre qu'il vient d'arriver avec le général Sepher ; une bataille est engagée près de Pontorson (2 pièces).  Il apprend à la Convention qu'il vient d'arriver à Avranches avec le général Sepher ; leurs troupes se repositionnent ; une bataille est en cours près de Pontorson.   Extrait de la correspondance de Laplanche, représentant du peuple à Avranches, sur le patriotisme des habitants de Saint-Lô. (ouvre la visionneuse)

          14 vues


        • SHD B 5/20-23 - 

          22 novembre :
          - Le Havre : la municipalité demande au ministre de la Guerre qu'une partie de la cargaison d'un brick chargé de fusils et venant d'arriver au port soit distribuée à la garnison qui en manque.

          - Loiron, près de Laval : le général Danican° notifie au ministre de la Guerre qu'il combat les Chouans de la région ; des dizaines de prisonniers passent devant une commission militaire ; il demande d'aller à Paris pour donner des informations détaillées sur l'armée catholique ; " jusqu'à présent on n'a imprimé que de plats mensonges, des faux rapports et des victoires exagérées " (6 pages).

          - Caen : Boutroy°, chef du 19e bataillon de Paris, dit du Théâtre-Français, se plaint au ministère de la Guerre qu'on va envoyer son unité combattre les Vendéens, alors qu'elle est sans armes et sans instruction militaire. 1793

          10 vues  - 22 novembre : - Le Havre : la municipalité demande au ministre de la Guerre qu'une partie de la cargaison d'un brick chargé de fusils et venant d'arriver au port soit distribuée à la garnison qui en manque.   - Loiron, près de Laval : le général Danican° notifie au ministre de la Guerre qu'il combat les Chouans de la région ; des dizaines de prisonniers passent devant une commission militaire ; il demande d'aller à Paris pour donner des informations détaillées sur l'armée catholique ; ' jusqu'à présent on n'a imprimé que de plats mensonges, des faux rapports et des victoires exagérées ' (6 pages).  - Caen : Boutroy°, chef du 19e bataillon de Paris, dit du Théâtre-Français, se plaint au ministère de la Guerre qu'on va envoyer son unité combattre les Vendéens, alors qu'elle est sans armes et sans instruction militaire. (ouvre la visionneuse)

          10 vues


        • SHD B 5/20-24 - 

          23 novembre :
          - Avranches : le représentant Turreau° fait au Comité de salut public le récit de la bataille de Pontorson ; l'ennemi était pris entre deux feux, mais un détachement de cavalerie a provoqué une panique qui a dégénéré en déroute ; peu d'hommes ont été tués, mais plusieurs canons ont été perdus ; il a fait replier tout ce qu'il a pu à Avranches (cf. SHD B 5/16-24 et 25).

          Le représentant Laplanche° envoie au Comité de salut public et au ministre de la Guerre l'arrêté pris en conseil de guerre par lui-même et son collègue Turreau ; ils réorganisent l'armée après la défaite de Pontorson, ils mobilisent des troupes de Granville et Saint-Lô, et ils stationnent à Avranches en attendant des nouvelles du général Rossignol et de l'armée de l'Ouest (4 pièces, cachet).

          Le représentant Laplanche° annonce au ministre de la Guerre les mesures prises avec le général Sepher pour barrer l'entrée de la Manche aux rebelles. 1793

          15 vues  - 23 novembre : - Avranches : le représentant Turreau° fait au Comité de salut public le récit de la bataille de Pontorson ; l'ennemi était pris entre deux feux, mais un détachement de cavalerie a provoqué une panique qui a dégénéré en déroute ; peu d'hommes ont été tués, mais plusieurs canons ont été perdus ; il a fait replier tout ce qu'il a pu à Avranches (cf. SHD B 5/16-24 et 25).   Le représentant Laplanche° envoie au Comité de salut public et au ministre de la Guerre l'arrêté pris en conseil de guerre par lui-même et son collègue Turreau ; ils réorganisent l'armée après la défaite de Pontorson, ils mobilisent des troupes de Granville et Saint-Lô, et ils stationnent à Avranches en attendant des nouvelles du général Rossignol et de l'armée de l'Ouest (4 pièces, cachet).   Le représentant Laplanche° annonce au ministre de la Guerre les mesures prises avec le général Sepher pour barrer l'entrée de la Manche aux rebelles. (ouvre la visionneuse)

          15 vues


        • SHD B 5/20-25 - 

          24 novembre :
          - Caen : le commandant temporaire de Caen avertit le ministère de la Guerre que les 200 canonniers de l'armée révolutionnaire ont été envoyés à Saint-Lô, Avranches et en direction de Saint-Côme.

          - Le Havre : le chef particulier des bureaux de la Marine, Scherer°, rend compte aux représentants du peuple au Havre de la position critique de Cherbourg ; il demande que Le Havre fournisse des canons et Rouen des fusils.

          - Montivilliers (Seine-Maritime) : arrêté du conseil de guerre de Cherbourg pour envoyer chercher des canons au Havre afin de mettre Cherbourg en état de défense.

          - Avranches : les citoyens Lalande et Robine, administrateurs de la Manche, annoncent au Comité de salut public que la déroute de Pontorson est due à une panique des troupes nouvellement levées ; l'armée catholique souffre de problèmes de subsistances (bulletin analytique seul).

          Le général Sepher° informe le ministre de la Guerre de son arrivée à Avranches qu'il met en état de défense ; il va interdire aux rebelles l'entrée de la Manche et du Calvados.

          - Granville : l'adjudant général Régnier°, commandant temporaire de Granville, envoie au ministre de la Guerre un nouveau récit du siège de Granville en énumérant les actes de bravoure des hommes, femmes et enfants de la place ; " On ne peut pas encore apprécier la perte de l'ennemi, mais elle est telle qu'il a laissé derrière lui trois pièces de canon, un caisson et un grand nombre de blessés ; le pourtour de la place, les environs et la route d'Avranches en sont infestés. On arrête journellement de leurs fuyards. Déjà treize d'entre eux ont subi le sort que la loi leur a préparé " (6 pages, cf. SHD B 5/20-20, 20 novembre 1793).

          18 vues  - 24 novembre :  - Caen : le commandant temporaire de Caen avertit le ministère de la Guerre que les 200 canonniers de l'armée révolutionnaire ont été envoyés à Saint-Lô, Avranches et en direction de Saint-Côme.   - Le Havre : le chef particulier des bureaux de la Marine, Scherer°, rend compte aux représentants du peuple au Havre de la position critique de Cherbourg ; il demande que Le Havre fournisse des canons et Rouen des fusils.   - Montivilliers (Seine-Maritime) : arrêté du conseil de guerre de Cherbourg pour envoyer chercher des canons au Havre afin de mettre Cherbourg en état de défense.   - Avranches : les citoyens Lalande et Robine, administrateurs de la Manche, annoncent au Comité de salut public que la déroute de Pontorson est due à une panique des troupes nouvellement levées ; l'armée catholique souffre de problèmes de subsistances (bulletin analytique seul).   Le général Sepher° informe le ministre de la Guerre de son arrivée à Avranches qu'il met en état de défense ; il va interdire aux rebelles l'entrée de la Manche et du Calvados.   - Granville : l'adjudant général Régnier°, commandant temporaire de Granville, envoie au ministre de la Guerre un nouveau récit du siège de Granville en énumérant les actes de bravoure des hommes, femmes et enfants de la place ; ' On ne peut pas encore apprécier la perte de l'ennemi, mais elle est telle qu'il a laissé derrière lui trois pièces de canon, un caisson et un grand nombre de blessés ; le pourtour de la place, les environs et la route d'Avranches en sont infestés. On arrête journellement de leurs fuyards. Déjà treize d'entre eux ont subi le sort que la loi leur a préparé ' (6 pages, cf. SHD B 5/20-20, 20 novembre 1793). (ouvre la visionneuse)

          18 vues


        • SHD B 5/20-26 - 

          25 novembre :
          - Avranches : le représentant Turreau se plaint à ses collègues Bourbotte et Prieur de la Marne de l'immobilisme du général Sepher qui ne veut pas bouger d'Avranches.

          - Cherbourg : Letellier, commandant de la place, signale au Comité de salut public une proposition suspecte des Anglais au sujet d'un échange de prisonnier (bulletin analytique seul).

          - Alençon : le représentant Le Tourneur° apprend au Comité de salut public que sa position devient difficile car l'armée de l'Ouest vient d'être écrasée par les rebelles ; il a fait fusiller 28 rebelles pris dans l'hôpital de Mayenne.

          Il avise le ministre de la Guerre que le bataillon parisien de la Halle-au-Blé n'est pas encore arrivé ; il approuve son idée d'envoyer aux frontières les bataillons de l'intérieur.

          Le citoyen Meynault°, commissaire du pouvoir exécutif, apprend au ministre de la Guerre la défaite de Dol ; l'ennemi pourrait se diriger vers Alençon.

          - Evreux : les représentants Louchet°, Delacroix° et Legendre° avertissent le Comité de salut public qu'ils ont reçu des demandes en armes du Havre, mais ils ne peuvent pas prendre de décision sans instructions supplémentaires. 1793

          13 vues  - 25 novembre : - Avranches : le représentant Turreau se plaint à ses collègues Bourbotte et Prieur de la Marne de l'immobilisme du général Sepher qui ne veut pas bouger d'Avranches.  - Cherbourg : Letellier, commandant de la place, signale au Comité de salut public une proposition suspecte des Anglais au sujet d'un échange de prisonnier (bulletin analytique seul).  - Alençon : le représentant Le Tourneur° apprend au Comité de salut public que sa position devient difficile car l'armée de l'Ouest vient d'être écrasée par les rebelles ; il a fait fusiller 28 rebelles pris dans l'hôpital de Mayenne.  Il avise le ministre de la Guerre que le bataillon parisien de la Halle-au-Blé n'est pas encore arrivé ; il approuve son idée d'envoyer aux frontières les bataillons de l'intérieur.  Le citoyen Meynault°, commissaire du pouvoir exécutif, apprend au ministre de la Guerre la défaite de Dol ; l'ennemi pourrait se diriger vers Alençon.   - Evreux : les représentants Louchet°, Delacroix° et Legendre° avertissent le Comité de salut public qu'ils ont reçu des demandes en armes du Havre, mais ils ne peuvent pas prendre de décision sans instructions supplémentaires. (ouvre la visionneuse)

          13 vues


        • SHD B 5/20-27 - 

          26 novembre :
          - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche apprend au Comité de salut public que le représentant Jeanbon Saint-André et le général Sepher marchent avec 12 000 hommes vers Pontorson (bulletin analytique seul).

          - Avranches : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public qu'il a laissé 3000 hommes à Granville, 2500 à Mortain et qu'il marche avec 8000 autres sur Pontorson et Dol.

          27 novembre :
          - Avranches : le représentant Jeanbon Saint-André° fait au Comité de salut public une critique virulente du commandement de l'armée des Côtes de Cherbourg ; il demande le remplacement du général Sepher qui est timoré ; il a dû l'obliger à mettre les troupes en marche vers Pontorson avec l'appui du général Tilly (2 pièces). 1793

          9 vues  - 26 novembre :  - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche apprend au Comité de salut public que le représentant Jeanbon Saint-André et le général Sepher marchent avec 12 000 hommes vers Pontorson (bulletin analytique seul).  - Avranches : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public qu'il a laissé 3000 hommes à Granville, 2500 à Mortain et qu'il marche avec 8000 autres sur Pontorson et Dol.  27 novembre : - Avranches : le représentant Jeanbon Saint-André° fait au Comité de salut public une critique virulente du commandement de l'armée des Côtes de Cherbourg ; il demande le remplacement du général Sepher qui est timoré ; il a dû l'obliger à mettre les troupes en marche vers Pontorson avec l'appui du général Tilly (2 pièces). (ouvre la visionneuse)

          9 vues


        • SHD B 5/20-28 - 

          28 novembre :
          - Paris : en réponse à une demande de secours du représentant Le Tourneur°, le ministre de la Guerre lui annonce l'envoi d'une compagnie de canonniers avec huit pièces de canon.

          - Avranches : le représentant Jeanbon Saint-André° indique au Comité de salut public qu'il avance sur Pontorson avec l'armée des Côtes de Cherbourg ; les rebelles ont quitté Fougères et marchent vers Ernée ; il demande si sa présence est indispensable, compte tenu du grand nombre de représentants du peuple présents dans la Manche et l'Ille-et-Vilaine.

          - Alençon : le citoyen Meynault°, commissaire du pouvoir exécutif, informe le ministre de la Guerre que les rebelles ont évacué Mayenne et marchent vers Laval.

          29 novembre :
          - Paris : le ministère de la Guerre fait savoir au représentant Le Tourneur que le bataillon parisien de la Halle-au-Blé a ignoré son ordre de marche pour Alençon et qu'il continue sa route vers Doullens.

          - Rennes : les représentants Prieur de la Marne, Bourbotte, Jeanbon-Saint-André, Boursault et Turreau donnent au général Sepher, commandant de l'armée des Côtes de Cherbourg, un ordre de marche pour Rennes.

          - Mortain : le commandant temporaire de Mortain signale au Comité de salut public que sa place manque d'hommes et d'armes (bulletin analytique seul).

          - Caen : le représentant Laplanche° avertit la Convention qu'il organise la mobilisation contre les rebelles, mais qu'il a eu de gros problèmes avec le 11e bataillon de Paris, dit des Tuileries, et avec la compagnie de canonniers de Paris, dite du Contrat-Social. 1793

          16 vues  - 28 novembre : - Paris : en réponse à une demande de secours du représentant Le Tourneur°, le ministre de la Guerre lui annonce l'envoi d'une compagnie de canonniers avec huit pièces de canon.  - Avranches : le représentant Jeanbon Saint-André° indique au Comité de salut public qu'il avance sur Pontorson avec l'armée des Côtes de Cherbourg ; les rebelles ont quitté Fougères et marchent vers Ernée ; il demande si sa présence est indispensable, compte tenu du grand nombre de représentants du peuple présents dans la Manche et l'Ille-et-Vilaine.  - Alençon : le citoyen Meynault°, commissaire du pouvoir exécutif, informe le ministre de la Guerre que les rebelles ont évacué Mayenne et marchent vers Laval.  29 novembre : - Paris : le ministère de la Guerre fait savoir au représentant Le Tourneur que le bataillon parisien de la Halle-au-Blé a ignoré son ordre de marche pour Alençon et qu'il continue sa route vers Doullens.  - Rennes : les représentants Prieur de la Marne, Bourbotte, Jeanbon-Saint-André, Boursault et Turreau donnent au général Sepher, commandant de l'armée des Côtes de Cherbourg, un ordre de marche pour Rennes.  - Mortain : le commandant temporaire de Mortain signale au Comité de salut public que sa place manque d'hommes et d'armes (bulletin analytique seul).   - Caen : le représentant Laplanche° avertit la Convention qu'il organise la mobilisation contre les rebelles, mais qu'il a eu de gros problèmes avec le 11e bataillon de Paris, dit des Tuileries, et avec la compagnie de canonniers de Paris, dite du Contrat-Social. (ouvre la visionneuse)

          16 vues


        • SHD B 5/20-29 - 

          30 novembre :
          - Caen : le représentant Laplanche° écrit à la Convention qu'il dispose de 6000 hommes très motivés ; il fait juger un sapeur de la compagnie du Contrat-Social qui s'avère favorable aux rebelles ; il éprouve des difficultés pour réquisitionner des chevaux de cavalerie.

          - Bayeux : l'adjudant général Andouin fait savoir au Comité de salut public qu'il faudrait encercler la Vendée avec 100 000 à 200 000 hommes pour l'écraser (bulletin analytique seul).

          - Pont-Audemer (Eure) : protestation du 11e bataillon de Paris, dit des Tuileries, auprès du Comité de salut public ; aucun de ses membres n'a chanté " l'air infâme " de St-Richard (bulletin analytique seul).

          - Dieppe : le commandant temporaire de Dieppe informe le Comité de salut public que le 1er bataillon de réquisition est organisé et se rend à Bayeux pour marcher sur les rebelles (bulletin analytique seul). 1793

          6 vues  - 30 novembre : - Caen : le représentant Laplanche° écrit à la Convention qu'il dispose de 6000 hommes très motivés ; il fait juger un sapeur de la compagnie du Contrat-Social qui s'avère favorable aux rebelles ; il éprouve des difficultés pour réquisitionner des chevaux de cavalerie.   - Bayeux : l'adjudant général Andouin fait savoir au Comité de salut public qu'il faudrait encercler la Vendée avec 100 000 à 200 000 hommes pour l'écraser (bulletin analytique seul).   - Pont-Audemer (Eure) : protestation du 11e bataillon de Paris, dit des Tuileries, auprès du Comité de salut public ; aucun de ses membres n'a chanté ' l'air infâme ' de St-Richard (bulletin analytique seul).  - Dieppe : le commandant temporaire de Dieppe informe le Comité de salut public que le 1er bataillon de réquisition est organisé et se rend à Bayeux pour marcher sur les rebelles (bulletin analytique seul). (ouvre la visionneuse)

          6 vues


        • SHD B 5/20-30 - 

          Bulletin analytique résumant la situation de l'armée des Côtes de Cherbourg en décembre 1793 sous les ordres du général Sepher, puis du général Tilly à partir du 2 (tableau Clerget).

          1er décembre :
          - Rennes : l'adjudant général Robert convoque le général Sepher à un conseil de guerre à Rennes en soirée.

          Arrêté des représentants Bourbotte, Turreau et Prieur de la Marne suspendant provisoirement le général Sepher de son commandement dans l'armée des Côtes de Cherbourg.

          2 décembre :
          - [Mer] : la municipalité avertit le Comité de salut public que les rebelles menacent leur ville et qu'ils manquent d'armes (bulletin analytique seul).

          6 vues  - Bulletin analytique résumant la situation de l'armée des Côtes de Cherbourg en décembre 1793 sous les ordres du général Sepher, puis du général Tilly à partir du 2 (tableau Clerget).   1er décembre :  - Rennes : l'adjudant général Robert convoque le général Sepher à un conseil de guerre à Rennes en soirée.   Arrêté des représentants Bourbotte, Turreau et Prieur de la Marne suspendant provisoirement le général Sepher de son commandement dans l'armée des Côtes de Cherbourg.   2 décembre :  - [Mer] : la municipalité avertit le Comité de salut public que les rebelles menacent leur ville et qu'ils manquent d'armes (bulletin analytique seul). (ouvre la visionneuse)

          6 vues


        • SHD B 5/20-31 - 

          3 décembre :
          - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche signale au Comité de salut public que l'armée des rebelles doit être à Château-Gontier, et qu'un ancien médecin de Fougères, devenu général des rebelles [Putod], a été guillotiné à Rennes (bulletin analytique seul).

          - Mortain : le représentant Jeanbon Saint-André prévient le ministre de la Guerre qu'il a organisé les forces disponibles dans la Manche : 5000 à Mortain, sous les ordres de l'adjudant général Beaufort, 2500 à Granville et le surplus à Avranches (2 pièces).

          - Saint-Lô : l'adjudant général Beaufort° envoie au représentant Laplanche un mémoire sur la " composition et force de l'armée dite catholique " ; elle regroupe 60 000 hommes, dont 50 000 armés et près de 4000 cavaliers et elle dispose d'une cinquantaine de pièces d'artillerie ; des précisions sont apportées sur sa tactique en marche et au combat, et les noms d'une trentaine de chefs sont données (2 pièces ; cf. SHD B 5/16-41, 3 décembre 1793).

          - Cherbourg : le commandant temporaire Letellier° indique au ministre de la Guerre que 48 voiles anglaises sont signalées ; il met la ville en défense malgré ses faibles moyens.

          - Alençon : le comité de surveillance de l'Orne avertit le Comité de salut public que les brigands envahissent la Sarthe ; il déplore le manque d'hommes et d'armes (5 signatures).

          15 vues  - 3 décembre : - Coutances : le procureur-général-syndic de la Manche signale au Comité de salut public que l'armée des rebelles doit être à Château-Gontier, et qu'un ancien médecin de Fougères, devenu général des rebelles [Putod], a été guillotiné à Rennes (bulletin analytique seul).   - Mortain : le représentant Jeanbon Saint-André prévient le ministre de la Guerre qu'il a organisé les forces disponibles dans la Manche : 5000 à Mortain, sous les ordres de l'adjudant général Beaufort, 2500 à Granville et le surplus à Avranches (2 pièces).  - Saint-Lô : l'adjudant général Beaufort° envoie au représentant Laplanche un mémoire sur la ' composition et force de l'armée dite catholique ' ; elle regroupe 60 000 hommes, dont 50 000 armés et près de 4000 cavaliers et elle dispose d'une cinquantaine de pièces d'artillerie ; des précisions sont apportées sur sa tactique en marche et au combat, et les noms d'une trentaine de chefs sont données (2 pièces ; cf. SHD B 5/16-41, 3 décembre 1793).   - Cherbourg : le commandant temporaire Letellier° indique au ministre de la Guerre que 48 voiles anglaises sont signalées ; il met la ville en défense malgré ses faibles moyens.  - Alençon : le comité de surveillance de l'Orne avertit le Comité de salut public que les brigands envahissent la Sarthe ; il déplore le manque d'hommes et d'armes (5 signatures). (ouvre la visionneuse)

          15 vues


        • SHD B 5/20-32 - 

          4 décembre :
          - Coutances : le citoyen Buliot, ancien procureur général, signale au Comité de salut public une flotte anglaise de 25 navires à trois mats (bulletin analytique seul).

          - Caen : le représentant Laplanche donne au Comité de salut public des informations sur les problèmes posés par le bataillon parisien dit des Tuileries (bulletin analytique seul).

          - Vire : le représentant Jeanbon Saint-André° fait savoir au Comité de salut public qu'il a concentré 10 000 hommes entre Granville, Mortain et Avranches et fait installer 150 baraques de campement à Mortain ; il demande que l'adjudant général Beaufort soit promu général de brigade (2 pièces, cachet).

          5 décembre :
          - Cherbourg : Letellier°, commandant de la place, informe le ministre de la Guerre que la ville manque de moyens de défense, tant contre les rebelles que contre les Anglais. 1793

          11 vues  - 4 décembre : - Coutances : le citoyen Buliot, ancien procureur général, signale au Comité de salut public une flotte anglaise de 25 navires à trois mats (bulletin analytique seul).  - Caen : le représentant Laplanche donne au Comité de salut public des informations sur les problèmes posés par le bataillon parisien dit des Tuileries (bulletin analytique seul).  - Vire : le représentant Jeanbon Saint-André° fait savoir au Comité de salut public qu'il a concentré 10 000 hommes entre Granville, Mortain et Avranches et fait installer 150 baraques de campement à Mortain ; il demande que l'adjudant général Beaufort soit promu général de brigade (2 pièces, cachet).   5 décembre :  - Cherbourg : Letellier°, commandant de la place, informe le ministre de la Guerre que la ville manque de moyens de défense, tant contre les rebelles que contre les Anglais. (ouvre la visionneuse)

          11 vues


        • SHD B 5/20-33 - 

          6 décembre :
          - Caen : le général Sepher° écrit au ministre de la Guerre pour protester contre sa suspension ; il invoque son républicanisme et rappelle tout ce qu'il a fait pour organiser l'armée des Côtes de Cherbourg et combattre les rebelles.

          Les membres de la Société populaire de Caen certifient au général Sepher que lui et son état-major se sont toujours comportés " en vrais et frais républicains ".

          7 décembre :
          - Paris : le ministère de la Guerre informe le général Sepher que l'armée du Nord envoie 10 000 hommes en deux colonnes en direction d'Alençon.
          Il lui demande de renforcer sans délai la garnison de Cherbourg et lui exprime ses inquiétudes au sujet des projets anglais.

          - Vire : le général Beaufort° apprend au ministre de la Guerre qu'il vient d'arriver avec ses forces et peut couvrir une partie du Calvados et de la Manche ; deux de ses bataillons de la Seine-Inférieure se composent de pères de famille qui demandent à rentrer dans leurs foyers. 1793

          13 vues  - 6 décembre : - Caen : le général Sepher° écrit au ministre de la Guerre pour protester contre sa suspension ; il invoque son républicanisme et rappelle tout ce qu'il a fait pour organiser l'armée des Côtes de Cherbourg et combattre les rebelles.  Les membres de la Société populaire de Caen certifient au général Sepher que lui et son état-major se sont toujours comportés ' en vrais et frais républicains '.  7 décembre : - Paris : le ministère de la Guerre informe le général Sepher que l'armée du Nord envoie 10 000 hommes en deux colonnes en direction d'Alençon.  Il lui demande de renforcer sans délai la garnison de Cherbourg et lui exprime ses inquiétudes au sujet des projets anglais.  - Vire : le général Beaufort° apprend au ministre de la Guerre qu'il vient d'arriver avec ses forces et peut couvrir une partie du Calvados et de la Manche ; deux de ses bataillons de la Seine-Inférieure se composent de pères de famille qui demandent à rentrer dans leurs foyers. (ouvre la visionneuse)

          13 vues


        • SHD B 5/20-34 - 

          10 décembre :
          - Caen : le représentant Laplanche° se plaint au ministre de la Guerre que la ville de Caen est dégarnie ; il demande le renfort de 300 fantassins bien armés et de 100 cavaliers.

          - Dieppe : le commandant temporaire de Dieppe Lery° informe le ministre de la Guerre que le bataillon de la 1ère réquisition du district de Dieppe est totalement désorganisé et que les requis désertent en masse.

          Il signale au Comité de salut public qu'un arrêté du département de la Seine-Inférieure a licencié tous les officiers du bataillon de 1ère réquisition levé dans le district de Dieppe ; d'où sa désorganisation et d'importantes désertions (bulletin analytique seul).

          - Sans lieu : extraits de lettres concernant une tentative de débarquement anglais à Cancale.

          11 décembre :
          - Cherbourg : le représentant Jeanbon Saint-André° apprend au ministre de la Guerre qu'il rassemble une force armée à Mortain avec les nouvelles levées de l'Eure et du Calvados, sous les ordres de l'adjudant général Beaufort ; il a besoin d'officiers généraux et d'armes.

          - Dieppe : le commandant militaire temporaire de Dieppe écrit au Comité de salut public que la majeure partie des hommes du bataillon de la 1ère réquisition est rentrée dans les cantonnements (bulletin analytique seul). 1793

          13 vues  - 10 décembre : - Caen : le représentant Laplanche° se plaint au ministre de la Guerre que la ville de Caen est dégarnie ; il demande le renfort de 300 fantassins bien armés et de 100 cavaliers.  - Dieppe : le commandant temporaire de Dieppe Lery° informe le ministre de la Guerre que le bataillon de la 1ère réquisition du district de Dieppe est totalement désorganisé et que les requis désertent en masse.   Il signale au Comité de salut public qu'un arrêté du département de la Seine-Inférieure a licencié tous les officiers du bataillon de 1ère réquisition levé dans le district de Dieppe ; d'où sa désorganisation et d'importantes désertions (bulletin analytique seul).  - Sans lieu : extraits de lettres concernant une tentative de débarquement anglais à Cancale.   11 décembre : - Cherbourg : le représentant Jeanbon Saint-André° apprend au ministre de la Guerre qu'il rassemble une force armée à Mortain avec les nouvelles levées de l'Eure et du Calvados, sous les ordres de l'adjudant général Beaufort ; il a besoin d'officiers généraux et d'armes.  - Dieppe : le commandant militaire temporaire de Dieppe écrit au Comité de salut public que la majeure partie des hommes du bataillon de la 1ère réquisition est rentrée dans les cantonnements (bulletin analytique seul). (ouvre la visionneuse)

          13 vues


        • SHD B 5/20-35 - 

          12 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre indique au commandant de Cherbourg qu'il doit s'adresser à son général en chef pour obtenir des renforts.

          - Mantes-sur-Seine (Yvelines) : le général Sepher° assure au ministre de la Guerre qu'il a fait le maximum pour défendre la Manche et le Calvados ; il demande qu'on le réemploie, y compris comme soldat.

          - Evreux : les administrateurs du département de l'Eure font savoir au représentant Thirion que 5000 hommes de l'armée du Nord sont arrivés à Evreux et 5000 autres passent par Rouen.

          - Le Havre : le général commandant la 15e division militaire déplore auprès du Comité de salut public le manque de relations avec les généraux en chef (bulletin analytique seul).

          - Granville : le représentant Le Carpentier° avertit le président de la Convention qu'il s'active à la défense de la Manche ; il signale notamment l'importance de Saint-Lô qui possède des ateliers de réparation d'armes, de fabrication de sabres et une fonderie de canons ; il prépare une fête funéraire en hommage aux victimes républicaines du siège de Granville.

          - Argentan : les administrateurs du district conseillent aux administrateurs du district de Falaise de se tenir prêt à donner l'alerte générale, l'ennemi étant entré la veille au Mans.

          - Alençon : le général Chabot indique au ministre de la Guerre qu'il a dû se replier à Alençon, après avoir évacué La Flèche et Le Mans, face à un ennemi supérieur en nombre. 1793

          16 vues  - 12 décembre : - Paris : le ministre de la Guerre indique au commandant de Cherbourg qu'il doit s'adresser à son général en chef pour obtenir des renforts.  - Mantes-sur-Seine (Yvelines) : le général Sepher° assure au ministre de la Guerre qu'il a fait le maximum pour défendre la Manche et le Calvados ; il demande qu'on le réemploie, y compris comme soldat.  - Evreux : les administrateurs du département de l'Eure font savoir au représentant Thirion que 5000 hommes de l'armée du Nord sont arrivés à Evreux et 5000 autres passent par Rouen.   - Le Havre : le général commandant la 15e division militaire déplore auprès du Comité de salut public le manque de relations avec les généraux en chef (bulletin analytique seul).  - Granville : le représentant Le Carpentier° avertit le président de la Convention qu'il s'active à la défense de la Manche ; il signale notamment l'importance de Saint-Lô qui possède des ateliers de réparation d'armes, de fabrication de sabres et une fonderie de canons ; il prépare une fête funéraire en hommage aux victimes républicaines du siège de Granville.  - Argentan : les administrateurs du district conseillent aux administrateurs du district de Falaise de se tenir prêt à donner l'alerte générale, l'ennemi étant entré la veille au Mans.  - Alençon : le général Chabot indique au ministre de la Guerre qu'il a dû se replier à Alençon, après avoir évacué La Flèche et Le Mans, face à un ennemi supérieur en nombre. (ouvre la visionneuse)

          16 vues


        • SHD B 5/20-36 - 

          13 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre approuve les mesures prises par le général Beaufort, et il lui demande de s'adresser aux représentants du peuple pour régler le cas des pères de familles enrôlés qui veulent rentrer chez eux.

          - Cherbourg : le représentant Jeanbon Saint-André encourage son collègue Le Carpentier à mettre en défense les côtes de la Manche et Saint-Malo.

          Il informe le Comité de salut public qu'il s'active pour la défense du Cotentin, mais que les forces disponibles ne sont pas organisées et manquent d'armes ; il doute de la réalité d'un débarquement anglais sur les côtes du Cotentin.

          - Caen : le représentant Laplanche° annonce au Comité de salut public qu'il ne croit pas à une tentative des Anglais contre Saint-Malo, compte tenu des tempêtes qui sévissent en mauvaise saison ; il a peu de troupes à opposer aux rebelles s'ils l'attaquaient.

          - Vire : l'adjudant général Beaufort° informe le Comité de salut public qu'il marche contre un noyau de 1200 à 1500 rebelles des environs de Fougères ; il lui adresse un complément aux " observations sur l'armée dite catholique " concernant les tactiques en déplacement et au combat ainsi que les incidences d'une éventuelle amnistie (2 pièces ; cf. SHD B 5/20-31, 3 décembre 1793).

          19 vues  - 13 décembre : - Paris : le ministre de la Guerre approuve les mesures prises par le général Beaufort, et il lui demande de s'adresser aux représentants du peuple pour régler le cas des pères de familles enrôlés qui veulent rentrer chez eux.  - Cherbourg : le représentant Jeanbon Saint-André encourage son collègue Le Carpentier à mettre en défense les côtes de la Manche et Saint-Malo.  Il informe le Comité de salut public qu'il s'active pour la défense du Cotentin, mais que les forces disponibles ne sont pas organisées et manquent d'armes ; il doute de la réalité d'un débarquement anglais sur les côtes du Cotentin.   - Caen : le représentant Laplanche° annonce au Comité de salut public qu'il ne croit pas à une tentative des Anglais contre Saint-Malo, compte tenu des tempêtes qui sévissent en mauvaise saison ; il a peu de troupes à opposer aux rebelles s'ils l'attaquaient.  - Vire : l'adjudant général Beaufort° informe le Comité de salut public qu'il marche contre un noyau de 1200 à 1500 rebelles des environs de Fougères ; il lui adresse un complément aux ' observations sur l'armée dite catholique ' concernant les tactiques en déplacement et au combat ainsi que les incidences d'une éventuelle amnistie (2 pièces ; cf. SHD B 5/20-31, 3 décembre 1793). (ouvre la visionneuse)

          19 vues


        • SHD B 5/20-37 - 

          13 décembre :
          - Rouen : le général Crouzat° informe le ministre de la Guerre qu'il est à la tête d'une colonne de l'armée du Nord et qu'il va se diriger sur Vernon, puis Dreux.

          - Mamers (Sarthe) : le comité central du district annonce aux administrateurs de l'Orne un succès de l'armée républicaine.

          - Alençon : le représentant Garnier de Saintes apprend au Comité de salut public que la République a triomphé au Mans, et que les rebelles refluent vers Laval (bulletin analytique seul).

          Il invite la société populaire d'Alençon à choisir une dizaine de patriotes pour l'aider à juger et à remplacer les administrateurs suspects ou douteux de " toutes les autorités constituées ".

          Les administrateurs de l'Orne assurent au Comité de salut public qu'ils sont restés à leur poste, prêts à combattre les rebelles. 1793

          10 vues  - 13 décembre : - Rouen : le général Crouzat° informe le ministre de la Guerre qu'il est à la tête d'une colonne de l'armée du Nord et qu'il va se diriger sur Vernon, puis Dreux.  - Mamers (Sarthe) : le comité central du district annonce aux administrateurs de l'Orne un succès de l'armée républicaine.  - Alençon : le représentant Garnier de Saintes apprend au Comité de salut public que la République a triomphé au Mans, et que les rebelles refluent vers Laval (bulletin analytique seul).  Il invite la société populaire d'Alençon à choisir une dizaine de patriotes pour l'aider à juger et à remplacer les administrateurs suspects ou douteux de ' toutes les autorités constituées '.  Les administrateurs de l'Orne assurent au Comité de salut public qu'ils sont restés à leur poste, prêts à combattre les rebelles. (ouvre la visionneuse)

          10 vues


        • SHD B 5/20-38 - 

          14 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre avertit le Comité de salut public que les troupes de l'armée du Nord pourront s'opposer aux rebelles si ces derniers attaquent l'Orne ou l'Eure (bulletin analytique seul).

          - Mortagne (Orne) : le comité de surveillance affirme au Comité de salut public que c'est par trahison que la colonne de 5000 hommes de l'armée du Nord a rétrogradé sur Chartres au lieu de rejoindre Mortagne (bulletin analytique seul).

          - Sans lieu : le général Beaufort rend compte au Comité de salut public des dispositions prises pour détruire les rebelles des environs de Fougères (bulletin analytique renvoyant au Comité de salut public, registre DC, n°5375).

          15 décembre :
          - Alençon : les représentants Le Tourneur° et Garnier de Saintes° préviennent le Comité de salut public qu'Alençon est sans défense face aux rebelles, étant donné que les 5000 hommes de l'armée du Nord ont été détournés vers Chartres.

          Le général Chabot avise le ministre de la Guerre qu'il va devoir évacuer la ville si les rebelles l'attaquent, les 5000 hommes de l'armée du Nord ayant été détournés vers Chartres. 1793

          10 vues  - 14 décembre : - Paris : le ministre de la Guerre avertit le Comité de salut public que les troupes de l'armée du Nord pourront s'opposer aux rebelles si ces derniers attaquent l'Orne ou l'Eure (bulletin analytique seul).   - Mortagne (Orne) : le comité de surveillance affirme au Comité de salut public que c'est par trahison que la colonne de 5000 hommes de l'armée du Nord a rétrogradé sur Chartres au lieu de rejoindre Mortagne (bulletin analytique seul).   - Sans lieu : le général Beaufort rend compte au Comité de salut public des dispositions prises pour détruire les rebelles des environs de Fougères (bulletin analytique renvoyant au Comité de salut public, registre DC, n°5375).  15 décembre : - Alençon : les représentants Le Tourneur° et Garnier de Saintes° préviennent le Comité de salut public qu'Alençon est sans défense face aux rebelles, étant donné que les 5000 hommes de l'armée du Nord ont été détournés vers Chartres.   Le général Chabot avise le ministre de la Guerre qu'il va devoir évacuer la ville si les rebelles l'attaquent, les 5000 hommes de l'armée du Nord ayant été détournés vers Chartres. (ouvre la visionneuse)

          10 vues


        • SHD B 5/20-39 - 

          15 décembre :
          - Coutances : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public que l'ennemi a été battu au Mans, qu'il reflue sur Laval et qu'il peut aller au-delà ; il a mis le général Beaufort à la tête de l'armée des Côtes de Cherbourg et il a ordonné aux frégates de Saint-Malo d'harceler les navires anglais.

          Arrêté du représentant Jeanbon Saint-André nommant le général Beaufort général de division avec la mission de protéger la Manche à tout prix.

          Le représentant Jeanbon Saint-André fait savoir à son délégué Roussel, à Mortain, qu'un ordre a été donné au commandant temporaire de Vire de se porter à Mortain avec toutes ses forces.

          Il écrit à l'adjudant général Beaufort à Mortain que les rebelles refluent vers Laval, et qu'il faut les empêcher d'atteindre la côte.

          Il prescrit au sous-chef des classes à Granville de donner ordre aux bâtiments armés de patrouiller près de Jersey et Guernesey.

          Il ordonne au capitaine de vaisseau Allemand à Cancale de rejoindre les bâtiments de Saint-Malo et d'attaquer tout convoi anglais qui se présenterait.

          Il annonce au commandant temporaire de Vire qu'il doit se porter à Mortain avec toutes ses forces. 1793

          17 vues  - 15 décembre : - Coutances : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public que l'ennemi a été battu au Mans, qu'il reflue sur Laval et qu'il peut aller au-delà ; il a mis le général Beaufort à la tête de l'armée des Côtes de Cherbourg et il a ordonné aux frégates de Saint-Malo d'harceler les navires anglais.  Arrêté du représentant Jeanbon Saint-André nommant le général Beaufort général de division avec la mission de protéger la Manche à tout prix.  Le représentant Jeanbon Saint-André fait savoir à son délégué Roussel, à Mortain, qu'un ordre a été donné au commandant temporaire de Vire de se porter à Mortain avec toutes ses forces.  Il écrit à l'adjudant général Beaufort à Mortain que les rebelles refluent vers Laval, et qu'il faut les empêcher d'atteindre la côte.  Il prescrit au sous-chef des classes à Granville de donner ordre aux bâtiments armés de patrouiller près de Jersey et Guernesey.  Il ordonne au capitaine de vaisseau Allemand à Cancale de rejoindre les bâtiments de Saint-Malo et d'attaquer tout convoi anglais qui se présenterait.  Il annonce au commandant temporaire de Vire qu'il doit se porter à Mortain avec toutes ses forces. (ouvre la visionneuse)

          17 vues


        • SHD B 5/20-40 - 

          16 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre blâme le général de l'armée du Nord à Dreux pour son retard et lui ordonne de marcher sans délai contre les rebelles.

          - Coutances : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public que les rebelles marchent sur Château-Gontier et s'éloignent des côtes ; il maintient pour l'instant ses mesures de défense contre les Anglais.

          Il donne ordre au chef des bureaux de la Marine à Cherbourg de faire patrouiller au large de Granville les bâtiments disponibles.

          Il demande aux administrateurs du district d'Avranches de rentrer en ville les fourrages et subsistances des environs et de couper le pont qui mène à la ville, si les rebelles marchent sur Fougères.

          Il signale à Régnier, commandant temporaire à Granville, que l'ennemi s'approcherait ; il faut faire le maximum pour mettre la place en état de défense. 1793

          13 vues  - 16 décembre : - Paris : le ministre de la Guerre blâme le général de l'armée du Nord à Dreux pour son retard et lui ordonne de marcher sans délai contre les rebelles.   - Coutances : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public que les rebelles marchent sur Château-Gontier et s'éloignent des côtes ; il maintient pour l'instant ses mesures de défense contre les Anglais.  Il donne ordre au chef des bureaux de la Marine à Cherbourg de faire patrouiller au large de Granville les bâtiments disponibles.  Il demande aux administrateurs du district d'Avranches de rentrer en ville les fourrages et subsistances des environs et de couper le pont qui mène à la ville, si les rebelles marchent sur Fougères.  Il signale à Régnier, commandant temporaire à Granville, que l'ennemi s'approcherait ; il faut faire le maximum pour mettre la place en état de défense. (ouvre la visionneuse)

          13 vues


        • SHD B 5/20-41 - 

          16 décembre :
          - Cherbourg : le commandant Letellier° se plaint au ministre de la Guerre du peu de moyens qu'on lui alloue.
          Il demande des secours au général en chef Beaufort.

          - Alençon : le représentant Garnier de Saintes° informe le Comité de salut public que les brigands seraient à Château-Gontier, et que l'armée du Nord va être dirigée contre eux ; il demande que le pouvoir traite avec des puissances neutres pour obtenir des approvisionnements en grains.

          - Dreux : les généraux Crouzat°, Bonnaire°, Sorbier et Jacob° apprennent au ministre de la Guerre que les deux colonnes de l'armée du Nord n'ont pas ralenti leur marche et se dirigent vers l'ennemi via Alençon ; elles manquent d'effets de campement et de munitions. 1793

          10 vues  - 16 décembre : - Cherbourg : le commandant Letellier° se plaint au ministre de la Guerre du peu de moyens qu'on lui alloue.  Il demande des secours au général en chef Beaufort.  - Alençon : le représentant Garnier de Saintes° informe le Comité de salut public que les brigands seraient à Château-Gontier, et que l'armée du Nord va être dirigée contre eux ; il demande que le pouvoir traite avec des puissances neutres pour obtenir des approvisionnements en grains.   - Dreux : les généraux Crouzat°, Bonnaire°, Sorbier et Jacob° apprennent au ministre de la Guerre que les deux colonnes de l'armée du Nord n'ont pas ralenti leur marche et se dirigent vers l'ennemi via Alençon ; elles manquent d'effets de campement et de munitions. (ouvre la visionneuse)

          10 vues


        • SHD B 5/20-42 - 

          18 décembre :
          - Avranches : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public qu'il s'active pour détruire " l'espèce de Vendée qui s'élève entre Fougères et Vitré " ; il déplore le manque d'armes qui affecte les troupes de la Manche, et il signale que la petite flotte de Cancale va bientôt patrouiller au large.

          - Cherbourg : arrêté du conseil de guerre de Cherbourg notifiant qu'une requête est adressée au Comité de salut public pour former un corps d'artillerie de 800 hommes.

          19 décembre :
          - Cherbourg : le représentant Bouret° demande au Comité de salut public un corps d'artillerie de 800 hommes pour défendre le Cotentin, ainsi que 60 pièces de canon. 1793

          9 vues  - 18 décembre : - Avranches : le représentant Jeanbon Saint-André° informe le Comité de salut public qu'il s'active pour détruire ' l'espèce de Vendée qui s'élève entre Fougères et Vitré ' ; il déplore le manque d'armes qui affecte les troupes de la Manche, et il signale que la petite flotte de Cancale va bientôt patrouiller au large.  - Cherbourg : arrêté du conseil de guerre de Cherbourg notifiant qu'une requête est adressée au Comité de salut public pour former un corps d'artillerie de 800 hommes.  19 décembre : - Cherbourg : le représentant Bouret° demande au Comité de salut public un corps d'artillerie de 800 hommes pour défendre le Cotentin, ainsi que 60 pièces de canon. (ouvre la visionneuse)

          9 vues


        • SHD B 5/20-43 - 

          20 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre envoie au Comité de salut public les lettres de réclamation du général Sepher contre sa suspension et suggère qu'on lui témoigne une marque d'estime (2 pièces)

          - Granville : le commandant temporaire Régnier expose au représentant Bouret les mesures qu'il a dû prendre pour assurer l'approvisionnement de la place, le " Maximum " de Coutances remplaçant celui d'Avranches.

          - Sans lieu : le général Beaufort° avertit le ministre de la Guerre qu'il organise la chasse aux nouveaux rebelles, les " Chouans ", dans la région de Fougères ; ces derniers sont très difficiles à appréhender et beaucoup de villages les appuient. 1793

          10 vues  - 20 décembre : - Paris : le ministre de la Guerre envoie au Comité de salut public les lettres de réclamation du général Sepher contre sa suspension et suggère qu'on lui témoigne une marque d'estime (2 pièces)  - Granville : le commandant temporaire Régnier expose au représentant Bouret les mesures qu'il a dû prendre pour assurer l'approvisionnement de la place, le ' Maximum ' de Coutances remplaçant celui d'Avranches.  - Sans lieu : le général Beaufort° avertit le ministre de la Guerre qu'il organise la chasse aux nouveaux rebelles, les ' Chouans ', dans la région de Fougères ; ces derniers sont très difficiles à appréhender et beaucoup de villages les appuient. (ouvre la visionneuse)

          10 vues


        • SHD B 5/20-44 - 

          21 décembre :
          - Fougères : le général Beaufort° fait part au ministre de la Guerre de son activité contre les rebelles.
          Il lui réécrit pour l'informer de sa traque des Chouans dans la région et de la suspension d'un de ses capitaines pour ivrognerie ; il indique aussi avoir fait fusiller six fuyards de l'armée des rebelles.

          Il avise le ministre de la Guerre et le Comité de salut public qu'il poursuit les Chouans et les fuyards de l'armée des rebelles ; il a fait installer des postes à Ernée et à La Pellerine ; il se plaint des services de santé et des subsistances ; il donne l'état de situation de son corps d'armée : 10 265 hommes, dont 1831 sans armes, et 28 canons, répartis entre une vingtaine d'unités.

          - Alençon : le représentant Garnier de Saintes° indique au Comité de salut public que l'armée du Nord quitte Alençon pour marcher sur Rennes ; il va au Mans pour y remettre de l'ordre.

          Le général Bonnaire° apprend au ministre de la Guerre qu'il va vers Rennes à la demande du général Marceau ; il réclame des souliers pour ses troupes, " Vite des souliers, et la victoire est à nous ". 1793

          13 vues  - 21 décembre : - Fougères : le général Beaufort° fait part au ministre de la Guerre de son activité contre les rebelles. Il lui réécrit pour l'informer de sa traque des Chouans dans la région et de la suspension d'un de ses capitaines pour ivrognerie ; il indique aussi avoir fait fusiller six fuyards de l'armée des rebelles.  Il avise le ministre de la Guerre et le Comité de salut public qu'il poursuit les Chouans et les fuyards de l'armée des rebelles ; il a fait installer des postes à Ernée et à La Pellerine ; il se plaint des services de santé et des subsistances ; il donne l'état de situation de son corps d'armée : 10 265 hommes, dont 1831 sans armes, et 28 canons, répartis entre une vingtaine d'unités.  - Alençon : le représentant Garnier de Saintes° indique au Comité de salut public que l'armée du Nord quitte Alençon pour marcher sur Rennes ; il va au Mans pour y remettre de l'ordre.  Le général Bonnaire° apprend au ministre de la Guerre qu'il va vers Rennes à la demande du général Marceau ; il réclame des souliers pour ses troupes, ' Vite des souliers, et la victoire est à nous '. (ouvre la visionneuse)

          13 vues


        • SHD B 5/20-45 - 

          22 décembre :
          - Paris : le ministère de la Guerre informe le représentant Laplanche de l'envoi à Caen de 200 hommes d'infanterie, d'une compagnie de canonniers et d'un escadron de cavalerie.

          24 décembre :
          - Paris : le ministère de la Guerre notifie au général Beaufort qu'on envoie à Caen 200 hommes d'infanterie, une compagnie de canonniers et un escadron de cavalerie.

          - Cherbourg : le représentant Bouret° annonce au Comité de salut public qu'il ne pense pas que le Maximum institué à Granville soit conforme à la loi ; il indique aussi que la ville de Cherbourg est en bon état de défense.

          - Falaise : le citoyen Loliot°, inspecteur général du dépôt de l'armée, demande au général en chef des états de situation des troupes, afin de pouvoir compléter les escadrons de cavalerie, conformément à la loi. 1793

          11 vues  - 22 décembre : - Paris : le ministère de la Guerre informe le représentant Laplanche de l'envoi à Caen de 200 hommes d'infanterie, d'une compagnie de canonniers et d'un escadron de cavalerie.  24 décembre : - Paris : le ministère de la Guerre notifie au général Beaufort qu'on envoie à Caen 200 hommes d'infanterie, une compagnie de canonniers et un escadron de cavalerie.  - Cherbourg : le représentant Bouret° annonce au Comité de salut public qu'il ne pense pas que le Maximum institué à Granville soit conforme à la loi ; il indique aussi que la ville de Cherbourg est en bon état de défense.  - Falaise : le citoyen Loliot°, inspecteur général du dépôt de l'armée, demande au général en chef des états de situation des troupes, afin de pouvoir compléter les escadrons de cavalerie, conformément à la loi. (ouvre la visionneuse)

          11 vues


        • SHD B 5/20-46 - 

          26 décembre :
          - Lannion : procès-verbal du comité de surveillance de la commune contenant les déclarations d'une dizaine d'habitants de Granville et de Cherbourg qui ont été retenus prisonniers à Jersey ; ces derniers donnent des informations sur un certain André Bernier, marin natif de Regneville (district de Coutances) et devenu un espion au service des Anglais et des émigrés ; ils pensent qu'un débarquement d'émigrés en Bretagne se prépare à partir de Guernesey.

          27 décembre :
          - Paris : le ministère de la Guerre avise le général Beaufort et le commandant de Cherbourg qu'il prend des mesures pour renforcer Cherbourg (deux lettres).

          - Cherbourg : le représentant Bouret° fait savoir au Comité de salut public que la population se réjouit de la reprise de Toulon, et que les navires tirent des salves de canon. 1793

          11 vues  - 26 décembre : - Lannion : procès-verbal du comité de surveillance de la commune contenant les déclarations d'une dizaine d'habitants de Granville et de Cherbourg qui ont été retenus prisonniers à Jersey ; ces derniers donnent des informations sur un certain André Bernier, marin natif de Regneville (district de Coutances) et devenu un espion au service des Anglais et des émigrés ; ils pensent qu'un débarquement d'émigrés en Bretagne se prépare à partir de Guernesey.   27 décembre : - Paris : le ministère de la Guerre avise le général Beaufort et le commandant de Cherbourg qu'il prend des mesures pour renforcer Cherbourg (deux lettres).  - Cherbourg : le représentant Bouret° fait savoir au Comité de salut public que la population se réjouit de la reprise de Toulon, et que les navires tirent des salves de canon. (ouvre la visionneuse)

          11 vues


        • SHD B 5/20-47 - 

          28 décembre :
          - Paris : le ministre de la Guerre demande au général en chef de l'armée d'organiser des patrouilles de cavalerie pour arrêter les rebelles dispersés.

          29 décembre :
          - Alençon : le représentant Garnier de Saintes prévient la Commission des subsistances que le département de l'Orne connaît des problèmes de subsistances et Alençon principalement ; il demande des secours, sinon de nouveaux troubles sont à craindre.

          30 décembre :
          - Fougères : le général Beaufort° signale au ministre de la Guerre qu'il ne connaît pas de général Vialle dans son armée ; il continue la chasse aux rebelles et en a fait fusiller quatre à Ernée, dont Perreau, le commandant de l'artillerie des Vendéens, " Il n'a pas voulu se mettre à genoux, ni se bander les yeux pour recevoir les coups républicains, mais il n'en a pas moins pour cela envoyé son âme au Père éternel " (cf. B 5/7-90 et 91, 26-27 décembre 1793).

          - Mortain : extrait d'un procès-verbal des délibérations du district rendant compte des démêlés entre les autorités et le 3e bataillon de Rouen, dit de la Montagne, pour des problèmes d'indiscipline et de pillage.

          Décembre 1793, février et mars 1794
          - Sans lieu : extraits du Moniteur et de journaux politiques relatifs à la lutte contre les rebelles du Calvados, de l'Orne et de la Mayenne.

          16 vues  - 28 décembre : - Paris : le ministre de la Guerre demande au général en chef de l'armée d'organiser des patrouilles de cavalerie pour arrêter les rebelles dispersés.  29 décembre : - Alençon : le représentant Garnier de Saintes prévient la Commission des subsistances que le département de l'Orne connaît des problèmes de subsistances et Alençon principalement ; il demande des secours, sinon de nouveaux troubles sont à craindre.  30 décembre : - Fougères : le général Beaufort° signale au ministre de la Guerre qu'il ne connaît pas de général Vialle dans son armée ; il continue la chasse aux rebelles et en a fait fusiller quatre à Ernée, dont Perreau, le commandant de l'artillerie des Vendéens, ' Il n'a pas voulu se mettre à genoux, ni se bander les yeux pour recevoir les coups républicains, mais il n'en a pas moins pour cela envoyé son âme au Père éternel ' (cf. B 5/7-90 et 91, 26-27 décembre 1793).   - Mortain : extrait d'un procès-verbal des délibérations du district rendant compte des démêlés entre les autorités et le 3e bataillon de Rouen, dit de la Montagne, pour des problèmes d'indiscipline et de pillage.  Décembre 1793, février et mars 1794 - Sans lieu : extraits du Moniteur et de journaux politiques relatifs à la lutte contre les rebelles du Calvados, de l'Orne et de la Mayenne. (ouvre la visionneuse)

          16 vues


        • SHD B 5/34-1 - 

          Deux bulletins analytiques résumant la situation de l'armée des Côtes de l'Océan en janvier 1796, sous le commandement du général Hoche (tableaux Clerget).

          1er janvier 1796 :
          - Brunswick (Saxe) : lettre dont l'expéditeur n'est pas identifié adressée au chevalier de Guimps à [Iverdun], et contenant des informations sur la guerre en Europe, les combats de Charette et les conquêtes des Anglais.

          - Broons (Côtes-d'Amor) : l'administration municipale du canton demande au Directoire des secours contre les Chouans qui sont les maîtres des campagnes et qui s'opposent aux réquisitions (2 pièces, 4 signatures).

          - Argentan : le juge de paix du canton de Rânes affirme au ministre de l'Intérieur qu'il est impuissant face à l'emprise des Chouans.

          - Alençon : Bonnaud°, général en chef de l'armée des Côtes de Cherbourg, annonce au ministre de la Guerre qu'il a fait revenir à Alençon le dépôt du 16e régiment de chasseurs à cheval.

          14 vues  - Deux bulletins analytiques résumant la situation de l'armée des Côtes de l'Océan en janvier 1796, sous le commandement du général Hoche (tableaux Clerget).   1er janvier 1796 :  - Brunswick (Saxe) : lettre dont l'expéditeur n'est pas identifié adressée au chevalier de Guimps à [Iverdun], et contenant des informations sur la guerre en Europe, les combats de Charette et les conquêtes des Anglais.   - Broons (Côtes-d'Amor) : l'administration municipale du canton demande au Directoire des secours contre les Chouans qui sont les maîtres des campagnes et qui s'opposent aux réquisitions (2 pièces, 4 signatures).   - Argentan : le juge de paix du canton de Rânes affirme au ministre de l'Intérieur qu'il est impuissant face à l'emprise des Chouans.   - Alençon : Bonnaud°, général en chef de l'armée des Côtes de Cherbourg, annonce au ministre de la Guerre qu'il a fait revenir à Alençon le dépôt du 16e régiment de chasseurs à cheval. (ouvre la visionneuse)

          14 vues


        • SHD B 5/34-2 - 

          1er janvier :
          - Caen : Jean-Baptiste Gouy°, ancien chef du 4e bataillon du Calvados, signale à Reubell, membre du Directoire, une expédition des Chouans dans le canton de Creully où ils ont assassiné un commissaire exécutif ; Gouy indique également la diffusion par les Chouans d'un fascicule imprimé, " Union de sentiment et de prière en tous les vrais Catholiques de France, pour le salut de l'Etat et de la Religion " ; cet opuscule recommande notamment de souffrir en patience et de prier chaque jour " avec les oraisons pour le Roi, pour le peuple, pour la paix et pour l'extirpation des hérésies " (lettre et fascicule imprimé de 12 pages).

          - Sans lieu : Savary, député de Maine-et-Loire, rappelle au Directoire la mauvaise foi de Sapinaud et Béjarry, responsables quelques mois auparavant du massacre de la garnison de Mortagne. 1796

          12 vues  - 1er janvier : - Caen : Jean-Baptiste Gouy°, ancien chef du 4e bataillon du Calvados, signale à Reubell, membre du Directoire, une expédition des Chouans dans le canton de Creully où ils ont assassiné un commissaire exécutif ; Gouy indique également la diffusion par les Chouans d'un fascicule imprimé, ' Union de sentiment et de prière en tous les vrais Catholiques de France, pour le salut de l'Etat et de la Religion ' ; cet opuscule recommande notamment de souffrir en patience et de prier chaque jour ' avec les oraisons pour le Roi, pour le peuple, pour la paix et pour l'extirpation des hérésies ' (lettre et fascicule imprimé de 12 pages).  - Sans lieu : Savary, député de Maine-et-Loire, rappelle au Directoire la mauvaise foi de Sapinaud et Béjarry, responsables quelques mois auparavant du massacre de la garnison de Mortagne. (ouvre la visionneuse)

          12 vues


        • SHD B 5/34-3 - 

          2 janvier :
          - Paris : le citoyen Bodinier° signale à Le Tourneur, membre du Directoire, les menaces que les Chouans font peser sur Saint-Malo.

          - Vannes : Landren, administrateur du Morbihan, informe le député Bachelot qu'une battue récente contre les Chouans n'a rien donné, d'autant que les troupes se livrent au pillage ; il demande que l'on finance des espions pour débusquer les chefs des rebelles.

          Poussin, juge au tribunal civil, et Lemauff, ancien capitaine de vaisseau, dénoncent au député Bachelot à Paris les généraux républicains, notamment le général Lemoine, qui prolongent la guerre et profitent des vols et pillages.

          - Domfront : les administrateurs du district demandent au ministre de la Guerre des renforts contre les Chouans, d'autant que le bataillon de l'Aunis leur a été retiré au profit de Laval (4 signatures).

          - Saint-Pierre-Tarentaine (Calvados) : le citoyen Le Creps° se plaint à un destinataire inconnu des exactions des Chouans dans la région de Vire où ils viennent de tuer un curé constitutionnel. 1796

          15 vues  - 2 janvier : - Paris : le citoyen Bodinier° signale à Le Tourneur, membre du Directoire, les menaces que les Chouans font peser sur Saint-Malo.   - Vannes : Landren, administrateur du Morbihan, informe le député Bachelot qu'une battue récente contre les Chouans n'a rien donné, d'autant que les troupes se livrent au pillage ; il demande que l'on finance des espions pour débusquer les chefs des rebelles.   Poussin, juge au tribunal civil, et Lemauff, ancien capitaine de vaisseau, dénoncent au député Bachelot à Paris les généraux républicains, notamment le général Lemoine, qui prolongent la guerre et profitent des vols et pillages.  - Domfront : les administrateurs du district demandent au ministre de la Guerre des renforts contre les Chouans, d'autant que le bataillon de l'Aunis leur a été retiré au profit de Laval (4 signatures).  - Saint-Pierre-Tarentaine (Calvados) : le citoyen Le Creps° se plaint à un destinataire inconnu des exactions des Chouans dans la région de Vire où ils viennent de tuer un curé constitutionnel. (ouvre la visionneuse)

          15 vues


Voir par page :50 100 150 200 250 300 350 400