Notice descriptive

  • Bibliothèque historique
BIB ATLAS 32-15 - Robespierre, les lettres de cachet et la folie / Jean Artarit..  - Ill. ; 42 cm..

Notes : Bibliogr. -

In : Le journal de Nervure : journal de psychiatrie. – (Mars 2000) n° 2, tome XIII, supplément, p. 1-2, 8-9



Présentation du contenu : En 1789, Robespierre défend Louis-Marie-Hyacinthe Dupond, détenu pendant douze ans en vertu de lettres de cachet, qui, une fois libéré, intente des actions en dommages et intérêts. Sa plaidoirie de 96 pages (ce sera la dernière de l'avocat Robespierre) dénonce l'iniquité des lettres de cachet, le pouvoir abusif des familles et les conditions d'enfermement des détenus. Un des moyens utilisés par les familles, comme dans le cas de Dupond, pour obtenir l'enfermement de l'un des leurs est l'accusation de folie. Or, dans son mémoire, c'est l'idée même de folie qui semble niée chez Robespierre. L'auteur, psychiatre, explique ce déni en abordant l'univers familial de Robespierre. -

Titre(s) : Robespierre, les lettres de cachet et la folie / Journal de Nervure (Le)
Auteur(s) : Artarit, Jean
Contexte historique : 2e moitié 18e siècle
Personne(s) : Robespierre, Maximilien de
Matière(s) : Lettre de cachet

Pour aller plus loin