Les archives de la Vendée

Imprimer cette page

Fonds Roger Henrard (1948-1968) Inventaire complet (pdf)

  • Notice/biographie :

  • Roger Henrard (10 février 1900 - 26 juin 1975) était pilote de tourisme et passionné de photographies aériennes. Directeur des établissements Jules Richard à Paris (spécialisés dans les appareils photographiques stéréoscopiques et les appareils enregistreurs pour la météo), il survola de nombreux départements français pour exécuter des travaux de commande, principalement pour le compte d'industriels. C'est ainsi qu'il constitua sa collection de photographies aériennes entre 1948 et 1972, les clichés étant ensuite proposés à des éditeurs de cartes postales.

    Après la mort du photographe, fut fondée la "Société d'exploitation de la Photo aérienne Roger Henrard", dont les bureaux s'installèrent à Saint-Maur-des-Fossés dans le Val-de-Marne, et les laboratoires au Ban-Saint-Martin en Moselle. Cette société - notamment par l'intermédiaire de la gérante Madame Genetel et de Louis Schmidt, élève d'Henrard - commercialisa les clichés (négatifs et épreuves) en s'adressant en particulier aux services d'Archives départementales et communales.

  • Contenu ou introduction :

  • Le présent inventaire regroupe les collections de clichés Roger Henrard appartenant au C.A.U.E. de la Vendée, aux Archives départementales de la Vendée et à plusieurs communes vendéennes. Les 406 clichés qui y sont décrits couvrent 71 communes - soit près d'un quart du département -, auxquelles s'ajoutent 7 communes des départements limitrophes de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

    Si l'on dresse une carte des communes vendéennes représentées, on remarque la couverture de la quasi-totalité du littoral, d'une quinzaine de communes du Sud-Vendée, de quelqu'unes dans le Marais breton vendéen, de deux zones du bocage (autour de Pouzauges et de Chantonnay) ainsi que de presque tous les chefs-lieux de cantons.

    Ces photographies aériennes ont été prises en oblique et à basse altitude, avec un appareil de prise de vues Planiphote automatique Richard Labrely, monté avec un objectif Berthiot (mention figurant au dos des épreuves).

    Le caractère esthétique évident des clichés Roger Henrard démontre bien tout le talent de ce pilote chasseur d'images, pionnier de la photographie aérienne. Ses vues de Paris sont particulièrement appréciées : rééditées par le célèbre photographe Yann Arthus Bertrand dans une publication de 1996, elles firent également l'objet d'une exposition au musée Carnavalet en 2006.

    Outre leur caractère artistique, ces photographies aériennes représentent de précieux témoins de l'aménagement du territoire vendéen, et notamment du patrimoine bâti, entre 1948 et 1968. En effet, au-delà des églises, châteaux et autres édifices à l'architecture remarquable qui sont régulièrement les sujets des prises de vues, ces dernières sont très souvent élargies à l'ensemble du centre bourg. De nombreuses rues et habitations s'égrennent ainsi au fil des vues, révélant parfois des activités humaines prises sur le vif (chantiers de construction ou de rénovation, travaux domestiques et agricoles, bains de mer, fête foraine...). Ces clichés offrent également l'occasion de se replonger un demi-siècle en arrière, à une époque où petits commerces et salles de cinéma animaient les bourgs, et où les automobiles (typiques de cette époque) partageaient encore la route avec des véhicules hippomobiles.

    Les espaces naturels – littoral, bocage et marais – ont aussi fait l'objet de clichés particuliers, également très riches en enseignement sur l'évolution de ces milieux. L'apparition des immeubles sur la plage de Saint-Jean-de-Monts et le remblai des Sables-d'Olonne en sont deux exemples flagrants.

    Ce témoignage est d'autant plus intéressant qu'il peut être daté avec précision grâce à un système de correspondance entre les numéros des clichés et les années de prises de vue. Hormis douze photographies de 1948 et une prise entre 1963 et 1983, toutes ont été réalisées dans les années 1950-1960.

    Le tableau donnant la date de prise de vue (fourni par la société au moment de l'achat des photos) indique en général un seul millésime. Cependant, pour les clichés numérotés de 26.000 à 30.000, une fourchette de deux années (1962-1963) est donnée. Cette indication a été portée dans l'inventaire, mais les nombreux clichés compris entre 28.000 et 28.310 peuvent être situés en 1963, comme le prouve leur similitude avec les clichés en couleurs datés de 1963, visiblement pris le même jour.

    Un soin tout particulier a été apporté à la numérisation de ces clichés (réalisée en 600 dpi pour les grands formats noir et blanc, et en 1000 dpi pour les petits formats couleurs), afin de restituer un maximum de détails. Toujours dans le même but, le choix au moment de la numérisation s'est parfois porté sur les négatifs, plutôt que sur les tirages, quand ceux-ci avaient fait l'objet d'un recadrage important (d'où une perte d'informations dans les marges).

    Les pochettes des négatifs ainsi que les épreuves portent généralement des mentions manuscrites, parfois raturées, indiquant la localisation de la prise de vue. Ces annotations semblent antérieures à l'achat des clichés par le C.A.U.E. et les Archives départementales puisqu'elles figurent sur les deux collections, ce qui semble également confirmé par le nombre important d'erreurs, probablement du fait de personnes connaissant peu la région. Ces erreurs de localisation ont normalement été corrigées, il est cependant possible que certaines persistent... Les lecteurs de cet inventaire sont donc invités à faire part aux Archives départementales de toute indication permettant de les rectifier ou de compléter les descriptions initiales.

  • Mode de classement :

  • Par ordre alphabétique des communes vendéennes, puis par département.

    Pour les vues de la même commune, des lots d'images différents ont pu être créés, allant toujours du sujet le plus large (le centre bourg) vers des sujets plus précis (l'église, un château, un site naturel...).

  • Historique de la conservation :

  • La société d'exploitation de la photo aérienne Roger Henrard s'est adressée pour la première fois aux Archives départementales de la Vendée en mars 1978. Dans sa lettre, la gérante, Mme Genetel, indiquait que la collection de photographies aériennes concernant la Vendée comportait "environ 467 négatifs noirs 18 x 24 avec une épreuve, et 143 couleurs positives et négatives 10,5 x 12,5".

    Ce n'est qu'en 1989 que les Archives de la Vendée achètent finalement 73 négatifs en noir et blanc 18 x 24 cm doublés d'une épreuve, 9 épreuves en noir et blanc 18 x 24 cm seules (la société déplorant la perte des négatifs correspondants) et 36 prises de vues en couleurs sur support souple 10,5 x 12,5 cm (10 positives et 26 négatives).

    Une grande partie des clichés proposés à la vente en 1978 avait été achetée deux ans plus tôt, en novembre 1987, par le Conseil en architecture, urbanisme et environnement (C.A.U.E.) de la Vendée. Ainsi, ce dernier s'était porté acquéreur de 203 négatifs en noir et blanc 18 x 24 cm doublés d'une épreuve, de 3 épreuves en noir et blanc 18 x 24 cm seules, et de 50 prises de vues en couleurs sur support souple 10,5 x 12,5 cm (1 positive et 49 négatives).

    Dans le but de reconstituer l'ensemble le plus complet de la collection et d'en permettre la consultation par le public, le C.A.U.E. a déposé aux Archives départementales, en décembre 1989, tous les négatifs (noir et blanc et couleurs) qu'il détenait. 141 épreuves noir et blanc sont venues compléter ce dépôt en janvier 2011.

    D'autres clichés dispersés ont été acquis par les mairies vendéennes concernées. Certaines d'entre elles ont accepté de remettre aux Archives de la Vendée des copies de ces clichés, lesquelles viennent enrichir le présent inventaire sous les cotes 82 Fi et 1 Num 1.