Notice descriptive

4 Num 386 1-14 - 

La Voix de la Vendée et la Croix vendéenne (1930-1943) 1930-1943

  • Contenu ou introduction :

  • La presse catholique a trouvé en Vendée une terre d'élection avec " Le Publicateur ", " Le Vendéen " [4 Num 387] ou " La Voix de la Vendée " par exemple.
    " La Voix de la Vendée " paraît pour la première fois le 12 janvier 1930. Cet hebdomadaire de six pages imprimé à Luçon se veut un " journal d'union et d'action catholique " comme l'annonce dans ses premiers éditoriaux, le chanoine Narcisse Gaignet (Le Gué-de-Velluire, 1875 - Luçon, 1937), ancien professeur à l'Institution Richelieu.
    " Journal d'union et d'action catholique ", ce mot d'ordre est choisi comme sous-titre jusqu'en septembre 1942. Dès le premier numéro, l'abbé Gaignet explique la ligne éditoriale. Il part du constat que l'union n'existe plus entre les catholiques vendéens, du fait de " la politique de parti ". Il avertit alors : " La Voix de la Vendée ne sera donc pas le journal d'un parti. Elle entend s'élever et rester en dehors et au-dessus des partis […] Notre position, à nous, sera la position même de l'Église, en face des gouvernements, quels qu'ils soient. Nous nous tiendrons résolument sur le terrain religieux […] Une seule condition : rester l'enfant docile de l'Eglise. " Sur l'action, face à l'acharnement des " païens modernes […] à tout laïciser ", " nous nous acharnerons à tout christianiser ; tout, sans exception : individu, famille, institution, société ". Le clergé occupe une place importante dans le comité de rédaction jusqu'en septembre 1941, quand l'évêché prend discrètement mais concrètement ses distances avec le journal qu'il portait jusque-là en son sein.
    L'information de " La Voix de la Vendée " couvre néanmoins la totalité du département dans les pages locales et donne une place régulière à l'agriculture, à la pêche, au commerce, à l'industrie, aux sociétés sportives, etc.
    En 1937, après la mort du chanoine Gaignet, rédaction et direction, partagées entre Luçon et le chef-lieu du département depuis 1933, s'installent à La Roche-sur-Yon. Début 1938, " La Voix de la Vendée " absorbe " La Croix vendéenne " (1892-1938) [4 Num 388] et " Les jeunes de Vendée " (1921-1937) [4 Num 385]. Le nouveau journal porte comme titre " La Voix de la Vendée et la Croix vendéenne réunies ", puis " La Voix de la Vendée et la Croix vendéenne " à partir du 30 novembre 1941 (n° 48). Le dernier numéro connu est celui du 13 août 1944 (BnF) ; le journal, inféodé au régime de l'Etat français, disparaît à la Libération.

  • Communicabilité :

  • La collection, entièrement numérisée, est accessible en ligne. Les originaux ne sont donc plus communiqués en salle de lecture.

  • Modalités de reproduction :

  • Reproduction numérique sur demande

  • Sources complémentaires :

  • Aux Archives de la Vendée

    Voir la notice biographique de Gaignet, Narcisse Ange François dans le Dictionnaire biographique des Vendéens

  • Bibliographie :

  • - Mémoire écrite de La Roche-sur-Yon : dictionnaire des écrivains, éditeurs, imprimeurs, journaux et journalistes, 1804-2004 / dir. Pierre Frustier, Françoise Nicol. - La Roche-sur-Yon : Siloë, 2004. - 145 p. [BIB B 2828]