Notice descriptive

  • Pièces isolées
    • Archives familiales
      • Documents isolés
        • XIXe-XXIe siècles
          • Correspondance d'Armand Nerrière (RSY, classe 1915, n°1754), soldat au 65e puis au 91e régiment d'infanterie, adressée à sa soeur et marraine Marie. Il est engagé dans les batailles les plus sanglantes de la guerre (Argonne, Verdun, Somme) et perd la vie le 6 octobre 1916 au Bois de Saint-Pierre-Vaast près de Rancourt (Somme), à quelques kilomètres de l'endroit où fut tué son frère René en 1915. - 67 lettres. 1914-1916.
3 - 

(1Num1/268/10). Dans le secteur de Verdun, du 8 janvier au 30 juillet 1916. - 31 lettres.
8 janvier 1916, Armand est dans les tranchées de la Meuse à une vingtaine de kilomètres de Verdun. L'hiver est très rude et les conditions de vie des fantassins sont particulièrement éprouvantes " on travaille beaucoup car les tranchées ne font que s'écrouler quand il mouille, on a de l'eau jusqu'à la mi-jambe " (vue 5). En février, ce sont des attaques allemandes qui dévastent les tranchées françaises (vues 6-7) et des troupes sont envoyées en renfort pour réparer les dégâts occasionnés (vues 8-10). Les soldats sont affaiblis par le manque de nourriture car les cuisines n'ont pas été épargnées par les obus et Armand remercie sa soeur pour ses envois de colis (vue 11).
Les mois passent, ponctués d'attaques allemandes, de contre-attaques, d'amélioration des défenses (vues 26-27), de gardes en première ligne (vues 38-40) et de repos à l'arrière.

Iconographies

Pour aller plus loin

L'inventaire Pièces isolées