Information

SALLE DE LECTURE 

Info du 18-12-2020

La salle de lecture est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h sur rendez-vous et dans la limité des places disponibles. Réservation au 0251377133.  Lire la suite

        

Actualité à la Une (12 janv.)

Retour sur l'actualité de 2020

    

Actualités précédentes

Mon beau sapin… Noëls filmés en Vendée (1936-1974)

Ils sont partis ! Bon vent à tous les coureurs de la 9e édition du Vendée Globe et coup d’œil dans le rétroviseur avec des images de la 2è édition (1992-1993). 

Du nouveau sur "Noms de Vendée" : indexation des mariages jusqu’en 1919

-  Les "Notes généalogiques" de Jean Maillaud

Notice descriptive

  • Carnets de guerre et correspondance d'Abel Epaud (1914-1919)
    • 1 Num 168/1-5. Carnets de guerre
1 Num 168/5 - 

Cinquième carnet du dimanche 21 novembre 1915 au 11 janvier 1917. - 17 pages.

Présentation du contenu :

Le cinquième carnet ne donne presque pas de détails pour la fin de l'année 1915, trois lignes résument le mois de décembre : "[...] l'ennemi répond de son mieux mais néanmoins faiblement" (déc.) Le 1er janvier 1916, après un constat bien triste sur l'ouverture d'une nouvelle année au front "Nous voici en 1916 ! et toujours sous le régime de cette maudite guerre. 1915 s'est écoulée sans apporter de changement appréciable sur notre front", deux lignes résument janvier. Départ émouvant de Mousson et soupçon de trahison (3 févr.). Du 3 février au 2 mars long voyage à pied dans des conditions éprouvantes jusque dans la région de Verdun (Meuse). "Nous obliger à passer la nuit dehors est un fait scandaleux pour ceux qui nous commandent " (1er mars). "Le temps est très froid et nous n'avons rien pour coucher" (2 mars). En mars, les Français tirent beaucoup, mais Abel ne raconte pas les évènements qui lui valurent une distinction les 15 et 16 mars (cf. pièce en tête du premier cahier). "Nous devons nous reposer !" (5 avr.) "[...] nous ne faisons qu'un seul repas... c'est honteux d'être ainsi nourris... les officiers ont ce qu'il leur faut et ne se soucient guère de leurs hommes" (7 avr.). "Nous en profitons pour nous refaire l'estomac un peu délabré par les conserves que nous avons mangées depuis 37 jours" (8 avr.). "On nous embarque dans des wagons à bestiaux ... pas nettoyés et plein du fumier des cochons ... c'est tout de même honteux d'être ainsi traités ... et dans les journaux on lit "nos poilus sur le front ne manquent de rien et sont très heureux ! Perfide mensonge !" (11 avr.). Longue description de l'implantation du matériel militaire, et du respect de la "loi" pour les tirs : "Les patelins sont respectés, [les Allemands] tirent sur Beauzemont, nous tirons sur Coincourt, et en parfait gentlemann on vit en bonne intelligence. Mais c'est plutôt par sagesse que par politesse" (avr.). Description du secteur par rapport à la frontière et la situation des tranchées (17 avr.). Détails à propos des communications téléphoniques ou des signaux optiques pour lesquels il suit une formation en mai. "Depuis deux jours, le temps est très mauvais, nous sommes dans la boue jusqu'aux chevilles ... nous sommes vraiment dans la mélasse dans ce bois" (fin mai). "Nous tirons très très peu" (juillet). Permission du 21 juillet au 2 août. "Le mois d'août se passe dans le calme le plus parfait ... la bonne nouvelle que la Roumanie entre en lice aux côtés des alliés, nous fait espérer que la victoire sera prochaine" (août). Difficile différent avec ses gradés et commentaires sur le commandement (1 sept.). Vive émotion après la mort de deux de leurs camarades (8 sept.). Permission du 30 nov. au 14 déc. Puis Noël passé dans les Vosges. Listes de camarades, de matériel, de chevaux, horaires de train ... (5 dernières pages)

Importance matérielle / collation :
Données techniques :

Iconographies