Notice descriptive

  • Pièces isolées
    • Archives familiales
      • Documents isolés
        • XIXe-XXIe siècles
          • Correspondance d'Armand Nerrière (RSY, classe 1915, n°1754), soldat au 65e puis au 91e régiment d'infanterie, adressée à sa soeur et marraine Marie. Il est engagé dans les batailles les plus sanglantes de la guerre (Argonne, Verdun, Somme) et perd la vie le 6 octobre 1916 au Bois de Saint-Pierre-Vaast près de Rancourt (Somme), à quelques kilomètres de l'endroit où fut tué son frère René en 1915. - 67 lettres. 1914-1916.
2 - 

(1Num1/268/9). Combats dans l'Argonne et séjour à l'hôpital, 1er mai au 25 novembre 1915. - 15 lettres.
En mai, Armand est dans les tranchées de la Meuse où il alterne surveillance en première ligne " à 40 mètres des boches " (vue 4) et période de repos. Ses premiers jours de tranchées ont été difficiles " on n'était pas fier quand on entendait les coups de canon ", mais il n'a pas d'autres choix que de s'y habituer " maintenant cela ne me fait rien car il en tombe plus de cent à une cinquante de mètres de moi " (vue 5). Le 23 mai, il s'enquiert de son frère René " je serais content de savoir ce qu'il est devenu " (vues 7-8), mais apprend sa mort, survenue un mois plus tôt le 22 avril 1915 à Louvencourt (Somme).
Il voit des camarades périrent autour de lui " les boches font sauter la mine, cela renverse toute la tranchée et cela enterre souvent une dizaine d'hommes qui étouffent " (vue 19). En septembre, il est évacué à l'hôpital souffrant de dysenterie.

Iconographies

Pour aller plus loin

L'inventaire Pièces isolées